Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1305DossierQuand les intellectuels français ...

Dossier

Quand les intellectuels français s'engagent

Entretien avec Alain Touraine
Marie Lazaridis
p. 105-107

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

Hommes & Migrations : De quelle façon les exilés ont-ils été accueillis en France par les universitaires et les intellectuels ? Y a-t-il eu une mobilisation particulière ?

Alain Touraine : La société française n’a jamais réagi aussi fortement et positivement que face aux exilés chiliens. La seule comparaison à faire serait avec les Polonais réfugiés de Solidarność. Il y a eu alors un mouvement de solidarité syndicale, mais aussi intellectuel considérable.

Il est vrai que les circonstances sont complètement différentes de celles de la période d’arrivée des exilés espagnols en 1939, au moment de la guerre, ou des Allemands réfugiés (antinazis, juifs) qui ont été mis dans des camps d’internement. Par exemple, Hannah Arendt ou encore Walter Benjamin. L’attitude à l’égard des étrangers est une chose étrange. Au cours de la première moitié du XXe siècle, la France est un pays sans conscience de l’importance de l’immigration. Le sociologue le plus important à cette époque, Maurice Halbwachs, lui-même mort à Buchenwald, soulignait dans un de ses cours combien l’immigration était un thème de première importance aux États-Unis. Or la proportion d’immigrés en France, ou en Angleterre d’ailleurs, était à peu près semblable à celle aux États-Unis. Ce que les Français ne savaient pas du tout, malgré le nombre considérable d’immigrés entre les deux guerres : les juifs, les Polonais, les Espagnols, les Italiens, etc.

C’est la raison pour laquelle dire que les Chiliens ont été très bien accueillis est tout à fait vrai. C’est d’autant plus surprenant que le milieu français était assez fermé, en raison d’une méconnaissance, voire d’un rejet des étrangers.

Après la guerre, le phénomène massif, c’est la migration interne qui vide la campagne française. Au recensement de 1946, un tiers des Français sont encore paysans. Henri Mendras et d’autres sociologues ont analysé cette fin des paysans. Aujourd’hui, la société française comporte seulement 2 à 3 % de paysans, alors qu’au XIXe, elle en comptait plus de 50 %. Le départ pour la ville et l’urbanisation ont été des rouleaux compresseurs qui ont broyé par leur masse les Parisiens, les banlieusards et le monde des HLM. Dans les années 1970, par exemple, la SNCF a commencé à vendre moins de billets pour le 1er novembre. Après la guerre, les gens allaient encore massivement pour le Jour des morts dans leur village d’origine. La France vit des transformations internes plus importantes que les transformations externes. Aujourd’hui, la préoccupation dominante est de nouveau l’immigration.

Les Chiliens arrivent à la fin des Trente Glorieuses. C’est une époque intermédiaire, la société commence à s’inquiéter, mais elle est encore dans une phase relativement calme, à l’exception des événements de 1968. La guerre d’Algérie, après celle d’Indochine se termine en 1962. Vous avez le mouvement étudiant, la grève générale en 1968. La période 1973 est une intense période d’activité du gauchisme politique. Je dirais au moins aussi importante, peut-être même plus qu’en Allemagne, mais moins qu’en Italie. En France, on se souvient plus de 1968 que des années 1970 où dominent les trotskistes, les maoïstes, avec des attentats et des morts. La France est encore à la fois solide et forte, mais déjà inquiète sur elle-même. En raison de cette urbanisation, Manuel Castells lance par exemple La Question urbaine, qui va avoir un gros impact. Ces éléments internes français expliquent l’accueil favorable réservé aux exilés chiliens en septembre 1973.

HetM : Les Chiliens se sont-ils rapidement intégrés dans la société française grâce à ce mouvement de solidarité ?

A. T. : Je me suis très vite fixé un critère pour savoir ce qu’allaient devenir les exilés chiliens. C’est celui de l’apprentissage de la langue. Une personne qui est en France depuis six ans et qui ne parle pas du tout français ne s’intégrera pas. Celui qui parle un mauvais français, mais qui fait l’effort d’apprendre un peu la langue, s’en tirera parce que l’accueil sera favorable. Beaucoup de gens se sont fait prendre en charge, n’ont pas appris le français, se sont même abrités dans les services administratifs dans des municipalités ou au CNRS, mais la grande majorité a fait les efforts nécessaires pour s’intégrer. Je dirais que c’est un cas fréquent et très majoritaire.

HetM : La France a-t-elle gardé des traces de cet accueil des Chiliens ?

A. T. : Il existe encore beaucoup d’avenues Allende et de collèges Neruda partout en France. C’est un phénomène exceptionnel. Je ne pense pas que vous trouviez des avenues Lech-Waleza ou Solidarité dans la même proportion. Surtout dans les municipalités de gauche de la région parisienne qui étaient encore des villes communistes à ce moment-là. Je peux en parler parce que moi-même, et ma femme encore davantage, nous nous sommes beaucoup investis dans l’aide aux exilés. J’ai personnellement, grâce à des chefs d’entreprise, trouvé un certain nombre d’emplois. Aujourd’hui, allez donc trouver un emploi pour un réfugié irakien ou afghan ! Je pense à un ami qui était homme politique, député au Chili. Je suis allé voir le patron des Ciments Lafarge, un catholique très pratiquant. Il lui a tout de suite offert un poste d’ingénieur et ce Chilien a fait une carrière d’ingénieur dans cette entreprise. C’est impensable aujourd’hui.

HetM : Les exilés chiliens ont-ils apporté une réflexion politique sur le cas Allende qui a été une référence pour la gauche française ? Quelle a été l’influence de l’expérience chilienne de l’exil sur le monde intellectuel français au cours des années 1970-1980 ?

A. T. : Les grands courants des migrations chiliennes ont d’abord été dirigés vers l’Amérique latine. C’est le Mexique qui a accueilli le plus de Chiliens. Dans le monde occidental, la France a été la plus ouverte, avec la Suède, l’Allemagne et l’Italie. L’Angleterre très peu. En France, il y avait une sorte d’unanimité autour des exilés chiliens. Loin de l’image publique des révolutionnaires excités et caricaturaux d’Amérique latine comme on les présentait souvent, cela faisait plaisir de retrouver des démocrates. À Cuba, le guevarisme a joué selon moi, y compris pour le Chili, un rôle négatif. Au contraire, le gouvernement Allende fut d’abord un mouvement démocratique, une démocratie renversée par une dictature. Cette image ne correspondait pas complètement à la réalité – je n’ai pas toujours pensé cela – car il n’y a pas de personnage politique aussi complexe et aussi tragique qu’Allende, qui portait tant de personnages en lui, mais, oui, l’image forte d’une démocratie renversée par une dictature militaire est juste.

Les exilés chiliens avaient une activité politique très développée, souvent syndicale. Ce qui d’ailleurs a joué positivement en leur faveur en créant des filières de recrutement, notamment dans les municipalités.

De temps en temps, celles-ci ont organisé des expositions de photos d’exilés chiliens devenus des militants de leur ville d’accueil. Le Chili, du fait de la présence des Brésiliens exilés et de la Cepal (Institut d’analyses économiques pour tout le continent), avait une assise intellectuelle internationale, mais aussi chilienne, de très bonne qualité.

Par comparaison, chez les Argentins, l’intelligentsia était évidemment beaucoup plus forte qu’au Chili. L’Argentine et le Venezuela ont été les pays les plus touchés par la forme la plus radicale des théories de la dépendance.

Or la vie intellectuelle latino-américaine, pendant trente ans, a été dominée par le débat autour du thème de la dépendance. Le groupe de sociologues dirigé par Fernando Henrique Cardoso et Enzo Faletto pensait que c’était une dimension essentielle mais non unique de la situation et qu’il fallait donner autant d’importance à la lutte des classes et à l’intégration nationale. Alors que les radicaux disaient que la dépendance dominait tout, qu’il n’y avait pas d’espace autonome pour le politique. Les Chiliens ont davantage opté pour la voie démocratique qui reposait sur la théorie de la multidimensionnalité des situations. Au total, avec beaucoup de recul, c’est la signification symbolique des Chiliens comme représentant la gauche démocratique qui m’apparaît comme le trait marquant de cette période.

HetM : N’y a-t-il pas eu une influence sur le Parti socialiste, sur les discussions de l’époque au sujet du programme commun, de l’Union de la gauche ?

A. T. : Vous savez, Épinay, en 1971, c’est au même moment que l’Unité populaire, autrement dit le Parti communiste, a apporté à la gauche française un électorat encore populaire. Comme le Parti socialiste était tout sauf populaire et ouvrier, l’apport électoral des communistes était important. Aujourd’hui, le Parti communiste est avant tout un parti d’élus municipaux et non plus un parti de masse.

En politique, le symbolique est plus important que le réel. Les symboles qui ont représenté la gauche démocratique – contre le monde soviétique – étaient à l’échelle du monde d’alors. Et les Chiliens avaient de bonnes raisons d’être considérés comme des démocrates. Même si un certain nombre d’entre eux, surreprésentés dans l’immigration, étaient aussi des militants fidèles du Parti communiste. J’insiste : l’image du Chili comme démocratie renversée par une dictature militaire a correspondu à la réalité historique la plus importante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Lazaridis, « Quand les intellectuels français s'engagent »Hommes & migrations, 1305 | 2014, 105-107.

Référence électronique

Marie Lazaridis, « Quand les intellectuels français s'engagent »Hommes & migrations [En ligne], 1305 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 05 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/2727 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.2727

Haut de page

Auteur

Marie Lazaridis

Membre du comité de rédaction de la revue.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search