Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1308DossierPopulations d'origine sud-asiatiq...

Dossier

Populations d'origine sud-asiatique à Paris et en Ile-de-France

Distribution et visibilité
Delon Madavan
p. 33-43

Résumé

Depuis quarante ans, certains quartiers des Xe et XVIIIe arrondissements de Paris ont la préférence des migrants originaires d’Asie du Sud. S’ils continuent de fréquenter le nord de la capitale, leurs stratégies résidentielles, qui évoluent en fonction de plusieurs paramètres comme l’ancienneté de leur migration ou leur statut familial, les conduisent désormais en banlieue. Les quartiers de La Chapelle et de la gare de l’Est demeurent néanmoins des territoires offrant des lieux de sociabilité privilégiés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le terme “populations d’origine sud-asiatique” est utilisé dans cette étude pour désigner des group (...)
  • 2 Catherine Servan-Schreiber, Vasoodeven Vuddamalay (dir.), “Diaspora indienne dans la ville”, in Hom (...)

1Si la présence des populations d’origine sud-asiatique1 en France (tableau 1, 2 et 3) n’est pas un phénomène récent2, elle se développe surtout à partir des années 1970. Il est possible de distinguer les parcours migratoires liés au passé colonial des migrants avec la France et ceux arrivés de Sri Lanka, d’Inde, du Pakistan et du Bangladesh (figure 1).

2La France est un choix de migration privilégié pour les communautés sud-asiatiques issues de territoires qu’elle a colonisés, d’anciens comptoirs français en Inde et en Indochine, d’actuels DOM (Réunion, Guadeloupe et Martinique), de l’île Maurice et de Madagascar. La présence de ces citoyens français d’origine sud-asiatique, qui ont joué le rôle d’intermédiaires, a favorisé l’implantation de nouvelles vagues d’immigrants issus de régions du sous-continent indien colonisées par les Britanniques (Sri Lanka, Inde, Pakistan, Bangladesh).

3Le durcissement des lois d’immigration en Grande-Bretagne depuis 1962 (Immigration Act en 1971) pour réduire l’afflux de migrants du Commonwealth force les populations du sous-continent indien à se tourner vers d’autres destinations. Si, parmi ces derniers, certains sont arrivés en France pour poursuivre leurs études ou comme travailleurs qualifiés, les premières vagues d’immigrants sont souvent venues clandestinement. De nombreux Tamouls sri lankais, et dans une moindre mesure des sikhs et des Bangladeshis issus des minorités religieuses, ont vu leur situation régularisée grâce à l’octroi de l’asile politique par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra). Les mesures de régularisation adoptées par le gouvernement français ont également permis de sortir de la précarité de nombreux Pakistanais, Mauriciens et Indiens. L’immigration de personnes d’origine sud-asiatique se poursuit aujourd’hui sous différentes formes (légales ou non). La procédure de regroupement familial, les mariages transnationaux avec un partenaire du pays d’origine, les études et le recrutement par des entreprises basées en France de travailleurs qualifiés sud-asiatiques continuent d’alimenter ces flux migratoires vers la France.

  • 3 Le recensement de 2006 nous permet d’avoir une idée de la proportion des principaux groupes nationa (...)

Tableau 1 : Immigrés selon le pays de naissance et la nationalité en France en 20063

Tableau 1 : Immigrés selon le pays de naissance et la nationalité en France en 20063

Source : Insee, 2006 (Christine Moliner, “Invisible et modèle ? Première approche de l'immigration sud-asiatique en France”, rapport d’étude pour la Direction de l’accueil, de l’intégration et de la citoyenneté, ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, Paris, 2009, p. 11).

Tableau 2 : Immigrés selon le pays de naissance en France métropolitaine en 2011

Tableau 2 : Immigrés selon le pays de naissance en France métropolitaine en 2011

Source : Insee, 2011

  • 4 Les estimations proposées par les chercheurs sur le poids démographique des différents groupes d’or (...)

Tableau 3 : Estimation du poids démographique des communautés d’origine sud-asiatique proposée par les chercheurs4

Tableau 3 : Estimation du poids démographique des communautés d’origine sud-asiatique proposée par les chercheurs4

Source : Christine Moliner, “Invisible et modèle ? Première approche de l'immigration sud-asiatique en France”, op. cit., p. 11

L’ancrage des immigrants d’origine sud-asiatique à Paris

4Plusieurs facteurs expliquent l’implantation des membres de ces communautés le long de la rue du Faubourg-Saint-Denis. La présence des deux grandes gares parisiennes (gare du Nord et gare de l’Est), qui étaient des portes d’entrée pour les premières vagues de migrants du sous-continent indien, est une première raison. Les immigrés d’origine sud-asiatique se sont installés à proximité d’autres quartiers populaires (Barbès, Goutte-d’Or et Château-Rouge) abritant des vagues d’immigration plus anciennes (Maghreb et Afrique subsaharienne) et des ouvriers. La forte concentration dans ces deux arrondissements d’hôtels modestes et peu coûteux a permis aux premiers immigrés d’Asie du Sud de s’établir plus aisément seuls sans relais communautaire.

  • 5 Anthony Goreau-Ponceaud, op. cit.
  • 6 Ibid.
  • 7 Vasoodeven Vuddamalay, “Présence indienne en France. Les facettes multiformes d’une immigration inv (...)

5L’ouverture, dans les années 1960, des premiers restaurants et commerces sud-asiatiques (épiceries, magasins de tissus) par des marchands marécars musulmans (originaires des anciens établissements français en Inde) a également joué un rôle important dans l’installation des vagues ultérieures d’immigration sud-asiatique. Les premiers établissements marchands marécars, rue Clauzel, près du métro Saint-Georges, dans le XIXe arrondissement de Paris, puis l’expansion spatiale de leurs commerces en direction de la rue du Paradis et de la rue du Faubourg-Saint-Denis ont facilité l’installation des Pakistanais, des Mauriciens et des Tamouls sri lankais5. Les Marécars, qui sont les premiers employeurs ethniques sud-asiatiques en France, favorisent notamment l’installation des Indo-Mauriciens et des Pakistanais dans le Sentier grâce à l’hébergement et à l’emploi qu’ils leur fournissent6. Le recrutement de nombreux Pakistanais dans les industries de l’habillement du Sentier et des quartiers avoisinants participe également à la concentration spatiale des membres de cette communauté dans le Xe arrondissement7. Par la suite, les entrepreneurs pakistanais, mauriciens et nord-indiens développent de nouvelles activités économiques (épiceries, restaurants) le long de la portion de la rue du Faubourg-Saint-Denis, située entre la gare de l’Est et la station de métro Strasbourg-Saint-Denis.

  • 8 Gaëlle Dequirez, op. cit. ; Anthony Goreau-Ponceaud, op. cit.
  • 9 Delon Madavan, “Les minorités tamoules à Colombo, Kuala Lumpur et Singapour : minorités, intégratio (...)

6Les Tamouls sri lankais ont également bénéficié des premiers réseaux mis en place par les Marécars8. Ces derniers établissent leurs commerces le long de la partie nord de la rue du Faubourg-Saint-Denis, qui s’étend de la gare du Nord jusqu’au métro La Chapelle. Avec la dégradation de la situation politique au Sri Lanka9 dans les années 1980-1990, de plus en plus de Tamouls fuyant la guerre se réfugient en France. On assiste en parallèle à une multiplication des entreprises tamoules sri lankaises dans le Xe arrondissement et à la création d’un quartier commercial tamoul au bout de plusieurs années.

L’évolution des statégies résidentielles des communautés d’origine sud-asiatique

7Si les premières vagues d’immigrants d’origine sud-asiatique se sont établies dans les Xe et XVIIIe arrondissements, les stratégies résidentielles ont évolué au fil des années. Les membres de cette communauté ont, pour beaucoup, préféré quitter la capitale pour sa banlieue.

8Les données statistiques officielles sur la distribution des populations d’origine sud-asiatique à Paris et en Île-de-France ne donnent, pour plusieurs raisons, qu’une vision très approximative de leur poids démographique. Ainsi, les recensements de 1999 de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) ne permettent d’appréhender que la présence des étrangers indiens, pakistanais et sri lankais (en situation régulière) à Paris et dans ses différents arrondissements. Les autres groupes étrangers d’origine sud-asiatique (Bangladesh, Maldives) ne bénéficient pas d’une entrée spécifique, leur effectif étant jugé insuffisant. Les données sur les Mauriciens n’ont, par contre, pas été retenues car les recensements français regroupent dans cette entrée toutes les communautés originaires de cette île de l’océan Indien (Indiens, Créoles, Chinois, Franco-Mauriciens). Enfin, le recensement de l’Insee de 1999 ne permet pas d’appréhender la distribution spatiale des Domiens d’origine sud-asiatique, des deuxième et troisième générations nées en France ou encore des clandestins. Malgré ces manques, l’analyse de la distribution des étrangers indiens, pakistanais et sri lankais à Paris et par arrondissement en 1999 (tableau 4) révèle que les membres de ces communautés se concentrent essentiellement dans les arrondissements populaires du nord-est de la capitale. Il est d’ailleurs intéressant de noter que 59 % de ces personnes habitent dans les Xe, XIe, XVIIIe, XIXe ou XXe arrondissements. Le XVIIIe est d’ailleurs de loin l’arrondissement qui compte le plus d’étangers indiens, pakistanais et sri lankais.

Tableau 4 : Les étrangers indiens, pakistanais et sri lankais à Paris et par arrondissement en 1999

Tableau 4 : Les étrangers indiens, pakistanais et sri lankais à Paris et par arrondissement en 1999

Source : Insee, recensements 1999.

9Les données statistiques du recensement de l’Insee de 2011 (tableau 5) sur les immigrés indiens, pakistanais et sri lankais à Paris, en Île-de-France et en France métropolitaine apportent des éléments d’informations supplémentaires sur la distribution géographique de ces groupes sud-asiatiques. En 2011, 79,5 % des immigrés indiens, pakistanais et sri lankais résidant en France métropolitaine habitent dans la région parisienne. En Île-de-France, seuls 13 % des immigrés indiens, pakistanais et sri lankais vivent à Paris. La majorité des immigrés de ces trois groupes vivant en région parisienne habitent en banlieue. La Seine-Saint-Denis, département le plus cosmopolite de France métropolitaine, est de loin celui où vivent le plus d’ immigrés sud-asiatiques, soit un tiers d’entre eux (et même 40 % dans le cas des immigrés sri lankais) vivent dans ce département.

Tableau 5 : Les immigrés indiens, pakistanais et sri lankais en Île-de-France en 2011

Tableau 5 : Les immigrés indiens, pakistanais et sri lankais en Île-de-France en 2011

Source : Insee, recensements 2011.

  • 10 Gaëlle Dequirez, op. cit., p. 313.

10La carte de la distribution des associations tamoules sri lankaises en région parisienne selon la localisation du siège social confirme aussi que les membres de cette communauté préfèrent s’installer dans les villes de la banlieue nord-est de Paris (figure 2). D’après une recherche menée par Gaëlle Dequirez dans le Journal officiel, “85 % des associations tamoules sri lankaises recensées déclarent leur siège en région parisienne. Le département le plus habité par les Tamouls est la Seine-Saint-Denis : on y retrouve le quart des associations tamoules sri lankaises de France. Puis viennent le Val-de-Marne et le Val-d’Oise10”.

Figure 1 : Foyers d'émigration des principales communautés d'origine sud-asiatique à Paris.

Figure 1 : Foyers d'émigration des principales communautés d'origine sud-asiatique à Paris.

Source : conception et réalisation, Delon Madavan.

Figure 2 : La répartition des associations tamoules sri lankaises en région parisienne selon la localisation du siège social.

Figure 2 : La répartition des associations tamoules sri lankaises en région parisienne selon la localisation du siège social.

Source : conception G. Dequirez, D. Madavan et E. Meyer. Cartographie, D. Madavan.

Les transformations des trajectoires migratoires

  • 11 Christine Moliner, op. cit.

11L’évolution des stratégies résidentielles en Île-de-France des migrants d’origine sud-asiatique est liée aux transformations des trajectoires migratoires survenues depuis les années 1970. En effet, les types de logements occupés dépendent de l’étape du cycle migratoire et de la situation familiale des migrants11.

12Dans le cas des immigrés venus d’Asie du Sud, il est possible de distinguer une première phase migratoire masculine. Les primo-arrivants sri lankais ou pakistanais venus dans les années 1970 et 1980 ont souvent loué (ou sous-loué) des petits appartements vétustes qu’ils partageaient avec plusieurs autres compatriotes. Le partage du logement à plusieurs permet à ces personnes d’économiser de l’argent malgré leur faible salaire. Cet argent est généralement en partie envoyé pour aider la famille restée au pays. Le reste constitue un capital qui permettra par la suite d’investir dans un logement ou de crééer une activité commerciale.

13Les immigrés tamouls sri lankais arrivés depuis les années 1990 sont moins confrontés à cette réalité. Ils sont généralement hébergés par des membres de leur famille déjà installés depuis plusieurs années, voire des décennies, à Paris ou en banlieue. Aujourd’hui, ce sont surtout les immigrés bangladeshis, pour beaucoup clandestins, qui se retrouvent dans cette situation. Les membres de cette communauté, qui ont immigré plus tardivement en France, ne disposent généralement pas de relais familiaux pour les soutenir. Ils comptent souvent sur la solidarité communautaire pour trouver un lit dans un logement à partager avec d’autres Bangladeshis.

  • 12 Anthony Goreau-Ponceaud, op. cit.

14La venue des femmes est à l’origine du passage à la deuxième étape de la phase migratoire. La perspective de la vie familiale pousse les Sud-Asiatiques à rechercher un logement individuel, dans lequel les femmes ne seraient pas confrontées à la promiscuité avec d’autres hommes. Cette deuxième phase, qui suit la régularisation et le processus de regroupement familial, a commencé plus tôt, principalement depuis les années 1990 pour les courants migratoires plus anciens (sri lankais, pakistanais, indiens). Le temps d’attente pour obtenir un logement social décourage souvent les immigrés d’origine sud-asiatique. En outre, c’est seulement en 1998 que les familles de réfugiés et d’apatrides ont eu droit au regroupement familial sans condition de ressources et de logement. Ainsi, de nombreux réfugiés sri lankais ont préféré trouver un logement dans le secteur privé pour répondre aux impératifs administratifs afin de faire venir au plus tôt leurs proches. Dans la mesure du possible, les hommes cherchent un logement à Paris pour accueillir leur famille, avant de décider d’acquérir à crédit un appartement plus grand ou un pavillon en banlieue12.

15Enfin, la politique d’éradication des habitats insalubres de la Ville de Paris a eu pour conséquence, à partir de 2001, de baisser l’offre de logements bon marché dans le XVIIIe arrondissement. Le processus de gentrification a, à l’inverse, augmenté le prix du foncier et participé au déplacement en banlieue des immigrés d’origine sud-asiatique qui s’y trouvaient.

Les deux ethnoterritoires sud-asiatiques de Paris 

16L’évolution des stratégies résidentielles des groupes d’origine sud-asiatique a abouti depuis le milieu des années 1990 à une dissociation entre le lieu de résidence et les lieux d’approvisionnement. En effet, les deux anciens lieux d’implantation des communautés d’origine sud-asiatique le long de la rue du Faubourg-Saint-Denis sont devenus des ethnoterritoires commerciaux et surtout des centres minoritaires.

17Deux ethnoterritoires sud-asiatiques, La Chapelle et gare de l’Est, situés dans les Xe et XVIIIe arrondissements, le long de la rue du Faubourg-Saint-Denis, sont considérés comme les quartiers indiens de Paris. Ces deux ethnoterritoires sont associés à deux ensembles culturels distincts : un quartier, La Chapelle, marqué par la présence prédominante des communautés tamoules, et un second, près de la gare de l’Est, où se côtoient des communautés originaires des régions septentrionales du sous-continent indien (Inde du Nord, Pakistan et Bangladesh) et de l’île Maurice. Ces deux quartiers sud-asiatiques sont exemplaires du phénomène de centralité minoritaire. À des degrés différents, ces deux ethnoterritoires sont, pour les populations d’origine sud-asiatique de la région parisienne, un espace de travail, d’échanges commerciaux et de sociabilisation. La présence déambulatoire de nombreuses personnes d'origine sud-asiatique dans ces deux quartiers et les produits ethniques proposés dans les commerces participent à renforcer, aux yeux des autres populations de la ville, l’“indianité” et la singularité de ces deux territoires par rapport aux autres espaces urbains de la capitale.

La Chapelle, le Little Jaffna de Paris

  • 13 Little Jaffna : ce surnom a été donné en référence à la capitale de la province Nord du Sri Lanka d (...)
  • 14 Kollywood est le nom donné au cinéma en langue tamoule produit à Chennai dans l’État du Tamil Nadu (...)

18Le quartier de La Chapelle est situé à la limite entre les Xe et XVIIIe arrondissements de Paris autour de la station de métro La Chapelle. La présence prépondérante de l’empreinte tamoule sri lankaise dans cet espace est à l’origine du surnom de Little Jaffna13 donné à cet ethnoterritoire. Deux zones peuvent être distinguées à La Chapelle (figure 3). La première, qui s'étend au sud du boulevard de La Chapelle, est caractérisée par une forte concentration d'établissements commerciaux ou de services qui répondent en priorité aux besoins de la communauté tamoule. L'inscription spatiale des éléments culturels tamouls se matérialise par l'omniprésence de l’alphabet tamoul sur les vitrines des magasins ou sur les affiches collées sur les murs (avis nécrologiques, affiches de spectacles ou de manifestations culturelles ou politiques tamoules). En outre, de nombreux magasins portent un nom faisant référence à des villes tamoules du Sri Lanka (Jaffna/Yalpanam) ou d’Inde (Chennai/Madras, Pondichéry). Enfin, les chansons du cinéma Kollywood14 jouées dans les commerces du quartier sont des marqueurs sonores qui confirment que La Chapelle est un ethnoterritoire tamoul. Les seuls commerces sud-asiatiques qui ne soient pas détenus par des Tamouls dans cet espace sont les boucheries, les épiceries ou des salons de thé, qui appartiennent surtout à des musulmans du Sri Lanka ou à des Cingalais.

19La Chapelle est ainsi un centre d'approvisionnement privilégié pour les Tamouls, mais également pour les autres communautés d'origine sud-asiatique, grâce à la diversité des entreprises. En effet, le quartier compte des restaurants, de nombreuses épiceries proposant un choix très varié de produits du sous-continent indien, des bijouteries, des agences de voyages, des librairies tamoules, une école de conduite, une agence immobilière, des magasins de vidéos, des salons de coiffure (principalement pour hommes) et des salons de beauté (pour femmes) qui cherchent avant tout à répondre aux besoins d’une clientèle d’origine sud-asiatique.

20La deuxième zone de La Chapelle, qui s’étend au nord du boulevard de la Chapelle, est essentiellement connue pour sa fonction religieuse avec la présence de trois temples hindouistes surtout fréquentés par des Tamouls. L'un est dédié à Ganesh, un autre à Maryammâ et le dernier à Sri Pathirakali. Le plus ancien, le temple de Ganesh, fondé en 1985, est le seul à avoir obtenu de la Mairie, depuis 1996, l’autorisation d'organiser une procession en l'honneur du dieu à la tête d’éléphant dans les rues de La Chapelle. Cette procession annuelle, organisée le premier dimanche de septembre, est devenue un événement populaire très attendu par des milliers de Parisiens, dont de nombreux non-Tamouls.

Figure 3 : Le quartier de La Chapelle ou le Little Jaffna français

Figure 3 : Le quartier de La Chapelle ou le Little Jaffna français

Source : conception et cartographie, A. Goreau-Ponceaud et D. Madavan.

  • 15 Gaëlle Dequirez, op. cit.

21La Chapelle est aussi le centre du réseau social et de solidarité pour les Tamouls, en particulier pour les Sri-Lankais. C’est un lieu de rencontres avec d'autres membres de la communauté, où les migrants récemment arrivés, qui ne maîtrisent pas le français et qui n’ont pas de titre de séjour, peuvent obtenir des renseignements sur les démarches administratives et de l’aide pour trouver un emploi ou un logement. La Chapelle est ainsi, pour les Tamouls sri lankais, “le centre d’un vaste réseau de solidarité ethnique dont la signification dépasse l’espace géographique de la visibilité tamoule15. En outre, le quartier a un rôle important dans la transmission de la culture et de l'identité tamoules pour les deuxième et troisième générations. Le quartier est aussi le lieu où les jeunes d’origine tamoule nés en France présentent leur culture tamoule et/ou sri lankaise à leurs amis d'autres origines par le biais de la nourriture ou des vêtements.

  • 16 Liberation Tigers of Tamil Eelam (LTTE) est un mouvement indépendantiste fondé en 1976 par Velupill (...)
  • 17 Depuis 1989, les militants et sympathisants du LTTE commémorent, le 27 novembre, le Maaveerar Naal (...)
  • 18 Delon Madavan, Gaëlle Dequirez, Éric Meyer (dir.), Les Communautés tamoules et le conflit sri lanka (...)

22Enfin, l'influence du Liberation Tigers of Tamil Eelam (LTTE)16 à La Chapelle est incontestable et confère au quartier une fonction politique. Ainsi, de nombreux magasins ont un portrait du défunt chef historique du LTTE, Prabhakaran, ou le drapeau du mouvement séparatiste. De nombreuses institutions culturelles et sociales liées au LTTE ont leur siège dans le quartier (Tamil Youth Organisation, Tamil Cholai, etc.). Les magasins de La Chapelle affichent aussi, de gré ou de force, des bannières noires pour commémorer la mort des dirigeants séparatistes LTTE (Prabhakaran, Balasingham, Thamilselvam),ou des bannières rouge et jaune (couleurs associées à l’État indépendant que les Tamouls souhaitent créer : le Tamil Eelam) lors des célébrations du mouvement séparatiste (Maaveerar Naal17). C'est aussi dans ce quartier que de nombreuses manifestations ont été organisées pour soutenir les Tigres et dénoncer les opérations militaires de l'armée sri lankaise pendant l'offensive militaire finale en 2009, ou encore la détention des survivants tamouls dans des camps d'internement placés sous l’autorité de l’armée sri lankaise18. Cette emprise du mouvement séparatiste à La Chapelle est d’ailleurs perçue comme dangereuse par les autorités françaises. Ces dernières ont conduit des raids de police dans le quartier afin d'arrêter des partisans du LTTE accusés de racketter des Tamouls sri lankais en France pour financer le mouvement séparatiste. La fonction politique de La Chapelle identifie clairement ce quartier comme un territoire diasporique tamoul pro-LTTE.

Le quartier indien de gare de l’Est

23Le deuxième quartier sud-asiatique de Paris se situe également le long de la rue du Faubourg-Saint-Denis, dans le Xe arrondissement, entre la rue Lafayette et la rue de l’Échiquier (figure 4). Plusieurs communautés d’origine sud-asiatique cohabitent dans cet ethnoterritoire où dominent les cultures des régions septentrionales du sous-continent indien (nord de l’Inde, Pakistan, Bangladesh) et de l’île Maurice. Il est possible de distinguer deux espaces. Le premier correspond à la section de la rue du Faubourg-Saint-Denis comprise entre la rue La Fayette (qui est en quelque sorte la frontière entre les deux ethnoterritoires sud-asiatiques) et le boulevard Magenta. On y retrouve essentiellement de petites enseignes de restauration bon marché bangladeshies, pakistanaises et nord-indiennes. Ces commerces sont surtout fréquentés par des hommes originaires du même pays que le propriétaire et on y trouve très peu de femmes ou de clients qui ne soient pas d’origine sud-asiatique.

24Le deuxième espace comprend la section de la rue du Faubourg-Saint-Denis située entre le boulevard Magenta et la rue de l’Échiquier et les petites rues perpendiculaires adjacentes. Les commerces sud-asiatiques de cet espace ont des enseignes faisant référence au Pakistan, à l’Inde et à l’île Maurice. On trouve surtout dans cette partie des restaurants, des épiceries, des agences de voyages et des magasins de DVD de musiques et de films de Bollywood qui répondent surtout aux goûts et aux besoins de ces communautés. Contrairement à l’espace précédent, la présence déambulatoire des personnes d’origine nord-indienne est moins importante même si elle est plus variée. Ce secteur attire plus de femmes d’origine sud-asiatique et des jeunes de la deuxième génération. Plusieurs commerces de ce secteur ont aussi une importante clientèle qui n’est pas d’origine sud-asiatique. Les restaurants du passage Brady ou le magasin de DVD Bollywood attirent de nombreux amoureux de l’Inde et de sa culture. Le quartier sud-asiatique de gare de l’Est a une fonction d’approvisionnement et de solidarité communautaire (renseignements, aide pour trouver du travail ou un logement) pour les Sud-Asiatiques non tamouls. Par contre, ce quartier ne semble pas avoir de fonction religieuse ou politique.

  • 19 Mustafa Poyraz, “Turcs et Indiens du Faubourg-Saint-Denis. Un espace commun en construction”, in Ho (...)

25Contrairement à La Chapelle, ce secteur du quartier indien de gare de l’Est est un espace mixte où les personnes d’origine sud-asiatique cohabitent avec d’autres communautés. Ainsi, plus on s’approche de la rue de l’Échiquier, plus les commerces sud-asiatiques sont supplantés par des commerces turcs19. Au niveau des petites rues adjacentes à cette portion de la rue du Faubourg-Saint-Denis, seuls le passage Brady et la rue de Jarry comptent une présence significative de commerces sud-asiatiques. Les autres rues comptent quant à elles surtout des établissements proposant des produits et des services destinés aux populations originaires d’Afrique subsaharienne. L’évolution de la situation de la rue de la Fidélité est très significative. Le dynamisme des entepreneurs originaires d’Afrique noire s’est traduit par l’ouverture au cours de ces dernières années de salons de coiffure, de cafés et de restaurants dans la rue, alors qu’à l’inverse les commerces sud-asiatiques y ferment. Le caractère indien du quartier tend à s’effacer.

26La baisse d’attractivité du quartier indien de gare de l’Est pousse certains Nord-Indiens, Pakistanais, Mauriciens ou Bangladeshis à préférer se rendre à La Chapelle pour faire leurs courses ou boire un thé. Néanmoins, de nombreuses personnes d’origine sud-asiatique (non tamoules) interviewées affirment qu’elles ne considèrent pas pour autant La Chapelle comme leur quartier.

Figure 4 : Le quartier sud-asiatique de gare de l’Est

Figure 4 : Le quartier sud-asiatique de gare de l’Est

Source : enquête de terrain, décembre 2013. Conception et réalisation, D. Madavan, 2014.

Conclusion

27L’installation des premières vagues de populations d’origine sud-asiatique à Paris s’est accompagnée de la constitution, dans les Xe et XVIIIe arrondissements, de deux ethnoterritoires sud-asiatiques distincts : un quartier dominé par les cultures des régions septentrionales du sous-continent indien et de l’île Maurice (gare de l’Est) et un quartier dominé par la culture tamoule (La Chapelle). Les régularisations et le processus de regroupement familial ont durablement transformé leurs stratégies résidentielles. Les membres de ces communautés ont, pour beaucoup, préféré quitter la capitale pour s’installer dans les villes de la banlieue nord-est de Paris. Malgré cette dissociation entre le lieu de résidence et les lieux d’approvisionnement, La Chapelle et gare de l’Est demeurent des ethnoterritoires commerciaux et surtout des centres minoritaires (commercial, culturel, social et de solidarité, etc.) pour les différentes communautés d’origine sud-asiatique vivant en Île-de-France.

Haut de page

Notes

1 Le terme “populations d’origine sud-asiatique” est utilisé dans cette étude pour désigner des groupes de migrants et leurs descendants originaires de pays issus du sous-continent indien (Inde, Pakistan, Sri Lanka, Bangladesh, Népal, Maldives, Bouthan). Ce terme permet également d’intégrer dans cette étude des communautés venues d’autres aires géographiques, mais qui descendent d’anciens émigrés d’Asie méridionale et qui revendiquent leur origine et leur culture sud-asiatiques. Les descendants d’Indiens établis depuis le XIXe siècle à l’île Maurice, à Madagascar, à La Réunion, au Viêtnam, en Guadeloupe ou en Martinique et qui habitent désormais à Paris entrent également dans les populations qui nous intéressent dans cette étude.

2 Catherine Servan-Schreiber, Vasoodeven Vuddamalay (dir.), “Diaspora indienne dans la ville”, in Hommes & Migrations, n° 1268-1269, 2007.

3 Le recensement de 2006 nous permet d’avoir une idée de la proportion des principaux groupes nationaux d’origine sud-asiatique en France. Les chiffres sur les immigrés du sous-continent indien, qui incluent les Sud-Asiatiques ayant gardé la nationalité de leur pays d’origine et ceux devenus français, permettent de constater que les principaux foyers d’émission sont dans l’ordre : le Sri Lanka, l’Inde et le Pakistan. Ces données ont aussi l’intérêt de souligner qu’un nombre non négligeable de ces immigrés, ayant répondu au recensement, ont obtenu depuis leur arrivée la nationalité française par acquisition : 57,4 % des immigrés venus d’Inde, 36,8 % de ceux venus de Sri Lanka et 32,5 % de ceux venus du Pakistan.

4 Les estimations proposées par les chercheurs sur le poids démographique des différents groupes d’origine sud-asiatique en France sont souvent plus élevées que les chiffres du recensement. Ces écarts s’expliquent par la volonté des chercheurs d’intégrer également dans leur estimation les deuxième et troisième générations nées en France ou les clandestins. Il convient tout de même d’utiliser ces estimations avec précaution étant donné que les sources et les méthodes de calcul ne sont pas précisées. Voir Catherine Servan-Schreiber, Vasoodeven Vuddamalay (dir.), art. cit. ; Christine Moliner, “Invisible et modèle ? Première approche de l'immigration sud-asiatique en France”, rapport d’étude pour la Direction de l’accueil, de l’intégration et de la citoyenneté, ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, Paris, 2009 ; Gaëlle Dequirez, “Nationalisme à longue distance et mobilisations politiques en diaspora. Le mouvement séparatiste tamoul sri lankais en France (1980-2009)”, thèse de doctorat en sciences politiques, université Lille-II, 2011, 378 p. ; Anthony Goreau-Ponceaud, “La diaspora tamoule : trajectoires spatio-temporelles et inscriptions territoriales en Île-de-France”, thèse de doctorat de géographie, université de Bordeaux-III, 2008 ; Madavan Delon, “Les populations d’origine sud-asiatique à Paris et le non-recours aux droits sociaux”, rapport d’étude pour la Délégation de la politique de la ville et de l’intégration de la Mairie de Paris, Paris, 2014, 67 p.

5 Anthony Goreau-Ponceaud, op. cit.

6 Ibid.

7 Vasoodeven Vuddamalay, “Présence indienne en France. Les facettes multiformes d’une immigration invisible”, in Revue européenne des migrations internationales, vol. 5, n° 3, 1989, pp. 65-77.

8 Gaëlle Dequirez, op. cit. ; Anthony Goreau-Ponceaud, op. cit.

9 Delon Madavan, “Les minorités tamoules à Colombo, Kuala Lumpur et Singapour : minorités, intégrations socio-spatiales et citadinités”, thèse de doctorat en géographie, université Paris-IV Sorbonne, 2013.

10 Gaëlle Dequirez, op. cit., p. 313.

11 Christine Moliner, op. cit.

12 Anthony Goreau-Ponceaud, op. cit.

13 Little Jaffna : ce surnom a été donné en référence à la capitale de la province Nord du Sri Lanka d’où sont originaires la majorité des Tamouls sri lankais vivant en France.

14 Kollywood est le nom donné au cinéma en langue tamoule produit à Chennai dans l’État du Tamil Nadu en Inde.

15 Gaëlle Dequirez, op. cit.

16 Liberation Tigers of Tamil Eelam (LTTE) est un mouvement indépendantiste fondé en 1976 par Velupillai Prabhakaran, dont le but affiché est de défendre les Tamouls du Sri Lanka. Pour cela, l’organisation demande le droit à l’autodétermination et la création d’un État, le Tamil Eelam, dans le nord et l’est de l’île. Pour obtenir leur indépendance, les Tigres se sont engagés dans une lutte armée avec le gouvernement central. Le LTTE s’est affirmé depuis 1987 comme l’acteur incontournable de la scène politique nationale. En effet, le mouvement a réussi à faire face aux différents assauts de l’armée gouvernementale et même aux forces indiennes qui ont tenté un temps de lui faire déposer les armes par la force. La défaite militaire des Tigres du 17 mai 2009 a ébranlé le mouvement. Son leader historique, Velupillai Prabhakaran, est mort et le LTTE a perdu toutes ses possessions territoriales dans l’île. Néanmoins, le mouvement séparatiste compte encore un important soutien dans la diaspora tamoule et n’a pas abandonné son rêve de créer un État indépendant pour les Tamouls du Sri Lanka.

17 Depuis 1989, les militants et sympathisants du LTTE commémorent, le 27 novembre, le Maaveerar Naal (le jour des Grands Héros en tamoul) en l’honneur des combattants séparatistes qui ont sacrifié leur vie pour permettre l’établissement du Tamil Eelam.

18 Delon Madavan, Gaëlle Dequirez, Éric Meyer (dir.), Les Communautés tamoules et le conflit sri lankais, Paris, L’Harmattan, 2011.

19 Mustafa Poyraz, “Turcs et Indiens du Faubourg-Saint-Denis. Un espace commun en construction”, in Hommes & Migrations, n° 1268-1269, 2007, pp. 110-119.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Immigrés selon le pays de naissance et la nationalité en France en 20063
Crédits Source : Insee, 2006 (Christine Moliner, “Invisible et modèle ? Première approche de l'immigration sud-asiatique en France”, rapport d’étude pour la Direction de l’accueil, de l’intégration et de la citoyenneté, ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, Paris, 2009, p. 11).
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/2991/img-1.png
Fichier image/png, 18k
Titre Tableau 2 : Immigrés selon le pays de naissance en France métropolitaine en 2011
Crédits Source : Insee, 2011
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/2991/img-2.png
Fichier image/png, 10k
Titre Tableau 3 : Estimation du poids démographique des communautés d’origine sud-asiatique proposée par les chercheurs4
Crédits Source : Christine Moliner, “Invisible et modèle ? Première approche de l'immigration sud-asiatique en France”, op. cit., p. 11
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/2991/img-3.png
Fichier image/png, 17k
Titre Tableau 4 : Les étrangers indiens, pakistanais et sri lankais à Paris et par arrondissement en 1999
Crédits Source : Insee, recensements 1999.
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/2991/img-4.png
Fichier image/png, 39k
Titre Tableau 5 : Les immigrés indiens, pakistanais et sri lankais en Île-de-France en 2011
Crédits Source : Insee, recensements 2011.
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/2991/img-5.png
Fichier image/png, 35k
Titre Figure 1 : Foyers d'émigration des principales communautés d'origine sud-asiatique à Paris.
Crédits Source : conception et réalisation, Delon Madavan.
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/2991/img-6.png
Fichier image/png, 66k
Titre Figure 2 : La répartition des associations tamoules sri lankaises en région parisienne selon la localisation du siège social.
Crédits Source : conception G. Dequirez, D. Madavan et E. Meyer. Cartographie, D. Madavan.
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/2991/img-7.png
Fichier image/png, 151k
Titre Figure 3 : Le quartier de La Chapelle ou le Little Jaffna français
Crédits Source : conception et cartographie, A. Goreau-Ponceaud et D. Madavan.
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/2991/img-8.png
Fichier image/png, 90k
Titre Figure 4 : Le quartier sud-asiatique de gare de l’Est
Crédits Source : enquête de terrain, décembre 2013. Conception et réalisation, D. Madavan, 2014.
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/2991/img-9.png
Fichier image/png, 103k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delon Madavan, « Populations d'origine sud-asiatique à Paris et en Ile-de-France »Hommes & migrations, 1308 | 2014, 33-43.

Référence électronique

Delon Madavan, « Populations d'origine sud-asiatique à Paris et en Ile-de-France »Hommes & migrations [En ligne], 1308 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/2991 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.2991

Haut de page

Auteur

Delon Madavan

Géographe et post-doctorant au Centre d’Etudes et de Recherche sur l’Inde, l’Asie du Sud et sa diaspora, de l’université du Québec à Montréal (CERIAS/UQÀM).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search