Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1314DossierFemme et mère, entre le besoin et...

Dossier

Femme et mère, entre le besoin et le désir

Étude de cas clinique d’une femme chinoise se prostituant à Paris
Ting Chen
p. 93-100

Résumé

À travers l’analyse du cas d’une prostituée chinoise à Paris, l’approche clinique permet d’éclairer le discours que cette femme migrante tient sur son parcours de vie. Le devenir-prostituée est loin d’être univoque. La nécessité de faire face à la précarité et la pauvreté, causées par l’échec de son mariage et le devoir d’assurer la survie de son enfant, est contrebalancée par d’autres motivations dont le rêve d’une vie meilleure. Ainsi, loin de n’être que la reproduction d’une relation de dépendance, le travail du sexe offrirait au contraire une possibilité inédite d’autonomie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Tobie Nathan, La Nouvelle Interprétation des rêves, Paris, Odile Jacob, 2013.

1Depuis cinq ans, j’interviens auprès de la population chinoise à Paris en tant que médiateur dans une approche ethnopsychiatrique1. Parmi les publics que je rencontre, je m’intéresse plus particulièrement aux femmes chinoises qui se prostituent en France. La plupart d’entre elles ont entre 40 et 55 ans et ont des enfants, le plus souvent en Chine. Leur famille n’est pas au courant de leur activité en France. Ces rencontres m’ont amené à construire un objet de recherche à partir de la question de départ suivante : comment ces femmes deviennent-elles prostituées ?

  • 2 Jacqueline Barus-Michel, Le Sujet social. Étude de psychologie sociale clinique, Paris, Dunod, 1987

2Je m’inscris dans une épistémologie dite « clinique » en sciences humaines. Cela veut dire que les dimensions subjective et intersubjective ont été prises en compte dans le dispositif et l’avancement de la recherche, dont l’objet se définit comme « l’étude et l’analyse des processus individuels et collectifs par lesquels un sujet ou des sujets, en situations sociales, donnent sens à son/ leur expérience2 ».

  • 3 Sur les questions épistémologiques, voir Florence Giust-Desprairies (dir.), Entre social et psychiq (...)
  • 4 Vincent De Gaulejac, Qui est « Je » ? Sociologie clinique du sujet, Paris, Seuil, 2009.
  • 5 Florence Giust-Desprairies, Le Désir de penser. Construction d’un savoir clinique, Paris, Téraèdre, (...)
  • 6 Edgar Morin, « La stratégie de reliance pour l’intelligence de la complexité », in Revue Internatio (...)
  • 7 Judith Butler, Le Récit de soi, , Paris, PUF, 2007.
  • 8 Vincent De Gaulejac, Michel Bonetti, L’Individu, produit d’une histoire dont il cherche à devenir l (...)

3L’orientation clinique en sciences humaines3 se traduit également par une irréductibilité entre social et psychique, et permet d’aller au-delà du psychologisme et du sociologisme4. Cette orientation permet une mise en tension reconduite entre les différents pôles de la complexité5, la « complexité » étant entendue dans le sens de « ce qui est tissé ensemble6 ». Cela correspond à une conception du « sujet » qui se situe dans l’intrication du social et de la psyché, à la fois déterminé par les conditions objectives et subjectives, par des normes7, mais toujours en quête de subvenir à ses besoins et de réaliser ses désirs. L’individu est le produit d’une histoire dont il cherche à devenir le sujet8. La mise en récit d’un individu montre comment les déterminismes socio-psychiques le traversent, conditionnent ses besoins et animent ses désirs, mais aussi comment l’individu crée sa propre histoire et lui assigne un sens.

  • 9 Le terme de « prostituée » ne fait pas nécessairement référence à un métier, ni à une profession, n (...)
  • 10 Florence Lévy, Marylène Lieber, « La sexualité comme ressource migratoire. Les Chinoises du Nord à (...)

4Dans le cadre de cet article, je propose d’analyser le cas clinique d’une de ces femmes chinoises prostituées9 à Paris. Cette population a déjà été analysée par d’autres chercheurs10 dont la lecture pourra donner des informations sur le contexte socio-économique et géopolitique. Dans cette analyse, la dimension subjective a été mise en avant. Nous allons nous centrer sur deux objets : la prostitution et la relation intergénérationnelle vécues par cette femme de 47 ans, Didi.

  • 11 La relation intersubjective et les émotions sollicitées en moi pendant la réalisation de ces récits (...)

5Didi est l’un des cas d’étude de mon travail de terrain. Il convient de préciser que le cadre de la recherche a été construit en dehors de mes pratiques de médiation, les femmes ont été sollicitées individuellement par la même question : « Voulez-vous nous apprendre ce qu’est une femme chinoise aujourd’hui, entre la France et la Chine ? » Les femmes qui acceptent de participer à cette recherche s’engagent avec moi dans un processus de co-construction de leurs récits. Nous prenons rendez-vous en général tous les deux mois, les femmes sont libres de raconter selon leurs envies, je transcris leurs récits et leur remets la transcription lors de la séance suivante, elles corrigent ainsi le récit au fur et à mesure11.

6Un cas clinique doit être entendu dans sa singularité, il ne s’agit pas de faire une généralisation, ni de créer un portrait social, mais de produire une compréhension. Notons que les résultats de ma recherche sont herméneutiques, ils ont un statut hypothétique interprétatif avec pour fonction de saisir une complexité socio-psychique.

Récit du devenir-prostituée

7Didi, une chinoise de 47 ans arrivée en France fin 2012, se prostitue à Paris depuis deux ans. Comme presque toutes les prostituées chinoises, Didi n’a pas de papiers. Elle a deux enfants en Chine, une fille de 23 ans et un garçon de 19 ans.

8Comme beaucoup de femmes chinoises à Paris, la vie de Didi commence dans le nord de la Chine, une région particulièrement marquée par la Deuxième Guerre mondiale, polluée à cause de l’implantation de grandes industries, et appauvrie suite à la transformation des entreprises publiques dans les années 1990. Née dans une famille de milieu rural, Didi a perdu son père durant son enfance. Elle a un grand frère, une grande sœur et une petite sœur. Elle s’est mariée par mariage arrangé à l’âge de 20 ans et s’est alors installée dans le bourg de son mari (aujourd’hui ex-mari). Ce dernier travaillait dans la construction et Didi a repris le travail de sa mère dans une usine. Deux ans plus tard, Didi était enceinte, elle a laissé son travail à sa petite sœur.

9Après sa naissance, sa fille est gardée par ses beaux-parents. « Mes beaux-parents sont les personnes les plus gentilles au monde. Ce couple a eu le désir d’avoir des enfants mais ils n’ont pas pu. Mon mari a été adopté, son frère aussi. Ils pensent qu’un enfant heureux ne pleure pas, s’il pleure, c’est qu’il souffre. C’est notamment avec cette conception qu’ils ont élevé mon mari, ils ne l’ont rien laissé faire, rien porter... »

10Les trois ans qui ont suivi, Didi et son mari sont partis en Russie. Le nord de la Chine entretient beaucoup de liens avec la Russie, les contrôles frontaliers sont faibles et donc les gens font du petit commerce entre les deux pays. Le couple a beaucoup travaillé et a envoyé une réserve de 1 500 euros aux parents du mari pour qu’ils les épargnent. Mais malgré leurs efforts, leur commerce a fait faillite. Didi était enceinte à nouveau, le couple est alors rentré au village. « Mon mari n’a pas supporté cet échec. Il n’arrivait pas à s’en remettre. Il s’est mis à boire et c’est là qu’a commencé le cauchemar de ma vie… De notre réserve, j’ai pris 1 000 euros pour acheter des poules. Mais il ne voulait plus m’aider. Pendant mon accouchement, les poules sont mortes de froid. »

11La naissance du fils n’a pas changé l’attitude de son mari. Un jour, Didi est sortie pendant une heure avec sa fille et a demandé à son mari de garder le petit. Son mari a bu pendant qu’elles n’étaient pas là et a laissé la porte grande ouverte. L’enfant a attrapé froid et a perdu conscience pendant cinq minutes, cela a causé des traumatismes incurables. Le poids de la famille est devenu de plus en plus lourd pour Didi, entre un mari désinvesti, sa fille en train de grandir et son fils dépendant. Didi a laissé ses deux enfants à ses beaux-parents et a décidé à nouveau d’aller en Russie. Pendant ces deux ans en Russie, Didi est arrivée à économiser une petite somme, mais la situation est devenue de plus en plus difficile en Russie. Elle est donc rentrée au village pour ouvrir un bazar.

12« C’est les années les plus difficiles de ma vie, je devais voyager partout pour faire des achats et chaque fois je le faisais avec ma fille. On était vraiment pauvres. Je me souviens très bien, à l’époque il y avait des gâteaux de la marque KOLI, les enfants adorent ça, mais ça coute 50 centimes un sachet. Un jour, ma fille et moi avons fait les courses avant de prendre le bus pour aller dans une autre ville, j’ai vu sa manière de regarder les gâteaux KOLI, et elle a tourné la tête en me disant : “Maman, je veux du pain normal…” Elle avait seulement 6 ans. J’avais des larmes qui coulaient sur mon visage, mais aussi sur mon cœur. Et je me suis dit, un jour, je veux que ma fille fasse ses courses sans regarder les prix des articles… »

13Didi tenait sa boutique tout en multipliant les activités pour gagner de l’argent : « Au printemps, je cultivais des herbes et à l’automne je les cueillais et les vendais. À l’été, je grimpais dans les arbres pour cueillir des fruits. En hiver, je cueillais des champignons… » Un an plus tard, en été, en grimpant dans un arbre, Didi a fait une chute et s’est cassé le bassin. « J’avais très mal, mais je ne suis pas allée à l’hôpital parce que ça allait me coûter une fortune, je suis donc restée allongée pendant trois mois. Mon mari ne faisait absolument rien, ma boutique a dû fermer. C’était ma belle-mère qui me soignait tous les jours. »

14Les beaux-parents de Didi étaient à la retraite, ils n’avaient pas beaucoup d’économies. Quand Didi alla mieux, elle essaya de négocier avec son mari. « J’ai tout essayé, mon mari s’en est foutu, la maison était remplie d’alcool, il commençait dès le matin. Il frappait ma fille quand il avait trop bu. J’étais épuisée, avec ma maladie je n’allais pas pouvoir travailler tout de suite, et on n’avait quasiment plus d’argent… j’avais les idées noires.

15« Un soir, les enfants étaient chez leurs grands-parents, mon mari était en train de dormir. J’ai vidé tous les médicaments dans le tiroir avec deux bouteilles de vin. Avant que je perde conscience, j’ai appelé mon frère, je lui ai dit que j’avais une maladie incurable et que j’allais mourir très prochainement. Mon dernier souhait était que mon frère garde ma fille avec sa famille. Mon frère était paniqué, mais il a donné son accord pour garder ma fille. J’ai raccroché le téléphone et je suis allée m’allonger sur mon lit. Ma tête commençait à tourner, je n’arrivais plus à ouvrir les yeux, mais je pouvais encore écouter… J’ai entendu que le téléphone sonnait sans arrêt et qu’on frappait à la porte fortement… Mon mari a été réveillé, il est allé ouvrir la porte, mon frère l’a tabassé, mon corps a été soulevé… et j’ai perdu connaissance…

16« Je revoyais mon père… Quand j’ai rouvert mes yeux, je voyais ma fille… Elle était en larmes, elle m’a demandé : Maman, pourquoi tu veux nous quitter ? Je n’arrivais pas à répondre (…). Quand je suis allée mieux, j’ai décidé de partir du village. Dans ma tête, si je ne gagnais pas de l’argent, je ne revenais plus, et j’allais jeter ma pièce d’identité avant de me jeter dans la mer. Je voulais que mes enfants gardent encore l’espoir et que personne ne vienne les informer de ma mort. »

La découverte du marché du sexe

17Didi est partie dans une grande ville à cinq heures en bus de chez elle. « J’avais seulement 100 euros sur moi, et j’ai utilisé 70 euros pour faire une formation en massage. » Dans le nord de la Chine, il y a des douches collectives dans les villes, séparées entre femmes et hommes. Et, dans chaque douche collective, des gens qui pratiquent une forme de massage du dos sous l’eau chaude, en utilisant une serviette qui frotte très fortement la peau.

18« Le centre de formation était également un grand salon de massage. On m’a dit que le massage dans les douches collectives n’avait plus de marché. C’est le massage thaïlandais qui se pratique de femme à homme, le plus demandé. Je pouvais apprendre les deux, en faisant un stage chez eux… En restant dans ce centre, c’est là que j’ai découvert qu’il y avait des femmes qui proposaient du sexe aux clients contre de l’argent. Le centre était divisé en deux parties, les femmes qui faisaient l’amour avec les clients, on appelait ça le “grand boulot”, et les femmes qui faisaient seulement les massages, donc le “petit boulot”. Je ne faisais que des petits boulots… »

19Didi s’est stabilisée dans cette grande ville. Quelques années plus tard, elle a demandé à sa fille de vivre avec elle. Cependant, le fils, qui ne pouvait pas apprendre, est resté avec ses grands-parents. Cette année-là, elle a rencontré un autre homme. « Il travaillait dans les chantiers de construction, il n’était pas riche, mais il était très sincère. Il m’a demandé de l’épouser. Mais je n’étais pas encore divorcée d’avec mon mari, et en plus, j’avais envie d’attendre que ma fille ait 18 ans. »

20Sauf que cet homme n’a pas attendu Didi. « Je me souviens, ma fille venait d’avoir 16 ans. Ce jour-là, cet homme a eu un accident de voiture. Et il est décédé tout de suite… C’était tellement bouleversant pour moi, j’ai cru que je n’avais plus de larmes, mais je pleurais et je pleurais. Avec ma fille, on est rentrées dans le village et je n’avais qu’un seul objectif : divorcer d’avec mon mari.

21« Cette scène-là m’a marquée toute ma vie. Avec mon mari, on était en train d’écrire le contrat de divorce, je lui laissais l’appartement, mais il n’avait aucun droit sur mes deux enfants, je me chargeais totalement de leurs frais. Et là ma fille nous a foncés dessus, et elle a déchiré tous nos papiers en pleurant. C’était très violent. Je ne cessais pas de pleurer en demandant à ma fille d’accepter notre divorce. Ma fille a pris un papier, et elle a certifié que pour elle, elle n’avait plus de père et qu’elle ne le reconnaîtrait plus jamais…

22« J’avais l’impression que toutes mes énergies avaient été absorbées et que malgré mes efforts, rien n’était resté. J’étais tellement triste de perdre cet homme. J’ai prié, pour que mon père vienne m’emmener au ciel. Et cette nuit-là, mon père m’a répondu dans un rêve : dans le village où je suis née, il y avait ce champ de maïs, où les gens jetaient leurs bébés morts prématurés, j’y suis allée très souvent quand j’avais envie de pleurer. Dans ce rêve, mon père me donnait un rendez-vous dans dix jours, dans ce champ de maïs, et il viendrait alors pour m’emmener…

23« Pendant ces dix jours, j’ai compté chaque heure… Et le dixième jour, je ne suis pas allée au rendez-vous, je suis partie dans la grande ville. J’ai utilisé tout l’argent que j’avais économisé pour faire un visa, et aller à Dubaï… Et là, je suis devenue une prostituée pour gagner de l’argent… avant d’arriver en France… »

Mère seule et seulement mère

  • 12 Robert Castel, La Montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu, Paris, Seuil (...)
  • 13 Serge Paugam, Le Lien social, Paris, PUF, 2008.

24Ces fragments de récit de Didi nous montrent les transformations sociales en Chine : frappée par l’insécurité et l’instabilité, la société ne dispose pas de moyens suffisants et de ressources sociales pour qu’un individu puisse faire face aux aléas de la vie12 ; la cellule familiale reste toujours le lieu primordial de la solidarité. Selon la formulation proposée par Serge Paugam, les participants d’un lien social demandent et réclament mutuellement une protection et une reconnaissance13. Dans la société chinoise où depuis toujours la cellule familiale est le lieu premier de solidarité, les exigences protectrices et statutaires à l’égard des membres de la famille ont été simultanément renforcées. Dans la précarité, Didi protège sa famille et elle est protégée par sa famille. Les systèmes publics de solidarité sociale sont complètement absents du récit, et Didi montre la facilité avec laquelle un individu est menacé par la mort quand il fait face aux échecs sociaux.

25Dans le cas de Didi, il y a un partenaire qui se désinvestit de son rôle : un mari alcoolique qui n’assure plus la protection de sa famille, qui a perdu la protection et la reconnaissance de Didi et sa fille (le fils est handicapé mental), mais le mari reste toujours reconnu et protégé par ses propres parents. Didi présente la fragilité de son mari comme un échec de l’éducation de ses beaux-parents, qui n’ont pas assez mis le mari de Didi à l’épreuve : « ils ne l’ont laissé rien faire, rien porter ». En revanche, l’histoire de Didi se construit sur une suite d’épreuves.

  • 14 Sur l’idéalisation de l’enfant dans un monde en changement (pas spécifiquement en Chine), voir Mari (...)

26En outre, avec la politique de l’enfant unique, les membres de la famille sont moins nombreux, ainsi les rôles et fonctions familiaux sont plus concentrés. Par conséquent, il me semble que les idéaux du parent idéal, de l’enfant idéal sont devenus de plus en plus normatifs14. Par exemple, un enfant idéal se grandit parce qu’il a des parents exemplaires, les parents se réalisent eux-mêmes par l’enfant. Être mère pour Didi signifie « que ma fille fasse ses courses sans regarder les prix des articles ».

27Mais nous nous rendons compte que la société ne lui laisse ni le temps, ni l’espace, ni l’occasion de devenir autre chose que « mère ». Tout d’abord, mariée tôt, elle est mère à 22 ans. Puis le mari désinvesti, irresponsable fait que Didi assume une plus grande part de parentalité, d’autant plus qu’être mère d’un enfant handicapé et dépendant renforce la responsabilité. Par ailleurs, la scène du suicide dont elle échappe, mais dont sa fille est témoin, la pousse à ne pas vouloir divorcer tant que sa fille est encore mineure. Plus tard, la fille qui déchire les papiers du divorce et nie l’existence du père « empêche » encore une fois la possibilité d’avoir d’autres figures en dehors de l’être mère ; enfin, le récit de l’amant, qui évoque un grand investissement affectif pour une fois « permis » (subjectivement mais aussi objectivement), se termine par un décès brutal qui provoque une pulsion de mort chez Didi (elle prie pour que son père décédé vienne et l’emmène) qui à nouveau se ré-investit exclusivement sur les deux enfants. Cette fois-ci Didi devient prostituée, ce qui est peut être une autre manière d’être mère, pour que ses enfants en finissent avec la pauvreté.

28Dans ces récits, nous entendons d’abord la voix d’une mère célibataire, en présence d’une solitude : seule face au monde, seule dans ce monde. Nous pouvons remarquer plusieurs changements : Didi a commencé par travailler dans une entreprise publique, elle a ensuite créé sa propre petite entreprise avec son mari, plus tard, elle a travaillé comme salariée masseuse mais sans avantages sociaux (retraite, congés, protection en cas d’accident), et a finalement poursuivi en profession libérale comme prostituée, autrement dit sans patron ni protecteur. Cette trajectoire représente en quelque sorte un processus d’individuation. De plus en plus isolée des collectivités, elle porte seule, en elle-même, pour elle et pour sa famille, les violences et les risques sociaux. En outre, ces violences sociales, sources de conflits, sont constamment renvoyées vers l’individu lui-même, qui, au lieu d’avoir une lecture critique de la société (ce sont les inégalités sociales qui m’amènent dans cette situation), intériorise ces conflits qui deviennent des conflits psychiques (c’est moi qui ne suis pas capable de m’en sortir). Le récit composé des épreuves sociales sans remise en question de l’ordre social montre que l’individu n’est pas en mesure d’agir sur la société chinoise. Il se clive entre la désespérance – qui mène à la pulsion de mort – et la sur-responsabilité nourrie par l’idéalisation de son rôle – qui mène à saisir les opportunités, dont celle de migrer.

29Le dernier départ pour devenir prostituée reste ambigu, dans le sens où c’est aussi une décision de s’éloigner de ses enfants. Didi l’a déjà fait auparavant à plusieurs reprises : elle se déplace géographiquement sans difficulté. Si elle rappelle à chaque décision de partir que, pour elle, être mère est avant tout sortir ses enfants de la pauvreté, il nous semble que deux interprétations de ses déplacements sont valables. On peut y voir le résultat du fait qu’elle est débordée par la situation ou bien le projet de construire une nouvelle vie.

Rêver d’un prince

30Avec Didi, nous continuons à nous voir. Un jour de l’été 2015, elle m’a appelé en me disant qu’elle avait fait un rêve et le rêve s’est réalisé. « Le prince de Dubaï est mort ! » m’a-t-elle annoncé directement. Je ne voyais pas qui était ce prince, c’est quand je suis allé chercher sur l’internet, que j’ai vu qu’effectivement Rashid ben Mohammed ben Rashid al-Maktoum, le fils aîné de l’émir de Dubaï était décédé d’une crise cardiaque. « J’ai rêvé de sa mort deux semaines avant son décès, et je me souviens très bien de ce rêve. C’était dans un palais en cristal, il n’y avait personne, moi et le prince de Dubaï, nous nous sommes allongés sur un grand lit, le prince était contre mon dos, et en train de caresser mes cheveux. Il n’y avait pas de bruit, le soleil pénétrait dans le palais, il ne faisait ni chaud ni froid. C’était tellement agréable d’être prise dans les bras du prince, d’être caressée. Sauf que dans le rêve, je savais très bien que le prince avait un cancer, et qu’il allait très bientôt mourir, j’étais triste mais calme, j’étais sereine, je me suis réjouie de ce dernier moment. »

La chose agréable, la chose agréée

31Nous distinguons le récit de rêve du contenu onirique, dans le sens où c’est un rêve « raconté à », qui s’inscrit dans une dimension interpersonnelle. Il est en soi une sollicitation d’un retour. Dans cet article, nous considérons ce récit de rêve comme une mise en travail mécanique de la psyché, amenée par Didi. Il s’agit plutôt de le problématiser et moins de l’interpréter comme une scène théâtrale.

32Par rapport à son histoire de devenir-prostituée mise en récit, nous avons ici des matériaux de dimension imaginaire : un palais en cristal, deux individus, un homme et une femme collés l’un à l’autre, allongés sur un lit, et l’homme caresse la femme. Didi rêve d’être une femme, à l’âge de 47 ans, une femme désirée et désirante, une femme précieuse (dans les bras d’un prince). Personne n’est là, pas même les enfants, l’environnement est fait pour porter ce moment « tellement agréable ». Mais ce moment est éphémère et fragile : le prince va bientôt décéder, cette mort répète en quelque sorte l’événement précédent de la perte de son amant. Elle savait dans son rêve qu’elle était consciente que son bonheur ne durerait pas et que son bonheur n’était qu’un rêve.

33Ce désir n’est pas seulement de l’ordre du plaisir féminin sexué et sexuel, dans le sens où Didi désire un homme pour être une femme. Elle ne désire pas n’importe quel homme, mais un prince, qui possède un palais en cristal. Cela nous amène à dire qu’il y a bien une place pour la jouissance sexuelle et l’épanouissement social dans l’imaginaire de Didi, sauf que ce désir d’être une femme peut être en conflit avec la figure d’ « être mère », et donc n’apparaît pas dans des récits de vie basés sur la réalité sociale telle qu’elle la perçoit. Le désir est seulement « rêvable ».

34Son rêve était prémonitoire : le prince de Dubaï n’est pas mort d’un cancer dans la réalité, mais d’une crise cardiaque due très probablement à l’utilisation de drogues et à l’abus de pratiques sexuelles. « Le prince a été consommé », dit Didi après avoir appris la vraie cause. L’homme qui consomme la sexualité a été « consommé » à son tour par la sexualité. Il est important de souligner que, pour Didi, les rapports de domination liant l’homme et la femme par la sexualité et l’argent ne sont jamais tranchants et nets : au final, qui a été consommé ?

35Est-ce que la prostitution, quelque part, ne répond pas seulement aux besoins de faire face à la précarité et la pauvreté, qui sont fortement liés à l’idéal de mère perçu par Didi, mais offre également des potentialités pour qu’une jouissance féminine psychique, sexuelle et sociale devienne réalisable ? Ceci revient à dire que la prostitution n’est peut-être pas uniquement un objet socialement posé, ou imposé (par l’inégalité économique et le patriarcat), mais qu’il peut y avoir un état interne idéalement projeté (être femme d’un prince). Par la prostitution, Didi peut répondre à son idéal d’être mère et en même temps à quelque chose d’« agréable » dans le sens « agréé », mais qui ne peut être dit que par le rêve en France. Cela fait sens au regard de l’énoncé de Didi : « Je ne suis pas allée au rendez-vous, je suis allée à Dubaï… Et là, je suis devenue une prostituée… », il y a ici une part « active » de Didi, comme si la prostitution avait déjà été subjectivement investie.

36Il semble que l’individuation prend un troisième sens ici, non pas celui de l’autonomisation, ni celui de la précarisation en s’isolant du collectif, mais de l’individualisme, c’est-à-dire se privilégier, s’autoriser à aller vers ce qui a été agréé par soi.

Mère, femme et…

37Après son récit de rêve, un jour, en entretien, j’ai mentionné que le fait d’être agréablement caressée avait tout à fait pu être une sensation enregistrée dans son vécu. Didi m’a dit en souriant : « Mon copain me fait ça. Il est encore un enfant (pour moi)… » Comme si pour elle, et peut-être devant moi, à chaque fois que le plaisir personnel en tant que femme est convoqué, une instance maternelle vers une responsabilisation se manifeste et se maintient. Son ami, avec lequel Didi vit depuis un an, était un ancien client.

  • 15 Florence Lévy, Marylène Lieber, op. cit.

38Nous pouvons nous demander si avoir deux enfants bien nourris, un ami qui sait la caresser et d’autres clients avec qui elle « joue » (qui consomme qui ?) ne constitue pas une réponse idéale portée par Didi dans sa vie actuelle. Les travaux de Lévy et Lieber nous montrent que chez les Chinoises qui se prostituent à Paris, la romance, le statut et l’argent sont des éléments centraux qui participent tous à la socialisation15. Le cas de Didi permet d’illustrer comment ces éléments sont tissés ensemble, leur complexité : la prostitution serait une réponse transitoire pour faire coexister la responsabilité assignée, appropriée, voire idéalisée – comme mère –, et l’inspiration individualiste qui se permet d’aller vers ce qui a été agréé par soi – comme femme.

Haut de page

Notes

1 Tobie Nathan, La Nouvelle Interprétation des rêves, Paris, Odile Jacob, 2013.

2 Jacqueline Barus-Michel, Le Sujet social. Étude de psychologie sociale clinique, Paris, Dunod, 1987.

3 Sur les questions épistémologiques, voir Florence Giust-Desprairies (dir.), Entre social et psychique. Questions épistémologiques, coll. « Changement social », n° 14, Paris, L’Harmattan, 2009 ; Vincent de Gaulejac, Fabienne Hanique, Pierre Roche (dir.,), La Sociologie clinique. Enjeux théoriques et méthodologiques, Toulouse, ERES, 2007.

4 Vincent De Gaulejac, Qui est « Je » ? Sociologie clinique du sujet, Paris, Seuil, 2009.

5 Florence Giust-Desprairies, Le Désir de penser. Construction d’un savoir clinique, Paris, Téraèdre, 2004.

6 Edgar Morin, « La stratégie de reliance pour l’intelligence de la complexité », in Revue Internationale de Systémique, vol 9, n° 2, 1995.

7 Judith Butler, Le Récit de soi, , Paris, PUF, 2007.

8 Vincent De Gaulejac, Michel Bonetti, L’Individu, produit d’une histoire dont il cherche à devenir le sujet, in Revue Espaces Temps, vol. 37, n° 11988)

9 Le terme de « prostituée » ne fait pas nécessairement référence à un métier, ni à une profession, ni à une carrière. Nous gardons dans cet article, la neutralité suffisante et apolitique de cette nomination en considérant que c’est au sujet lui-même de lui attribuer un sens.

10 Florence Lévy, Marylène Lieber, « La sexualité comme ressource migratoire. Les Chinoises du Nord à Paris », in Revue française de sociologie, vol. 50, n° 4, 2009.

11 La relation intersubjective et les émotions sollicitées en moi pendant la réalisation de ces récits, ont été prises en compte dans l’analyse. Les travaux contre-transférentiels ont été également effectués dans plusieurs cadres (groupe de l’implication et de la recherche, groupe d’analyse des pratiques de la recherche, analyse sur l’implication par l’écriture…

12 Robert Castel, La Montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu, Paris, Seuil, 2009.

13 Serge Paugam, Le Lien social, Paris, PUF, 2008.

14 Sur l’idéalisation de l’enfant dans un monde en changement (pas spécifiquement en Chine), voir Marie-Rose Moro, Aimer ses enfants ici et ailleurs. Histoires transculturelles, Paris, Odile Jacob, 2007.

15 Florence Lévy, Marylène Lieber, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ting Chen, « Femme et mère, entre le besoin et le désir »Hommes & migrations, 1314 | 2016, 93-100.

Référence électronique

Ting Chen, « Femme et mère, entre le besoin et le désir »Hommes & migrations [En ligne], 1314 | 2016, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 05 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3644 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.3644

Haut de page

Auteur

Ting Chen

Doctorant en sociologie clinique, laboratoire Changement social et politique à l’université Paris Diderot-Paris-VII, médiateur ethno-clinicien au Centre Georges-Devereux.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search