Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1306ChroniquesCinémaMay in the summer

Chroniques
Cinéma

May in the summer

Film jordanien français 2013 de Cherien Dabis
Anaïs Vincent
p. 161-162

Texte intégral

1Après son premier long-métrage très remarqué, Amerrika, la réalisatrice américaine d'origine palestino-jordanienne Cherien Dabis revient avec une jolie fable identitaire sortie le 7 mai dernier sur les écrans parisiens.

2May, une jeune Jordanienne vivant à New York, vient passer ses vacances d'été à Amman où elle va célébrer son mariage avec un musulman. Sa mère, de confession catholique, ne peut accepter une telle union et fait tout pour dissuader sa fille de se marier. Et May est confrontée à son obstination. En compagnie de ses sœurs, elle entame les préparatifs sur fond d’introspection. Au fil des discussions téléphoniques, sa relation avec Ziad, son futur époux, se fragilise. Avec l'histoire de ce mariage interreligieux, la réalisatrice dépoussière des préjugés bien enracinés. En arrière-plan se dévoile la Jordanie, terre d'asile et d'exil au profil migratoire complexe.

3May in the summer est partiellement autobiographique. La réalisatrice incarne à l'écran son personnage principal. Cherien Dabis est une immigrée de la deuxième génération. Ses parents venus du Moyen-Orient ont immigré au Nebraska, où elle est née. Elle a toujours éprouvé un sentiment de non-appartenance. Elle reste une femme arabe aux États-Unis et une Américaine en Jordanie.

4May, elle, semble assumer cette double culture jusqu'à l'effritement progressif de ses convictions et de sa recherche identitaire. Dans ce cheminement, elle entraîne le reste de la famille.

5Sans grandes ressources industrielles et naturelles, la Jordanie, pays à l'économie fragile, a depuis longtemps adopté une politique d'ouverture vers l'Occident. Sous perfusion américaine, elle a signé un accord de libre-échange avec les États-Unis, son principal soutien militaire et économique. Elle demeure pourtant une terre d'exil. Une émigration massive a eu lieu dans les années 1960, conséquence de la flambée du prix du pétrole. Les destinations favorites des émigrés qualifiés jordaniens sont les États-Unis et les Émirats arabes.

  • 1 Françoise de Bel-Air, “Moyen-Orient : mutations récentes d'un carrefour migratoire, Migrations inte (...)

6La Jordanie est aussi une terre d'asile : sa population est composée à 70 % d'habitants d'origine palestinienne. Les conflits limitrophes, avec l'afflux massif de réfugiés irakiens, libanais et palestiniens, et une politique de “porte ouverte” en ont fait une terre d'accueil par excellence. Pendant la guerre du Golfe, la population a augmenté de 10 %. Les tensions intercommunautaires se sont intensifiées et le pays a sombré dans la crise1.

  • 2 Anna di Bartolomeo, Tamirace Fakhoury, Delphine Perrin, “Jordan, the demographic-economic framework (...)

7L'émigration vers les pays du Golfe entre 1973 et 1985 a permis de stabiliser ces tensions politico-économiques. L'État a ainsi pu bénéficier de l'afflux des capitaux des expatriés et de l'aide financière des pays arabes. Avec cette politique, la Jordanie est devenue un État rentier. Mais, avec la crise du Golfe, le retour de ces émigrés et de nouveaux mouvements massifs de déplacement ont mis en péril cette stabilité précaire. En 1994, date du recensement national, les mouvements migratoires vers l'Occident reprennent. En 2008, plus de 280 000 Jordaniens vivaient à l'étranger. En 2000, les femmes représentaient 47 %2. Elles sont diplômées et très qualifiées.

8De retour dans son pays d'origine, déracinée, May regarde cette société en pleine mutation avec les yeux d'une intellectuelle occidentale. Jeune femme émancipée, elle exècre les regards inquisiteurs des hommes qui la dévisagent lorsqu'elle fait son footing sur les artères de la ville. Ses sœurs, elles-mêmes ancrées dans la modernité, critiquent avec véhémence les femmes voilées.

9La réalisatrice Cherien Dabis nous livre avec ce second long-métrage une chronique familiale enlevée qui flirte tour à tour avec le registre du drame et celui de la comédie. Entre les lignes du scénario transparaît la réalité d'une société complexe marquée par les flux migratoires.

Haut de page

Notes

1 Françoise de Bel-Air, “Moyen-Orient : mutations récentes d'un carrefour migratoire, Migrations internationales et politiques en Jordanie”, in Revue européenne des migrations internationales, vol 19, n° 3, 2003.

2 Anna di Bartolomeo, Tamirace Fakhoury, Delphine Perrin, “Jordan, the demographic-economic framework of migration, the legal framework of migration, the socio-political framework of migration”, in Carim, 2010, www.carim.org.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Vincent, « May in the summer »Hommes & migrations, 1306 | 2014, 161-162.

Référence électronique

Anaïs Vincent, « May in the summer »Hommes & migrations [En ligne], 1306 | 2014, mis en ligne le 06 août 2014, consulté le 12 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/2865 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.2865

Haut de page

Auteur

Anaïs Vincent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search