Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1305ChroniquesLivresAbdelhafid Hammouche, Politique d...

Chroniques
Livres

Abdelhafid Hammouche, Politique de la ville et autorité d’intervention,

Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2012, 324 pages, 24 €.
Mustapha Harzoune
p. 198-199
Référence(s) :

Abdelhafid Hammouche, Politique de la ville et autorité d'intervention,

Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2012, 324 p., 24 €.

Texte intégral

1Professeur des universités, directeur du Clersé et du Master Sociologie et anthropologie des enjeux urbains de l'Institut de sociologie et ethnologie de Lille-1, Abdelhafid Hammouche livre ici les résultats d’enquêtes de terrain menées en région parisienne et stéphanoise auprès d’intervenants des politiques de la ville : gardiens d’immeuble, travailleurs sociaux, logeurs sociaux, bénévoles, militants associatifs, professionnels des institutions culturelles…). Un premier chapitre (avec une chronologie détaillée en annexe) permet de suivre les cadres et les contours de la politique de la Ville, comme ses transformations. L’étude s’attache à analyser en quoi son élaboration et sa mise en œuvre sur le terrain ont pris des formes nouvelles.

2Les évolutions socioéconomiques (désindustrialisation, chômage, tertiarisation) comme l’individuation (Norbert Elias, Alain Ehrenberg) ou la fragilisation des institutions, la déstabilisation des statuts (liée à la valorisation du relationnel), la mise en valeur du local (perçu comme réceptacle des “cultures du monde”), les nouvelles relations au public (devenu coproducteur), le passage d’une autorité “rationnelle-légale”, institutionnelle à une autorité négociée, partagée… ont modifié la politique publique qui a son tour, en prenant en compte la participation de la société civile, participe de ces évolutions. Elle relève à la fois d’une action centralisée et bureaucratique et d’une action locale, individualisée, “singularisée”, “intersubjective”. Appropriée par les intervenants, la politique de la Ville en passe par “une centration sur l’individu”, ce qui, note l’auteur, suit ou reflète une évolution sociologique générale. “Telle qu’elle se décline et se pratique actuellement, la politique de la ville attend de ses agents ordinaires qu’ils s’approprient les dispositifs préconisés et elle leur impose d’intervenir dans des situations difficiles sans que, le plus souvent, leur intervention dispose d’une légitimité institutionnelle affirmée.”

3Quid dès lors de la légitimité des intervenants ? L’“assise” plutôt que l’autorité des intervenants repose sur un bricolage complexe, mouvant, fait d’une part “instituée” (liée à la structure) et d’une part “inspirée”, formée par les ressources propres à chaque intervenant. Autrement dit, il faut “payer de sa personne” : s’exposer, intervenir, s’engager. Et ce, dans un contexte difficile, marqué par une fragilisation de l’appui institutionnel, des relations dégradées mais centrales avec des populations appelées à participer aux processus de mise en action et parfois de décision. L’usure guette. L’objet ici n’est pas de décrire la misère sociale de l’intervention publique. Il est de rendre compte des processus d’adaptation, des recompositions et des ajustements pratiques de l’action publique en banlieue. L’“assise” ou l’“autorité d’intervention” se définit par “son autolégitimation”, c’est-à-dire par le contexte et le cadre relationnel dans lequel l’intervenant s’autorise – et est autorisé – à faire ce qu’il fait. L’autolégitimation dépend alors des ressources propres à chacun : capacité à recycler des expériences ou des familiarités en compétences, à faire de la connaissance des populations ou du quartier un atout, à développer un sens stratégique pour gérer ce relationnel omniprésent et déterminant dans la mise en œuvre de l’action publique conceptualisée en “action publique singularisée”.

4Cette tension entre ce que le collectif doit à l’individu et ce que l’individu doit au collectif, se situe dans un contexte de valorisation du “local”, valorisation à laquelle participe le national, et qui, paradoxalement, contribue à un ébranlement du rapport l’État-nation-culture, travaillé par la dimension internationale et la déconnexion du lien entre espace et culture. L’ouverture au monde, le rapport à l’ailleurs sont censés représenter les populations du cru, de même que l’action culturelle qui vise à lutter contre la “dévalorisation symbolique” des personnes concernées, est aussi mobilisée pour favoriser l’intégration des immigrés. En diversifiant les registres d’intervention (urbanistiques, mais aussi promotion du développement social et culturel des populations), l’action publique tend à modifier les perspectives de mobilité jusqu’à favoriser l’idée d’une stabilité résidentielle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « Abdelhafid Hammouche, Politique de la ville et autorité d’intervention,  »Hommes & migrations, 1305 | 2014, 198-199.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « Abdelhafid Hammouche, Politique de la ville et autorité d’intervention,  »Hommes & migrations [En ligne], 1305 | 2014, mis en ligne le 16 juillet 2014, consulté le 26 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/2774 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.2774

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search