Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1305ChroniquesCinémaL'Absence

Chroniques
Cinéma

L'Absence

Drame français, guinéen, sénégalais de Mama Keita
Anaïs Vincent
p. 197

Texte intégral

1Présenté pour la première fois au public en 2009, le dernier film du réalisateur franco-guinéen Mama Keita tourné avec un petit budget a mis cinq ans avant de pouvoir sortir enfin, le 22 janvier dernier, dans une seule salle parisienne. L'Absence a pourtant été sélectionné au festival de Rotterdam et a reçu le prix du meilleur scénario au Fespaco.

2Ama Diop, un immigré sénégalais est de retour à Dakar. Il est parti en France pour étudier et est devenu un éminent ingénieur. Débordé par sa carrière, il a délaissé sa famille et n'est pas rentré depuis quinze ans. Pour le faire revenir, sa sœur muette use d'un stratagème. Elle prétexte que leur grand-mère qui les a élevés alors qu'ils étaient devenus orphelins est souffrante. Ama se laisse berner et retrouve sa grand-mère et sa sœur toutes deux en bonne santé. Cette ruse est justifiée par une profonde détresse. Contrainte de se prostituer, la jeune fille tente un dernier appel au secours. Confronté à une bien plus sombre réalité que celle qu'il avait quitté, Ama, désemparé, se retrouve piégé dans l'étau de la corruption. Il découvre alors avec son regard de jeune intellectuel une réalité amère qui le mènera jusqu'à une course poursuite haletante lancée par un proxénète d'une violence insoupçonnée. Mama Keita offre avec ce nouveau long-métrage un thriller déchirant sur fond de drame familial et social.

  • 1 Mbengue Mamadou Saliou “Le non-retour des étudiants sénégalais formés en France : la pression famil (...)
  • 2 Magatte Fall, “Migration des étudiants sénégalais”, in Hommes & migrations, n° 1286-1287, 2010, pp. (...)

3La France est la première destination pour les étudiants sénégalais. Mama Keita est lui-même venu étudier le droit à Paris avant de devenir scénariste et de débuter en 1981 sa carrière de réalisateur. Les jeunes sénégalais décident de partir à cause du manque de formation dans leur pays, des grèves fréquentes qui peuvent paralyser le système éducatif pendant plusieurs mois et l'influence de l'entourage1. La France est préférée aux pays anglo-saxons pour des raisons historiques, la gratuité de son enseignement et sa langue. Des bourses subventionnées par l'État sont attribuées par le gouvernement pour former ces jeunes à l'étranger. Mais quand ces étudiants décident de ne pas retourner travailler au Sénégal et de s'installer en France, le gouvernement qui a investi pour eux essuie une réelle perte financière2. Ama est l'un d'entre eux. Il a décidé de partir étudier en France. Une fois diplômé, il y est resté, car il sait qu'il ne trouvera pas de travail mieux rémunéré dans son pays d'origine. Il peut ainsi continuer à envoyer de l'argent à sa famille. Les retours de ces migrants sont souvent différés à cause des besoins financiers de la famille. Transférer de l'argent déculpabilise Ama. Son absence est selon lui comblée par ce soutien financier.

4Son pays d'origine lui est devenu étranger. Il méprise ceux qui l'ont naguère aidé. Il se moque de son ancien professeur qui l'incite à revenir s'installer à Dakar. Il n'y a pas d'avenir pour lui dans ce pays. Il n'y voit que misère sociale et corruption. Il a choisi de favoriser sa carrière professionnelle au détriment de sa vie familiale. Il a abandonné son rôle de grand frère et il ne soupçonne que trop tardivement la détresse de sa petite sœur.

5Comment revenir au pays quand le pays d'accueil offre une meilleure situation économique que son pays d'origine ? Dans ce polar sombre Mama Keita interroge la schizophrénie du déracinement et la déliquescence des liens familiaux.

Haut de page

Notes

1 Mbengue Mamadou Saliou “Le non-retour des étudiants sénégalais formés en France : la pression familiale mise au pilori”, in Seneweb.com, 2012.

2 Magatte Fall, “Migration des étudiants sénégalais”, in Hommes & migrations, n° 1286-1287, 2010, pp. 222-223.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Vincent, « L'Absence  »Hommes & migrations, 1305 | 2014, 197.

Référence électronique

Anaïs Vincent, « L'Absence  »Hommes & migrations [En ligne], 1305 | 2014, mis en ligne le 16 juillet 2014, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/2773 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.2773

Haut de page

Auteur

Anaïs Vincent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search