Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1305ChroniquesCinéma12 years a slave

Chroniques
Cinéma

12 years a slave

Film britannique de Steeve McQueen
Anaïs Vincent
p. 193-194

Texte intégral

1La sortie en salle du dernier film du réalisateur britannique Steeve Mc Queen, Twelve Years a Slave n'est pas passée inaperçue. Multinominé aux Oscars, ce troisième long-métrage est sorti grand vainqueur de la compétition, récompensé pour le meilleur film de l'année, la meilleure adaptation et le meilleur rôle féminin.

2Le scénario a été adapté du récit de Solomon Northrup, l'un des rares esclaves a avoir retrouvé la liberté. Solomon est un jeune père de famille noir citoyen de l'État de New York, violoniste libre. Drogué à son insu, il est kidnappé en 1841 à Washington pour être vendu à un marchand d'esclaves et libéré en 1853. Il est acheté tour à tour par différents négriers et raconte avec violence ses douze années de captivité avec une précision glaçante. Avec lui nous sommes plongés dans les méandres de l'obscurantisme américain de la fin du XIXe siècle. Devoir mémoriel, les films sur cette période sombre de l'histoire se succèdent à Hollywood. Après le sanglant et caricatural Django Unchained de Tarantino, Steeve McQueen aborde la question de l'esclavage avec une grande virtuosité. En quoi sa vision diffère-t-elle de ses prédécesseurs ?

3La première scène du film s'ouvre sur un plan des esclaves figés comme posant dans un champ de cannes à sucre. Reconstitution d'une photographie documentant un passé sordide. La première pierre est posée. Le ton est donné. Avec exactitude Steeve McQueen colle au récit de Solomon Northrup. Les Slaves narratives, ces récits d'esclaves furent très populaires pour soutenir les thèses abolitionnistes puis tombèrent progressivement dans l'oubli jusqu'à ce qu'ils soient réétudiés par les historiens à partir des années 1960, constituant des témoignages précieux d'une période si trouble et si difficile à expier.

4En 1841, John Tyler est élu dixième président des États-Unis. Depuis 1787, l'ordonnance du Nord-Ouest interdit l'esclavage dans le territoire du Nord-Ouest. L'abolitionnisme porté par une vague internationale touche les États-Unis. La traite négrière est abolie officiellement en 1808, même si les contrebandiers la poursuivent clandestinement pendant plusieurs années. À l'issu de la Guerre de sécession l'abolition de l'esclavage est proclamée le 18 décembre 1865.

5Mais en 1841, les grandes exploitations agricoles du sud continuent à exploiter en toute impunité une main-d'œuvre d'esclaves noirs. Pourtant Steeve McQueen n'oppose jamais Sud et Nord. Il sait que la réalité était plus complexe. La condition des Noirs était loin d'être idyllique dans les États du Nord et parfois la situation de certains au Sud étaient plus vivable.

6Dès son enlèvement, les ravisseurs falsifient l'identité de Solomon. Il devient Pratt et comprend très vite que pour survivre, il est vital d'oublier son passé. Broyé par ce commerce, dans un atroce processus de réification, il raconte cette soumission. Son souffle, cette respiration vitale ponctue le récit et laisse retentir le silence de l'innommable. Il nous prend à témoin dans un regard caméra inquisiteur.

7Le cinéaste retranscrit avec précision la violence physique, le sifflement du fouet sur les corps engourdis par le labeur, la chair à vif, décrits dans ses mémoires. Il revient avec force détails sur l'épisode si angoissant de la pesée et la façon dont les hommes étaient roués de coups s'ils n'avaient pas atteint leurs quotas de récolte.

8Nul manichéisme pourtant, l'ambivalence règne. Son violon qui le rattache à sa vie d'homme libre et lui permet de gagner quelques pièces en jouant occasionnellement pour les réceptions du juge, devient instrument de torture lorsque Edwins Epps (Michael Fassbender), le propriétaire de l'exploitation de coton de Bayou Boeuf, lui demande de jouer pour faire danser ses camarades épuisés dans un bal grotesque et humiliant. Dans un excès de désespoir, il le brise.

9Le réalisateur choisit un des rares récits décrivant la condition des femmes avec très peu de pudeur. La jeune Patsey est doublement esclave. Le soir, la récolte finie, elle est violée par l'ignoble Edwins Epps. Violences physiques et psychologiques se mêlent.

10Mais, comme l'affirme Henri Louis Gate, spécialiste de la black culture, et conseillé sur ce film, Steeve McQueen n'est jamais caricatural. Il déshumanise à la fois les esclaves et les propriétaires.

11Comme dans ses précédents films, il dépeint avec noirceur les sentiments les plus vils de l'humanité. Encore dans certaines salles depuis sa sortie le 22 Janvier dernier, 12 Years a Slave sera disponible en DVD le 28 mai prochain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Vincent, « 12 years a slave »Hommes & migrations, 1305 | 2014, 193-194.

Référence électronique

Anaïs Vincent, « 12 years a slave »Hommes & migrations [En ligne], 1305 | 2014, mis en ligne le 16 juillet 2014, consulté le 05 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/2770 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.2770

Haut de page

Auteur

Anaïs Vincent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search