Navigation – Plan du site
Dossier

Les immigrés au seuil du grand âge

Un questionnement à ancrer dans les territoires de vie
Mathilde Plard, Aurélien Martineau et Sébastien Fleuret
p. 31-37

Résumé

Le devenir des personnes âgées immigrées en France depuis les années 1970 donne lieu à une riche littérature. Une revue bibliographique permet de faire le point sur leurs conditions de vie. Les immigrants âgés se caractérisent par la précocité de leur entrée en situation de dépendance et les modalités de leur vieillissement sont fortement inscrites dans les territoires. L’accès au soin varie d’un quartier à un autre, d’un espace urbain à un espace rural. Autant d’éléments permettant de poser les bases d’une lecture gérontologique de l’immigration.

Haut de page

Texte intégral

1Dans les années 1970, les recherches s’intéressaient aux migrants de façon générale, à travers des questions démographiques et statistiques, en constatant un vieillissement de certaines franges de la population immigrée et en soulevant les enjeux à venir de leur passage à la retraite. Les années 1980 et 1990 ont confirmé l’importance d’une meilleure connaissance du vieillissement des immigrés et de leurs conditions de vie à la retraite. Cet intérêt émanait principalement du secteur associatif qui interpellait les universitaires et les chercheurs. Depuis les années 2000, un réel développement de la recherche sur le vieillissement des immigrés se structure. Les études et travaux se multiplient et portent désormais sur l’avancée en âge de ces personnes. Peu à peu, une lecture gérontologique de l’immigration prend forme, allant de pair avec l’intérêt grandissant des pouvoirs publics pour cette question sociale. L’évolution des parcours de vie des immigrés en France a guidé l’évolution des études : les immigrés ont été tour à tour travailleurs, retraités et aujourd’hui personnes au seuil du grand âge.

2Ce texte réalise un tour d’horizon des travaux de recherche et des études réalisés sur le vieillissement des immigrés en France. À travers un état des lieux thématique centré sur la santé et l’habitat des migrants vieillissants, l’objectif est de mettre en avant des aspects peu explorés et de suggérer des pistes à développer concernant leurs expériences de vie avec une question principale en toile de fond : Quelle place occupent les territoires de vie de ces personnes dans les réflexions menées sur leur vieillissement ?

Méthodologie pour une revue de littérature

3Cet article s’est structuré autour de l’étude bibliographique des travaux sur la situation des immigrants âgés. Pour les sélectionner, nous nous sommes appuyés sur des moteurs de recherche en sciences humaines (Cairn, Érudit et Persée) en effectuant une recherche par mots-clés tels que : “personnes âgées immigrées”, “migrants vieillissants”, “immigration et vieillissement”. Nous nous sommes également appuyés sur des revues bibliographiques menées par d’autres institutions et centres de recherche et nous avons exploité les bibliographies des principaux articles. Au total, nous avons retenu 47 titres pour constituer le corpus analysé, soit 24 articles et études scientifiques, 2 rapports d’État, 13 études territoriales ou institutionnelles, 4 ouvrages, 2 articles de presse spécialisée et 2 articles en ligne. Le corpus de textes a fait se rencontrer différentes disciplines (sociologie, démographie, gérontologie, géographie) autour d’un thème commun : le vieillissement des migrants.

  • 1 Pierre Paillé, Alex Mucchielli, L'Analyse qualitative en sciences humaines et sociales, Paris, Arma (...)

4L’analyse de ces références a reposé sur une optique thématique. Il s’agit, dans un premier temps, d’un travail de lecture et de synthèse systématique des contenus. L’objectif de cette étape est de faire ressortir des thèmes centraux à travers une première codification. Ce procédé de thématisation “constitue l’opération centrale de la méthode, à savoir la transposition d’un corpus donné en un certain nombre de thèmes représentatifs du contenu analysé. L’analyse thématique consiste, dans ce sens, à procéder systématiquement à l’examen discursif des thèmes abordés dans un corpus”1

5Au sujet des immigrés, les thèmes identifiés par cette méthode interrogent de multiples aspects liés aux expériences plurielles du vieillissement. Les différentes études font émerger des thèmes souvent interdépendants : trajectoires personnelles, professionnelles, migratoires et familiales ; conditions de vie socio-économiques ; vie sociale et insertion ; passage à la retraite ; situation en matière de santé, d’accès et de recours aux soins et aux droits ; habitat et logement ; vieillissement et dépendance. Notre étude a souhaité se centrer sur deux thèmes comportant un grand nombre des problématiques mises en lumière dans cette revue de littérature : l’état de santé et l’habitat des immigrés âgés.

Que nous disent les données démographiques ?

  • 2 Insee, Population par sexe, âge et situation quant à l'immigration, Paris, Insee, 2012.
  • 3 Denis Jacquat, Alexis Bachelay, “Rapport d'information au nom de la mission d'information sur les i (...)
  • 4 Ibid., p. 35

En 2010, selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), il y avait en France 1 756 802 immigrés âgés de 55 ans ou plus (32 % de la population immigrée)2. Plus de la moitié (55 %) résident au sein de trois régions françaises : Île-de-France, Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur. “Il n’y a pas un vieillissement global de la population immigrée du fait de l’arrivée de jeunes migrants en France3.” Ainsi, en 2009, la part des plus de 65 ans dans la population immigrée est de 16.4 % (890 000 personnes), soit un taux sensiblement équivalent à celui observable dans l’ensemble de la population française4. Néanmoins, on doit faire des distinctions selon l’origine des personnes.

Focus sur la santé et l’habitat des migrants âgés

6Les travaux recensés pour cette étude se fondent principalement sur l’état de santé perçu par les immigrés âgés et leurs limitations fonctionnelles au quotidien. Il en ressort la mise en évidence d’une grande diversité d’expériences et de situations, selon le sexe, l’âge, l’origine géographique et le temps de présence en France. En cela, les immigrés ne constituent pas un groupe homogène au regard de leur état de santé, même si cet état reste moins favorable pour les immigrés âgés que pour le reste de la population non immigrée.

7La nature des emplois exercés (faiblement qualifiés et souvent pénibles) a fortement impacté l’état de santé d’une partie des immigrés en précarisant leurs conditions de vieillissement. Dans le cadre des résultats de l’enquête “Passage à la retraite des immigrés” (PRI) en 2002, près de la moitié des hommes déclaraient “avoir été victimes d’un accident du travail, connu une maladie professionnelle ou des problèmes de santé liés à leur activité professionnelle”.

  • 5 Claudine Attias-Donfut, Philippe Tessier, “Santé et vieillissement des immigrés”, in Retraite et so (...)
  • 6 Yannick Croguennec, “Qui sont les immigrés âgés ?”, in Infos migrations, vol. 4, n° 35, 2012.

8Les inégalités de santé doivent donc s’apprécier en fonction de la spécificité des parcours de vie et des facteurs socioculturels. Les résultats les plus récents sont issus de l’enquête Handicap Santé menée en 2008 et 2009. Selon les origines des migrants et les catégories d’âge retenues, les états de santé diffèrent5. Les femmes immigrées âgées originaires d’Europe et plus fortement celles originaires d’Afrique étaient en moins bonne santé que les femmes non immigrées. À l’inverse, chez les hommes, un effet de sélection à la migration6 était constaté pour les hommes immigrés âgés de 65 à 74 ans, du fait de leur meilleur état de santé déclaré que leurs homologues non immigrés. Après 75 ans, les immigrés âgés déclarent plus fréquemment souffrir d’une altération de leur état fonctionnel moteur et cognitif (problèmes psychiques, comportementaux) que les non-immigrés (à l’exception des femmes originaires d’Afrique pour les troubles cognitifs).

  • 7 Les hommes ayant la meilleure santé dans leur communauté d’origine sont ceux qui ont émigré pour ve (...)
  • 8 Claudine Attias-Donfut, Philippe Tessier, op. cit.

9Comme pour la population non immigrée, le vieillissement a pour conséquence une détérioration importante de l’état de santé, la proportion d’immigrés déclarant avoir une santé “médiocre” ou “très mauvaise” augmentant progressivement avec l’âge7. On peut donc constater qu’un “effet délétère des conditions de vie dans le pays d’accueil [agit] sur la santé des immigrés pour aboutir au constat d’un moins bon état de santé des immigrés comparé aux non-immigrés8”.

Recours aux soins et aux aides humaines

  • 9 Christelle Hamel, Muriel Moisy , Immigrés et descendants d'immigrés face à la santé, Paris, Institu (...)
  • 10 Emmanuelle Soumeur-Méreau, “Le vieillissement des populations immigrées”, in RésoVilles, n° 96, 201 (...)

10Dans leur expérience du vieillissement, les immigrés âgés peuvent rencontrer des difficultés dans l’accès et le recours aux soins. Une partie d’entre eux reconnaît en effet “un faible recours aux pratiques médicales préventives et un recours aux soins souvent tardif9”. On peut observer un renoncement aux soins pour raisons financières, ce qui est plus présent chez les immigrés âgés originaires d’Afrique10. La difficulté de la langue, la méconnaissance des services et des dispositifs, leur complexité, conjuguées à l’isolement et à la précarité, sont autant d’éléments qui complexifient l’accès aux soins et à la santé d’une partie des migrants âgés, accélérant ainsi leur vieillissement.

  • 11 Yannick Croguennec, “Qui sont les immigrés âgés ?”, op. cit.
  • 12 Yannick Croguennec, “L'état de santé de la population immigrées âgées”, in Infos migrations, vol. 4 (...)
  • 13 Claudine Attias-Donfut, Rémi Gallou, “L'impact des cultures d'origine sur les pratiques d'entraide (...)
  • 14 Rémi Gallou, “Le vieillissement des immigrés en France”, in Politix, vol. 4, n° 72, 2005, p. 55 ; K (...)
  • 15 Élise Chiron, Karine Meslin, “Prise en compte des immigrés vieillissants. Les migrants âgés de la r (...)

11Les dispositifs d’aide humaine et sociale constituent un soutien dans la vie quotidienne des personnes immigrées, dont les besoins sont sensiblement les mêmes que ceux des non-immigrés. Pour autant, ces aides sont principalement assurées par l’entourage des personnes, le recours à une aide professionnelle étant moins fréquent11. C’est donc très souvent la famille, le conjoint en premier lieu et les enfants, qui assure ces aides. Le rôle des enfants (principalement les filles) pour le quotidien, mais également pour les démarches administratives, est primordial12. Pour expliquer ce recours moindre aux aides du champ gérontologique, il est fait état d’“une réticence” de la part des immigrés13. Ce phénomène s’observe tant pour les personnes vivant dans un logement ordinaire que pour celles en hébergement collectif. La difficulté d’accepter la venue d’un tiers dans son espace de vie intime, et le coût économique que cela requiert peuvent constituer des freins à la mise en place de ces prestations14. La situation des migrants isolés ne disposant pas d’entourage pouvant assurer ces solidarités de proximité se révèle alors d’autant plus problématique. Enfin, au regard des disparités territoriales dans l’offre de soins et de services, les immigrés âgés peuvent rencontrer des difficultés supplémentaires, notamment en milieu rural15.

Une dépendance précoce à l’épreuve du grand âge

  • 16 Marcel Groche, Vincent Enrico, Dominique Nadaud, “Les personnes âgées immigrées en Limousin - Rappo (...)
  • 17 Françoise Bas-Théron, “Rapport sur les immigrés vieillissants”, Inspection générale des affaires so (...)
  • 18 Ibid.
  • 19 Omar Samaoli, “Les naufragés de la vieillesse : les immigrés âgés en France”, in Alternatives non v (...)
  • 20 Claudine Attias-Donfut, Rémi Gallou, op. cit., p. 112.

12Pour les migrants âgés, le vieillissement se caractérise par la précocité de leur entrée en situation de dépendance, comme le montre l’enquête handicap-incapacité-dépendance de l’Insee, citée dans le rapport de l’Igas16. Cette altération de la santé prématurée, corrélée à la montée en puissance du nombre potentiel de personnes immigrées de 60 ans et plus en situation de dépendance à l’horizon de 202017, confirme l’enjeu que représente le vieillissement de cette population. Dans ce sens, le gérontologue Omar Samaoli insiste sur la prise en compte de la survenue de formes diverses de dépendance afin de prévenir les risques d’un mauvais vieillissement des migrants âgés18. Face à l’épreuve du grand âge, leur situation sociomédicale devra être prise en charge à la lumière des difficultés spécifiques qu’ils rencontreront et des choix qu’ils feront pour leur fin de vie. En effet, l’exposition d’une partie d’entre eux à des conditions de vie dégradées en France a eu d’importantes conséquences. Comme l’a démontré Claudine Attias-Donfut, plus le temps de résidence en France a été important, plus il joue négativement sur l’état de santé des migrants, notamment pour les migrations de long terme. “Les immigrésrécemment arrivés, c’est-à-dire ceux qui résident en France depuis moins de quinze ans, sont 6,2 % à faire état d’une santé altérée (catégories ‘médiocre’ et ‘très mauvaise’), alors que la proportion correspondante atteint 14,2 % parmi ceux arrivés en France depuis plus de trente ans19.” Plus la durée de séjour est importante en France, plus les personnes ont adopté les valeurs sociales et culturelles de la société d’accueil. En cela, elles privilégieront l’opinion dominante en France concernant la prise en charge des personnes âgées20.

  • 21 Claudine Attias-Donfut, Philippe Tessier, François-Charles Wolff, “Les immigrés au temps de la retr (...)
  • 22 Khadija Rafaï, Jean Mantovani, Jenny Duchier, Martine Gayral-Taminh, Le vieillissement des migrants (...)

13Le maintien à domicile est le souhait premier jusqu’à un âge avancé ou très avancé21. L’enjeu du maintien à domicile doit donc être mis en lien avec les conditions de logement des migrants âgés, car leur spécificité peut rendre ce souhait difficile à exaucer (foyer de travailleurs migrants, logement vétuste-indigne). Se pose également l’enjeu de leur accès aux établissements d’hébergement pour personnes âgées, qui est pour l’instant peu étudié22.

Les conditions de logement des immigrés âgés

14L’étude des conditions de logement et d’habitat des personnes âgées immigrées met en exergue des situations hétérogènes et des disparités fortes en fonction des parcours migratoires et de la vie en France de ces populations. Face à l’épreuve du grand âge, un regard sur les conditions d’habitat des résidents de structures collectives se révèle particulièrement éclairant.

  • 23 Nadège Bartkowiak, L'Accueil des immigrés vieillissants en institution. Réflexions-actions autour d (...)

15En comparaison de la population non immigrée, les immigrés âgés étaient en 2008 moins souvent propriétaires de leur logement (55 % contre 78 %). D’après Yannick Croguennec, les immigrés âgés originaires de pays hors Union européenne étaient sous-représentés, 37 % étant propriétaires et 42 % fréquemment locataires du parc social, alors qu’ils sont 26 % pour l’ensemble des immigrés âgés, contre 9 % des non-immigrés23.

  • 24 Yannick Croguennec, “Qui sont les immigrés âgés ?”, op. cit.
  • 25 Khadija Rafaï, Jean Mantovani, Jenny Duchier, Martine Gayral-Taminh, Le vieillissement des migrants (...)

16Leur surreprésentation dans le parc locatif privé ou social est la conséquence des trajectoires professionnelles des immigrés âgés : ils ont davantage appartenu aux catégories socioprofessionnelles des ouvriers et des employés. Pour les immigrés restés locataires, le fait de ne pas avoir accédé à la propriété tient autant à leurs ressources économiques souvent plus faibles qu’à “l’attachement à ‘leur’ quartier ou cité, où ils comptent parmi les ‘anciens’ du lieu et où ils ont établi des relations devenues essentielles entre pairs d’âge24”. Une part des personnes âgées immigrées ont cependant pu accéder à la propriété dans leur pays d’origine, et ainsi être pour certains doublement propriétaires. “La maison ‘au pays’, construite ou retapée, fait signe d’une réussite sociale qui reste ‘ici’ bien peu lisible25.”

  • 26 Ibid.
  • 27 Denis Jacquat, Alexis Bachelay, op. cit.
  • 28 Émile Témime, “Vieillir en immigration”, in Revue européenne des migrations internationales, vol. 1 (...)

17Autre caractéristique des conditions de logement des immigrés âgés, le fait que certains résident au sein d’un parc locatif (privé et social, meublé ou non) ou dans des hôtels (meublés, sociaux) qui présentent de mauvaises conditions d’habitat (vétusté, habitat indigne, environnement dégradé avec un faible niveau d’aménité environnementale). Souvent localisés au sein des quartiers dits “prioritaires” dans le cadre des politiques de la ville et/ou dans les centres urbains anciens26, ces logements reflètent la fragilité d’une partie des immigrés vieillissants. Pour eux, la question de l’ancrage et de l’attachement territorial au quartier, de l’appréhension de l’exil vers un autre espace résidentiel peut justifier le maintien dans un logement qui paraît pourtant inadapté au vieillissement27. D’après les dernières estimations, 30 000 immigrés âgés vivraient en habitat privé indigne28.

Habiter en structure collective

  • 29 Denis Jacquat, Alexis Bachelay, op. cit.
  • 30 Yannick Croguennec, “L'état de santé de la population immigrée âgée”, op. cit. ;
  • 31 Denis Jacquat, Alexis Bachelay, op. cit.

18En 2008, près de 67 000 immigrés âgés de 55 ans ou plus résidaient au sein des “services de moyen ou long séjour”, comprenant notamment les foyers de travailleurs migrants ou les résidences sociales, ainsi que les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD)29. Il est aujourd’hui impossible de distinguer le nombre de résidents en EHPAD de ceux vivant en foyer30. Seules des estimations plus ou moins récentes sont disponibles pour les migrants âgés vivant en foyer : de 35 000 à 45 00031.

  • 32 Yannick Croguennec, "Qui sont les immigrés âgés ?", op. cit.

19Les foyers de travailleurs migrants ont été créés pour loger la main-d’œuvre immigrée venue travailler à la reconstruction et à la croissance économique de la France. Correspondant à une offre d’hébergement pensée comme temporaire, les foyers devaient permettre de limiter l’installation durable dans le pays d’exil, empêcher le regroupement familial et faciliter leur contrôle32.

  • 33 Marc Bernardot, Loger les immigrés : la Sonacotra, 1956-2006, Éd. du Croquant, Bellecombe-en-Baug (...)
  • 34 Rémi Gallou, “Le vieillissement des immigrés en France”, op. cit.
  • 35 Marc Bernardot, op. cit.
  • 36 Choukri Hmed, “Les immigrés vieillissant en foyer pour travailleurs ou les habitants de nulle part” (...)
  • 37 Françoise Bas-Théron, op. cit. ; Rémi Gallou, “Le vieillissement des immigrés en France”, in Politi (...)
  • 38 Rémi Gallou, “Le vieillissement des immigrés en France”, op. cit.

20Soixante ans après la création des premiers foyers de travailleurs migrants, le constat est tout autre, les résidents migrants représentent la figure la plus visible de la précarité des immigrés âgés33. Majoritairement d’origine africaine et anciens ouvriers, les résidents de foyer se sont installés durablement sur le sol français, vivant pour une partie leur retraite au sein de ces foyers tout en maintenant un double ancrage avec le pays d’origine. Le maintien dans ce type d’habitat dans et autour des grandes villes et dans d’anciennes régions industrielles34 leur permet de répondre “à la précarité de l’existence en assurant une résidence à bas coût rendant possible la pratique de l’aller-retour35”. Cependant, leur vieillissement au sein de ces structures très souvent inadaptées pose problème36, même si les résidents âgés montrent un attachement au lieu et à un entre-soi rassurant37. C’est donc pour les migrants âgés “un espace bulle approprié qui participe pour beaucoup à une micro-économie de la double résidence : loyer peu onéreux, gestion peu contraignante, souplesse dans les rythmes de présence/absence, compatible avec les ressources parfois très limitées dont disposent certains38”.

  • 39 Khadija Rafaï, Jean Mantovani, Jenny Duchier, Martine Gayral-Taminh, op. cit., p. 62.
  • 40 L’Insee va effectuer “une modification de la nomenclature du recensement permettant de mieux distin (...)

21Quant aux immigrés âgés vivant en EHPAD, il est aujourd’hui impossible de préciser leur nombre à partir des statistiques disponibles. Les aînés immigrés ne sont pour l’instant identifiés que par la mention “vivant en collectivité”, sans distinction du type d’établissement39. Un constat émerge cependant de différents travaux sur l’accès des immigrés aux maisons de retraite40, ils seraient quasiment absents des structures d’hébergement gérontologique.

  • 41 Nadège Bartkowiak, op. cit. ; Denis Jacquat, Alexis Bachelay, op. cit. ; Karine Meslin, "Des logeme (...)
  • 42 Insee, Population par sexe, âge et situation quant à l'immigration, Paris, Insee, 2012.
  • 43 Nadège Bartkowiak, op. cit., p. 105.

22Les populations issues des vagues d’immigration les plus anciennes et européennes résideraient davantage en maison de retraite41 que les personnes originaires des pays tiers et principalement maghrébins, qui ne souhaiteraient pas “entrer en maison de retraite pour des raisons culturelles42”, c’est l’une de leurs principales appréhensions dans leur parcours de vieillissement43.

  • 44 Omar Samaoli, op. cit.
  • 45 Nadège Bartkowiak, op. cit.
  • 46 Omar Samaoli, op. cit., p. 104.

23L’entrée en institution est souvent le dernier recours lorsque le maintien à domicile n’est plus envisageable, du fait de l’état de santé de la personne, de l’inadaptation du logement et quand l’entourage ne peut plus assumer l’aide44. Cette transition vers la vieillesse représente une nouvelle étape, “vivre et finir ses vieux jours en institution est en sorte, pour certains, une nouvelle immigration : une immigration dans la vieillesse45”. La barrière de la langue, le contact physique délicat (notamment pour les toilettes et les soins) et la pénétration des lieux privés présentent des difficultés dans la prise en charge des immigrés âgés en EHPAD46. Des difficultés qui accentuent leur isolement.

  • 47 Omar Samaoli, op. cit.

24Très peu d’adaptations sont actuellement mises en œuvre au sein des établissements pour accueillir les immigrés âgés et “il semble plus facile [pour les EHPAD] de s’adapter aux besoins médicaux qu’aux besoins culturels”. C’est par le biais d’une meilleure connaissance de ces publics et de l’adaptation de leur prise en charge que les immigrés âgés vivront plus sereinement l’expérience de l’institutionnalisation, qui est très souvent mal vécue, ressentie pour certains comme une déchéance sociale47.

  • 48 Rémi Gallou, “Au-delà des murs, des hommes… et des femmes”, in Newsletter. Centre de ressources pol (...)

25Les conditions de logement traduisent la diversité des expériences de vie des migrants âgés. Elles mettent également en lumière les inégalités socio-économiques qu’ils peuvent éprouver. Comme le relève Rémi Gallou, un écueil doit être évité : “En termes de logement comme de situation sociale, l’étude des populations immigrées conduit à un mauvais réflexe : on ignore la diversité des figures et des parcours pour se concentrer principalement sur les situations les plus difficiles48.

Conclusion 

26Les résultats de cette revue de littérature axée sur la santé et l’habitat montrent l’importance de considérer le vieillissement des immigrés en France dans une perspective longitudinale, c’est-à-dire en tenant compte de la variété et de la complexité des parcours de vie. Cette dimension est d’ores et déjà bien captée par la littérature sur le sujet, même si celle-ci est encore trop peu développée sur le segment démographique dit du “grand âge”, qui place les personnes au seuil de la dépendance. Comme indiqué en introduction, l’évolution de la recherche suit l’avancée en âge des populations immigrées lors des Trente Glorieuses, or cette population atteindra très prochainement ce seuil. Les recherches à venir devraient donc orienter leur réflexion vers la dépendance et les enjeux du maintien à domicile et/ou de l’entrée en établissement spécialisé. Les limites des connaissances actuelles montrent l’importance de développer des travaux sur la prise en charge de la dépendance pour ces publics, sur les problématiques spécifiques qu’ils rencontrent, et de considérer plus attentivement la situation des publics âgés de 70 ans et plus. En d’autres termes, il s’agit de se positionner par rapport au grand âge.

27La deuxième perspective qui ressort de cette revue de littérature est spatiale. En effet, les conditions de vie, de santé, d’habitat qui définissent les modalités du vieillissement des personnes issues de l’immigration sont fortement inscrites dans les territoires. Les problématiques d’accès aux soins et aux services varient considérablement, par exemple, d’un quartier à un autre, d’un espace urbain à un espace rural. Il en va de même pour les conditions du maintien à domicile qui dépendent fortement des services disponibles dans la proximité du logement, mais aussi de paramètres tiers comme l’accessibilité des lieux où habite la personne. Or si la dimension spatiale ressort de notre revue de littérature, c’est principalement en creux, parce que ces enjeux sont finalement très peu abordés dans les différentes études recensées. Toutes ces considérations plaident pour le développement d’une véritable géographie des immigrés au seuil du grand âge.

Haut de page

Notes

1 Pierre Paillé, Alex Mucchielli, L'Analyse qualitative en sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin, 2008, p. 162.

2 Insee, Population par sexe, âge et situation quant à l'immigration, Paris, Insee, 2012.

3 Denis Jacquat, Alexis Bachelay, “Rapport d'information au nom de la mission d'information sur les immigrés âgés”, Paris, Assemblée nationale, 2013, p. 34.

4 Ibid., p. 35

5 Claudine Attias-Donfut, Philippe Tessier, “Santé et vieillissement des immigrés”, in Retraite et société, vol. 3, n° 46, 2005, pp. 89-129.

6 Yannick Croguennec, “Qui sont les immigrés âgés ?”, in Infos migrations, vol. 4, n° 35, 2012.

7 Les hommes ayant la meilleure santé dans leur communauté d’origine sont ceux qui ont émigré pour venir chercher du travail en France. Ils ont un meilleur état de santé que les non-immigrés du même âge.

8 Claudine Attias-Donfut, Philippe Tessier, op. cit.

9 Christelle Hamel, Muriel Moisy , Immigrés et descendants d'immigrés face à la santé, Paris, Institut national d'études démographiques, 2013, p. 7.

10 Emmanuelle Soumeur-Méreau, “Le vieillissement des populations immigrées”, in RésoVilles, n° 96, 2014.

11 Yannick Croguennec, “Qui sont les immigrés âgés ?”, op. cit.

12 Yannick Croguennec, “L'état de santé de la population immigrées âgées”, in Infos migrations, vol. 4, n° 35, 2012.

13 Claudine Attias-Donfut, Rémi Gallou, “L'impact des cultures d'origine sur les pratiques d'entraide familiale”, in Informations sociales, vol. 6, n° 134, 2006, pp 86-97.

14 Rémi Gallou, “Le vieillissement des immigrés en France”, in Politix, vol. 4, n° 72, 2005, p. 55 ; Khadija Rafaï, Jean Mantovani, Jenny Duchier, Martine Gayral-Taminh, Le vieillissement des migrants. Situations en Midi-Pyrénées, Paris, Institut national de la santé et de la recherche médicale, 2007.

15 Élise Chiron, Karine Meslin, “Prise en compte des immigrés vieillissants. Les migrants âgés de la région nantaise au prisme du regard des professionnels”, études réalisées dans le cadre du Programme régional d'insertion des populations immigrées (PRIPI) des Pays de la Loire, 2005-2007, Association santé migrants de Loire-Atlantique (ASAMLA), 2007, p. 133 ; Rémi Gallou, “Le vieillissement des immigrés en France”, op. cit. ; Phuong Mai Huynh, “Le logement des immigrés à l'épreuve du vieillissement : mieux connaître les différentes étapes du vieillissement pour mieux répondre en termes d'aide, de service et d'équipement”, rapport final du programme de recherche “Vieillissement de la population et habitat”, Adoma, 2009, p. 152.

16 Marcel Groche, Vincent Enrico, Dominique Nadaud, “Les personnes âgées immigrées en Limousin - Rapport final”, Observatoire social du Limousin, 2012, p. 64.

17 Françoise Bas-Théron, “Rapport sur les immigrés vieillissants”, Inspection générale des affaires sociales, ministère de l'Emploi et de la Solidarité, secrétariat d'État aux personnes âgées, 2002, p. 43.

18 Ibid.

19 Omar Samaoli, “Les naufragés de la vieillesse : les immigrés âgés en France”, in Alternatives non violentes, vol. 162, 2012, pp. 16-23.

20 Claudine Attias-Donfut, Rémi Gallou, op. cit., p. 112.

21 Claudine Attias-Donfut, Philippe Tessier, François-Charles Wolff, “Les immigrés au temps de la retraite”, in Retraite et société, vol. 1, n° 44, 2005, pp. 11-47.

22 Khadija Rafaï, Jean Mantovani, Jenny Duchier, Martine Gayral-Taminh, Le vieillissement des migrants. Situations en Midi-Pyrénées, Paris, Institut national de la santé et de la recherche médicale, 2007, p. 56.

23 Nadège Bartkowiak, L'Accueil des immigrés vieillissants en institution. Réflexions-actions autour de l'accueil en établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, Rennes, Presses de l'École des hautes études en santé publique, 2008 ; Denis Jacquat, Alexis Bachelay, op. cit.

24 Yannick Croguennec, “Qui sont les immigrés âgés ?”, op. cit.

25 Khadija Rafaï, Jean Mantovani, Jenny Duchier, Martine Gayral-Taminh, Le vieillissement des migrants. Situations en Midi-Pyrénées, Paris, Institut national de la santé et de la recherche médicale, 2007, p. 62.

26 Ibid.

27 Denis Jacquat, Alexis Bachelay, op. cit.

28 Émile Témime, “Vieillir en immigration”, in Revue européenne des migrations internationales, vol. 1, n° 17, 2001, p. 37.

29 Denis Jacquat, Alexis Bachelay, op. cit.

30 Yannick Croguennec, “L'état de santé de la population immigrée âgée”, op. cit. ;

31 Denis Jacquat, Alexis Bachelay, op. cit.

32 Yannick Croguennec, "Qui sont les immigrés âgés ?", op. cit.

33 Marc Bernardot, Loger les immigrés : la Sonacotra, 1956-2006, Éd. du Croquant, Bellecombe-en-Bauges, 2008.

34 Rémi Gallou, “Le vieillissement des immigrés en France”, op. cit.

35 Marc Bernardot, op. cit.

36 Choukri Hmed, “Les immigrés vieillissant en foyer pour travailleurs ou les habitants de nulle part”, in Retraite et société, vol. 1, n° 47, 2006, p. 151.

37 Françoise Bas-Théron, op. cit. ; Rémi Gallou, “Le vieillissement des immigrés en France”, in Politix, vol. 4, n° 72, 2005, pp. 57-77 ; Choukri Hmed, op. cit. ; Phuong May Huynh, op. cit. ; Emile Témime, op. cit.

38 Rémi Gallou, “Le vieillissement des immigrés en France”, op. cit.

39 Khadija Rafaï, Jean Mantovani, Jenny Duchier, Martine Gayral-Taminh, op. cit., p. 62.

40 L’Insee va effectuer “une modification de la nomenclature du recensement permettant de mieux distinguer, parmi les immigrés résidant en collectivité, les résidents de foyer des personnes vivant en maison de retraite”. Voir Denis Jacquat, Alexis Bachelay, op. cit., p. 75.

41 Nadège Bartkowiak, op. cit. ; Denis Jacquat, Alexis Bachelay, op. cit. ; Karine Meslin, "Des logements à part pour les migrants âgés ? Réflexion sur la mise à l'écart résidentielle des migrants âgés isolés", in Espace populations et sociétés, vol. 1, 2010, pp. 120-130.

42 Insee, Population par sexe, âge et situation quant à l'immigration, Paris, Insee, 2012.

43 Nadège Bartkowiak, op. cit., p. 105.

44 Omar Samaoli, op. cit.

45 Nadège Bartkowiak, op. cit.

46 Omar Samaoli, op. cit., p. 104.

47 Omar Samaoli, op. cit.

48 Rémi Gallou, “Au-delà des murs, des hommes… et des femmes”, in Newsletter. Centre de ressources politique de la ville en Essonne, n° 25, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Plard, Aurélien Martineau et Sébastien Fleuret, « Les immigrés au seuil du grand âge », Hommes & migrations, 1309 | 2015, 31-37.

Référence électronique

Mathilde Plard, Aurélien Martineau et Sébastien Fleuret, « Les immigrés au seuil du grand âge », Hommes & migrations [En ligne], 1309 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3065 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3065

Haut de page

Auteurs

Mathilde Plard

Chargée de recherches au CNRS, UMR 6590 ESO, université d’Angers.

Aurélien Martineau

Etudiant, master Dynamiques et actions sociales territoriales, UMR 6590 ESO, université d’Angers.

Sébastien Fleuret

Directeur de recherches au CNRS, UMR 6590 ESO, université d’Angers.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals