Navegación – Mapa del sitio
Dossier

Égalité de chances ? Une comparaison des conditions de vie des personnes âgées immigrées et “nationales”

Claudio Bolzman y Giacomo Vagni
p. 19-28

Resumen

L’amélioration des conditions de vie des nouveaux retraités perceptible en Suisse comme ailleurs en Europe exige, dans le cas des migrants, d’être fortement nuancée. Une enquête menée en 2012 dans plusieurs cantons suisses permet de mieux cerner leurs conditions de vie en fonction de leur nationalité, de leur parcours socioprofessionnel ou de leur état de santé. La démocratisation de la vieillesse, c’est-à-dire la possibilité pour des personnes ayant connu la migration de vieillir dans des conditions d’égalité des chances par rapport aux non-migrants, n’est pas un fait acquis.

Inicio de página

Texto integral

  • 1 Cet article s’inscrit dans une recherche réalisée dans le cadre du pôle national de recherche LIVES (...)
  • 2 Étienne Piguet, L’Immigration en Suisse. Cinquante ans d’entre-ouverture, Lausanne, Presses polytec (...)
  • 3 Philippe Wanner (dir.), La Démographie des étrangers en Suisse, Zürich, Seismo, 2012.

1Voici une question centrale pour les sociétés démocratiques : dans quelle mesure des personnes nées à l’étranger, et qui ont été recrutées pour travailler dans des emplois plutôt subalternes dans diverses sociétés européennes, ont des chances de vieillir dans des conditions socio-économiques et de santé semblables à celles des travailleurs “nationaux”1 ? Nous prendrons comme exemple le cas de la Suisse, pays qui a connu une immigration très importante, notamment en provenance du sud de l’Europe, à partir des années 19502. La question qui nous intéresse prend tout son sens du fait que la société suisse connaît un vieillissement général de sa population3.

  • 4 Office fédéral de la statistique, Statistiques des étrangers en Suisse, Neuchâtel, OFS, 2014.
  • 5 Office fédéral de la statistique, Statistiques des étrangers en Suisse, Neuchâtel, OFS, 2010.

2Lorsqu’on observe les statistiques relatives à la population résidant en Suisse, on constate que, à la fin 2013, 1 432 000 personnes sur un total de 8 139 000 sont âgées de 65 ans et plus. Elles représentent 17,6 % du total de la population résidente4. Quant à la population de nationalité étrangère des mêmes classes d’âge, elle est au nombre de 151 000, soit 7,8 % de la population étrangère résidente. À titre de comparaison, cette proportion était de 4,8 % en 19805.

  • 6 Eurostat, Structure et vieillissement de la population, Bruxelles, Commission européenne, 2012.
  • 7 Christian Lalive d’Épinay, Jean-François Bickel, Charles Maystre, Nathalie Vollenwyder, Vieillesses (...)
  • 8 Ibid., p. 378

3Le vieillissement démographique représente un défi considérable pour les sociétés européennes6. Ce défi semble avoir été relevé de manière plutôt satisfaisante, du moins jusqu’à la crise de 2008. Divers travaux publiés en Suisse et ailleurs en Europe ont mis en évidence une amélioration des conditions de vie des nouvelles cohortes atteignant l’âge de la retraite. Certains spécialistes considèrent cette tendance générale comme un indicateur de la démocratisation de la vieillesse. Pour le cas de la Suisse, Christian Lalive d’Épinay et al., qui ont mené deux enquêtes de référence en Suisse francophone en 1979 et en 1994, écrivent : “La condition des personnes âgées s’est profondément transformée. À âge égal, ces dernières sont aujourd’hui en meilleure santé et bénéficient de conditions matérielles d’existence bien renforcées. Elles manifestent un sentiment de bien-être supérieur à celui de la génération de 19797.” Les auteurs ajoutent que la vie familiale des personnes âgées est devenue plus riche, qu’elles sont plus actives et désireuses de profiter des possibilités offertes, et qu’elles sont devenues plus autonomes. Dans les mots des auteurs, il y a eu une “embellie générale8”. Mais ils reconnaissent que des besoins importants persistent, en particulier pour les personnes d’âge très avancé, notamment en matière de santé, de l’aide aux personnes économiquement faibles, du maintien à domicile, et de l’accompagnement des isolés.

4Il convient cependant de relever que ces résultats concernant l’amélioration des conditions de vie des personnes âgées ne sont pas, pour des raisons financières et linguistiques, basés sur des échantillons suffisamment importants ou représentatifs de la population des anciens travailleurs immigrés qui, eux aussi, arrivent à l’âge de la retraite. Ces personnes, qui pour la plupart sont originaires de pays d’Europe du Sud (Espagne, Italie, Portugal) et de l’Est (États de l’ex-Yougoslavie, Turquie), représentent pourtant une fraction importante des ouvriers et employés en Suisse. Les études sur le vieillissement en Suisse ne reflètent donc pas la situation d’une partie importante de la population âgée issue des milieux sociaux les plus modestes. Afin de pallier ce manque, il s’agit de comprendre si la tendance générale à la démocratisation de la vieillesse s’applique également aux immigrés âgés.

La situation précaire des immigrés âgés

  • 9 Claudine Attias-Donfut, L’Enracinement. Enquête sur le vieillissement des immigrés en France, Paris (...)
  • 10 Abdelmalek Sayad, L’Immigration ou les paradoxes de l’altérité, Bruxelles, De Boeck, 1991, p. 19.
  • 11 Ema Serra-Santana, “L’éternel retour ou l’impossible retour”, in Migrations société, vol. 12, n° 68 (...)
  • 12 Martine Dorange, “La sortie d’activité des travailleurs migrants”, in Écarts d’identité, n° 87, 199 (...)
  • 13 Nadia Alidra, Abdellatif Chaouite, Tasse Abye, “France”, in Naina Patel (dir.), Minority Elderly Ca (...)
  • 14 Rosita Fibbi, Claudio Bolzman, Marie Vial, “À l’écoute des femmes immigrées : témoignages et mémoir (...)
  • 15 Abdul Ba, Mohamed Bousnane, Fatima Skanari, Le Vieillissement dans l’immigration. L’oubli d’une gén (...)
  • 16 Paola Bollini, Harald Siem, “No real progress towards equity: health of migrants and ethnic minorit (...)

5Les recherches sur la relation entre âge et migration ont mis en évidence l’existence d’un certain nombre d’autres facteurs suggérant d’accorder, dans les études sur le vieillissement, davantage d’attention aux anciens travailleurs immigrés et, plus généralement, aux immigrés âgés. Un de ces facteurs est que, contrairement aux idées reçues, la migration n’est pas une parenthèse que suivrait, en fin de compte, un retour au pays d’origine. En fait, la plupart des migrants restent, après la retraite, dans la société dans laquelle ils ont passé leur vie adulte9. Comme le souligne Abdelmalek Sayad, “il n’y a pas d’immigration, même réputée de travail et exclusivement de travail (...), qui ne se transforme pas en immigration familiale, c’est-à-dire au fond en immigration de peuplement10”. L’autre option est de faire des allers et retours entre les deux pays, séjournant une partie de l’année dans le pays de travail (souvent le pays du domicile officiel) et une autre dans le pays d’origine11. La recherche européenne a également mis en lumière les conditions de vie plus précaires de ces immigrés âgés par rapport aux “nationaux” âgés. Cette situation se manifeste de plusieurs manières. Tout d’abord, par un taux élevé de départs précoces du marché du travail, pour des raisons de santé (accidents invalidants ou maladie) ou pour chômage de longue durée12. Ensuite, par une situation de précarité financière, le revenu moyen des immigrés étant inférieur à celui des nationaux âgés13. Dans ce contexte, les femmes sont particulièrement défavorisées14. Enfin, par une mauvaise santé, en raison du caractère pénible des emplois occupés15. Paola Bollini et Harald Siem appellent ce phénomène l’“effet du migrant épuisé16” : ces personnes souvent recrutées par le pays hôte précisément parce qu’elles étaient en bonne santé, et donc comme particulièrement aptes au travail, se retrouvent très affaiblies à l’âge de la retraite par des années de dur labeur. En comparant de manière systématique la situation des immigrés âgés avec celle de la population non immigrée, ces résultats peuvent-ils également être observés en Suisse ?

  • 17 Brigitte Studer, Gérald Arlettaz, Regula Argast, Le Droit d’être suisse. Acquisition, perte et retr (...)
  • 18 Dominique Schnapper, Christian Bachelier, Qu’est-ce que la citoyenneté ?, Paris, Gallimard, 2000.

6Il est aussi important de prendre en compte la dimension de la nationalité. Car l’obtention de la nationalité helvétique demeure un processus très long (douze ans de séjour ininterrompu) et socialement sélectif17. La majorité des immigrés espagnols, italiens et portugais ne l’ont pas obtenue. On peut se demander si les personnes devenues suisses ont connu de meilleures conditions socio-économiques et de santé que les autres immigrés de la même génération. En effet, l’accès à la citoyenneté implique aussi l’accès à l’égalité des droits et à une reconnaissance18 qui peut avoir une influence sur les autres dimensions de l’existence.

  • 19 Pour les caractéristiques techniques de l’échantillon, voir Stefano Cavalli, Delphine Fagot, Michel (...)

7Cet article se fonde sur les données de l’enquête Vivre-Leben-Vivere (VLV), par le Centre interfacultaire de gérontologie et d’études des vulnérabilités (CIGEV) en 2012 dans cinq cantons suisses (Bâle, Berne, Genève, Tessin, Valais). Elle cherche à comprendre les conditions de vie et de santé de la population résidant en Suisse âgée de plus de 65 ans. L’échantillon principal de VLV se compose de 3 600 répondants de 65 ans et plus, tirés par échantillonnage aléatoire stratifié19. Afin de répondre à la diversité des trajectoires de vie des personnes âgées, VLV a mis en place un sous-projet mettant en lumière les conditions de vie des habitants issus de la migration. Ainsi, un échantillon composé de 930 répondants, dont environ 300 personnes immigrées, a été tiré dans les cantons de Genève et de Bâle, qui comportent le nombre le plus élevé d’étrangers âgés allophones parmi les cinq étudiés. Les populations cibles de ce sur-échantillon sont les migrants âgés de 65 à 79 ans d’origine espagnole, italienne ou portugaise. La distribution des caractéristiques sociodémographiques de ces populations, ainsi que des Suisses de l’échantillon, est présentée dans le tableau 1.

8La proportion plus élevée de jeunes retraités parmi les Portugais reflète leur arrivée plus récente en Suisse (à partir des années 1980 principalement) par rapport à celle des Espagnols et des Italiens, déjà présents dans les années 1960 et 1970.

Tableau 1. Caractéristiques de l’échantillon

Tableau 1. Caractéristiques de l’échantillon

Trajectoires socioprofessionnelles : la hiérarchie des arrivées et des nationalités

  • 20 Michael J. Piore, Birds of Passage. Migration Labour in Industrial Societies, Cambridge, Cambridge (...)

9Le tableau 2 présente les types de métiers exercés en début et en fin de carrière par les différents groupes nationaux (pourcentages en colonne). Ce tableau montre clairement une distribution très inégale des trajectoires professionnelles entre “Suisses” et “étrangers” dans le cadre d’un marché du travail segmenté20. Cependant, il existe une hiérarchie entre les immigrés du Sud selon l’ancienneté de leur présence dans la société suisse. Ainsi, les Espagnols et les Italiens ont bénéficié d’une mobilité ascendante plus importante que les Portugais au cours de leur carrière professionnelle. Il y a, par ailleurs, des inégalités de trajectoires entre les naturalisés. Ceux du Sud se rapprochent de la situation professionnelle des Suisses de naissance au cours de leur carrière, alors que les autres naturalisés, souvent issus des pays du Nord, occupent des positions professionnelles plus élevées que les Suisses de naissance. Comment expliquer ces différences et quels sont leurs effets sur le plan socio-économique ?

Tableau 2. Table de mobilité. Pourcentage des premier et dernier métiers exercés.

Tableau 2. Table de mobilité. Pourcentage des premier et dernier métiers exercés.

Capital culturel et situation socio-économique : une distribution inégale

  • 21 Pierre Bourdieu, “Les trois états du capital culturel”, in Actes de la recherche en sciences social (...)

10Un des facteurs explicatifs de divers types de trajectoires professionnelles est la répartition inégale du capital culturel21 entre les diverses catégories analysées. Le tableau 3 montre, en effet, une très nette inégalité de distribution de ce capital entre les personnes âgées de nationalité suisse (par naissance ou par naturalisation) et les personnes âgées étrangères. Parmi ces dernières, la moitié des personnes de nationalité espagnole ou italienne et 70 % des personnes de nationalité portugaise ont arrêté leur formation après l’école primaire, alors que c’est le cas de moins de 10 % des répondants de nationalité suisse. À l’autre extrême, seuls 4 % des enquêtés espagnols, italiens et portugais ont suivi une formation de niveau tertiaire, alors que près de 17 % des Suisses de naissance et des naturalisés du Sud et un tiers des autres naturalisés ont achevé ce type de formation.

Tableau 3. Distribution des capitaux par groupes nationaux

Tableau 3. Distribution des capitaux par groupes nationaux

Notes : PDR"- Pas de réponse en nombres absolus. Total" – en nombre absolu.

11L’inégalité est aussi présente dans la maîtrise des langues locales : un Espagnol/Italien sur cinq et un Portugais sur quatre ne parlent pas la langue du canton où ils résident, alors que parmi les personnes de nationalité suisse, et notamment les naturalisés, cette méconnaissance linguistique est quasi inexistante.

  • 22 Étienne Piguet, L’Immigration en Suisse, op. cit.

12Les immigrés du Sud ont été recrutés pour exercer des emplois subalternes peu qualifiés, pour lesquels ni un niveau de formation très élevé, ni des connaissances linguistiques n’étaient requises22. Seule une fraction restreinte d’entre eux a pu exercer des métiers plus qualifiés pour lesquels davantage de diplômes et de connaissances linguistiques étaient demandés. C’est parmi eux que l’on retrouve les naturalisés du Sud. On observe également une segmentation importante du recrutement de la main-d’œuvre immigrée, puisque les autres naturalisés sont même proportionnellement plus nombreux à avoir un niveau d’instruction tertiaire que les Suisses de naissance et, comme on l’a vu, ils sont surreprésentés dans des professions très qualifiées.

13Les inégalités de capital culturel et de trajectoire professionnelle s’expriment aussi au niveau des divers indicateurs concernant la situation socio-économique des répondants. L’indicateur synthétique concernant la difficulté à joindre les deux bouts avec le revenu à disposition met en évidence qu’un tiers des Espagnols/Italiens et la moitié des Portugais se trouvent dans une situation difficile, alors qu’un Suisse de naissance sur dix et environ un naturalisé sur sept (des deux catégories) ont des problèmes pour couvrir leurs dépenses.

14En ce qui concerne la fortune des répondants, nous trouvons des tendances analogues à celles observées pour les autres variables économiques. Les étrangers d’Europe du Sud ne peuvent pas compenser leur faible revenu par une fortune accumulée lors des années de travail en Suisse. En effet, quatre Portugais sur dix disent ne posséder aucun ou presque aucun patrimoine, ce qui est le cas de deux Espagnols et de deux Italiens sur dix et d’environ une personne de nationalité suisse sur dix. À l’autre extrême, on trouve 16 % de millionnaires chez les Suisses de naissance, près de 10 % chez les Suisses par acquisition, et environ 2 % chez les Espagnols, les Italiens et les Portugais.

15Autre indicateur de pauvreté : un répondant portugais sur cinq est bénéficiaire de prestations complémentaires contre moins de un sur dix pour les autres catégories. Les prestations complémentaires sont octroyées pour compléter le revenu des personnes âgées dans le besoin. Il faut en faire la demande. À l’autre extrême, les avoirs financiers et autres revenus liés à un patrimoine sont des types de revenus peu répandus chez les immigrés “étrangers”. En revanche, 40 % des Suisses de naissance et 30 % des naturalisés possèdent une forme de revenu provenant d’un placement financier.

16Enfin, en ce qui concerne le nombre de pièces du logement, 28 % des Espagnols, des Italiens et des Portugais vivent dans des appartements de une à deux pièces et demie, alors que la proportion est de 15 % pour les naturalisés du Sud et de 11 % pour les Suisses de naissance et les autres naturalisés. L’appartement est le type de logement majoritaire dans des cantons urbains comme Genève et Bâle. À l’autre extrême, un tiers des personnes de nationalité suisse disposent d’un logement d’au moins cinq pièces, ce qui est le cas d’un peu plus de un Espagnol, un Italien et un Portugais sur dix.

17Ainsi, les conditions matérielles de la vie, que ce soit en termes de revenu, de fortune ou de logement, sont inégalement réparties selon la nationalité actuelle des répondants. Malgré les années passées en Suisse, une fraction significative des immigrés âgés issus du sud de l’Europe connaissent une situation matérielle précaire, ce qui est bien moins souvent le cas chez les répondants de nationalité suisse. Par ailleurs, on trouve une proportion plus importante de répondants en situation de précarité socio-économique parmi les Portugais, arrivés plus récemment, que chez les Espagnols et les Italiens. Qu’en est-il en matière de santé ? 

Conditions de vie et évaluation de la santé

  • 23 La proportion plus élevée de personnes de nationalité portugaise en mauvaise santé peut être en lie (...)

18Invités à évaluer leur état de santé, un cinquième des Portugais âgés et un sixième des Espagnols/Italiens âgés se considèrent en mauvaise santé. Cela est le cas de 13 % des personnes naturalisées, de 11 % des personnes naturalisées du Sud et de seulement 5 % des Suisses de naissance. Nous trouvons des pourcentages inversés en ce qui concerne les personnes qui se considèrent en bonne santé23.

19Les tendances pour ce qui est de l’évaluation de la santé du conjoint/partenaire du répondant vont dans le même sens. On constate, cependant, que la proportion de répondants portugais, espagnols et italiens estimant que leur partenaire est en mauvaise santé est supérieure à la proportion de celles qui évaluent leur propre santé comme mauvaise. En revanche, chez les répondants de nationalité suisse, la proportion est assez proche pour les deux catégories.

Tableau 4. Distribution des indicateurs de santé par groupes nationaux

Tableau 4. Distribution des indicateurs de santé par groupes nationaux
  • 24 Richard L. Wang, Sharon Treul, Luca Alverno, “A brief self-assessing depression scale”, in The Jour (...)

20Pour ce qui est de l’indice de Wang sur la santé mentale24, la frontière passe cette fois-ci davantage entre les migrants et les non-migrants. Les Suisses de naissance se distinguent par le très faible pourcentage de “dépressifs” (8 %), comparé à ceux des Suisses par naturalisation (22 %) et des Portugais, des Espagnols et des Italiens (29 %). On constate donc que, même pour les naturalisés, la migration n’a pas été un processus simple et que tous paient les efforts consentis pendant une bonne partie de leur vie active en termes de santé mentale durant leur retraite. En effet, bien que la situation économique des deux catégories de naturalisés soit nettement meilleure que celle des immigrés “étrangers”, leur perception et leur vécu des problèmes et enjeux du quotidien (et de l’avenir) ne le sont pas pour autant. Des conditions de vie plus avantageuses ne produisent pas forcément des vieillesses “plus heureuses” et l’exemple des naturalisés est frappant à cet égard.

21Les indicateurs de santé révèlent des conditions de bien-être psychique et physique très inégales mais les situations sont plus complexes qu’en termes socio-économiques. Pour ce qui est de cette dimension, ce sont clairement les Suisses de naissance qui jouissent d’un meilleur état de santé par rapport à l’ensemble des migrants.

Conclusion

22L’observation des trajectoires professionnelles précédant la retraite et de la situation socio-économique et de santé des personnes âgées amène au constat d’une influence importante du parcours de vie antérieur sur les conditions de vie pendant la vieillesse. D’une certaine manière, on peut constater que les inégalités vécues durant la vie adulte se cumulent et se cristallisent pendant cette nouvelle étape. Les inégalités de ressources (éducatives, économiques, culturelles, etc.) au début de la vie active peuvent s’additionner tout au long du parcours de vie en fonction de la structure d’opportunités (politiques d’immigration, d’emploi, de formation, etc.) des sociétés et des logiques de mobilisation des ressources des individus.

  • 25 Norbert Elias, John L. Scotson, The Established and the Outsiders. A Sociological Enquiry into Comm (...)

23Dans le cas de la Suisse, on constate que, pour ce qui est des conditions de vie, il n’y a pas une vieillesse immigrée, mais une pluralité de vieillesses. Trois facteurs semblent jouer un rôle important dans les trajectoires et les situations observées : une politique de recrutement différencié de la main-d’œuvre selon les origines nationales (avec une préférence accordée aux travailleurs peu qualifiés du sud de l’Europe et aux travailleurs avec un niveau d’instruction élevé du nord de l’Europe), la durée du séjour dans le pays, les possibilités d’accéder à la nationalité suisse. Les personnes naturalisées, du nord de l’Europe pour la plupart, ont une trajectoire professionnelle et une situation économique aussi bonnes, voire presque meilleures que les Suisses de naissance. Les naturalisés du sud de l’Europe, souvent résidents de longue date, ont connu une mobilité professionnelle ascendante et ont une situation socio-économique qui tend à se rapprocher de celle des Suisses de naissance. Les Espagnols et les Italiens qui résident aussi de longue date en Suisse, mais qui n’ont pas accédé à la nationalité suisse, ont connu une certaine amélioration de leur statut socioprofessionnel entre le début de leur carrière et la fin de leur vie active, mais leurs conditions de vie après la retraite sont plus modestes que celles des Suisses de naissance et des naturalisés. Enfin, les derniers arrivés, les Portugais restés étrangers, sont ceux qui ont connu le moins de mobilité ascendante dans leur carrière professionnelle et on trouve parmi eux la proportion de personnes en situation de précarité socio-économique la plus élevée. La sélectivité de l’accès à la nationalité et la dynamique de légitimation des plus “anciens” rappellent le travail classique de Norbert Elias et John L. Scotson sur la difficulté des derniers arrivés (les outsiders) à franchir les barrières fixées par les “établis”25.

24Cette relation complexe et mouvante entre “nous” et “eux” peut être décelée en filigrane à la lecture des indicateurs de l’état de santé. Sur ce plan, la distance entre Suisses de naissance et immigrés est plus importante qu’en termes socio-économiques. Même si les Suisses par naturalisation se portent globalement mieux que les immigrés restés étrangers, ils payent davantage que les Suisses de naissance les efforts consentis pour se faire une place socialement valorisée dans la société de résidence. Ainsi, le pourcentage de “dépressifs” parmi eux est presque aussi élevé que celui des immigrés du Sud restés étrangers.

25Cet article a permis, nous l’espérons, de mieux saisir le rôle de certains indicateurs dans l’analyse des inégalités lors de la vieillesse. Néanmoins, certaines variables importantes n’ont pas pu être examinées de manière systématique faute de place. C’est le cas du facteur genre : les différences et inégalités entre hommes et femmes peuvent être très significatives tant en termes de trajectoire que dans l’analyse de la vieillesse.

26Pour mieux comprendre les implications du vieillissement dans nos sociétés, il devient très important d’inclure aussi dans les enquêtes les personnes immigrées elles-mêmes. Même si des efforts sont nécessaires quant à la traduction et à la passation des questionnaires, ce travail est indispensable pour informer les politiques publiques afin qu’elles puissent tenir compte de la diversité des situations et des besoins.

Inicio de página

Notas

1 Cet article s’inscrit dans une recherche réalisée dans le cadre du pôle national de recherche LIVES et du projet SINERGIA CRSII1-129922, financés par le Fonds national suisse de la recherche scientifique, que les auteurs remercient pour son soutien.

2 Étienne Piguet, L’Immigration en Suisse. Cinquante ans d’entre-ouverture, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2004.

3 Philippe Wanner (dir.), La Démographie des étrangers en Suisse, Zürich, Seismo, 2012.

4 Office fédéral de la statistique, Statistiques des étrangers en Suisse, Neuchâtel, OFS, 2014.

5 Office fédéral de la statistique, Statistiques des étrangers en Suisse, Neuchâtel, OFS, 2010.

6 Eurostat, Structure et vieillissement de la population, Bruxelles, Commission européenne, 2012.

7 Christian Lalive d’Épinay, Jean-François Bickel, Charles Maystre, Nathalie Vollenwyder, Vieillesses au fil du temps. Une révolution tranquille, Lausanne, Réalités sociales, 2000, p. 377.

8 Ibid., p. 378

9 Claudine Attias-Donfut, L’Enracinement. Enquête sur le vieillissement des immigrés en France, Paris, Armand Colin, 2006; Claudio Bolzman, Rosita Fibbi, Marie Vial, “What to do after retirement? Elderly migrants and the question of return”, in Journal of Ethnic and Migrations Studies, vol. 32, n° 8, 2006, pp. 1359-1375; Emmanuel Jovelin, Fatima Mezzouj, Sociologie des immigrés âgés : d’une présence (im)possible au retour (im)possible, Paris, éd. du Cygne, 2010.

10 Abdelmalek Sayad, L’Immigration ou les paradoxes de l’altérité, Bruxelles, De Boeck, 1991, p. 19.

11 Ema Serra-Santana, “L’éternel retour ou l’impossible retour”, in Migrations société, vol. 12, n° 68, 2000, pp. 77-84 ; Claudio Bolzman, “Ageing immigrants and the question of return: new answers to an old dilemma?”, in John Percival (dir.), Return Migration in Later Life, Chicago, University of Chicago Press, 2013, pp. 67-87.

12 Martine Dorange, “La sortie d’activité des travailleurs migrants”, in Écarts d’identité, n° 87, 1998, pp. 56-58 ; Claudio Bolzman, Rosita Fibbi, Marie Vial, “Les Italiens et les Espagnols proches de la retraite en Suisse. Situation et projets d’avenir”, in Gérontologie et société, n° 91, 1999, pp. 137-151.

13 Nadia Alidra, Abdellatif Chaouite, Tasse Abye, “France”, in Naina Patel (dir.), Minority Elderly Care in Europe. Country Profiles, Leeds & London, PRIAE, 2003; Naina Patel, (dir.), op. cit. ; Anibal De Almeida, “Cinquante ans après leur arrivée en France, les Portugais parviennent à l’âge de la retraite”, in Gérontologie et société, n° 139, 2011, pp. 161-178.

14 Rosita Fibbi, Claudio Bolzman, Marie Vial, “À l’écoute des femmes immigrées : témoignages et mémoire”, in Revue européenne des migrations internationales, vol. 17, n° 1, 2001, pp. 127-150.

15 Abdul Ba, Mohamed Bousnane, Fatima Skanari, Le Vieillissement dans l’immigration. L’oubli d’une génération silencieuse, Paris, L’Harmattan, 2009 ; Omar Samaoli, “Vieillesse des immigrés : quelques interrogations d’actualité”, in Gérontologie et société, n° 139, 2011, pp. 67-75.

16 Paola Bollini, Harald Siem, “No real progress towards equity: health of migrants and ethnic minorities on the eve of the year 2000”, in Social Science and Medicine, n° 41, 1995, pp. 819-828.

17 Brigitte Studer, Gérald Arlettaz, Regula Argast, Le Droit d’être suisse. Acquisition, perte et retrait de la nationalité de 1848 à nos jours, Lausanne, Antipodes, 2013.

18 Dominique Schnapper, Christian Bachelier, Qu’est-ce que la citoyenneté ?, Paris, Gallimard, 2000.

19 Pour les caractéristiques techniques de l’échantillon, voir Stefano Cavalli, Delphine Fagot, Michel Oris, Aude Tholomier, “Construction des indices de fragilité et dépendance”, in Notes VLV, n° 2, 2013. .

20 Michael J. Piore, Birds of Passage. Migration Labour in Industrial Societies, Cambridge, Cambridge university press, 1979.

21 Pierre Bourdieu, “Les trois états du capital culturel”, in Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 30, n° 1, 1979, pp. 3-6.

22 Étienne Piguet, L’Immigration en Suisse, op. cit.

23 La proportion plus élevée de personnes de nationalité portugaise en mauvaise santé peut être en lien avec les métiers exercés, mais aussi avec une proportion plus élevée de personnes ayant connu une rupture du couple : veuvage, divorce ou séparation (voir tableau 4).

24 Richard L. Wang, Sharon Treul, Luca Alverno, “A brief self-assessing depression scale”, in The Journal of Clinical Pharmacology, n° 15, 1975, pp. 163-167; Stefano Cavalli, Delphine Fagot, Michel Oris, Aude Tholomier, “Construction des indices de fragilité et dépendance”, op. cit.

25 Norbert Elias, John L. Scotson, The Established and the Outsiders. A Sociological Enquiry into Community Problems, London, Sage Publications, 1994.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Título Tableau 1. Caractéristiques de l’échantillon
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/3062/img-1.png
Ficheros image/png, 38k
Título Tableau 2. Table de mobilité. Pourcentage des premier et dernier métiers exercés.
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/3062/img-2.png
Ficheros image/png, 81k
Título Tableau 3. Distribution des capitaux par groupes nationaux
Créditos Notes : PDR"- Pas de réponse en nombres absolus. Total" – en nombre absolu.
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/3062/img-3.png
Ficheros image/png, 93k
Título Tableau 4. Distribution des indicateurs de santé par groupes nationaux
URL http://journals.openedition.org/hommesmigrations/docannexe/image/3062/img-4.png
Ficheros image/png, 64k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Claudio Bolzman y Giacomo Vagni, « Égalité de chances ? Une comparaison des conditions de vie des personnes âgées immigrées et “nationales” », Hommes & migrations, 1309 | 2015, 19-28.

Referencia electrónica

Claudio Bolzman y Giacomo Vagni, « Égalité de chances ? Une comparaison des conditions de vie des personnes âgées immigrées et “nationales” », Hommes & migrations [En línea], 1309 | 2015, Puesto en línea el 01 enero 2017, consultado el 16 enero 2019. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3062 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3062

Inicio de página

Autores

Claudio Bolzman

Professeur

Giacomo Vagni

Assistant de recherche, Haute École spécialisée de Suisse occidentale et université de Genève, Pôle national de recherche “Surmonter la vulnérabilité : perspectives de parcours de vie”.

Inicio de página

Derechos de autor

Tous droits réservés

Inicio de página
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals