Navigation – Plan du site
Dossier

La fuite des cerveaux en Tunisie

Evolution et effets sur l’économie tunisienne
Kaies Samet
p. 123-128

Résumé

Le phénomène de la fuite des cerveaux en Tunisie est marqué par le nombre croissant de cadres tunisiens partis à l’étranger et leur féminisation de plus en plus importante. Le départ de ces hauts potentiels est moins à considérer comme une perte que comme un gain pour la Tunisie. Ces cadres constituent un gisement de compétences, comme le montre une étude effectuée avant la révolution tunisienne de 2011. Dans la période post-révolutionnaire qui s’est ouverte en Tunisie, seul le long terme permettra de confirmer cette dynamique au service du développement de leur pays d’origine.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Tunisie
Haut de page

Texte intégral

1La migration de tout type de personnel qualifié d’un pays en développement (PED) vers un pays développé est un phénomène auquel seront appliqués les concepts de “fuite des cerveaux” (brain drain) ou d’“exode des cerveaux” ou d’“exode de compétences”. La migration de scientifiques et d’ingénieurs entre des pays de niveaux différents de développement a été longtemps un sujet crucial et un problème non résolu. Aujourd’hui, dans une économie basée sur la connaissance et la technologie, le sujet a gagné en importance. En effet, l’émigration de personnes hautement qualifiées des pays en développement vers les pays développés a augmenté depuis deux décennies. La croissance des flux de professionnels qualifiés des pays en développement s’accompagne de nouvelles opportunités de travail. Conséquence de la mondialisation, la fuite des cerveaux est le résultat des fortes inégalités qui demeurent entre les potentiels scientifiques et techniques des pays de la planète. Le cas de la Tunisie permet d’interroger les effets de l’évolution du phénomène de la fuite des cerveaux sur l’économie tunisienne avant la révolution et les attentes suscitées par cet événement.

Évolution de la fuite des cerveaux en Tunisie

  • 1 France, Italie, Allemagne, Belgique, Hollande, Autriche, Espagne, Pologne, Finlande, Suède, Suisse, (...)
  • 2 États-Unis et Canada.
  • 3 Libye, Algérie, Maroc, Mauritanie, Arabie Saoudite, Syrie, Égypte, Koweït, Bahreïn, Sultanat d’Oman (...)
  • 4 Cameroun, Côte d’Ivoire, Sénégal, Gabon et Éthiopie.

2Le dénombrement des émigrés tunisiens à l’étranger, et en particulier de leurs compétences, est une pratique récente en Tunisie. C’est seulement à partir de l’année 2000 que l’Office des Tunisiens à l’étranger (OTE) a commencé à fournir des données dans ce domaine, grâce à des enquêtes réalisées tous les trois ou quatre ans. Les cadres tunisiens établis à l’étranger sont répartis en six catégories selon l’ordre suivant : enseignants et chercheurs, ingénieurs et architectes, médecins et pharmaciens, informaticiens, avocats et autres. Les données sont fournies pour les principales régions de destination du monde : l’Europe1, l’Amérique du Nord2, les pays arabes3, l’Afrique4, l’Asie (le Japon, en particulier) et l’Australie. L’ensemble de ces données, sur la période 2000-2010, est résumé dans les deux tableaux suivants :

Tableau 1 : Répartition des compétences tunisiennes à l’étranger en 2000

Tableau 1 : Répartition des compétences tunisiennes à l’étranger en 2000

Source : Office des Tunisiens à l’étranger.

Tableau 2 : Répartition des compétences tunisiennes à l’étranger en 2010

Tableau 2 : Répartition des compétences tunisiennes à l’étranger en 2010

Source : Office des Tunisiens à l’étranger.

3Sur la décennie 2000, le nombre total de cadres tunisiens à l’étranger a nettement augmenté, passant de 4 421 en 2000 à 7 234 en 2010, soit une hausse considérable de 63,63 %. Ces compétences ont été ventilées par spécialités et par régions. Les enseignants et chercheurs, les ingénieurs et architectes et les autres cadres constituent les catégories de compétences les plus présentes à l’étranger. En outre, il faut noter que l’Europe se trouve en tête des régions de destination, suivie par l’Amérique du Nord.

4Une nouvelle tendance se confirme : la féminisation de plus en plus importante des hauts cadres tunisiens qui émigrent. Les statistiques sur les compétences féminines tunisiennes à l’étranger ont été fournies très récemment par l’OTE.

Tableau 3 : Répartition des compétences féminines tunisiennes à l’étranger en 2010

Tableau 3 : Répartition des compétences féminines tunisiennes à l’étranger en 2010

Source : Office des Tunisiens à l’étranger.

5En 2007, les cadres tunisiennes, au nombre de 843, représentaient 12,56 % de l’ensemble des compétences tunisiennes installées à l’étranger. En 2010, elles ont légèrement augmenté de 0,35 %, passant à 846 en 2010 (soit 11,69 % de l’ensemble des compétences tunisiennes à l’étranger). En moyenne, la part des femmes tunisiennes dans la fuite des cerveaux est de 12 %, constituant une part assez importante qui va sûrement augmenter dans un contexte où la fuite commence à s’inscrire dans les habitudes de notre société.

6Comme pour les hommes, les catégories socioprofessionnelles les plus intéressées par la migration demeurent les enseignants et chercheurs (35,34 %) et les autres cadres (24,35 %). L’Europe demeure la principale région de destination de ces cadres féminins (513), suivie par l’Amérique du Nord (207).

7Le choix de ces deux régions de destination, l’Europe et l’Amérique du Nord, s’explique essentiellement par quatre raisons : les liens forts entretenus par la Tunisie avec les régions d’Europe et d’Amérique du Nord, leur niveau technologiquement avancé, la proximité géographique (surtout avec l’Europe) et les meilleures conditions de vie.

Les effets de la fuite des cerveaux tunisiens sur l’économie tunisienne

8La fuite des cerveaux tunisiens a un effet direct sur l’économie tunisienne : la dépréciation du capital humain, et donc la réduction de la croissance économique, à cause du manque à gagner qui peut en résulter pour la Tunisie. Toutefois, la fuite des cerveaux dont sont victimes certains pays devient un gain de cerveaux pour les pays qui en bénéficient.

  • 5 Joseph Kenneth Arrow, “Classificatory notes on the production and transmission of technological kno (...)

9Cette nouvelle ligne de pensée a conduit un nombre croissant de pays en développement à considérer leur diaspora qualifiée comme un actif (et non comme une perte) pouvant être bénéfique pour leur développement. De nombreux observateurs affirment que les transferts de connaissance ou de technologie sont la principale voie pour les pays en développement, dans laquelle les émigrés hautement qualifiés ont un grand rôle à jouer. En effet, la technologie étant renfermée dans le capital humain, Joseph K. Arrow a montré l’importance de la communication interpersonnelle dans la diffusion de la technologie5. Cette communication peut aussi bien se faire en face à face, s’inscrivant dans le cadre de l’“option retour”, qu’à distance, s’inscrivant dans le cadre de l’“option diaspora”.

10Il s’agit de deux stratégies alternatives pour les émigrés. D’une part, l’“option retour” est l’aboutissement logique d’une “stratégie calculée”, dans laquelle les immigrés épargnent et développent des compétences à l’étranger pouvant être utilisées dans leur pays d’origine. D’ailleurs, les migrants de retour ont des ressources financières et humaines importantes. Ils contribuent à l’économie domestique, particulièrement en investissant à domicile.

11L’“option diaspora” a pour objectif de créer des canaux liant les expatriés au développement de leur pays d’origine, sans présager d’un retour physique temporaire ou permanent. Ces canaux sont, tout d’abord, les transferts de fonds (flux financiers compensatoires du manque à gagner). Selon l’OTE, les transferts des Tunisiens à l’étranger atteignent une moyenne annuelle de 1,1 milliard de dinars, dont 76 % sous forme de transferts financiers, ce qui constitue la quatrième source de devises du pays et représente 5 % du PIB et 23 % de l’épargne nationale. Plus précisément, voici quelques évaluations chiffrées des transferts de fonds des Tunisiens à l’étranger, qui englobent ceux des cadres tunisiens à l’étranger, sur la période 2007-2011 :

Tableau 4 : Évolution des transferts financiers des Tunisiens à l’étranger entre 2007 et 2011

Tableau 4 : Évolution des transferts financiers des Tunisiens à l’étranger entre 2007 et 2011

Source : Banque centrale de Tunisie.

  • 6 À ce niveau, la principale raison est l’absence de données chiffrées dans le cadre d’une étude ou d (...)

12Bien que ces données chiffrées revêtent un aspect général dans la mesure où elles ne sont pas caractéristiques des cadres tunisiens à l’étranger6, elles indiquent l’importance des transferts financiers des Tunisiens à l’étranger vers leur pays d’origine. En outre, l’augmentation des transferts montre l’intérêt porté par les Tunisiens résidents à l’étranger au développement de l’économie de leur pays natal, un intérêt qui ne cesse de s’amplifier.

13Ces canaux regroupent aussi les liens avec le commerce international, avec l’investissement direct étranger et les réseaux de diaspora. La plupart de ces réseaux limitent l’entrée à des ressortissants expatriés de leur pays, à l’exception, par exemple, du Consortium scientifique tunisien qui permet à n’importe quelle personne intéressée par le développement de la Tunisie de rejoindre le réseau. Ce consortium, en tant qu’organisation dépendante du gouvernement et des autres organisations politiques, demeure une exception.

  • 7 Binod Khadria, “Tracing the genesis of brain drain in India through its state policy and civil soci (...)
  • 8 Andrew Burns, Sanket Mohapatra, International migration and technological progress”, in Migration (...)

14Selon Binod Khadria, les pays du Sud souffrant de la fuite des cerveaux sont censés tirer trois types de bénéfices économiques7 : les transferts de fonds, le transfert de technologie et le retour de travailleurs avec des compétences améliorées. Par conséquent, selon Andrew Burns et Sanket Mohapatra, la diaspora est considérée comme une banque des cerveaux8.

Quels bénéfices pour la Tunisie ?

  • 9 Andrew Burns, Sanket Mohapatra, International migration and technological progress”, in Migration (...)

15Les résultats d’une étude très récente réalisée en 2014 sur la fuite des cerveaux en Tunisie et son impact sur l’économie tunisienne entre 2000 et 2010, soit durant la décennie qui précède la révolution tunisienne, plaident en faveur du gain de cerveaux, option retour et option diaspora incluses, dans le transfert de la technologie du Nord (Europe) vers la Tunisie9. L’“effet compétence”, en tant que moteur pour la croissance économique laisse apparaître l’implication de certaines catégories de compétences (enseignants et chercheurs, et autres cadres) dans le développement de l’économie nationale. Ces résultats seraient à vérifier pour les autres catégories de compétences tunisiennes à l’étranger, telles que les ingénieurs et les architectes, les médecins et les pharmaciens, les informaticiens et les avocats, qui ne sont pas encore impliquées dans le développement de leur pays d’origine.

16En effet, dans la période post-révolutionnaire qui a débuté en 2011, on assiste à une nette amélioration de la situation politique et économique de la Tunisie, et donc à un climat favorable au transfert de technologie, caractérisé par la sécurité, la stabilité politique, la transparence, l’absence de corruption et l’existence d’un véritable environnement concurrentiel, tout cela dans le cadre d’un nouvel environnement démocratique. Ce climat pourrait être un stimulus non seulement pour le gain de cerveaux, mais aussi pour la rétention de cerveaux, ce qui n’est pas vérifié dans le court terme. De ce fait, en 2012, soit une année après la révolution, les statistiques présentées par l’OTE sont les suivantes :

Tableau 5 : Répartition des compétences tunisiennes à l’étranger en 2012

Tableau 5 : Répartition des compétences tunisiennes à l’étranger en 2012

Source : Office des Tunisiens à l’étranger.

17Ces données sont similaires à celles de 2010 (avant la révolution tunisienne) pour toutes les régions, sauf en Asie et en Australie, où le nombre des cadres tunisiens a nettement augmenté, passant de 79 en 2010 à 125 en 2012. Bien qu’elle ne soit pas très importante, l’évolution du nombre des cadres tunisiens à l’étranger, passant de 7 234 en 2010 à 7 280 en 2012 (soit un ratio de +0,63 %), montre que la révolution tunisienne a encouragé l’exode des personnels qualifiés. En effet, la période transitoire qu’a connue la Tunisie en 2012 était caractérisée par l’insécurité et l’instabilité politique, ce qui ne contribuait pas à retenir les cadres tunisiens.

18En dépit du nombre de plus en plus important de compétences tunisiennes qui fuient vers l’étranger, en particulier des enseignants, des chercheurs et autres cadres, indépendamment de leur sexe, la Tunisie a pu en tirer profit avant la révolution. Cependant, dans la période post-révolutionnaire qui s’ouvre, la Tunisie ne pourra bénéficier de tous ses cadres sur le plan économique qu’à moyen ou à plus long terme.

Haut de page

Notes

1 France, Italie, Allemagne, Belgique, Hollande, Autriche, Espagne, Pologne, Finlande, Suède, Suisse, Portugal, Royaume-Uni, République tchèque, Slovaquie, Turquie et Danemark.

2 États-Unis et Canada.

3 Libye, Algérie, Maroc, Mauritanie, Arabie Saoudite, Syrie, Égypte, Koweït, Bahreïn, Sultanat d’Oman, Qatar, Émirats arabes unis et Jordanie.

4 Cameroun, Côte d’Ivoire, Sénégal, Gabon et Éthiopie.

5 Joseph Kenneth Arrow, “Classificatory notes on the production and transmission of technological knowledge”, in American Economic Review, vol. 59, n° 2, 1969, pp. 29-35.

6 À ce niveau, la principale raison est l’absence de données chiffrées dans le cadre d’une étude ou d’un rapport.

7 Binod Khadria, “Tracing the genesis of brain drain in India through its state policy and civil society”, in Nancy Green, François Weil (dir.), Citizenship and Those Who Leave. The Politics of Emigration and Expatriation, Illinois (USA), University of Illinois Press, 2007.

8 Andrew Burns, Sanket Mohapatra, International migration and technological progress”, in Migration and Development Brief, n° 4, Development prospects group, Washington, World Bank, 2008.

9 Andrew Burns, Sanket Mohapatra, International migration and technological progress”, in Migration and Development Brief, n° 4, Development prospects group, Washington, World Bank, 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Répartition des compétences tunisiennes à l’étranger en 2000
Crédits Source : Office des Tunisiens à l’étranger.
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/2891/img-1.png
Fichier image/png, 55k
Titre Tableau 2 : Répartition des compétences tunisiennes à l’étranger en 2010
Crédits Source : Office des Tunisiens à l’étranger.
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/2891/img-2.png
Fichier image/png, 57k
Titre Tableau 3 : Répartition des compétences féminines tunisiennes à l’étranger en 2010
Crédits Source : Office des Tunisiens à l’étranger.
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/2891/img-3.png
Fichier image/png, 54k
Titre Tableau 4 : Évolution des transferts financiers des Tunisiens à l’étranger entre 2007 et 2011
Crédits Source : Banque centrale de Tunisie.
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/2891/img-4.png
Fichier image/png, 22k
Titre Tableau 5 : Répartition des compétences tunisiennes à l’étranger en 2012
Crédits Source : Office des Tunisiens à l’étranger.
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/2891/img-5.png
Fichier image/png, 57k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kaies Samet, « La fuite des cerveaux en Tunisie », Hommes & migrations, 1307 | 2014, 123-128.

Référence électronique

Kaies Samet, « La fuite des cerveaux en Tunisie », Hommes & migrations [En ligne], 1307 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/2891 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.2891

Haut de page

Auteur

Kaies Samet

Maître-assistant de l’enseignement supérieur en sciences économiques, ISG Gabès, Tunisie ; Unité de recherche en économie du développement (URED), FSEG Sfax, Tunisie.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals