Navegación – Mapa del sitio

InicioNuméros1314DossierMigrations chinoises, de générati...

Dossier

Migrations chinoises, de génération en génération

Simeng Wang y Hélène Le Bail
p. 6-8

Texto completo

  • 1 Simeng Wang. , « Émigration chinoise vers l’étranger : constats et controverses », in China Analysi (...)
  • 2 Selon le bureau national des statistiques de la République populaire de Chine : http://www.stats.go (...)
  • 3 Giulio Lucchini, « Singularités de la migration chinoise en France », in Richard Béhara (dir.), La (...)

1Depuis un quart de siècle, la Chine expérimente un renouveau des mobilités internes et internationales. Le nombre de Chinois émigrés a atteint 9,34 millions en 2013, et la Chine est devenue le quatrième pays en termes de population à l'étranger1. À l’intérieur du territoire chinois, le vaste exode rural concerne plus de 273 millions de « travailleurs migrants » (mingong, littéralement traduit « ouvrier paysan ») en 20142. En France, le nombre de migrants chinois est estimé entre 400 000 et 480 000 personnes (chiffre qui ne prend pas en compte les descendants), une majorité d’entre eux résidant en région parisienne3. Depuis une décennie, les routes et motifs migratoires des Chinois en France se diversifient en termes à la fois d’origine régionale et de statut social, en particulier grâce aux migrations étudiantes, premier motif d’entrée en France aujourd’hui.

  • 4 Parmi les tous premiers travaux publiés à ce sujet, voir entre autres Simeng Wang « “Une vie qui es (...)

2Une génération de Chinois a grandi depuis le renouveau de la mobilité interne et internationale mais, à la différence des enfants de Maghrébins ou d’Africains, les descendants de migrants chinois sont peu enquêtés4 alors qu’ils gagnent en visibilité dans les sphères politique et médiatique. Ce dossier vise à mettre en valeur les travaux récents s’intéressant aux descendants de Chinois dans le monde et aux relations intergénérationnelles, menés en France, mais aussi en Italie, Hongrie, Zambie, Japon et en Chine.

Les trajectoires des descendants de migrants chinois

3Plusieurs contributions du dossier discutent de la mobilité sociale des descendants de migrants chinois. L’entretien mené avec Chengnan Zhan, psychiatre française née en Chine, montre une ascension sociale atypique parmi les descendants de migrants originaires de Wenzhou – principale région d’origine des Chinois de France – et souligne les caractéristiques propres à cette population en matière de relations familiales et de critères de « réussite ».

4La trajectoire de cette psychiatre, ainsi que sa pratique professionnelle auprès de patients d’origine chinoise font écho à l’article de Simeng Wang, qui porte sur les liens entre les expériences d’ascension sociale d’adolescents d’origine chinoise issus de milieux populaires et de classes moyennes et leurs souffrances psychiques exprimées. L’article souligne combien la réussite scolaire constitue la voie d’ascension sociale la plus empruntée par ces adolescents. La prise en charge par des institutions socio-médicales représente pour certains adolescents un moyen d’échapper aux contraintes familiales et de se donner de meilleures chances de réussite. Le rôle de l’école est également au cœur de l'article de Li Tao, qui, dans le contexte de la migration interne en Chine, montre le processus de reproduction sociale. L’auteur décrit les méthodes d’éducation mises en place par les enseignants en milieu rural, telles que la composition des classes et l’attribution des places aux élèves. Hors de l’école, le milieu associatif est une autre voie d’ascension sociale pour les descendants de migrants. C’est le sujet que traite Ken Chen à partir du cas de l’Association des jeunes Chinois de France (AJCF). Il souligne comment cette association sort de l’entre-soi en promouvant les activités interculturelles et l’engagement politique.

5L’accès au marché du travail constitue un autre moment décisif de la trajectoire individuelle. Dans le cas français, l’article de Ya-han Chuang montre que, pour des enfants de commerçants, le choix de reprendre l’activité de leurs parents résulte d’un équilibre entre l’épanouissement personnel et l’intérêt familial. L’article de Giuseppina Merchionne et Hong Liu se focalise sur la création d’entreprises transnationales par des descendants de migrants chinois à Milan, qui jouent de leur double capital ethnique et qui épousent les codes de l’économie transnationale entre local et global.

6Le texte de Fanni Beck analyse les réseaux transnationaux dans lesquels vivent les Chinois de la deuxième génération en Hongrie à travers un autre prisme : le rapport à l’origine dans un contexte de « nationalisme à distance », les autorités de la République populaire de Chine tentant d’éveiller chez ces jeunes le sentiment d’attachement pour le pays de leurs parents.

Reconfiguration des solidarités intergénérationnelles

7Solange Châtelard dresse le portrait de Xiaolong qui rêve de vivre « quatre générations sous un même toit » mais travaille en Zambie avec son père, alors que son fils et sa femme vivent à Pékin, sa mère et sa grand-mère en Australie. Ce portrait aborde, d’une part, la question des correspondances entre les choix migratoires et les responsabilités parentales et, d’autre part, celle de la reconfiguration des liens de solidarité intergénérationnels dans un contexte de dispersion.

8Plusieurs textes du dossier discutent les questions de parentalité transnationale. Florence Lévy décrit comment les femmes du nord de la Chine à Paris « présentent leur migration comme un sacrifice consenti pour assurer l’avenir de leurs enfants », mais ses enquêtes démontrent que les motivations migratoires sont beaucoup plus complexes et qu’il est nécessaire de se demander pourquoi dans les discours ces femmes mettent autant en avant les besoins de leurs enfants et si peu leurs propres attentes. L’article d’Hélène Le Bail sur le Japon fait écho à celui de Florence Lévy et décrit comment le profil de « bonne mère » permet aux femmes migrantes de se protéger des préjugés sur des parcours migratoires disqualifiants, voire stigmatisants (nourrice, femme de ménage, épouse par mariage arrangé, prostituée). Au travers du récit d’une femme chinoise se prostituant à Paris, Ting Chen illustre ce dilemme qui pointe à travers l’évocation omniprésente du rôle maternel et celle, plus rare, des attentes et des désirs personnels.

9Les travaux abordant les relations intergénérationnelles en migration discutent très souvent de la dyade enfants/parents. Ceux qui évoquent les relations grands-parents/enfants/petits-enfants sontw rares. Dans le cas des Chinois en France, Simeng Wang et Boris Schwartz proposent, dans ce dossier, les premiers résultats de deux enquêtes pionnières menées à Paris dans le quartier de Belleville auprès des personnes âgées d’origine chinoise. L’article décrit les rôles différenciés des femmes et des hommes dans l’interface avec la société d’accueil, ainsi que l'importance des solidarités familiales entre générations dans la vie quotidienne.

Inicio de página

Notas

1 Simeng Wang. , « Émigration chinoise vers l’étranger : constats et controverses », in China Analysis. n° 48, 2014, pp. 18-21.

2 Selon le bureau national des statistiques de la République populaire de Chine : http://www.stats.gov.cn/tjsj/zxfb/201504/t20150429_797821.html

3 Giulio Lucchini, « Singularités de la migration chinoise en France », in Richard Béhara (dir.), La Chine à Paris, Paris, Robert Laffont, 2012, pp. 243-272.

4 Parmi les tous premiers travaux publiés à ce sujet, voir entre autres Simeng Wang « “Une vie qui est ailleurs” : Une sociologie des troubles mentaux à travers le parcours d’un adolescent d’origine chinoise à Paris », in Lien social et politiques, n° 67, 2012, pp. 233-248.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Simeng Wang y Hélène Le Bail, «Migrations chinoises, de génération en génération»Hommes & migrations, 1314 | 2016, 6-8.

Referencia electrónica

Simeng Wang y Hélène Le Bail, «Migrations chinoises, de génération en génération»Hommes & migrations [En línea], 1314 | 2016, Publicado el 01 abril 2019, consultado el 16 junio 2021. URL: http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3623; DOI: https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.3623

Inicio de página

Autores

Simeng Wang

Docteure en sociologie diplômée à l’ENS-EHESS (CMH) et actuellement post-doctorante contractuelle IFRIS affectée au CEPED.

Artículos del mismo autor

Hélène Le Bail

Chercheure au CNRS-CERI Sciences Po.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Tous droits réservés

Inicio de página
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search