Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1305ChroniquesRepéragesUne mémoire qui resurgit

Chroniques
Repérages

Une mémoire qui resurgit

Les travailleurs indochinois de la Seconde Guerre mondiale
Pierre Daum
p. 156-159

Texte intégral

  • 1 Voir le très beau récit écrit par l’un d’entre eux, Nguyen Van Thanh, Saïgon-Marseille aller simple (...)
  • 2 En 1939, la population de l’Indochine s’élevait à environ 25 millions de personnes, dont 95 % de ru (...)
  • 3 Dans la colonie, les Vietnamiens étaient soumis à des lois spécifiques, rassemblées dans le Code de (...)

1Pendant presque soixante-dix ans, bien peu ont entendu parler de cette page d’histoire. En septembre 1939, au moment de la déclaration de guerre, le gouvernement français a fait venir de gré ou de force 20 000 paysans vietnamiens, afin de les utiliser comme ouvriers dans les usines d'armement. Le nombre de volontaires ne dépassa pas quelques centaines, recrutés parmi les enfants de l'élite “indigène”. Ils servirent d'interprètes à leurs compatriotes1. Le recrutement de l'immense majorité se fit ensuite au sein de la paysannerie pauvre et soumise du Vietnam colonisé2. Arrachés à leur famille – certains d'entre eux étaient mariés et avaient des enfants –, ces hommes furent transportés vers la France dans les cales de bateaux destinées aux marchandises. Débarqués à Marseille après plusieurs semaines d'un voyage éprouvant, ils passèrent leur première nuit dans les cellules de la prison des Baumettes, dont la construction venait juste d’être achevée. Organisés en compagnies de 250 hommes commandées par un encadrement français imprégné de préjugés coloniaux3, ces hommes furent répartis dans toute la France sur des sites industriels relevant de la défense nationale – la plupart du temps des poudreries, où le travail était à la fois simple à expliquer à des paysans sans expérience industrielle ni connaissance de la langue française, et particulièrement dangereux (irritations violentes de la peau, risques d'explosion).

  • 4 Ce chiffre est donné par Mireille Favre, “Un milieu porteur de modernisation. Travailleurs et tirai (...)
  • 5 La thèse de Mireille Favre (aujourd’hui Mireille Le Van Ho) doit paraître en septembre 2014 aux édi (...)

2L’idée d’utiliser une main-d’œuvre coloniale pour les besoins de la guerre n’était pas nouvelle. Déjà, au cours de la Première Guerre mondiale, la France avait fait venir entre 40 000 et 50 000 paysans vietnamiens destinés aux usines d’armement4. Le plan de recrutement s’improvisa après le déclenchement du conflit, et les premiers ouvriers non spécialisés vietnamiens ne débarquèrent à Marseille que fin 1915. Le gros des troupes arriva en 1916. Il fut prioritairement envoyé dans les immenses usines d’armement du Ripault (près de Tours), de Bourges ou de Toulouse. Dès la fin du conflit, les rapatriements s’organisèrent. Mireille Favre, seule chercheuse à avoir travaillé en profondeur sur ce sujet, estime qu’une centaine d’entre eux restèrent en France et devinrent des militants actifs de la lutte anticoloniale5.

Parqués dans des camps d’internement

  • 6 Ce service n’a évidemment rien à voir avec le mouvement de résistance de la Main-d’œuvre immigrée.
  • 7 Voir Pierre Daum, “Quand les Indochinois cultivaient la Camargue”, in Géo Histoire n°8, avril-mai 2 (...)

3Les Indochinois venus faire tourner les usines d’armement lors du second conflit mondial seront, eux, pour la plupart, contraints de rester en France après la défaite de la France en juin 1940. Seuls 5 000 d’entre eux peuvent alors être rapatriés, avant que la flotte britannique n'empêche tout bateau français de rejoindre l'Extrême-Orient. Les 15 000 restants sont parqués dans des camps d'internement de la zone Sud : Marseille, Sorgues, Saint-Chamas, Agde, Toulouse, Bergerac, etc. Pour leur gestion, un service ad hoc est créé au sein du ministère du Travail : le service de la Main-d’œuvre indigène (MOI)6. Pendant plusieurs années, ce service louera, pour un coût deux fois moins élevé que le salaire des ouvriers français, la force de travail de ces hommes à toutes les entreprises françaises qui en font la demande. L'entreprise verse alors de l'argent à l'État français, qui ne redistribue aucun salaire aux ouvriers. Les travailleurs indochinois sont envoyés dans tous les secteurs de l’économie française : agriculture, forestage, construction de routes, assèchement de marais, industrie chimique ou textile, etc. Parmi tous les travaux effectués par ces hommes, celui qui marque le plus les esprits est la relance de la riziculture en Camargue7.

  • 8 Les premiers Vietnamiens sont arrivés en France avant 1914. Domestiques, marins, typographes, étudi (...)
  • 9 Tout comme fut oubliée la présence massive de travailleurs indochinois pendant la Première Guerre m (...)

4En 1945, le gouvernement du général de Gaulle réquisitionne tous les bateaux en partance pour l'Extrême-Orient afin d'envoyer la troupe française mater les désirs d'indépendance du peuple vietnamien, sans envisager le rapatriement de ces hommes. Ce n'est que trois ans plus tard que les premiers pourront enfin revoir leur pays. De 1948 à 1952, des rapatriements sont organisés. 2 000 à 3 000 travailleurs indochinois décident de rester en France, ayant rencontré une femme, souvent française, et fondé une famille. Ces hommes constituent la première vague importante d’immigration vietnamienne sur le sol français8. Puis leur histoire sombre vite dans l’oubli9.

Silence des pères

  • 10 La guerre d’Indochine débute en novembre 1946 avec le bombardement de Haiphong par l’aviation franç (...)

5Pourquoi a-t-il fallu presque soixante-dix ans avant que l'on entende enfin parler de ces hommes ? Il existe plusieurs raisons à cela. La première réside dans le silence des pères. Ceux qui sont restés en France n’ont jamais rien raconté à leurs enfants de leur départ du Vietnam, et des premières années dans les camps d’internement en métropole. “À partir du moment où j’avais choisi de faire des enfants français, je ne voulais pas qu’ils grandissent avec une mauvaise image de leur pays”, expliquent aujourd’hui plusieurs anciens travailleurs indochinois. Quant à ceux rentrés au Vietnam en pleine guerre de leur peuple contre les soldats français10, ils furent immédiatement soupçonnés d’avoir travaillé pour l’armée ennemie pendant ces années passées en France. Un malentendu historique qui les obligea pendant des décennies à taire leur passé.

  • 11 Une histoire qui dura plus de trois siècles, entre la prise de possession des Antilles au XVIIe et (...)

6À ce silence s’ajoute la difficulté des peuples à regarder et à reconnaître les pages sombre de leur passé. En France, certains épisodes particulièrement cruels de l’histoire coloniale11 (enfumades en Algérie en 1845, répression du soulèvement de Yen Bay en Indochine en 1930, massacres à Sétif et Guelma autour du 8 mai 1945, puis en 1947 à Madagascar, bagne de Poulo Condor au sud de Saigon, recours à la torture pendant les guerres d’Indochine et d’Algérie, etc.), pourtant de plus en plus connus des historiens, tardent toujours à être officiellement reconnus par l’État. Une telle occultation ne favorise pas la connaissance par la population.

Travaux restés dans l’ombre

  • 12 Pierre Angeli, “Les travailleurs indochinois en France pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-194 (...)
  • 13 Benjamin Stora, “Les travailleurs indochinois en France pendant la Seconde Guerre mondiale”, in Les (...)
  • 14 Liêm Khê Tran Nu, “Les travailleurs indochinois en France de 1939 à 1948”, mémoire de maîtrise sous (...)
  • 15 www.travailleurs-indochinois.org.

7Dernière raison de ce long silence : la difficile diffusion des travaux des spécialistes. Car des travaux sur les travailleurs indochinois, il y en a eu. Dès 1946, Pierre Angeli, jeune fonctionnaire français affecté à l’encadrement d’une compagnie de travailleurs indochinois, choisit d'utiliser son expérience récente pour une thèse de doctorat, qu'il soutiendra à la faculté de droit de Paris12. En 1983, Benjamin Stora, avant de se spécialiser sur l’Algérie, se penche sur leur histoire dans un article paru dans Les Cahiers du CERMTRI (Centre d'études et de recherches sur les mouvements trotskyste et révolutionnaires internationaux)13. En 1988, Liêm Khê Tran Nu, étudiante à l'université de Nanterre, leur consacre son mémoire de maîtrise14. En 1996, un film documentaire, Les Hommes des trois Ky, de Dzu Le Lieu, est diffusé un soir à minuit sur la chaîne Planète. Puis un ancien interprète du service de la Main-d’œuvre indigène (M.O.I.) resté en France, Lê Huu Tho, publie en 1997 ses Mémoires chez L'Harmattan : Itinéraire d’un petit mandarin. En 2003, enfin, le fils d'un ancien travailleur indochinois crée un site Internet dédié à la mémoire de son père et de ses 20 000 anciens camarades15. Autant d’initiatives diverses et riches d’informations qui resteront cependant dans l’ombre.

Réveil des mémoires

8Ce n’est qu’en 2009, année de la publication d’Immigrés de force chez Actes Sud, qu’un large public commence à prendre connaissance de cette page d’histoire coloniale. Pourquoi le voile se lève-t-il enfin ? Parce que ce livre a été publié par une maison d’édition importante ? Parce qu’il a été écrit par un journaliste et aurait bénéficié d’un regard bienveillant de la part de collègues ? Parce qu’il mêle travail historique sur les archives et témoignages humains, créant un style d’écriture accessible à tous ? Parce que ce travail, produit par un chercheur sans aucun lien familial avec le Vietnam, offre a priori plus de gages d’objectivité ? Parce que, cinquante ans après l’évanouissement définitif de son rêve colonial (indépendance de l’Algérie en 1962), la société française est aujourd’hui capable – voire désireuse – de regarder lucidement les pages sombres de son histoire ? Toutes ces hypothèses ont peu ou prou favorisé l’écho provoqué par Immigrés de force. La création d’une exposition itinérante en 201116, puis l’adaptation du livre au cinéma par Lam Lê, dans Công Binh, la longue nuit indochinoise, sorti en janvier 2013, ont fini de rendre accessible au plus grand nombre cette page d’histoire.

9La publication d’Immigrés de force a suscité un véritable réveil des mémoires. Des maires, dont les communes avaient été particulièrement marquées par cet épisode, ont organisé des journées d’hommage aux travailleurs indochinois : Arles le 10 décembre 2009 ; Miramas/Saint-Chamas le 16 octobre 2011 ; Toulouse le 30 novembre 2012 ; Bergerac le 14 décembre 2012 ; Sorgues le 6 septembre 201217. Dans chacune de ces communes, comme dans les villes par lesquelles est passée l’exposition itinérante, des personnes âgées se sont soudain souvenues de ces étranges “Annamites” et ont commencé à en parler autour d’elles. Les médias locaux ont consacré de nombreux articles ou reportages télévisuels à cette page d’histoire si longtemps enfouie. Aujourd’hui, un projet d’édification d’une stèle nationale en Camargue est soutenu par l’État et toutes les collectivités territoriales de la région. Ce mémorial pourrait être inauguré à l’automne 2014, en présence des plus hautes autorités de la République.

Silence sur l’histoire du père

  • 18 Sous l’impulsion de Frédéric Vigouroux, maire de Miramas (BdR), une série de questions écrites ont (...)

10Surtout, alors que la plupart de leurs pères sont décédés depuis plusieurs années, des centaines d’enfants de travailleurs indochinois ont soudain découvert une histoire qu’ils ignoraient. “Moi, c’est bien simple, avant le livre, je ne savais rien de l’arrivée de mon père en France !”, entend-on très souvent chez les uns ou les autres. À l’occasion de ces journées d’hommage, ces hommes et ces femmes, d’une soixantaine d’années aujourd’hui, se sont rencontrés et ont échangé leurs expériences. Prolongées sur Internet (e-mails, Facebook, etc.), ces rencontres ont favorisé leur rapprochement, tous partagent le désir d’en savoir plus sur la trajectoire personnelle de leur père et la volonté de faire connaître cette histoire au plus grand nombre. Et de la faire reconnaître par la République française. Une minorité se pose même la question de savoir s’il faut ou non demander une réparation financière. Au début des années 1980, un groupe d’anciens travailleurs indochinois avaient tenté d’obtenir que les années passées au sein de la MOI soient comptabilisées dans le calcul de leur retraite. L’État avait finalement accepté pour ceux restés en France, mais avait refusé pour les autres. Quant à régler les salaires jamais versés, ou à indemniser le tort subi, il n’en a jamais été question18.

  • 19 Association pour un mémorial aux ouvriers indochinois (MOI), dont le siège est à Salin-de-Giraud, e (...)

11En 2012, le projet d’édification d’un mémorial en Camargue a provoqué la création d’une association par une poignée de descendants19. Cette structure s’est depuis élargie, provoquant de nouveaux questionnements. Quelles formes de reconnaissance demander : mémorial, journées d’hommage, inscription dans les livres scolaires, plaques commémoratives… ? Faut-il aller jusqu’à réclamer une réparation financière ? Quelle est la légitimité d’un tel combat par rapport à ceux menés pour la mémoire d’autres victimes de l’histoire de France (juifs, harkis, Algériens, Républicains espagnols…) ? Autant de questions qui traversent cette association de descendants et montrent que l’écriture de l’histoire des travailleurs indochinois est encore loin d’être achevée.

Haut de page

Notes

1 Voir le très beau récit écrit par l’un d’entre eux, Nguyen Van Thanh, Saïgon-Marseille aller simple, un fils de mandarin dans les camps de travailleurs en France, préface de Pierre Daum, Elytis, 2012.

2 En 1939, la population de l’Indochine s’élevait à environ 25 millions de personnes, dont 95 % de ruraux. Le nombre de Français (administrateurs, militaires, fonctionnaires, hommes d’affaires, etc.) ne dépassait pas 25 000.

3 Dans la colonie, les Vietnamiens étaient soumis à des lois spécifiques, rassemblées dans le Code de l’Indigénat. Comme le souligne Gilles Manceron dans sa préface d’Immigrés de force, cet épisode des travailleurs indochinois en France offre “une sorte de transposition sur le sol métropolitain de la condition coloniale”.

4 Ce chiffre est donné par Mireille Favre, “Un milieu porteur de modernisation. Travailleurs et tirailleurs vietnamiens en France pendant la Première Guerre mondiale”, thèse de l’Ecole des Chartes de Paris, 1986, page 200. Elle mentionne comme source le Caom, Gougal 24/217. Dans son article “Une histoire croisée : l’immigration politique indochinoise en France (1911-1945)”, in Hommes & Migrations, n° 1253, janvier-février 2005, Pierre Brocheux parle de 49 180 travailleurs.

5 La thèse de Mireille Favre (aujourd’hui Mireille Le Van Ho) doit paraître en septembre 2014 aux éditions Vendémiaire à Paris sous le titre : 14-18, 50 000 Vietnamiens dans l’industrie de guerre française.

6 Ce service n’a évidemment rien à voir avec le mouvement de résistance de la Main-d’œuvre immigrée.

7 Voir Pierre Daum, “Quand les Indochinois cultivaient la Camargue”, in Géo Histoire n°8, avril-mai 2013, pages 118 à 126.

8 Les premiers Vietnamiens sont arrivés en France avant 1914. Domestiques, marins, typographes, étudiants, ils sont peu nombreux, mais parmi eux se trouvent quelques grandes figures de la révolution vietnamienne en marche, dont Nguyễn Sinh Cung, le futur Hô Chi Minh. Sur ces premiers mouvements de Vietnamiens vers la métropole, voir Pierre Brocheux, art. cit. Et aussi Richard Derderian, “La conquête de l'Indochine et le déplacement des Vietnamiens dans les anciennes colonies françaises”, conférence donnée le 18 juin 2004 à Institut d’Asie orientale, université de Lyon.

9 Tout comme fut oubliée la présence massive de travailleurs indochinois pendant la Première Guerre mondiale, qui eux, en plus, n’eurent pas de descendants en France pour porter leur mémoire. On peut espérer que la publication du livre de Mireille Le Van Ho, ainsi que les commémorations du centenaire de la Grande Guerre, vont peu à peu lever le voile.

10 La guerre d’Indochine débute en novembre 1946 avec le bombardement de Haiphong par l’aviation française (plusieurs milliers de morts civils), et se termine par les accords de Genève le 21 juillet 1954.

11 Une histoire qui dura plus de trois siècles, entre la prise de possession des Antilles au XVIIe et la fin de la guerre d’Algérie en 1962.

12 Pierre Angeli, “Les travailleurs indochinois en France pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945)”, thèse de doctorat, faculté de droit de l’université de Paris, soutenue en 1946.

13 Benjamin Stora, “Les travailleurs indochinois en France pendant la Seconde Guerre mondiale”, in Les Cahiers du CERMTRI, n° 28, avril 1983, 37 pages.

14 Liêm Khê Tran Nu, “Les travailleurs indochinois en France de 1939 à 1948”, mémoire de maîtrise sous la direction de Philippe Vigier, université de Paris-X, 1987/1988. Liêm Khê Tran Nu (devenue Luguern) a déposé un sujet de thèse sur le même sujet en 2004, sous la direction de Gérard Noiriel, mais elle ne l’a pas encore soutenue.

15 www.travailleurs-indochinois.org.

16 Pour des informations sur cette exposition, voir www.immigresdeforce.com/l-exposition.

17 Pour des informations sur ces hommages, voir www.immigresdeforce.com/le-livre/reconnaissance.

18 Sous l’impulsion de Frédéric Vigouroux, maire de Miramas (BdR), une série de questions écrites ont été déposées au Parlement depuis décembre 2011 par des députés et sénateurs de quatre partis, PCF, PS, Verts et UMP. Reprenant à chaque fois à peu près la même formulation, les élus demandent au gouvernement “de bien vouloir envisager la reconnaissance officielle de ce drame de l'histoire coloniale et la juste indemnisation des familles de ces travailleurs” (Question écrite n° 21284 de M. Roland Povinelli, sénateur des Bouches-du-Rhône, publiée dans le JO Sénat du 08/12/2011 – p. 3115).

19 Association pour un mémorial aux ouvriers indochinois (MOI), dont le siège est à Salin-de-Giraud, et le président Richard Trinh.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Daum, « Une mémoire qui resurgit »Hommes & migrations, 1305 | 2014, 156-159.

Référence électronique

Pierre Daum, « Une mémoire qui resurgit »Hommes & migrations [En ligne], 1305 | 2014, mis en ligne le 10 juillet 2014, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/2757 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.2757

Haut de page

Auteur

Pierre Daum

Journaliste, auteur d’Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France 1939 – 1952 (Actes Sud, 2009, préface de Gilles Manceron).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search