Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1342Champs libresInitiativesPasseur·ses d’Humanité : un festi...

Champs libres
Initiatives

Passeur·ses d’Humanité : un festival de la pensée dans la vallée de la Roya

Marie Poinsot, Jacques Perreux et Yvan Gastaut
p. 182-189

Résumé

Il y a tout juste cinq ans, se déroulait la première édition du Festival des Passeur·ses d’Humanité, du 12 au 15 juillet 2018. Depuis, malgré les années de confinement sanitaire, cet événement largement pluridisciplinaire anime en juillet la vallée de la Roya (06) avec des ateliers en tout genre, des expositions, des conférences et des débats d’idées autour de l’actualité et de l’histoire, des manifestations artistiques, etc.

Haut de page

Texte intégral

1« Parce que nous aimons la Roya, nous y organisons un festival qui encourage les projets, les talents et les énergies qui, comme la vallée, font merveilles. Nous dessinons ce festival pour contribuer à une dynamique de territoire, promouvoir des formes de débat bienveillantes entre personnes d’avis différents, de générations et d’origines diverses. Nous choisissons de tisser des passerelles plutôt que de creuser des fossés. Nos identités ne sont jamais aussi vivantes que lorsqu’elles s’enrichissent des rencontres avec celles des autres. Notre histoire commune avec l’Italie, invitée d’honneur cette année, si proche et si présente dans la vallée, en témoigne », déclare dans son édito du programme de cette année Jacques Perreux, le président des Ami·e·s de la Roya.

2Conçue et mise en œuvre par l’association Les Ami·e·s de la Roya, le festival veut promouvoir un débat calme et productif sur les enjeux majeurs de la société, notamment celui sur-politisé sur les migrations internationales, tout en favorisant la valorisation et la découverte de la vallée, son aspect naturel, ses paysages, sa faune et sa flore, mais aussi la dimension humaine de la Roya, les activités misent en place par ses habitants et la solidarité, l’inventivité de ces derniers.

3L’association, créée le 20 novembre 2017, organise la solidarité avec les habitants de la vallée qui accueillent et aident les exilés au long cours. En effet, c’est dans cette vallée que Cédric Herrou et Pierre-Alain Mannoni et des militants de l’association Roya Citoyenne ont connu des condamnations avec sursis pour avoir aidé des migrants clandestins rejetés en Italie. Ils se battent aujourd’hui pour que l’accueil des immigrés et la solidarité ne soient plus un crime mais un engagement citoyen.

Une édition tournée vers les identités plurielles et en mouvement

4L’édition 2023 du festival, qui a eu lieu du 11 au 16 juillet 2023, affiche un programme ambitieux de rencontres et d’activités entre plusieurs forums thématiques (sur les identités en mouvement « je est un autre » ; la philosophie de l’accueil), des débats (Humains & faune sauvage : pouvons-nous vivre ensemble ? ; Histoire d’une vallée franco-italienne : rattachement ou annexion ? ; Quand les identités plurielles contrecarrent les normes de genre et de sexualité), des ateliers d’artisanat, de chant, de lectures « dessinées », et autres cessions poétiques et de jeux autour de la nature et de la solidarité. La programmation comprend aussi l’animation d’un plateau radio qui se déplace avec le festival et se compose d’entretiens d’auteur·rice·s réalisés par des enfants, des émissions auxquelles chacun peut participer, une cabine sonomaton, une exposition sur les expériences de radios éphémères et un espace d’écoutes de podcasts locaux. Les questions écologiques et migratoires sont discutées ensemble dans une articulation étroite. La programmation invente de nouvelles formes à large potentiel participatif et inclusif afin de créer une dynamique conjointe de développement des relations sociales au sein de et avec la nature environnante.

L’Italie voisine à l’honneur

5En 2023, les Passeur·ses d’Humanité ont souhaité présenter pendant la durée du festival l’exposition Ciao Italia !, en partenariat avec le Musée national de l’histoire de l’immigration, une exposition mobile portant sur l’histoire de l’immigration italienne en France. Dans son passé proche et plus lointain, la vallée de la Roya a eu affaire à cette histoire, en tant que l’un des principaux points de passage des migrants italiens venus chercher du travail ou un refuge de l’autre côté de la frontière. Cette exposition d’archives, de photographies individuelles ou collectives et de récits de vie rend compte pour la première fois à l’échelle nationale de l’histoire de l’immigration italienne en France, qui reste à ce jour la plus importante de l’histoire française. Elle s’est enrichie, au cours de ses nombreuses étapes en France, d’un volet spécifique aux histoires et aux mémoires des présences italiennes sur différents territoires et différentes villes. Inaugurée en musique à Breil-sur-Roya et à Tende par la compagnie Terracanto !, cette exposition interroge aussi les relations actuelles de la France avec l’Italie frontalière sur l’accueil et l’accompagnement des migrants au sein de l’espace Schengen.

6Invitée à participer à un forum sur la philosophie de l’accueil, la revue Hommes & Migrations a été représentée par Yvan Gastaut, historien, spécialiste de l’histoire culturelle de l’immigration et du sport, en sa qualité de membre du comité de rédaction et de coordinateur de nombreux numéros portant sur des périodes charnières dans l’histoire de l’immigration (1973, 1983). Il s’agissait de revenir sur les évolutions de l’accueil des migrants par la société française à l’aune des politiques migratoires mises en place par les pouvoirs publics.

« Le festival est devenu un lieu d’accueil et de promotion de toute l’inventivité de la vallée », Jacques Perreux

7Entretien avec Jacques Perreux, président de l’association Les ami·e·s de la Roya et organisateur du festival Passeur·ses d’Humanité, réalisé par Marie Poinsot, rédactrice en chef de la revue Hommes & Migrations.

Hommes & Migrations : Pourquoi avoir voulu lancer un festival de la pensée ou des idées en France ? Son titre, « Passeur·ses d’Humanité », éclaire-t-il l’identité et la philosophie de ce festival ?

Jacques Perreux : Il n’y a pas de réponses simplistes et clefs en mains aux enjeux déterminants pour notre Humanité tels que le dérèglement climatique, les migrations, la perte de biodiversité, l’aggravation des inégalités sociales. Trouver des solutions qui s’en prennent aux racines des problèmes implique d’accepter le complexe, appelle l’esprit de nuance, la réflexion et le débat. Voilà pourquoi le festival choisit de tisser des passerelles plutôt que de creuser des tranchées.

Ces grands enjeux nourrissent naturellement des réponses différentes, divergentes ou opposées. Le festival a pris le parti du dialogue et de la bienveillance. Certains pensent que la bienveillance est un peu mièvre et bisounours. Pour nous, c’est un principe d’action. Comprendre le point de vue de l’autre est une garantie qu’on lui donne d’être capable d’évoluer et vice versa. Quand on a confiance en ses idées, qu’on croit en leur avenir, pourquoi cliver pour cliver ? Le dialogue bienveillant, c’est la bonne attitude parce qu’il offre une chance de rassembler et donc de faire bouger les lignes.

Notre nom exprime donc cette volonté d’être Passeur·ses d’Humanité. L’humanité ne s’est-elle pas toujours construite à travers les passages, les partages et les rencontres ? L’Histoire nous montre que lorsqu’une société prétend être supérieure ou se replie sur elle-même et s’enferme, cela se termine toujours mal.

H&M : L’originalité de ce festival et de sa programmation inventive tient-elle à l’histoire et à la situation de la vallée de la Roya ?

J. P. : Le festival est né de l’acuité avec laquelle certains enjeux planétaires se posaient dans cette vallée, notamment les enjeux migratoires. Il s’agissait déjà et d’abord de créer des passerelles et les conditions d’un débat paisible sur ce sujet auquel la vallée était fortement confrontée, en évitant d’enfermer les personnes dans des cases définitives : celles qui aident et les autres. La réalité est bien plus complexe. Qu’il s’agisse de l’accueil de migrants comme du combat individuel contre le réchauffement climatique, chacun est plus ambivalent qu’il n’y paraît. Il faut éviter de donner des leçons, de culpabiliser celui qui ne ferait pas comme soi ou « pas assez ». Partout en France et dans le monde, il y a des gens, des associations, des municipalités qui accueillent des migrants, qui aident à remplir les dossiers, qui font de l’alphabétisation, qui aident à l’inclusion par le travail, par le sport, la convivialité. Accueillir prend des formes diverses selon que l’on est dans la Roya, à la frontière, à Calais, en Île-de-France où à Marseille. Le Festival a ouvert ce débat.

Et puis le festival a évolué avec les perceptions que les habitants de la vallée en avaient. Il s’est enraciné autour des enjeux climatiques qui, la tempête Alex l’a prouvé, se posent ici de manière urgente. Le parc national du Mercantour, la vallée des Merveilles rappellent également combien un autre rapport au vivant est indispensable. Dans cette vallée, d’autres enjeux apparaissent à vif. La question des mobilités, par exemple, est cruciale avec le tunnel et la ligne de train franco-italienne toujours en danger. La recherche d’alternatives est forte. Dans cette vallée, de plus en plus de gens viennent chercher et expérimenter d’autres modes de vie plus en osmose et en respect de la nature. Ainsi, le festival s’est emparé et nourri de tous ces enjeux et des projets qui naissent. Et, de fait, il est devenu un lieu d’accueil et de promotion de toute l’inventivité de la vallée.

H&M : Comment est mis en œuvre ce festival, avec quels moyens et quelle participation des habitants de la vallée ?

J. P. : Pour réussir le festival, nous combinons des ressources et des moyens divers. Notre première richesse, c’est l’investissement d’une équipe bénévole, solidaire et déterminée qui coordonne et met en œuvre le programme et recherche les moyens de le financer. À ces moyens humains s’ajoutent des dons réguliers de particuliers attachés aux valeurs du festival. Plusieurs fondations investies dans la solidarité, l’aide aux migrants, les recherches d’alternatives sont également de la partie. Leur nombre s’est encore élargi cette année. Leur soutien est précieux. Comme est précieux l’aide de la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) pour le programme artistique et les actions de transmission culturelle du festival sur le territoire, ainsi que celle du Centre national du livre qui permet au festival de proposer une programmation en littérature de jeunesse de tout premier plan pour les enfants et les familles.

Dans cette vallée enclavée, le festival a créé la surprise et des ondes positives qui inspirent. La Covid et la tempête Alex ont accéléré la participation des habitant·e·s à la construction de l’événement, autant au plan des idées que des expériences sociales ou encore au plan artistique. En apportant un temps, un lieu, le festival fonctionne comme un creuset et une vitrine. Son existence et sa réussite donnent confiance à celles et ceux qui ont des projets dans la vallée. Le festival offre de la visibilité, de la crédibilité aux alternatives de toutes sortes et participe activement à la dynamique territoriale, comme le soutien cette année de la Fondation de France vient de le signifier.

H&M : Pourquoi aborder cette année « les identités plurielles et en mouvement » ? À quel contexte renvoie cette réflexion ? Quels liens sont établis entre les questions d’environnement et de rapport aux autres ?

J. P. : On voit partout s’ériger des murs et des thèses identitaires comme s’il fallait protéger ses racines pour ne pas disparaître. Nous prenons le contrepied de ces idées en montrant, au travers des débats et des spectacles, que nos identités sont multiples, mouvantes, et qu’elles se construisent tout au long de la vie. Nous avons voulu mettre en lumière le fait que nos identités ne sont jamais aussi bien protégées que lorsqu’elles se fécondent dans la rencontre avec celles des autres. La musique, la cuisine, les sciences… ne montrent-elles pas justement que la richesse provient des rencontres et des mélanges ? Dans cette vallée transfrontalière où la frontière a changé plusieurs fois de place dans l’histoire, ce sujet est très sensible. Vouloir enfermer les gens dans une identité unique, par exemple française ou italienne, n’a pas de sens. Le programme du festival a illustré cela de multiples manières.

H&M : Changer les représentations négatives des migrations nécessite-t-il de débattre des valeurs et des principes de la citoyenneté ? Quelle est la place de la participation et de l’agir dans ces évolutions des mentalités sur les migrations ?

J. P. : Grâce au partenariat fructueux que nous avons avec le Musée national de l’histoire de l’immigration, nous avons accueilli cette année l’exposition Ciao Italia !, qui montre l’apport des migrants italiens à la culture et à l’histoire de France. L’exposition éclaire justement à quel point il y a nécessité de batailler autour de l’image de l’apport des mouvements migratoires. L’histoire permet de le mesurer, mais l’urgence du présent face à des politiques de plus en plus répressives et inhumaines nourrit l’égoïsme, le racisme, ou le sentiment d’impuissance.

Nous le savons, nous sommes de plus en plus interdépendants, de surcroît lorsque la planète est en danger. Les sécheresses, inondations, déforestations ne peuvent être imputées à ceux qui les subissent, mais à ceux qui les provoquent. L’eau, l’air, le climat, la terre nous sont communs. La citoyenneté n’est plus d’abord nationale. Une nouvelle citoyenneté planétaire émerge et c’est heureux. Cette nouvelle citoyenneté monte en force dans la jeunesse, avec la prise en compte de l’existence de son voisin planétaire que l’on ne connaît pas. L’ampleur et le succès de nombreuses pétitions mondiales sur les enjeux environnementaux et migratoires également le montrent, mais les institutions sont en retard pour la reconnaissance de ces évolutions.

Naturellement, la place du « faire » pour accompagner le « dire » est essentielle. Les deux sont complémentaires. Celles et ceux qui accueillent et accompagnent des migrants en retirent des expériences toujours marquantes, où on reçoit autant que l’on donne et où on apprend une philosophie de l’accueil respectueuse des désirs de celui ou celle que l’on aide, pour lui faciliter à tracer sa route comme il l’entend. Je pense qu’il faut favoriser ces expériences, mais aussi les rendre facilement accessibles par les débats, pour que les regards changent, que les mentalités évoluent, que le nombre de volontaires à l’action grandisse.

H&M : Quelles sont les perceptions du festival par les visiteurs et par les intervenants ? Quelle est la place et le rôle des artistes et des créations artistiques dans la programmation du festival ? En quoi le festival irradie sur la vallée toute l’année également ?

J. P. : La part des artistes est essentielle. La danse, le cirque, le conte, le concert, le chant, le spectacle vivant jouent un rôle de contrepoint artistique par rapport à l’ébullition d’idées, aux recherches sociales en mouvement. La littérature accompagne le festival tout du long. Les mots, les illustrations, les histoires, les auteurs et autrices de littérature jeunesse et de bande dessinée ont mis en place des formes de rencontres graphiques qui proposent des miroirs sensibles, des traces vivantes aux moments forts de l’événement. Artistes et intervenants sont comme des visiteurs référents qui tissent des fils, des va-et-vient actifs, ouvrent des espaces créatifs. Le choix délibéré de mélanger des artistes et des artisans qui vivent dans la vallée à d’autres venus de plus loin est stimulant pour tous et libère des possibles pour ceux de la vallée. Le festival devient un rendez-vous solide, récurrent, qui stimule des créations et des temps artistiques tout au long de l’année et dans les différents villages. Les artistes invités s’intéressent de près à l’histoire, aux langues, aux traditions de la vallée. Des croisements artistiques naissent dans le domaine de la danse, du conte, du chant et sur le plan littéraire ; deux créations ont été produites cette année, un jeu de conversation plurilingue et un album d’haïkus. C’est une autre façon d’irradier la vallée durant l’année.

« La vallée de la Roya est un espace géographique essentiel pour comprendre les migrations », Yvan Gastaut

8Entretien avec Yvan Gastaut, historien, maître de conférences à l’université Côte d’Azur (Urmis), réalisé par Marie Poinsot, rédactrice en chef de la revue Hommes & Migrations.

H&M : La place des chercheurs dans ce festival est-elle singulière ?

Yvan Gastaut : La singularité de la place des chercheurs dans le festival tient peut-être dans leur capacité à trouver leur place dans une programmation variée et foisonnante qui n’a rien à voir avec un colloque universitaire. Je dirais que le chercheur doit se faire une place, trouver sa voix (ou sa voie) entre des paroles d’artistes, d’acteurs de terrain, de militants associatifs, de citoyens. À chaque fois, il s’agit d’un challenge : comment se montrer intelligible et utile pour un public d’une grande variété qui n’est pas celui de l’entre-soi des cénacles institutionnels. Les personnes sont en vacances, mais gardent l’esprit vif, dans des lieux diversifiés qui offrent l’occasion de s’exprimer différemment (chapiteaux, cloîtres, salles municipales, comptoirs de bar, jardins publics, pleine nature…), souvent en attente d’un propos certes attesté par les sciences humaines et sociales, mais qui n’hésite pas à se montrer interrogatif et critique. La place des chercheurs apparaît ainsi comme une pierre de l’édifice : au même niveau de voix que d’autres, il parle, écoute, échange… et profite du festival.

H&M : Ce festival permet-il de diffuser les savoirs historiques autrement ?

Y. G. : Absolument ! Présent depuis ses débuts à chaque édition du festival, il s’agit pour moi d’une forme de laboratoire sur la diffusion des savoirs en sciences humaines et sociales et, plus particulièrement en ce qui me concerne, en histoire contemporaine. Cela pour plusieurs raisons. La première consiste à se placer dans une certaine forme d’inconfort. Le plaisir d’être à l’affiche du festival se double d’une nécessité d’y apporter une contribution qui se veut à la fois strictement fondée sur des travaux que j’ai pu effectuer depuis des années, sans jargon, en allant à l’essentiel et en se montrant à l’écoute d’un public réactif. D’autre part, dans la vallée de la Roya, l’histoire est une discipline très importante. Le passé tourmenté et frontalier du lieu, par ailleurs enchanteur et d’une grande richesse, amène l’historien à se confronter à de multiples approches du passé de la part de citoyens locaux avec lesquels il faut composer, échanger. Il en ressort une manière de faire de l’histoire en marche. Avec la satisfaction, en général, d’avoir des retours originaux sur ses prestations. Ma vocation étant d’apporter un regard à la fois centré (je ne suis pas un enfant de la vallée, mais pas loin), qui évoque la dimension locale – c’est-à-dire une « histoire d’ici » (même si, au sein de la vallée, il n’y a pas une histoire mais des histoires, celle de Breil et celle de Tende par exemple, étant, par certains aspects, différentes) –, et décentré, c’est-à-dire porter la comparaison dans l’espace et dans le temps, contextualiser, élargir…

H&M : Vous travaillez sur l’histoire des représentations culturelles et sociales de l’immigration en France. Pourquoi faut-il évoquer, dans la vallée de la Roya, l’histoire de l’immigration italienne au regard des réalités migratoires contemporaines ?

Y. G. : La vallée de la Roya est un espace géographique essentiel pour comprendre les migrations, tant dans le département des Alpes-Maritimes qu’en France et en Europe. C’est pour cette raison que le festival Passeur·ses d’Humanité trouve tout son sens en proposant d’investir chaque mois de juillet pendant plusieurs jours ces lieux d’une grande beauté qui incarnent les mobilités en tout genre. La Roya, c’est la mobilité pastorale au sein de la vallée, puis au gré des relations internationales, cette vallée reculée a cristallisé bien des enjeux : au temps du comté de Nice (avant 1860), elle est un tronçon de la route royale qui relie le port de Nice à sa capitale, Turin. Les voyageurs en tout genre l’empruntent et elle se pare d’un ensemble d’édifices impressionnants telles ces magnifiques églises baroques qui jalonnent le parcours, comme à Fontan, par exemple. Puis, en 1860, une frontière la traverse, séparant le haut de la vallée, italien, au bas, français jusqu’en 1947. Autant dire que la question des mobilités entre l’Italie et la France est ici questionnée avec une forte acuité. On peut parler de « gens de frontières » qui « jouent » ou « se jouent » des limites et des identités figées, d’hier à aujourd’hui. D’autant que, depuis quelques décennies, la question des migrations internationales se pose dans la vallée avec l’arrivée de personnes venues du monde entier. Des formes d’hospitalité originales s’y sont organisées, mettant en avant à l’échelle très large des structures d’entraide comme Roya citoyenne et des figures telles qui Cédric Herrou n’ayant pas hésité à se frotter aux autorités politiques pour faire valoir des valeurs de fraternité et d’accueil.

H&M : Le festival est-il aussi pour les universitaires un terrain d’observation sur la société civile ? Quels sont les bénéfices des forums et des débats pluridisciplinaires pour des chercheurs sensibles à la multiplicité des points de vue et des regards sur les grands enjeux de société ?

Y. G. : Oui, le festival est un aussi une forme d’outil pour les chercheurs. Certes, le public, plutôt porté sur des valeurs humanistes et solidaires, n’est pas forcément représentatif de l’ensemble de l’opinion publique ni locale, ni nationale. Néanmoins, il est nécessaire de débattre, de clarifier certaines choses dans des forums, des débats organisés ou en marge sur la question des migrations, de l’accueil. Le public est divers et les avis ne sont pas toujours univoques, loin s’en faut, si l’on rentre dans certains détails ou certains sujets. Pour ma part, je viens notamment y réfléchir à la notion de « récit sur les migrations ». Comment raconter les mobilités, à travers sa propre expérience ou pas, comment faire entendre plusieurs sensibilités à cet égard ? Avec Sylvie Vassalo, nous interrogeons des auteurs de BD qui évoquent les altérités au regard de l’histoire. Ainsi, cette année, les échanges avec Edmond Baudouin, Jacques Ferrandez (des habitués), Baru, Magali Attiogbé, Thomas Azuélos ont été riches. Devant un public attentif, nous avons pu échanger sur les mises en récit du passé, entre histoire et fiction. Par ailleurs, la chanson a été également un formidable terrain d’étude. Avec Géraldine Nari et autour de l’exposition Ciao Italia !, nous avons pu, archives audiovisuelles à l’appui, en soirée, avant un karaoké, réfléchir aux identités et notamment aux italianités en France depuis 1945. Au plaisir d’écouter des airs connus ou pas, oubliés puis retrouvés de la variété italienne (ou franco-italienne), s’est ajoutée une réflexion sur les enjeux identitaires franco-italiens et leurs évolutions. Le temps fort étant la chanson de Serge Reggiani L’Italien, datant de 1971, sur des paroles de Jean-Loup Dabadie, qui raconte une histoire d’amour contrariée par la mobilité (à l’inverse de Gigi L’amoroso de Dalida plus gaie, en 1974), le public apprend que, dans sa version italienne, le titre de la chanson est… Il Francese.

H&M : Vos collègues Christian Rinaudo et Pinar Selek, qui ont participé aux débats du festival, publient cet été un article dans le numéro de la revue Hommes & Migrations consacré aux liens entre activisme, création artistique et migrations ? Un tel festival est-il propice à favoriser de nouvelles dynamiques entre militantisme et initiatives culturelles et artistiques ? Cette position d’engagement peut-elle aussi s’appliquer à la production de connaissances et à l’analyse scientifique sur les migrations d’hier et d’aujourd’hui ?

Y. G. : J’en suis persuadé. Dans mon laboratoire, l’Urmis, chacun est sensible au monde qui l’entoure et, en particulier, à la question de ceux qui sont en mobilité. La mobilité ne peut pas s’entendre sans évoquer le rapport à l’art. Loin de délaisser les questions sociales, il s’agit de réfléchir à la manière dont la création en tout genre est présente à la fois dans l’itinérance, et qu’en outre la question des mobilités inspire grandement les artistes. C’est à ce titre que nombre d’entre nous (hier pour moi, et davantage aujourd’hui pour mes collègues sociologues) interrogent les dynamiques multiples qui s’opèrent entre art et migrations, avec l’enjeu de réfléchir au sensible pour essayer de rendre le monde plus respirable. Ce festival est ainsi ce lieu propice, idéal, pour mettre à l’œuvre ces projets.

Il serait intéressant de multiplier ce type de festival des idées dans d’autres régions de France, en vue de créer des espaces de dialogues et d’échanges entre des personnes issues de mondes culturels et professionnels différents, qui souvent se connaissent peu. Le festival a l’avantage de pouvoir offrir une plateforme pour parler en insistant sur la valorisation des talents et des initiatives locales, sur la diffusion des savoirs scientifiques et des savoir-faire multiples. C’est avec ce type de démarche que l’espace public peut devenir un espace partagé, avec des passerelles et des débats capables de questionner les discours médiatiques producteurs de frontières et d’enfermement dans des certitudes nauséabondes et sources de discriminations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Poinsot, Jacques Perreux et Yvan Gastaut, « Passeur·ses d’Humanité : un festival de la pensée dans la vallée de la Roya »Hommes & migrations, 1342 | 2023, 182-189.

Référence électronique

Marie Poinsot, Jacques Perreux et Yvan Gastaut, « Passeur·ses d’Humanité : un festival de la pensée dans la vallée de la Roya »Hommes & migrations [En ligne], 1342 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/15863 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.15863

Haut de page

Auteurs

Marie Poinsot

Rédactrice en chef de la revue Hommes & Migrations

Articles du même auteur

Jacques Perreux

Président de l’association Les ami·e·s de la Roya et organisateur du festival Passeur·ses d’Humanité

Yvan Gastaut

Historien, maître de conférences à l’université Côte d’Azur (Urmis)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search