Skip to navigation – Site map

HomeNuméros1344Champs libresInitiativesComme une trêve au cœur des JO

Champs libres
Initiatives

Comme une trêve au cœur des JO

Nicolas Treiber
p. 146-149

Abstract

Avec son installation de photographies et de textiles, La trêve, présentée à la basilique Saint-Denis du 5 avril au 8 septembre 2024, la réalisatrice et photographe Sophie Comtet Kouyaté propose une immersion dans l’univers onirique des Jeux olympiques antiques. Dans ce nouvel opus de son travail photographique participatif mené avec les populations de Saint-Denis et d’Aubervilliers, les personnages sont incarnés par des habitants et des athlètes olympiques et paralympiques, parmi lesquels Paméra Losange (athlétisme), Yvan Wandji Kepmegni (cécifoot), Aladji Ba (sprint), Cédric Nankin (rugby fauteuil), Mamady Traoré (basket fauteuil) ou encore Alex Adélaïde (para-athlétisme).

Top of page

Editor's notes

Entretien avec Sophie Comtet Kouyaté, réalisatrice et photographe, réalisé par Nicolas Treiber.

Site Internet : https://sophiecomtetkouyate.com/

Full text

Hommes & Migrations : Pouvez-vous rappeler la genèse de votre exposition La trêve ?

Sophie Comtet Kouyaté : Je mène depuis plusieurs années un travail photographique avec les habitants de Saint-Denis (93). Saint-Denis est pour moi un musée à ciel ouvert et une sorte de port où se retrouve le monde entier. Les personnes que je croise ont une espèce de prestance physique assez étonnante. Elles symbolisent quelque chose d’extrêmement vivant que je tâche de faire surgir en photos.

J’ai développé un studio itinérant que je déplace partout dans la ville, et dans lesquels j’organise des ateliers ouverts à toute personne qui désire se faire photographier et entretient un rapport étroit avec Saint-Denis. Dans un cadre convivial, nous fabriquons à la fois les images et les éléments du décor. Les costumes répondent d’une logique d’accumulation, de diversité, et sont réalisés avec des matériaux de récupération. Les ateliers comprennent également des travaux d’écriture sous la conduite de Marie-Astrid Adam.

Nous faisons l’expérience d’incarner ensemble un personnage inspiré par un univers que je déclenche, mais aussi beaucoup par la personnalité du sujet qui va montrer de lui ce qui prime. Pour La trêve, le principe est resté le même, mais la thématique des Jeux olympiques antiques s’est imposée car elle permettait de parler autrement des JO de 2024. J’ai découvert que, durant les Jeux antiques, une trêve était instaurée dans les conflits territoriaux. Dans une ville comme Saint-Denis, bien préoccupée par les conflits dans le monde, la trêve instaure un temps suspendu.

H&M : Comment s’est noué le dialogue avec la basilique de Saint-Denis ?

S. C. K. : Mon projet sur la trêve est entré en dialogue avec la basilique de Saint-Denis sur l’invitation de son directeur, Serge Santos. En poursuivant sur cette idée de temps suspendu, j’ai perçu la forme des gisants, dans leur coucher-debout, comme participant aussi de la trêve. J’ai eu envie de réaliser des gisants flottants. Je souhaitais également que le mobilier de présentation dialogue avec celui de la basilique, pour renforcer ce côté extrêmement précieux que j’adore donner à mes images et à tout ce que je fais avec les habitants de Saint-Denis car ils le méritent ! Les quatre grandes fresques réalisées (180 cm x 50 cm) sont présentées sur des tablettes inclinées qui évoquent des autels. La conversation avec la basilique se poursuit avec des portraits en médaillons suspendus au milieu des tombeaux.

H&M : Outre la participation des habitants de Saint-Denis, La trêve a mobilisé celle d’athlètes, paralympiques en majorité. Pourquoi avoir suscité ce rapprochement ?

S. C. K. : J’ai l’impression qu’il y a une espèce de cousinage entre la condition des gens de Saint-Denis ou de ces quartiers populaires qui luttent pour exister malgré tous les préjugés qui pèsent sur eux et la condition des athlètes paralympiques qui ont tant de mal à trouver de l’argent, à éveiller l’intérêt du public. Ces athlètes sont des héros et nous donnent des leçons de vie. Cette force m’a rappelé celle de certaines personnes que j’ai pu photographier, qui vivent des vies dures et, quand elles posent, expriment naturellement leur royauté. Dans une série précédente Dionysien.nes, des rois et des reines en 2020, j’avais mobilisé le motif du trône, avec l’idée de proposer aux gens de monter sur le trône d’eux-mêmes, d’exprimer la dignité si forte qu’ils savent montrer à travers une posture, une façon d’être, un regard. En passant par les subterfuges du costume, de l’hyper décorum, comme ce boxeur entouré de ses accessoires sportifs, j’ai poursuivi le travail en 2022 avec une autre série consacrée à la façon dont cette population se prépare à accueillir les JO : Dionysien.nes se préparent pour les Jeux olympiques.

La nouvelle série, La trêve, prend pour axe le corps qui se développe en exprimant un mouvement, une position. Alors qu’il était précédemment caché sous une accumulation vestimentaire, le corps ici se libère. Avec ces photos, comme autant de signaux esthétiques, ludiques, peut-être utopiques dans la manière de les présenter, j’ai eu envie de rétablir l’évidence suivante : qu’il s’agisse d’athlètes ou d’habitants, les gens sont là, ils sont vivants, ils se battent.

H&M : Dans La trêve comme dans Dionysien.nes, les habitants sont placés au centre de l’image. Vous avez amorcé en 2019 un travail plurimédias, Canal Saint-Denis. La bascule d’un paysage, autour des transformations du paysage urbain du canal Saint-Denis dans la perspective des JO. Était-ce une manière de donner la priorité à l’espace ?

S. C. K. : Je pars de l’espace pour parler des gens. La transformation du territoire permet d’aborder leur passé, leur présent et leur devenir. Le projet s’intéresse à ces trois temporalités : qu’est-ce que le territoire du canal Saint-Denis ? Quelles histoires porte-t-il ?

Je suis énormément attirée par les paysages périphériques. J’ai commencé à explorer ce trait d’eau entre Paris et la Seine au début des années 2010. J’ai l’impression qu’il draine aussi avec lui le sang des gens morts au travail, de l’exil, des traces d’histoires si fortes qui existaient encore à l’époque et disparaissent peu à peu.

Le projet, toujours basé sur des ateliers avec les habitants, doit s’achever en 2024. Il comprend 4 films, dont le dernier sera tourné durant les JO, des expositions photos, un projet de publication. Nous avons documenté la perception de l’évolution du paysage à travers les récits des habitants qui y vivent et que nous avons recueillis face caméra ou durant les ateliers d’écriture. À chaque fois, je tâche de restituer ces travaux dans un cadre à la fois festif et professionnel. Je ne supporte pas les coups d’épée dans l’eau…

H&M : Comment le thème de la migration s’est-il exprimé dans ce projet au long cours ?

S. C. K. : Le canal est un livre ouvert d’histoire des migrations de travail à l’ère industrielle. Nous avons rencontré cette histoire partout, dans la sensibilité des enfants, dans la mémoire des parents, dans l’architecture. Les migrations espagnoles et portugaises ont forgé l’identité du territoire entre Aubervilliers et Saint-Denis, comme les quartiers du Landy, de Cristino Garcia, d’Henri Roser où il y avait des bidonvilles, puis où se sont élevées ensuite de petites maisons. Certains de ces quartiers ont été réhabilités avec de petits immeubles. Les matériaux utilisés fonctionnent comme des citations du langage architectural de pays comme le Portugal, avec l’emploi par exemple du carrelage en extérieur. En parlant aux gens, ce type de réhabilitations les honore, elle leur dit vous êtes encore ici chez vous. Ailleurs, au contraire, cela peut les pousser autre part.

H&M : La participation des jeunes à vos ateliers a-t-elle pu modifier leur pratique du territoire ?

S. C. K. : C’est complètement le cas. Certains enfants avec lesquels nous avons travaillé n’avaient jamais mis un pied sur le canal, car l’endroit avait mauvaise réputation. Aïda, par exemple, osait à peine nous dire où elle habitait. Après avoir participé au projet, elle a éprouvé une fierté à dire que sa fenêtre donnait directement sur le Stade de France. En allant à la rencontre des enfants dans les maisons de quartiers, nous sommes parvenues à les embarquer sur ce terrain de jeu que constituait pour nous le canal. Et cet espace est devenu comme leur deuxième maison, une possible ouverture vers le monde extérieur.

Top of page

References

Bibliographical reference

Nicolas Treiber, “Comme une trêve au cœur des JO”Hommes & migrations, 1344 | 2024, 146-149.

Electronic reference

Nicolas Treiber, “Comme une trêve au cœur des JO”Hommes & migrations [Online], 1344 | 2024, Online since 01 January 2024, connection on 18 May 2024. URL: http://journals.openedition.org/hommesmigrations/16944; DOI: https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.16944

Top of page

About the author

Nicolas Treiber

Journaliste, secrétaire de rédaction

By this author

Top of page

Copyright

The text and other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search