Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Christophe Goussard, Eric Bonneau, Les jours d'après,

Paris, Filigranes éditions 2014, 72 pages, 18 €.
Françoise Schanbroeck
p. 204-209
Référence(s) :

Christophe Goussard, Eric Bonneau, Les jours d'après,

Paris, Filigranes éditions 2014, 72 pages, 18 €.

Notes de l’auteur

Éric Bonneau est écrivain et ancien journalistique indépendant notamment pour la revue Le Passant ordinaire. Enseignant spécialisé, il travaille pour le Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information (CLEMI) comme chargé de mission pour développer des activités radiophoniques. Christophe Goussard est photographe-auteur. Après avoir sillonné le globe, il s’est installé à Cenon. Il est distribué par l’agence VU et vit de commandes publiques et privées. www.goussard.net

Christophe Goussard, Éric Bonneau, Les Jours d’après. Portraits de migrants à Cenon, Filigranes éditions, 2013.

À Cenon, l’association Musiques de Nuit est chargée de la programmation artistique du Rocher de Palmer. C’est un opérateur culturel majeur. Les structures de proximité sociale et d’animation de la ville (Association Faire pour le soutien scolaire, Centre social et culturel La Colline), le service de communication de la ville qui tous travaillent en lien étroit avec le public des quartiers prioritaires, ont eux-aussi joué à plein le rôle de passeurs.

Texte intégral

1À Cenon, commune de près de 23 000 habitants sur la rive droite de Bordeaux, coexistent 53 nationalités. L’écrivain Éric Bonneau et le photographe Christophe Goussard y rencontrent, depuis 2009, des habitants toutes générations confondues, installés de longue ou de fraîche date dans les quartiers populaires de la ville. Ils viennent de publier un livre aux éditions Filigranes : Les Jours d’après. Portraits de migrants à Cenon. Dix exilés ont accepté de leur raconter leurs trajectoires. Ce qui fait la sève, la force et la singularité de l’ouvrage, c’est qu’il résulte ici d’un processus “à maturation très lente”.

2L’oeuvre est une machine à voyager dans le temps, à travers l’histoire de ces migrants. Tenue au bord du sensible, elle résonne d’un singulier-pluriel qui confine à ce qu’il y a de plus universel dans la condition humaine.

3Trois années ont été nécessaires aux auteurs pour parvenir à instaurer une relation de confiance et de respect mutuel avec ces personnes lentement approchées. “Des moments conviviaux ont été partagés, des repas, des instants vrais qui pourraient sembler en marge du projet mais qui en font le coeur”, aime à souligner Éric Bonneau1. C’est à cette seule condition que les langues ont pu se délier, les barrières linguistiques être surmontées, que le micro a pu se tendre, les appareils photo être sortis de leurs étuis. Une sorte de maïeutique douce à l’œuvre pour recueillir les sédiments de toutes ces vies.

Un long crescendo

4Les Jours d’après2 ne sont pas nés du hasard. Dès 2009, nos deux auteurs ont participé à des actions artistiques impulsées par la ville de Cenon et l’association Musiques de Nuit3, en direction des élèves de collèges des quartiers populaires. Récits fictionnels, photographies,captations sonores se déploient dans Haut bas Haut bas 1. L’exposition est reprise, en 2010, dans les coursives du Rocher de Palmer, lors de l’inauguration de ce nouvel espace culturel dédié aux musiques du monde. L’année 2011 est un point de bascule avec le projet ObaOba 2 : Portraits intérieurs/ musiques intimes. Des Cenonnais de toujours ou arrivés récemment, immigrés ou pas, de tous âges, acceptent d’ouvrir leurs intérieurs domestiques à notre duo, de s’y faire photographier seuls ou en famille. Ils ouvrent aussi leur for intérieur, se confient sur la relation qu’ils entretiennent avec la musique dans leur vie quotidienne. Le tout est enregistré. Avec ObaOba 2, pendant trois mois, le Rocher de Palmer se voit peuplé d’immenses portraits photographiques. Un diaporama sonore diffuse les visages de ceshabitants, leurs voix parlées ou chantées, sur tous les tons. Une publication papier mêle narration photographique et fragments d’entretiens.

5Éric Bonneau et Christophe Goussard ont été sidérés par la richesse des témoignages recueillis : “Quand nous avons vu les gens se faire photographier en famille devant leur portrait, dans ce lieu encore intimidant pour eux, nous avons compris qu’une dynamique s’enclenchait.”

Changer de focale

6Ils décident alors de prolonger l’aventure “pour ne pas passer à côté de ces êtres”. Ce sera un livre. Certains habitants continuent, d’autres non, de nouvelles personnes sont approchées. Au ton donné par la préface, le livre est un plaidoyer. Il y a urgence, pour faire société et “mieux vivre ensemble”, à reconnaître enfin que ces migrants, ces “maltraités collectivement” portent en eux un singulier-pluriel, tant de beauté, de ciels et de rivages, d’enfance, de clarté et de profondeur, de ressources insoupçonnées de courage et de volonté. Il nous faut reconnaître cette altérité à sa juste valeur pour qu’elle exprime toute sa sève en des formes inventives. Comprendre ces “invisibles” est fécond pour bâtir un advenir commun plus serein.

7Nos deux auteurs revendiquent une empathie naturelle et assument aussi une part de subjectivité dans les récits. “J’avais envie que ces portraits soient une forme d’héroïsation de leur vie, tout en gardant la bonne distance !” confie Éric Bonneau. Pointe aussi une forme de colère et de lassitude face aux discours officiels simplificateurs ou éloignés des réalités qui ont envahi l’espace public ces dernières années. L’incapacité du politique à retisser du lien “là où ça se passe” est épinglée.

L’exilé, ce singulier-pluriel

8Dans le texte introductif, Éric Bonneau ne mâche pas ses mots : “(…) Il n’est que de rencontrer ces gens, dans la complexité de vies arrachées au pays d’origine, pour mesurer combien l’immigration se décline en autant d’histoires singulières qui portent toutes en elles cette question taraudante et universelle : Pourquoi l’égalité entre les humains, hommes et femmes, nationaux et migrants, reste-t-elle toujours théorique ?

9L’ouvrage Les Jours d’après bouscule les idées reçues. Il tente de ré-enchanter le monde par un dialogue fécond avec l’autre. Ces migrants ont un nom, une histoire, un visage. Ils se nomment, Boutsabi Sananikone, Brenda Joffre, Sany, Zeina Chabi et Hadi Khayat, Çimen Bildik et ses filles Selma, Sümeyra et Rana, Mercedes Echeverry, Abdelkrim Arrad, Irene Dafonte, Fati Ouedraogo, Melina Coutinho Reis. Ils viennent du Laos, du Royaume-Uni, du Liban, de Turquie, de Colombie, du Maroc, d’Espagne, du Burkina Faso, du Portugal. Le titre du livre suggère une frontière, un avant et un après. Est-ce une catastrophe, une rupture, un saut dans l’inconnu ? Les portraits se succèdent à la manière des arias en musique, avec en contrepoint discret les photographies de Christophe Goussard. On y entraperçoit le hors champ, par le détour des objets familiers du présent ou du passé. Les espaces intérieurs sont tantôt surchargés, parfois dénués de toute référence à “l’avant”.

Petites histoires, Grande Histoire

10Le lecteur est tenu à hauteur d’homme et de femme. Le récit de chaque migrant s’incarne sous nos yeux sous forme littéraire, documentaire, à des rythmes différents : scènes de vie quotidienne passées, présentes, paroles rapportées, contexte historique, flashbacks et retour au présent.

11Ces hommes et femmes de tous âges et de toutes conditions sont arrivés en France, à Cenon, seuls ou en famille, pour de solides et multiples raisons, que leur exil ait été volontaire ou contraint. Ils ont été pris dans les rets de la Grande Histoire, celle des grandes guerres du XXe siècle (Seconde Guerre mondiale, guerre d’Indochine). Ils ont fui la mitraille et la pulsion de mort déchaînées par une actualité brûlante (Liban). Certains s’inscrivent dans les courants de l’immigration économique du siècle dernier (Maroc, Turquie) ou plus proche, en lien avec la crise financière (Portugal). Il est aussi question de regroupement familial, d’études universitaires à poursuivre, de coup de foudre amoureux et de soif d’aventure artistique et de liberté. Ils sont citoyens français ou aspirent à l’être. Ils ont des liens avec le pays d’origine, font Le voyage aller et retour, chaque année, rarement, ou plus du tout. M. Arrad se sent 100 % français et 100 % marocain dans sa vie de tous les jours, les filles de Mme. Bildik éprouvent une tension permanente entre leurs deux cultures... À ce stade, il y a autant d’exils que d’exilés.

Profonde humanité

12Beaucoup de douleur et de solitude traversent ces pages. Les Jours d’après sont tragédie pour les uns, rocher de Sisyphe ou lendemains qui chantent pour les autres. Il est aussi de très belles réussites. L’exil est un arrachement. Il génère un sentiment d’urgence poignant, paradoxal, une véritable “saudade” comme dirait Melina la jeune portugaise, un spleen tout à la fois vénéneux et fécond. Il faut tant de force et de courage pour le dominer. Sous la plume d’Éric Bonneau, le lecteur entre dans la complexité, à la ren rencontre de ces êtres fragiles et puissants à la fois : mères déracinées, abandonnées, victimes de violences conjugales, mater dolorosa et mères courage qui côtoient les abîmes puis relèvent la tête, se forgent une carapace. La vie de Mme. Sananikoné, femme de diplomate d’origine laotienne, est un Mékong, une saga au coeur de l’Histoire. Le lecteur se rapproche aussi de ces hommes et de ces femmes dignes, meurtris dans leur chair, qui se reconstruisent. Beaucoup se battent pied à pied contre les difficultés quotidiennes : trouver un toit, un travail, nourrir sa famille. Certains ont connu le déclassement social, la discrimination à l’embauche ou dans leurs études. Abdelkrim Arrad, aujourd’hui professeur de maths et de physique, fils d’ouvrier-verrier marocain, que l’on voulait dans les années 70 orienter d’office sur un CAP, a réussi à décrocher tous ses diplômes à force de volonté.

Les paradoxes de l’exil

13L’expérience de l’exil est aussi cruelle quand elle se vit au coeur de la langue. Là s’opère le véritable passage des frontières. Ainsi de Mme. Echeverry, femme cultivée, spécialiste de poésie colombienne, poète elle-même, qui ferraille dur avec la langue française. Elle qui tous les jours porte le verbe poétique à incandescence dans sa langue maternelle, échoue à en faire de même avec la nôtre. On la verra cependant au Printemps des poètes lire en public des extraits du Canto general de Pablo Neruda.

14Pourtant, tous ceux qui ont témoigné éprouvent une formidable reconnaissance envers cette France qui les a accueillies et aussi malmenées. M. Arrad donne de son temps aux élèves décrocheurs. Il transmet son savoir et son expérience sans rien attendre en retour. Mme. Joffre, franco-britannique à la retraite, fait aussi du soutien scolaire. Irène Dafonte, la comédienne, mène des ateliers théâtre en direction de femmes immigrées en recherche d’emploi. Elle a appris le langage des signes pour travailler avec les sourds et les malentendants. Générosité, don de soi, attention soutenue aux êtres, des ingrédients indispensables pour faire société.Le livre se clôt sur une note d’espoir avec le portrait de Melina Coutinho Reis. Cette psychomotricienne portugaise de 25 ans, sans avenir dans son pays, est contrainte à l’exil en 2012. Jeune fille au pair, elle apprend le français en un an à peine, et décroche un CDI au Centre culturel et social La Colline, à Cenon.

“Leur confiance a renforcé notre propre humanité”

15Christophe Goussard et Éric Bonneau ont fondé l’association Obaoba en 2012. Ils entendent produire des oeuvres, des formes libres créatives à contenu exigeant, qui associent des artistes et des habitants issus des quartiers du Haut et du Bas Cenon. Toutes les personnes du recueil Les Jours d’après sont adhérentes de l’association de même que d’autres habitants, des artistes de toutes disciplines, des écrivains, des institutionnels, etc. Des liens de proximité ont été consolidés. Pour Sany Khayat, “ces projets ensemble sont une chance pour transmettre aux autres notre expérience. Nous considérons Éric et Christophe comme des amis, plus que cela même ! Nous avons connu la guerre civile, les attentats. C’est une façon de nous exprimer, cela nous allège de nos souffrances.” Abdelkrim Arrad : “Je suis agréablement stupéfait de la façon dont Éric a saisi les parcours de chacun. En ce qui me concerne, c’est pertinent, juste, littéraire plus que journalistique, une copie conforme de la réalité. Partager son histoire avec ses difficultés, c’est possible avec des gens comme Éric et Christophe. Vraiment, c’est une expérience d’échange et d’humanité, nous étions comme des amis. Il y avait une facilité de discussion, sans barrière. Nous nous sommes enrichis de part et d’autre.

16Melina Coutinho Reis : “Le livre a servi de déclencheur pour s’exprimer, ne plus s’enfermer ni se replier dans sa coquille. J’ai pu lire le récit des autres personnes, c’est passionnant !

Répercussions

17Sur le terrain, un réseau émerge. Preuve qu’une dynamique est possible grâce à l’invention collective, hors des sentiers balisés, avec peut-être au bout émancipation des êtres et cohésion sociale. M. Arrad a suggéré que chacun traduise dans sa langue maternelle chaque portrait. Chaque texte sera enregistré en version audio bilingue (français et langue d’origine) pour se fondre en une pièce radiophonique. Un blog en préparation donnera encore mieux à voir, à lire et à entendre ces mêmes travaux et d’autres encore en gestation. Que la fragile Fati Ouedraogo qui se reconstruit peu à peu s’investisse aussi n’est pas rien. C’est la vie qui revient. Que la jeune Meline Coutinho poursuive l’aventure, que Mme Zeina Khayat devienne trésorière de l’association, voilà un pas de géant !

18Les oeuvres créées vont voyager dans l’espace public (musées, espaces culturels, médiathèques, rencontres photographiques) mais aussi dans des lieux inédits, hors des cercles habituels, pour aller au plus près, “là où vivent les gens ”.Porter à la connaissance le récit des migrants d’aussi belle manière, que cette altérité qui “nous/vous” ressemble, éclabousse les pages d’un livre jusqu’à inciter à bouger nos propres vies, voilà un pari sur l’intelligence en pare-feux à toute forme de violence. Chaque portrait, chaque récit nous renvoie à une histoire commune, nous fait toucher ce qu’il y a de plus universel dans notre humaine condition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Schanbroeck, « Christophe Goussard, Eric Bonneau, Les jours d'après,  », Hommes & migrations, 1305 | 2014, 204-209.

Référence électronique

Françoise Schanbroeck, « Christophe Goussard, Eric Bonneau, Les jours d'après,  », Hommes & migrations [En ligne], 1305 | 2014, mis en ligne le 25 juillet 2014, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/2811

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals