Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1343Champs libresLivresFabrice Langrognet, Voisins de pa...

Champs libres
Livres

Fabrice Langrognet, Voisins de passage. Une microhistoire des migrations

Paris, La Découverte, 2023, 368 p., 24 €
Pierre-Jacques Derainne
p. 234
Référence(s) :

Fabrice Langrognet, Voisins de passage. Une microhistoire des migrations, Paris, La Découverte, 2023, 368 p., 24 €

Texte intégral

1L’ouvrage Voisins de passage de Fabrice Langrognet, issu de sa thèse soutenue en 2019, a l’intérêt de confronter plusieurs aspects, souvent dissociés, de l’histoire sociale de la banlieue parisienne : le travail, le logement, les migrations et la sociabilité. L’auteur a choisi comme base d’étude la population, hétérogène du point de vue des provenances géographiques, d’un immeuble misérable de La Plaine Saint-Denis, situé au 96-102, rue de Paris. Il s’écarte ainsi des monographies municipales ou des approches communautaires à l’échelle des quartiers, de type « petite Italie », « petite Espagne », « petite Prusse », etc. Pour mieux appréhender l’évolution des parcours migratoires, des conditions de vie, des relations sociales et des expériences vécues, il opte pour une longue durée d’observation de l’immeuble, à savoir un demi-siècle intégrant le premier conflit mondial. Cette période est bornée par l’année 1882, marquée par l’essor de l’industrialisation locale et des migrations internationales, et par l’année 1932, permettant d’intégrer le début de la crise économique des années 1930.

2Pour ce faire, Fabrice Langrognet a compulsé une énorme masse de sources : état civil, fonds des archives municipales, actes notariés, dossiers de naturalisation, nombreux après 1927, registres de police, dossiers de procédure judiciaire, dossiers de matricules militaires, presse locale et nationale, entretiens oraux… En croisant les données, il a pu identifier un groupe de taille : 4 845 personnes qui vécurent dans l’immeuble entre 1882 et 1932. L’étude de ce corpus met en relief les grands courants migratoires de la banlieue nord-est durant la période, notamment les Alsaciens-Lorrains, les Italiens, les Espagnols… Mais l’étendue des provenances apparaît bien plus large, soulignant l’énorme brassage qui s’opère dans ce territoire à cette époque : en 50 ans, les résidents de l’immeuble proviennent d’un millier de localités réparties sur 21 pays et 172 départements, districts et provinces. L’ouvrage étudie également les filières, géographiques et familiales, en rapport avec les stratégies patronales d’embauche, les itinéraires circulatoires en France et à l’étranger, les relations affinitaires, les lieux du travail – notamment la verrerie Legras à Saint-Denis (71 % des résidents des deux sexes y travaillent en 1901) –, la mobilité professionnelle, les conflits…

3L’analyse de la plasticité des configurations identitaires, ce qu’il nomme « identifications », emprunte trois notions clefs de la sociologie et de la psychologie sociale : la variabilité, l’intersectionnalité et l’agentivité. Cette approche dynamique des relations sociales est préférée aux appréhensions en termes d’« appartenance » nationale ou ethnique que l’auteur juge « essentialistes ». On regrettera parfois certaines absences de contextualisation spatio-temporelle (par exemple, sur la conflictualité inter-ouvrière) qui peuvent opacifier la portée de l’analyse microlocale. Malgré cela, les nombreuses observations sociales, ainsi que les analyses socio-historiques, constituent une source comparative importante pour l’histoire de la banlieue ouvrière. C’est le cas notamment des résultats de l’analyse des données de l’état civil durant la période (282 mariages, 615 déclarations de naissance et 462 de décès). On découvre, en matière de sociabilité, le poids relatif de la proximité spatiale dans les alliances, l’endogamie propre à certains groupes de migrants (par exemple, les originaires de la région de Sora et de Cassino, province de Frosinone en Italie). L’analyse des témoins fait, en outre, apparaître l’importance des sphères familiale et de voisinage immédiat dans la construction des relations. Le souci du détail, par la prise en compte de nombreux « faits divers » relatés par la presse, ne nuit pas, bien au contraire, à la qualité de l’ouvrage, enrichissant notre compréhension de la complexité sociale de la vie banlieusarde. L’utilité de la publication pour de futures recherches complémentaires réside, enfin, dans les 81 pages de références archivistiques et bibliographiques placées en fin d’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Jacques Derainne, « Fabrice Langrognet, Voisins de passage. Une microhistoire des migrations »Hommes & migrations, 1343 | 2023, 234.

Référence électronique

Pierre-Jacques Derainne, « Fabrice Langrognet, Voisins de passage. Une microhistoire des migrations »Hommes & migrations [En ligne], 1343 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/16404 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.16404

Haut de page

Auteur

Pierre-Jacques Derainne

Historien

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search