Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1337Le point sur« Comme à la maison ». Les mots d...

Le point sur

« Comme à la maison ». Les mots de l’hospitalité en ligne

Dana Diminescu et Quentin Lobbé
p. 79-88

Résumé

L’association Singa a créé en 2015 Calm (Comme à la maison), une plateforme Internet de mise en relation des réfugiés à la recherche d’un logement et de particuliers. L’analyse de ses archives et de ses différentes versions renseigne à la fois sur les expressions de l’hospitalité en ligne et sur le rôle des outils numériques visant à faciliter l’accueil. Si ce dispositif interactif innovant repose sur des outils de pointe, il questionne également leurs limites, à savoir la tentation algorithmique que pourrait traduire sa mise en œuvre. C’est-à-dire la tentative d’automatiser ce qui relève du domaine fluctuant des relations humaines.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous avons recensé une centaine d’applications destinées aux réfugiés, voir le tableau 1.

1Été 2015. À cette date, tout comme aujourd’hui avec la guerre en Ukraine, les médias de tous les pays et les réseaux sociaux regorgeaient de reportages sur les réfugiés en souffrance aux portes de l’Europe. Hier, des images de Syriens et, aujourd’hui, d’Ukrainiens en train de charger leurs smartphones sur la route de l’exil, ou encore d’utiliser Facebook, WhatsApp et Google Maps pendant leur traversée, ont fait le tour du monde et ont conduit à une prise de conscience collective, sans précédent, de l’importance des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans la vie des migrants. Depuis, une sorte d’excitation technophorique a balayé le monde des migrants1. Faire du numérique un levier pour l’intégration de ces populations fragilisées est devenu l’enjeu numéro un de nombreuses initiatives portées par des associations, des entreprises de l’économie sociale et solidaire, des universités, des institutions publiques, des géants de la technologie ou tout simplement par des individus anonymes et engagés dans la cause humanitaire.

2Comprise comme un vaste champ d’opportunités – de concert avec la diversification des usages en ligne et l’accès à une connexion personnelle, stable et libre –, l’innovation technologique au service des réfugiés a lieu en parallèle au développement de la dématérialisation du service publique destiné aux migrants2 et va de pair avec l’innovation sociale. Elle trouve ses origines, d’une part, dans les pratiques collaboratives des hackers, mais aussi dans la résurgence de l’idéal communautaire au sein du capitalisme entrepreneurial liée au numérique et à la revalorisation en ligne de l’affect.

  • 3 Anne Gotman, Le sens de l’hospitalité. Essai sur les fondements sociaux de l’accueil de l’autre, Pa (...)
  • 4 L’« affective computing » est généralement employé soit pour manipuler les affects des usagers dans (...)

3Dans son admirable livre Le sens de l’hospitalité3, Anne Gotman montre que la guerre au Kosovo a déjà offert aux téléspectateurs des foules de visages défaits et a suscité, à la fin des années 1990, un élan de solidarité privée inédit. Cette réaction « immédiate », « humaine », « naturelle », « qui va de soi » est un effet d’émotion provoqué, hier comme aujourd’hui, par l’actualité, par l’efficacité des images à la télé et par l’effet des réseaux sociaux. Cela a conduit à une mobilisation du genre « affective computing4 » d’une ampleur inédite.

4Aborder les besoins des réfugiées avec une approche geek, faire don de ses compétences numériques pour servir leur cause, proposer du code (pas seulement de l’aide, un accompagnement, des vêtements, un logis, ou de la nourriture) pour venir en aide aux migrants sont autant de formes émergentes de solidarité qui nous questionnent à travers cet article.

  • 5 Evgeny Morozov, Pour tout résoudre cliquez ici. L’aberration du solutionnisme technologique, Limoge (...)

5Les Data4Goods, FabLabs, Techfugees et autres Hackathons dédiés aux réfugiés doivent-ils être compris comme de nouvelles manières de se relier aux autres ou sont-ils en train de fabriquer/configurer une nouvelle organisation de l’hospitalité et du don ? Avec quelle efficacité ? S’agit-il d’une utopie technologique ou d’une logique sociale. D’une démarche utilitariste ou d’une action humanitaire ? Ou s’agit-il d’une entreprise technologique qui tente de s’emparer du choc de la crise migratoire, à la manière décrite par le chercheur Evgeny Morozov quand il parle du « solutionnisme technologique5 » ?

6Dans cet article, nous analyserons le cas de la plateforme Calm « Comme à la maison » (http://calm.singa.fr/​) – aujourd’hui renommée « J’accueille » (https://www.jaccueille.fr/​). Elle propose de mettre en relation « des personnes réfugiées à la recherche d’un accueil temporaire et des citoyens disposant d’une chambre pour les accueillir », soit une immersion, de 3 à 12 mois, mise en place et suivie par Singa, l’association à l’origine de la plateforme Calm et qui l’anime en backoffice. Il s’agit ici d’analyser une forme nouvelle d’hospitalité privée, de particulier à particulier, médiée par un dispositif numérique, et complétée, voire corrigée, par un protocole de médiation humaine (employés et bénévoles de l’association Singa) qui intègre un programme de formation et de rencontres en face-à-face entre réfugiés et Français souhaitant recevoir des exilés chez eux.

Recherche et méthodologie

7Notre travail de recherche s’est déroulé en deux temps. Tout d’abord, l’étude détaillée entre 2015 et 2017 du contenu et du fonctionnement de la plateforme Calm. Nous avons ainsi constitué un corpus qui recense 11 892 formulaires d’accueillants s’étant inscrits en ligne au programme. Ce corpus riche et précieux renseigne autant sur l’âge ou l’appartenance géographique des participants que sur l’espace proposé à l’accueil, en passant par leurs « motivations », et contient également une première présentation de soi (le champ « parlez-nous de vous »). Ensuite, une nouvelle série d’entretiens a été réalisée en 2022 afin de comprendre l’évolution de l’association depuis son lancement. Nous avons à cette occasion pu explorer à nouveau les archives numériques de l’association Singa sur l’ensemble de la période 2015-2022.

8Notre méthodologie, hybride, se situe au croisement de la sociologie et de l’informatique. Nous avons utilisé un dispositif computationnel de nettoyage, d’extraction et d’analyse du corpus Calm. Nos résultats et réflexions présentés dans cet article s’appuient sur diverses visualisations ad hoc issues des questionnements ayant émergé de l’exploration de ces données. Notre analyse est soutenue et augmentée par une série d’entretiens (menés afin d’orienter en amont les questions de l’étude quantitative et pour valider ses découvertes par un retour au terrain) avec des réfugiés accueillis, des familles qui les ont abrités et avec des membres de l’association Singa.

L’hospitalité des réfugiés : la tentation algorithmique

  • 6 Antonio A. Casilli, Julian Posada, « The platformization of labor and society », in Mark Graham, Wi (...)

9Depuis 2015, l’association Singa propose, à travers son programme Calm aujourd’hui renommé J’accueille !, de fédérer des familles françaises souhaitant accueillir chez elles une personne ayant déposé une demande d’asile. L’accueil proposé par Singa ne cherche pas à répondre à une situation d’urgence, mais à s’inscrire dans le temps long pour faciliter l’intégration des exilés (la durée moyenne d’un hébergement étant de 8 mois) par un processus d’immersion. Singa n’est pas la seule association à avoir conjugué numérique et accueil des réfugiés. Aujourd’hui, presque toutes les associations destinées aux réfugiés – tout comme les institutions d’État en charge des étrangers – se sont « plateformisées6 ». Parmi ces premières initiatives, notons les membres du Jesuit Refugee Service (JRS) qui utilisent un système de prise de contact et d’inscription des familles d’accueillants par email. En Belgique, les membres de la plateforme citoyenne Bxlrefugees s’organisent de manière autonome et décentralisée via des sondages Facebook. Ceux-ci se rencontrent ensuite chaque soir à Bruxelles, au cœur du parc Maximilien, pour mettre en place un hébergement d’urgence et quotidien des réfugiés particulièrement efficace.

10Chez Singa, la mise en relation entre les particuliers accueillants et les réfugiés accueillis se fait en remplissant un formulaire en ligne. Entre 2015 et 2017, l’inscription sur la plateforme se déroule comme suit : lorsque l’on se connecte, il convient d’abord d’indiquer si l’on est un futur accueillant ou un futur accueilli, le système nous dirige ensuite vers un formulaire dédié (figure 1). L’inscription est individuelle, autant pour les accueillis que pour les accueillants, même si, pour ces derniers, on sous-entend plus généralement la notion de foyer (une famille, un couple, voire une personne seule...). Ces formulaires s’appuient sur la technologie gratuite Google Forms et se présentent comme une suite de questions appelant des réponses ouvertes (d’expression libre) ou fermées (à choix multiples ou listés).

Figure 1. Premières questions du formulaire accueillants sur la plateforme Calm en 2017.

11Dans sa conception, l’intention originale de Calm a été de construire une sorte d’Airbnb spécifique aux réfugiés, c’est-à-dire faire correspondre sans autre intermédiaire une personne qui souhaiterait recevoir chez elle un étranger et des réfugiées à la recherche d’un abri. Dans les faits, le formulaire des accueillis (réfugiés) n’a jamais été réellement mis en place, si ce n’est durant quelques jours au début de l’automne 2015. Durant ce court laps de temps, le service est assailli et croule rapidement sous plusieurs centaines d’inscriptions. Les membres des différentes associations qui accompagnaient sur le terrain les réfugiés remplissaient pour ces derniers le formulaire sur Calm. Aussi, faute de pouvoir gérer la demande, le formulaire est quasi immédiatement fermé, l’équipe de Calm proposant alors aux futurs accueillis de se déplacer dans les locaux de l’association pour les rencontrer directement.

12Pour sa part, le formulaire des accueillants reste lui accessible et fait l’objet de mises à jour régulières par l’association. Nous dénombrons – à travers l’archive de la plateforme – 4 versions successives de ce formulaire : 1) avant juin 2015, 2) de juin 2015 à novembre 2016, 3) de novembre 2016 à juin 2017, 4) après juin 2017. Hors de l’archive, la plateforme a continué à évoluer après 2017 (elle a changé notamment de nom) jusqu’à la présente version : https://www.jaccueille.fr/​. La figure 2 résume l’évolution des questions posées aux accueillants via le formulaire.

Figure 2. Évolution de la structure du questionnaire des accueillants de 2015 à 2017.

Figure 2. Évolution de la structure du questionnaire des accueillants de 2015 à 2017.

13Nous observons, tout d’abord, que la structure du formulaire Calm s’inscrit dans une forme de continuité. Il n’y a pas d’apparition de nouvelles questions à proprement parler, mais une tendance générale à la fragmentation et à la spécialisation des questions ouvertes (« parlez-nous de vous », « type d’espace »…) en une suite de champs plus restreints (« quelles langues parlez-vous ? », « Combien de chambres pouvez-vous mettre à disposition ? »…).

14À travers l’évolution du formulaire, ce sont les descripteurs avec lesquels sont qualifiés les accueillants, dans la base de données, qui se transforment et se rationalisent : d’un point de vue d’informaticien, il est ainsi plus simple de gérer à grande échelle un paramètre clairement défini et quantifiable (l’âge, un nombre de chambres, une liste de langues…) qu’un champ d’expression libre d’où il faudra extraire une information potentiellement mal formulée, voire inexploitable.

  • 7 « Il s’agit d’un certain type de rationalité (a)normative ou (a)politique reposant sur la récolte, (...)

15La figure 2 traduit, de fait, une évolution d’ingénierie pensée pour améliorer la gestion et l’exploitation des données d’inscription. Aussi, cette discrétisation d’un individu en un ensemble de descripteurs normés sous-tend une forme de « gouvernementalité algorithmique » dans le sens d’Antoinette Rouvroy et Thomas Berne7. Face à ce constat, nous nous sommes posé la question suivante : pourquoi l’association Singa avait-elle souhaité rationaliser à ce point les modalités de gestion de ses données d’inscriptions ? Pourquoi modéliser ainsi le profil des familles d’accueillants ?

Développer des modalités numériques de l’accueil

16Né du hackathon Réfugiés Connectés, le programme Calm est, dans un premier temps, géré par des personnes qui ne se considèrent pas comme des développeurs informatiques (figure 2, versions 1 & 2). Par le choix d’une infrastructure technologique simple et accessible (Google Forms et feuilles de calcul Excel), servant de base à une mise en relation manuelle des couples accueillants/accueillis, l’association favorise d’abord un travail humain, de médiation, qualitatif et fondé sur l’expérience acquise par son équipe. Les membres de l’association fouillent à la main les inscriptions dans leur base de données pour détecter de bons candidats à l’accueil. Chaque médiation est l’objet d’une discussion singulière entre familles et réfugiés.

17Cependant, quelques mois plus tard (figure 2, versions 3 & 4), devant faire face à une augmentation des inscriptions, Singa décide de recruter un développeur pour Calm. Au cours d’entretiens avec ce dernier, nous apprenons qu’il travaille alors sur la conception d’un système de « matching automatisé » des accueillants et des accueillis pour épauler, voire remplacer à terme, le travail fastidieux des membres de l’association. En favorisant des questions précises et non bruitées dans les formulaires, il pense dégager « une trentaine de paramètres » décrivant finement le profil des accueillants. La base de données sera, de fait, adaptée à un futur traitement algorithmique. Son système de suggestion automatisé proposera alors « un sous-ensemble qualifié de familles d’accueillants » qui, une fois validé par l’accueilli, seront à même de discuter ensemble « dans un salon en ligne privé, hébergé sur la plateforme ». Ce faisant, le développeur pousse au maximum la logique d’automatisation de la mise en relation, avec une médiation devenue purement algorithmique, supposée neutre ou juste, car rendue invisible et sans intermédiaire humain.

18Mais la collaboration entre le développeur et l’association n’aboutit pas devant leur incapacité à faire converger leurs visions respectives de l’outil : la mise en production du système est annulée. En effet, Singa comprend rapidement que la mise en relation des réfugiés et des familles accueillantes doit rester humaine, et non pas automatique (via un algorithme). Elle réalise que, pour réussir leur projet d’immersion des réfugiés, la mise en contact, le matching via une plateforme, à la manière d’Airbnb, ne suffira pas. « L’hospitalité ne doit et ne peut pas être déléguée à une machine. » Singa se rend compte que le cœur de son savoir-faire (logistique, communicationnel, les accompagnements divers, l’engagement civique, la collaboration avec différents acteurs d’État en charge des procédures d’asile) est finalement la meilleure solution pour trouver un hébergement aux réfugiés et pour œuvrer à leur intégration.

19Cette expérience a conduit l’équipe de Calm à s’orienter vers une stratégie qui privilégie l’hébergement de longue durée (minimum 3 mois), et non pas la recherche d’un abri en situation d’urgence, et vers l’installation et la multiplication d’équipes locales sur tout le territoire français. Aujourd’hui, Singa prévoit toujours une inscription en ligne pour les accueillants, mais celle-ci n’est plus qu’une étape préliminaire. Un protocole hors ligne prend désormais le relais de l’inscription en ligne afin de privilégier une sélection – un matching – humaine. Singa assure ensuite la formation des accueillants et organise des rencontres entre ceux qui reçoivent et ceux qui seront reçus.

20Après s’était laissée tenter et après avoir expérimenté différents algorithmes et collaborations avec des développeurs, Singa se recentre désormais sur son savoir-faire : donner au numérique sa valeur logistique et organisationnelle et laisser les bénévoles agir pour le reste. Leur expertise en matière d’accueil a pris le devant comme vecteur de confiance et de liens entre les deux parties, et s’avère particulièrement efficace dans la gestion de la crise ukrainienne, sept années après la fondation de Calm.

Les mots de l’hospitalité en ligne

  • 8 Nous unifions ici certains champs voisins des versions successives du formulaire et faisons dispara (...)

21Une fois filtrées8 et anonymisées, les archives Calm ont pu faire l’objet d’une exploration par dimensions (géographiques, socio-démographique, etc.) et d’une analyse fine de l’évolution du vocabulaire utilisé par les accueillants dans les champs « motivations » et « parlez-nous de vous ».

22Dans ce qui suit, nous visualiserons ainsi les grandes dynamiques de la question de l’accueil formulées par les acteurs eux-mêmes, de 2015 à 2022, entre réaction face à des situations d’urgence et volonté plus réfléchie d’intégrer une personne réfugiée. Cette observation passe, tout d’abord, par une exploration détaillée des archives Calm de juin 2015 à juin 2017 ; puis nous prendrons de la hauteur afin d’étudier l’évolution de l’ensemble du paysage sémantique extrait des archives Calm jusqu’à février 2022.

23Entre juin 2015 et juin 2017, Singa facilite l’accueil de près de 300 personnes réfugiées tout en enregistrant 11 892 inscriptions d’accueillants sur sa plateforme. La distribution temporelle de ces inscriptions est loin d’être uniforme, le mois de septembre 2015 comptabilisant à lui seul quasiment 10 000 propositions d’accueil. La figure 3 donne le détail des inscriptions par jour, du 1er au 15 septembre 2015.

Figure 3. Nombre d’inscriptions par jour au programme Calm (septembre 2015) et pourcentage d’utilisation des mots « Internet » et « radio » dans le champ « motivations ? ». Mise en correspondance avec deux interviews radio.

Figure 3. Nombre d’inscriptions par jour au programme Calm (septembre 2015) et pourcentage d’utilisation des mots « Internet » et « radio » dans le champ « motivations ? ». Mise en correspondance avec deux interviews radio.

24En août 2015, le programme Calm n’est pas encore officiellement lancé et la plateforme n’est connue que des seuls milieux associatifs et militants. Pourtant, les inscriptions d’accueillants explosent le 3 septembre 2015, passant de quelques dizaines à plusieurs milliers en l’espace d’une semaine. La diffusion mondiale de la photographie du jeune Alan Kurdi, retrouvé noyé sur les côtes turques, suscite une grande émotion et génère une vague d’inscriptions sans précédent.

25L’analyse quantitative des champs fermés (âge, lieu d’habitation, caractéristiques du logement, etc.) du formulaire nous permet de caractériser ces nouveaux accueillants. Ils et elles vivent dans de grands foyers urbains français et proposent de simples pièces dans de petits appartements, voire uniquement un coin de canapé. Celles et ceux qui résident à la campagne mettent parfois à disposition des personnes réfugiées des maisons entières ou des dépendances demeurées vacantes pouvant accueillir bien plus d’un exilé à la fois. Jeunes trentenaires ou parents se retrouvant seuls après le départ de leurs enfants (figure 4), les accueillants sont, pour 50 % d’entre eux (figure 5), des cadres, des retraités ou des personnes exerçant une profession intellectuelle supérieure (des enseignants, des journalistes, des artistes…).

Figure 4. Distribution de l’âge des accueillants.

Figure 4. Distribution de l’âge des accueillants.

Figure 5. Répartition des accueillants par classes professionnelles.

Figure 5. Répartition des accueillants par classes professionnelles.

L’effet des médias

26La médiatisation de Singa, notamment via France Inter, a joué un rôle clé dans le succès du programme Calm. Entre le 3 et le 15 septembre 2015, Singa bénéficie de plusieurs passages sur les ondes de la radio nationale : un reportage, une interview et un débat. Dans le champ « motivations ? », les accueillants désignent alors France Inter comme vecteur de découverte principal de l’association. L’expression « J’en ai entendu parler à France Inter » devient le dénominateur commun de plus de 500 inscrits via le formulaire en ligne. L’écoute de France Inter fait ainsi office de marqueur sociologique au moins aussi important que l’âge ou la profession des accueillants (figure 6).

Figure 6. Transfert sémantique (liens bleus et mots rouges) entre les reportages de France Inter (gauche) et les déclarations de motivation des accueillants (droite).

27Si, pour certaines familles, l’accueil de réfugiés s’inscrit dans le prolongement d’un engagement philosophique ou politique déjà existant (anciens soixante-huitards, humanitaires, etc.), voire fait écho à une histoire familiale passée (pour les descendants d’immigrés), il semble qu’une majorité d’entre elles dit répondre, d’abord et avant tout, à une situation d’urgence. Pour la première période… Les reportages sur la situation en mer Égée diffusés quotidiennement à la télévision et à la radio poussent un public non militant à chercher, par ses propres moyens, une solution rapide et concrète à la crise.

28Cette impression qui transparaît à travers l’observation qualitative du champ « motivations ? » peut être confirmée par une analyse sémantique d’ensemble. Pour ce faire, nous construisons un nouveau corpus partant de toutes les déclarations de motivations des accueillants. Nous fouillons ensuite ces textes à l’aide de « scripts » automatisés et d’outils de traitements du langage naturel afin d’extraire un vocabulaire représentatif des mots les plus fréquemment utilisés par les familles. Pour chacun de ces mots, nous traçons une courbe de fréquence trimestrielle normalisée par le nombre de nouveaux inscrits sur cette même période. Nous pouvons ainsi suivre l’évolution, au cours du temps, de la fréquence d’utilisation de l’ensemble des mots sélectionnés (figure 7).

Figure 7. Évolution de la fréquence d’utilisation de mots extraits du champ « motivations ? »

Figure 7. Évolution de la fréquence d’utilisation de mots extraits du champ « motivations ? »

De Calm à J’accueille : les évolutions du vocabulaire

29Ces mots peuvent être classés suivant quatre catégories : 1) les mots fréquemment utilisés à la fin de l’été 2015 et dont la proportion décroît par la suite (figure 7, a), 2) les mots utilisés de manière stable de juin 2015 à juin 2017 (figure 7, b), 3) les mots prenant de l’importance à mesure que la couverture médiatique de la crise diminue (figure 7, c), 4) les mots utilisés de manière non caractéristique. De fait, un vocabulaire propre à chaque catégorie peut être dégagé : si la volonté de rester solidaire vis-à-vis du drame et de la détresse des personnes réfugiées en leur proposant un hébergement reste stable dans le temps, c’est d’abord en réponse au choc médiatique (télévision, radio, reportages…) que nombre d’accueillants viennent s’inscrire au programme Calm, comme un réflexe face à l’urgence de la situation. En revanche, plus nous nous éloignons chronologiquement de l’épicentre de la crise et plus l’accueil se conçoit comme une expérience réfléchie et mûrie de longue date : les accueillants disent vouloir intégrer les exilés, les recevoir dans le confort et dans le respect, s’entraider et s’enrichir. Le vocabulaire devient alors plus posé, rassurant (« chaleur », « heureuse », « belle », « cœur »…), et se déploie comme autant de façons d’exprimer le soin et l’hospitalité. Ainsi, la chambre que l’on partage en 2017 prend le relais du coin de canapé que l’on proposait en 2015.

  • 9 Quentin Lobbé, Alexandre Delanoë, David Chavalarias, « Exploring, browsing and interacting with mul (...)

30Y a-t-il eu un autre moment d’urgence comparable à celui de l’été 2015 ? Pour répondre à cette question, nous avons élargi notre analyse et visualisé à l'échelle macro l’évolution de plus de 600 mots utilisés dans le champ « motivations ? » de la base de données Calm (devenue entretemps J’accueille) jusqu’en février 2022. Pour ce faire, nous avons utilisé une approche computationnelle dite de « reconstruction de phylomémie ». Aidés par des algorithmes de fouille de données textuelles, nous avons fait émerger des motifs récurrents et communs aux milliers de réponses enregistrées dans le formulaire. Ces motifs ou thématiques peuvent être vus comme des groupes de mots fréquemment utilisés ensemble par différentes personnes dans le champ « motivations ? ». Ils sont représentés sur la figure 7 par des cercles. Il est ensuite possible de retracer l’évolution au cours du temps de ces thématiques en les reliant entre elles d’un mois à l’autre grâce à une mesure de similarité sémantique. La structure ainsi obtenue s’appelle une phylomémie9 (figure 8). Elle est composée d’une série de branches représentant une filiation cohérente de thèmes qui se répondent et se transforment au fil des mois.

Figure 8. Paysage sémantique évolutif (i. e., phylomémie) de l’ensemble de l’archive de la plateforme Calm entre 2015 et 2022.

Figure 8. Paysage sémantique évolutif (i. e., phylomémie) de l’ensemble de l’archive de la plateforme Calm entre 2015 et 2022.

31La phylomémie confirme, tout d’abord, l’importance de la crise de 2015 marquée par un record d’inscription sur la plateforme et par un « jaillissement sémantique » : c’est entre 2015 et 2017 que s’inventent la majorité des mots de l’accueil. Passé 2017, peu de mots nouveaux intègrent la phylomémie, si ce n’est à la marge comme jalons historiques d’événements migratoires (« Kaboul », « Ukraine », etc.) qui n’auront visiblement pas eu autant d’influence (au regard du contenu de la base de données).

32La branche principale « partage, maison, réfugiés » se caractérise par l’émergence de deux grands thèmes : d’une part, le vocabulaire de l’urgence qui ne sera pas repris dans le reste de la phylomémie ; d’autre part, le vocabulaire de l’hébergement et du partage qui perdurera jusqu’en février 2022. À partir de 2017, le vocabulaire de l’accueil se stabilise autour des notions d’enrichissement et de rencontre. Une place centrale est alors donnée aux enfants des familles d’accueillants (« ma fille », « notre fils », etc.) soit comme déclencheur moral (« que diront mes enfants si je ne fais rien »), soit comme acteur à part entière de l’hospitalité : à travers l’échange avec les personnes hébergées, l’enfant rencontrera une nouvelle culture.

33Cette analyse via les phylomémies n’est qu’une première étape vers une fouille plus complète de l’archive mais, arrivés à ce stade de notre étude, nous pouvons déjà noter une avancée intéressante pour les sciences humaines et sociales en général, tout en restant dans le domaine des humanités numérique et des migrations. Dans son article de 2015 « Les sciences sociales face aux traces du big data ? » Dominique Boullier10 écrivait à juste titre que les traces numériques ne permettaient de saisir que les « vibrations haute fréquence » de nos sociétés, et non les structures sociales de longues durées, ni même les mouvements d’opinion de moyenne fréquence. Ce constat était alors tout à fait vrai : submergés par un flux inédit de traces numériques, les chercheurs en SHS, épaulés par des méthodes computationnelles, se concentraient avant tout sur la détection d’événements, de pics, de variations de grandes amplitudes au présent. Nous pensons aujourd’hui pouvoir dépasser cette limitation grâce aux méthodes nouvelles introduite par la science des complexités (comme la reconstruction de phylomémies) et la constitution méthodique d’archives thématiques par des chercheurs en SHS tel que le corpus Calm sur lequel nous avons travaillé. Il est aujourd’hui possible d’étudier les mouvements d’opinion sur le temps long, tout en changeant d’échelle entre vibrations hautes (les moments d’urgence) et basses fréquences (les invariants sémantiques).

Conclusion

34Approcher avec nos méthodes des humanités numériques le champ de recherche millénaire qu’est l’hospitalité et qui a donné naissance à une si vaste littérature n’est pas sans risques. Tout en reconnaissant les limites d’une telle recherche, nous voulons souligner que – dans une perspective qui dépasse cette étude de cas – l’accès des réfugiés aux technologies numériques a fait évoluer de manière inédite les pratiques de l’hospitalité, à commencer par « la place » que l’on donne à l’étranger et qu’il occupe à l’intérieur de la maison. Recevoir aujourd’hui un réfugié connecté, c’est faire rentrer dans la maison tout un environnement connecté et ses pratiques communicationnelles avec sa famille, son réseau, géographiquement éloignés, mais rapprochés via les TIC d’une manière assidue et quotidienne.

35Grâce à ces technologies numériques, sa présence est ubique. Comment recevoir et aider à l’intégration quelqu’un qui est présent d’une manière plus ou moins complète (physiquement et à distance) sur plusieurs lieux ? Et pour ajouter à la complexité, quelle est cette maison que l’on nomme « comme à la maison » quand l’accueillant, via les TIC, est lui-même un voyageur sur ses propres plateformes de communications à distance ?

Haut de page

Notes

1 Nous avons recensé une centaine d’applications destinées aux réfugiés, voir le tableau 1.

2 Par exemple, le portail Anef : https://administration-etrangers-en-france.interieur.gouv.fr/particuliers/#/ et aussi l’excellente plateforme : https://refugies.info/

3 Anne Gotman, Le sens de l’hospitalité. Essai sur les fondements sociaux de l’accueil de l’autre, Paris, PUF, 2001, p. 300.

4 L’« affective computing » est généralement employé soit pour manipuler les affects des usagers dans des boucles de rétroactions individuelles, soit pour les amener par individualisme méthodologique vers des pratiques de crowdsoursing en coordonnant l’action de foules numérique. David Chavalarias, Toxic Data. Comment les réseaux manipulent nos opinions, Paris, Flammarion, 2022.

5 Evgeny Morozov, Pour tout résoudre cliquez ici. L’aberration du solutionnisme technologique, Limoges, FYP éd., 2014. Le solutionnisme technologique consiste à imposer aux populations des systèmes industriels dits « intelligents » dans le but de régler des problèmes sociaux et politiques. Ces objets industriels sont automatisés et souvent au service d’une économie des données.

6 Antonio A. Casilli, Julian Posada, « The platformization of labor and society », in Mark Graham, William H. Dutton, Society and the Internet: How Networks of Information and Communication Are Changing our Lives, Oxford, Oxford University Press, 2019, pp. 293-306.

7 « Il s’agit d’un certain type de rationalité (a)normative ou (a)politique reposant sur la récolte, l’agrégation et l’analyse automatisée de données en quantité massive de manière à modéliser, anticiper et affecter par avance les comportements possibles. » La gouvernementalité algorithmique est une stratégie de rationalisation et de transcription du réel sous forme de données numériques exploitables par les systèmes informatiques. L’incertitude générée par les comportements humains est effacée (ici les champs d’expression libre) au profit d’une information spontanée et objective, qu’il n’est plus nécessaire de discuter. Voir Antoinette Rouvroy, Thomas Berns, « Gouvernementalité algorithmique et perspectives d’émancipation. Le disparate comme condition d’individuation par la relation ? », in Réseaux, n° 177, 2013, pp. 163-196.

8 Nous unifions ici certains champs voisins des versions successives du formulaire et faisons disparaître les noms et les adresses précises.

9 Quentin Lobbé, Alexandre Delanoë, David Chavalarias, « Exploring, browsing and interacting with multi-level and multi-scale dynamics of knowledge », in Information Visualization, vol. 21, n° 1, 2022.

10 URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01141120/document.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/13962/img-2.png
Fichier image/png, 267k
Titre Figure 2. Évolution de la structure du questionnaire des accueillants de 2015 à 2017.
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/13962/img-3.png
Fichier image/png, 267k
Titre Figure 3. Nombre d’inscriptions par jour au programme Calm (septembre 2015) et pourcentage d’utilisation des mots « Internet » et « radio » dans le champ « motivations ? ». Mise en correspondance avec deux interviews radio.
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/13962/img-4.png
Fichier image/png, 188k
Titre Figure 4. Distribution de l’âge des accueillants.
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/13962/img-5.png
Fichier image/png, 166k
Titre Figure 5. Répartition des accueillants par classes professionnelles.
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/13962/img-6.png
Fichier image/png, 772k
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/13962/img-8.png
Fichier image/png, 752k
Titre Figure 7. Évolution de la fréquence d’utilisation de mots extraits du champ « motivations ? »
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/13962/img-9.png
Fichier image/png, 229k
Titre Figure 8. Paysage sémantique évolutif (i. e., phylomémie) de l’ensemble de l’archive de la plateforme Calm entre 2015 et 2022.
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/13962/img-10.png
Fichier image/png, 378k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dana Diminescu et Quentin Lobbé, « « Comme à la maison ». Les mots de l’hospitalité en ligne »Hommes & migrations, 1337 | 2022, 79-88.

Référence électronique

Dana Diminescu et Quentin Lobbé, « « Comme à la maison ». Les mots de l’hospitalité en ligne »Hommes & migrations [En ligne], 1337 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 23 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/13962 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.13962

Haut de page

Auteurs

Dana Diminescu

Enseignant chercheur au sein de Télécom Paris, Institut polytechnique de Paris, et membre d’i3 (Institut interdisciplinaire de l’innovation), UMR 9217.

Articles du même auteur

Quentin Lobbé

Chercheur post-doctorant, projet Epique, Institut des systèmes complexes de Paris IDF(ISC-PIF), CNRS, Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search