Navigation – Plan du site
Chroniques
Repérages

Du Caire à Paris

Le regard des travailleurs sociaux
Michèle Taieb
p. 138

Texte intégral

1M. et Mme K., âgés de 43 et 37 ans, quittent l’Égypte en mai 1958. Ils ont trois filles de 5, 7 et 9 ans. Dès son arrivée à Paris, la famille, qui est hébergée chez un cousin, est prise en charge par le Service social d’aide aux émigrants (SSAE) et le Cojasor. Cette aide financière est capitale pour cette famille qui a laissé tous ses biens au Caire et qui ne peut même pas récupérer ses bagages avant plusieurs semaines. Quatre mois après, quand M. K. commence à toucher un salaire, le SSAE cesse d’aider la famille. Celle-ci continue toutefois d’être soutenue par le Cojasor jusqu’en mai 1959, moment où elle bénéficie par l’entremise de cette organisation d’un prêt du Haut-Commissariat aux réfugiés pour l’achat d’un logement.

2Mme D., née en 1914, est veuve. Elle arrive en France en 1962 avec ses enfants, une fille et un garçon âgés de 22 et 17 ans. Le secours du Cojasor se met tout de suite en place. Atteinte d’un cancer, elle est hospitalisée à l’hôpital Rothschild à Paris et ses enfants sont installés à l’hôtel par le service social qui règle les frais et dépose une demande de placement en institution pour sa fille, déficiente mentale. L’état de santé de la mère ne s’améliore pas. Alors que le garçon tombe malade et ne peut plus s’occuper de sa sœur, celle-ci est placée chez son oncle et sa tante qui la maltraitent et exigent beaucoup d’argent pour son accueil. La veille de son décès, en janvier 1964, Mme D. fait promettre à l’assistante sociale venue la voir de s’occuper de ses enfants. Le départ des enfants au Canada en mai clôt le dossier.

3D’une famille à l’autre, la relation engagée par les travailleurs sociaux est différente. Autonome, dans la recherche d’un emploi comme dans celle d’un logement, M. K. a cependant besoin du soutien logistique et financier du Cojasor, en complément d’aides privées ou publiques (allocations familiales). Dans ses comptes rendus d’entretiens, l’assistante sociale qui suit la famille K. est plus objective et distante que celle en charge de la famille D. En effet, l’empathie de l’assistante sociale, ici, domine. Sa présence concrète auprès de Mme D. tout au long de sa maladie et aux côtés de son fils, lorsqu’il est lui-même souffrant, témoigne d’une grande proximité. De nombreux courriers attestent de ces marques d’attention, telles que « Vous savez combien j’ai à cœur votre situation » ou « Nous sommes bouleversés de la [Mme D.] trouver dans le coma ». Les notes de l’assistante contiennent aussi de nombreux jugements de valeur comme « Nous avons eu un entretien très orageux avec cette horrible femme [tante] ».

4Plus que le dossier de la famille K., celui de la famille D. témoigne d’une rationalisation administrative du suivi des usagers. Presque toutes les pièces sont dactylographiées et structurées. De plus, les notes de l’assistante sociale nous renseignent très précisément sur ses démarches administratives, ses diverses prises de contact (avec l’hôpital Rothschild ou des organismes de placement par exemple) et leurs résultats.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Taieb, « Du Caire à Paris », Hommes & migrations, 1312 | 2015, 138.

Référence électronique

Michèle Taieb, « Du Caire à Paris », Hommes & migrations [En ligne], 1312 | 2015, mis en ligne le 31 mai 2016, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3522

Haut de page

Auteur

Michèle Taieb

Chef du Service social familial banlieues (Fondation Casip-Cojasor).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals