Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1314DossierLe parcours atypique d’une psychi...

Dossier

Le parcours atypique d’une psychiatre française née en Chine

Entretien avec Chengnan Zhan
Simeng Wang
p. 21-25

Résumé

Née en 1985 dans la région de Wenzhou et immigrée à Paris à l’âge de 10 ans et demi, Chengnan Zhan1 est psychiatre. Depuis novembre 2015, elle travaille sur le secteur psychiatrique du pôle Paris Centre. Nous nous sommes rencontrées à la suite d’un courrier électronique qu’elle m’avait adressé, dans lequel elle partageait ses sentiments en lisant mes travaux publiés et exprimait son souhait d’une rencontre. Le parcours singulier de Chengnan – une ascension sociale atypique et rare parmi les descendants de migrants wenzhounais –, ainsi que ses pratiques professionnelles de recevoir des patients issus de la même origine ethnique qu’elle, permettent de préciser les caractéristiques propres à cette population en matière de relations familiales, de critères de « réussite », de mobilité sociale, d’expression des souffrances psychiques et de recours aux soins en santé mentale.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 Nous nous sommes rencontrées à la suite d’un courrier électronique qu’elle m’avait adressé, dans le (...)

Simeng Wang : Lorsque vous êtes arrivée en France, quelles ont été vos premières impressions ? Pourriez-vous nous parler un peu de votre parcours, de votre enfance en Chine et de votre adolescence en France 2?

Chengnan Zhan : Je vivais dans un petit village, près de la ville de Wenzhou, dans un cadre champêtre, paisible. Les conditions de vie étaient plutôt modestes, rien à voir avec la vie parisienne. À l’époque où je suis arrivée par le regroupement familial, c’était en 1995, il y avait presque un décalage de cinquante ans entre la vie villageoise et la vie parisienne. J’étais impressionnée parce qu’il y avait des barres d’immeubles, des visages que je n’avais jamais vus, des visages étrangers, des personnes de couleurs… C’était tout nouveau. Je vivais un changement total, sur tous les plans : le passage d’un pays communiste à une société démocratique, celui de la vie rurale à la vie urbaine. En outre, j’ai dû quitter mes grands-parents pour rejoindre ma mère. Tout cela faisait beaucoup de changements.

S. W. : À l’époque, la langue française était aussi nouvelle pour vous ?

C. Z. : Oui. je ne connaissais pas du tout le français. J’ai fait l’école primaire dans un village chinois où il n’y avait aucune notion de langue étrangère. Les deux premières années ont donc été très difficiles, du fait des problèmes de communication et aussi du complexe d’infériorité. À l’école, on est vite montré du doigt, quand on ne parle pas français. Finalement ça m’a plutôt motivée à bien travailler, à vouloir absolument bien m’intégrer. Au bout de trois, quatre ans, j’avais perdu l’accent que j’avais à l’arrivée.

S. W. : Vous avez bien réussi scolairement. Vous avez fait médecine. Pourquoi ce choix ? Comment a-t-il été perçu par votre famille et votre entourage ?

C. Z. : En Chine déjà, j’avais d’excellents résultats scolaires. Je me rappelle que ma grand-mère décorait le mur avec mes petits diplômes annuels. L’idée d’apprendre et d’acquérir des connaissances me réjouissait. Pour moi, il était clair que la réussite scolaire pouvait garantir mon intégration sociale en France. Ma mère travaillait dans un atelier de couture et elle avait l’habitude de me dire avec humour que si je ne réussissais pas à l’école, je pouvais finir comme elle, avoir un travail manuel peu gratifiant. En quelque sorte, elle m’a bien motivée. J’ai énormément travaillé au collège. Durant les récréations, tandis que les autres allaient jouer ou discuter, j’étais le plus souvent à la bibliothèque. J’avais vraiment un grand intérêt pour tous les textes en français. J’aimais bien les lire même si je n’y comprenais rien. J’ai pu entrer dans un très bon lycée, Louis-le-Grand. Encore une fois, grand changement, puisque je me suis retrouvée avec des pairs issus pour la plupart de milieux socio-économiques et culturels bien plus favorisés que mes camarades de Belleville. Je vous avouerais que j’ai bien ressenti un complexe d’infériorité, qui a finalement renforcé mon désir d’ascension sociale. Au début, je ne savais pas trop, je pensais faire une classe préparatoire, comme la majorité des élèves de mon lycée. Au final, en terminale, avec les cours de philosophie, j’ai découvert Freud. Et là, la psychanalyse m’a passionnée. J’ai lu quelques livres de Freud qui m’ont subjuguée. Je voulais faire des études de psychologie, mais, renseignements pris, il y avait très peu de débouchés, et n’est pas une branche très bien reconnue par ma famille et ma communauté. Donc j’ai préféré passer par la médecine. J’aimais bien toutes les disciplines scientifiques, la biologie, le corps humain… et il s’agit de l’un des métiers les plus prestigieux, facilement acceptable par ma famille. Car l’idée persiste que c’est bien de faire des études, mais il faut que cela soit utile. Sinon, autant travailler tout de suite dans la vie active pour gagner de l’argent. Finalement, j’ai choisi la médecine pour faire de la psychiatrie. Mais, au début, les gens de ma famille n’étaient pas au courant de mon envie de faire de la psychiatrie.

S. W. : Vous ne les en aviez pas informés, pourquoi ?

C. Z. : Il y a une méconnaissance. Ils ne savent pas trop ce que c’est, de quoi ça traite. Ils ne sont pas très sensibles à tout ce qui est du domaine psychique. Il y a toujours cette image : « ah, ça soigne des fous », et on en reste là. Il y a un véritable manque d’informations sur cette branche de la médecine.

S. W. : Aujourd’hui, ils sont contents de votre métier de psychiatre ?

  • 3 Chengnan Zhan entend par la « communauté wen » l'ensemble des Chinois originaires de la région de W (...)

C. Z. : Au début, ils imaginaient que j’allais devenir médecin généraliste et que je prendrais en charge toute la communauté wen3 de Paris. Donc que j’allais être très connue et devenir très riche. Quand j’ai annoncé aux membres de ma famille que j’allais plutôt choisir la psychiatrie, ils sont tombés des nues. Mais, finalement, ils ont accepté, parce que, quand même, j’allais devenir médecin.

S. W. : Aujourd’hui, il vous arrive aussi de recevoir des familles chinoises, notamment des primo-arrivants. Pourrait-on parler d’un double regard dans vos pratiques cliniques ?

C. Z. : Je ne sais pas si on peut parler d’un double regard, car je ne peux pas dire à quel moment mes pensées sont liées à mes connaissances en tant que Chinoise et à mon appartenance à cette communauté, et à quel autre moment elles proviennent de la psychiatrie française. C’est complètement intriqué en fait. Effectivement, mon regard de « dedans », disons, est plus de l’ordre de l’intuition fondée sur quelque chose de ce que je connais. Dès que la personne arrive, s’installe, il y a forcément des choses que je perçois mieux que mes collègues non chinois. Comme je parle sa langue, le patient va sans doute se confier plus.

S. W. : Pour l’instant, vous n’avez pas encore rencontré de patients qui soient des connaissances ou interconnaissances ?

C. Z. : Non, heureusement [rires]. Je ne sais pas comment je pourrais gérer la situation. J’appréhende beaucoup. Parce que la différence entre la prise en charge d’une personne de ma communauté de Wenzhou ou d’une personne qui parle mandarin, et celle d’une personne qui parle français, c’est que je me sens beaucoup plus investie et plus affectée sur le plan émotionnel lors du premier cas de figure. Donc, peut-être que cela diminue un peu la distance. En même temps, je suis fraîchement diplômée donc je n’ai pas encore eu l’occasion de rencontrer beaucoup de patients chinois. Il est vrai qu’avec un regard de dedans, je peux mieux m’identifier à eux et à leur famille. Dans le métier de psychiatre, on s’identifie tour à tour au patient, aux personnes évoquées par le patient, pour mieux se représenter les enjeux relationnels et le ressenti affectif. Ainsi, je suis plus apte à m’identifier qu’un collègue qui ne connaît ni la culture ni la langue, qui ne sait rien des codes sociaux.

S. W. : Et le regard de dehors ? J’imagine que parfois vous êtes presque embarrassée de parler de certaines choses, tel qu’énoncer un diagnostic ?

C. Z. : Oui, il est vrai que c’est compliqué de parler en termes psychiatriques des troubles mentaux. De tels mots sont plus difficiles à employer, que ce soit en dialecte ou en mandarin, qu’en français où je parviens à les dire très facilement. Par exemple, face à une patiente, pour parler du délire, j’ai dû utiliser des périphrases pour ne pas traduire « délire » mot pour mot du français au mandarin. Je suis plus hésitante parce que j’ai l’impression que ce sont des mots trop forts, qui pourraient blesser. C’est peut-être également le fait de mon interprétation, parce que je m’identifie à eux et à leur famille. Je me mets à leur place recevant un tel mot, à quel point cela peut être traumatisant !

S. W. : Étant une des premières psychiatres françaises nées en Chine, comment voyez-vous l’avenir de l’organisation de soins en santé mentale à destination de la population chinoise en France qui est en forte croissance ?

  • 4 Dans le même esprit, un dispositif d’accueil de familles chinoises a été créé en 2011 au sein du Ce (...)

C. Z. : Je sais qu’il y a pas mal de psychiatres d’origine vietnamienne ou cambodgienne qui parlent un peu mandarin, mais des psychiatres originaires de Wenzhou, je crois qu’il n’y en a pas tout court. Aujourd’hui, la population chinoise ne constitue pas la majorité de nos patients. Certains patients chinois sont suivis dans le Centre médico-psychologique (CMP) Turbigo (IIIe arr.), qui fait partie du pôle Paris Centre. On m’a proposé d’y faire une petite consultation spécialisée de temps en temps4. De façon générale, on pourrait peut-être entrer en relation avec des associations d’interprétariat, leur donner des formations concernant les troubles psychiatriques afin que, lors de leur intervention, ils puissent être plus à l’aise avec le vocabulaire de la psychiatrie et ne plus être surpris par le discours d’un patient délirant. Ça nous arrive souvent d’avoir des interprètes un peu interloqués, qui ont du mal à traduire un discours, qui n’a pas de sens en fait. Il faut donc les préparer en amont. C’est ma première idée.

  • 5 François Bourque, Elsje van der Ven, Ashok Malla, « A meta-analysis of the risk for psychotic disor (...)
  • 6 Voir Jeanne Vilain et al., « Les facteurs de risque environnementaux de la schizophrénie », in Encé (...)
  • 7 Voir Simeng Wang, « “Enfant abandonné en Chine puis domestique en France ? Qu’est-ce que je suis po (...)

Puis, par rapport au monde médical, il pourrait être intéressant de parler de la particularité des migrants chinois. Il est bien connu que les mouvements migratoires sont anxiogènes, dépressogènes et désorganisateurs de la psyché. Plusieurs études ont montré que les migrants ont un risque de troubles psychotiques multiplié par rapport aux non-migrants, et ce risque est encore plus important chez les migrants de seconde génération, nés sur place5. Or la présence d’un tissu social et familial dense, notamment chez les primo-migrants chinois originaires de Wenzhou, semble être un facteur protecteur des décompensations psychiatriques pour les migrants dans ce contexte-là. Une étude faite par Jeanne Vilain et ses collègues6 a montré que la densité ethnique module le risque lié à la migration : plus la densité ethnique est importante, plus le risque de schizophrénie est faible, probablement en raison d’une plus forte cohésion sociale au sein du groupe ethnique. Quant aux descendants de migrants chinois, dans un de vos articles7, vous évoquez le concept d’ « obligations familiales » pour ces enfants, notamment au sujet de la réussite socio-économique. Dans ma pratique clinique, je suis actuellement quelques patients dont la non-réussite socio-économique et professionnelle semble jouer un rôle essentiel dans leur souffrance psychique. Enfin, il peut être intéressant de sensibiliser la population chinoise présente à Paris aux notions de santé mentale par l’intermédiaire de communications orales et écrites. Celles-ci peuvent être mises en place par la création d’un groupe de réflexion. Ce groupe pourrait être composé de différents intervenants des domaines psychologique, psychiatrique et sociologique de culture chinoise ou qui ont des connaissances de cette culture.

  • 8 Pour plus de détails sur la prise en charge psychiatriques des migrants chinois et de leurs descend (...)

C. Z. : À ce sujet, mes expériences de coopération avec des professionnels de santé témoignent de leur besoin croissant de mieux connaître la population chinoise : j’ai été sollicitée à plusieurs reprises, par exemple à l’hôpital Avicenne et à l’hôpital Bichat, pour intervenir non seulement sur les vagues migratoires, les caractéristiques sociales des Chinois en France et leur contexte d’émigration, mais aussi plus largement sur les représentations et systèmes de prise en charge des troubles mentaux en Chine, sur les configurations familiales et modalités de sociabilité des Chinois en Chine, etc. Il y a également toutes les questions de traduction et de communication dans le travail de prise en charge qui méritent d’être analysées sous les regards croisés des psychologues, psychiatres et sociologues. Un vrai chantier reste à construire en synergie avec des professionnels de santé et des chercheurs en sciences sociales qui travaillent sur la santé. Dans la prise en charge des populations immigrées, la première chose à faire pour éviter de tomber dans les interprétations culturalistes de l’altérité serait, à mes yeux, d’apprendre sur elles de l‘intérieur. À ce titre, il me semble que le fait qu’un professionnel de santé partage la même origine ethnique que son patient offrirait une possibilité, parmi d’autres, de « départiculariser » les populations immigrées prises en charge8.

Haut de page

Notes

1 詹程囡 en mandarin. 詹 est le nom de son père, 程 le nom de sa mère, 囡 est une appellation affective comme « ma petite ».

2 Nous nous sommes rencontrées à la suite d’un courrier électronique qu’elle m’avait adressé, dans lequel elle partageait ses sentiments en lisant mes travaux publiés et exprimait son souhait d’une rencontre. Citation de certains passages du premier courrier en provenance de Chengnan Zhan : « J'ai découvert certains de vos écrits via une amie diplômée de Science Po de Rennes. Quel plaisir de lire des écrits sur la question spécifique de la santé mentale des migrants chinois, notamment issus de Wenzhou et sa campagne, provenant d'une sociologue d'origine chinoise qui a été sur le terrain des CMP et autres structures spécialisées ! (…) Dans ma pratique clinique, j'ai été amenée à rencontrer des patients chinois parlant le mandarin ou le wenzhou, dont la prise en charge me semblait toujours plus compliquée que celle des patients d'autres origines, car je me retrouvais dans une position complexe de compatriote, d'interprète et de médiatrice, mais en même temps de médecin incarnant la psychiatrie occidentale (médicaments forts, enfermement..). C'est d'autant plus éprouvant que je ressens une grande solitude face au patient et à sa famille à ce moment-là, étant la seule professionnelle qui parle et comprend la langue, sans présence de tiers. Je me pose souvent la question de l'intérêt d'un interprète pour mettre de la distance afin de mieux penser. J'ai réussi à avoir accès à deux de vos articles qui ont résonné en moi (…). Enfin, j'aimerais pouvoir vous rencontrer pour échanger sur nos parcours respectifs, parler du rôle de l'interprète, avoir votre avis sur mon rôle de médecin/interprète, et pourquoi pas mener un travail ensemble dans l'avenir. » (Novembre 2015)

3 Chengnan Zhan entend par la « communauté wen » l'ensemble des Chinois originaires de la région de Wenzhou.

4 Dans le même esprit, un dispositif d’accueil de familles chinoises a été créé en 2011 au sein du Centre médico-psychologique (CMP) Figuier aux hôpitaux de Saint-Maurice dans le IVe arr. de Paris par le Dr Germain Dillenseger (pédopsychiatre) et moi-même (sociologue chargée de l’interprétariat et de la médiation). Le Dr Jean-Louis Le Run était à l’initiative de cette création.

5 François Bourque, Elsje van der Ven, Ashok Malla, « A meta-analysis of the risk for psychotic disorders among first-and second-generation immigrants », in Psychological medicine, vol. 41, n° 05, 2011, pp. 897-910 ; Elizabeth Cantor-Graae, Jean-Paul Selten, « Schizophrenia and migration: a meta-analysis and review », in American Journal of Psychiatry, 2005, pp. 12-24.

6 Voir Jeanne Vilain et al., « Les facteurs de risque environnementaux de la schizophrénie », in Encéphale, 2012. Nous précisons que ces chercheurs parlent des « ethnies » en général, pas des migrants chinois en particulier.

7 Voir Simeng Wang, « “Enfant abandonné en Chine puis domestique en France ? Qu’est-ce que je suis pour eux ?!” Obligations familiales à rebours des enfants migrants d’origine chinoise à Paris », in Enfances, familles, générations, n° 20, 2014, pp. 21-44.

8 Pour plus de détails sur la prise en charge psychiatriques des migrants chinois et de leurs descendants en région parisienne, voir Simeng Wang, « Expériences migratoires au prisme des usages des soins psychiatriques. Le cas de l’immigration chinoise en région parisienne. Une enquête ethnographique en institution et dans les familles », thèse de doctorat, Paris, ENS-EHESS, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simeng Wang, « Le parcours atypique d’une psychiatre française née en Chine »Hommes & migrations, 1314 | 2016, 21-25.

Référence électronique

Simeng Wang, « Le parcours atypique d’une psychiatre française née en Chine »Hommes & migrations [En ligne], 1314 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3626 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.3626

Haut de page

Auteur

Simeng Wang

Docteure en sociologie diplômée de l’ENS-EHESS (CMH) et actuellement post-doctorante contractuelle IFRIS affectée au CEPED.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search