Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1306ChroniquesLivresCatherine Mazauric, Mobilités d’A...

Chroniques
Livres

Catherine Mazauric, Mobilités d’Afrique en Europe. Récits et figures de l’aventure,

Paris, Karthala, 2012, 384 pages, 29 €.
Nicolas Treiber
p. 163-164
Référence(s) :

Catherine Mazauric, Mobilités d’Afrique en Europe. Récits et figures de l’aventure,

Paris, Karthala, 2012, 384 pages, 29 €.

Texte intégral

1L'aventure des migrants irréguliers aux prises avec les murs de la forteresse Europe alimente, depuis une dizaine d'années, la production littéraire de part et d'autre de la Méditerranée. Tandis que le compte macabre de leurs naufrages et la chronique de leurs errements continuent de faire les titres des médias, l'aventurier, le clandestin, le sans-papiers sont devenus de véritables figures littéraires. Catherine Mazauric, maître de conférences en littérature à l'université Toulouse-II-Le Mirail, a entrepris de saisir l'émergence de la migration irrégulière comme thème littéraire depuis le début des années 2000. Parmi une soixantaine de textes contemporains puisant dans tous les genres de la littérature, on pourra retrouver, entre autres, Marie NDiaye, Alain Mabanckou, Fatou Diome, Laurent Gaudé, Boualem Sansal, Youssef Amghar ou Rachid El Hamri... Ils ont en commun des œuvres traversées par les routes migratoires qui à la fois relient et séparent les mondes du Sud et ceux du Nord. Devant cette relation complexe dominée par les dispositifs sécuritaires et l'externalisation des politiques migratoires, leurs œuvres contribuent à restituer à l'aventure des migrants en situation irrégulière sa nature de défi et son pouvoir de brouillage des frontières.

2Au fil des nombreux romans étudiés, Catherine Mazauric s’emploie à dessiner la topographie de l'aventure. Le parcours migratoire clandestin se déploie dans certains lieux obligés, tels les centres de rétention, les jungles et autres espaces invisibles où se prolonge l'attente du passage, telles les barrières ultrasécurisées des enclaves de Ceuta et Melilla où se brisent les dernières illusions. Contre les discours caricaturaux faisant d'eux des êtres dociles et désespérés poussés à entreprendre un voyage sans issue, ces aventuriers apparaissent bien plutôt dans les romans comme les “héros et hérauts postcoloniaux du passage, brouillant les divisions spatiales et symboliques du monde”. Mais leur situation est ambiguë. Les différents espaces et étapes de leur migration – des préparatifs du départ à l'arrivée, après un exténuant voyage – sont saturés d'incertitudes.

3L'aventure apparaît comme une prise de risque permanente qui comporte ses faits d'armes, telle la tentative d'assaut des barrières entre le Maroc et l’Espagne à l'automne 2005. C'est là, par exemple, que Marie NDiaye situe la fin d'une de ses Trois femmes puissantes (Gallimard, 2009). “L'ascension des barrières espagnoles représente pour Khady le moment culminant d'un parcours biographique, point ultime où se réalise, pour elle, une assomption. C'est en mourant dans ‘l'éblouissement’ de son nom à elle-même révélé que Khady Demba restitue leur propre histoire à tous les anonymes qui ont composé le moment historique de Ceuta et Melilla.” Des barrières comme mémorial paradoxal pour ces migrants qui tentent de les franchir au péril de leur vie.

4Chaque migrant clandestin semble devenir la synecdoque de tous les autres. Les impasses de leur aventure, vécues dans leurs corps, signifient celles des frontières des politiques migratoires. La migration irrégulière s'épuiserait dans la difficile négociation d'une place, sans cesse et partout recommencée. Car sa réussite supposerait une reconnaissance qui fait défaut aux migrants. Et ce déficit d'humanité les blesse, ou plutôt les brûle : les harragas, ces “brûleurs” de papiers et de frontières, sont aussi des êtres consumés par la “brûlure éprouvée à n'être pas attendu[s]”.

5Le traitement littéraire de ces aventures modernes ne se limite pas à la mise au jour des mirages de la mondialisation économique et des chausse-trapes qui jalonnent les frontières. D'autant que les migrants ne sont pas ces êtres crédules que construisent les discours dominants dans les pays du Nord : “Vouloir croire, en outre, que tous les migrants seraient portés par une vision idéale de l'Europe, terre de prospérité et de liberté, c'est aussi, de la part des Européens, se bercer d'une illusion narcissique consistant à se mirer dans le regard des autres – un regard que l'on a construit à leur place.”

6Contre les dispositifs d'invisibilité et d'assignation identitaire qui frappent les migrants, Catherine Mazauric montre comment le thème de l'aventure participe de l'invention d'une “écriture du passage” et contribue au déploiement d'un nouvel imaginaire de la frontière. La déconstruction littéraire des processus de relégation et de confinement éclaire la condition clandestine : un enfermement “dedans-dehors”, pour reprendre l'expression de Guillaume le Blanc, dans les interstices d'une société d'accueil qui les refuse en les renvoyant à ses marges. Ainsi, “un des enjeux des récits de migration aventureuse consisterait à procéder au recouvrement des identités liminales, définies par l'Autre dominant, par la recréation d'identités frontalières”. Du limes à la frontière, la production littéraire invite à repenser des possibilités de passage. Car l'ouverture de la “parenthèse de l'aventure” introduit des brèches dans les identités figées et permet de dissiper l'illusion dont l'Occident se rend victime, celle d'un monde clôturé, quadrillé dans et par son propre regard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Treiber, « Catherine Mazauric, Mobilités d’Afrique en Europe. Récits et figures de l’aventure, »Hommes & migrations, 1306 | 2014, 163-164.

Référence électronique

Nicolas Treiber, « Catherine Mazauric, Mobilités d’Afrique en Europe. Récits et figures de l’aventure, »Hommes & migrations [En ligne], 1306 | 2014, mis en ligne le 01 août 2014, consulté le 20 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/2860 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.2860

Haut de page

Auteur

Nicolas Treiber

Secrétaire de rédaction de la revue

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search