Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1314ChroniquesRepéragesLe modèle national à la lumière d...

Chroniques
Repérages

Le modèle national à la lumière de parcours individuels marseillais

Marie Beschon
p. 137-140

Texte intégral

  • 1 Gérard Noiriel, « Le “modèle français” d’immigration : intervention à l’Assemblée nationale », dans (...)
  • 2 Éric Fassin, Carine Fouteau, Serge Guichard, Aurélie Windels, Roms et riverains. Une politique muni (...)

1Les tensions entre ouverture et exclusion traversent l’histoire de la IIIe République, un régime politique au processus démocratique contradictoire1 : à la fois mouvement d’intégration des classes populaires au sein de l’État-nation et entreprise d’accentuation des dispositifs d’exclusion liées à la colonisation et à l’immigration. La constitution d’un espace public national, avec la loi sur la liberté de la presse (1881), en est une illustration : tout en créant un processus historique et politique de démocratisation de la société, elle fonde un espace d’instrumentalisation identitaire des étrangers. Avec les « Vêpres marseillaises », les rixes locales entre Marseillais et Italiens sont médiatisées nationalement et deviennent un événement fondateur de la question de l’immigré2, une « nation dans la nation ». Cette traduction médiatique est devenue, jusqu’à aujourd'hui, un pion de l’échiquier politique et électoral. Cette réalité contradictionnelle apparaît dès la fondation du modèle national républicain qui ambitionne de reconnaître les hommes « libres et égaux en droit » tout en définissant la citoyenneté par « la participation à la vie de l’État national » (art. 1 de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen), participation hors de portée de l’immigré, puisque de nationalité étrangère. Les tensions à l’origine du modèle républicain, et de l’identité nationale qui en découle, traversent la vie sociale et politique des immigrés : considérés à la fois comme main-d’œuvre bon marché et comme une chair à canon disponible ; œuvrant tantôt comme les garanties d’un modèle inclusif, tantôt comme les exutoires politiques des faillites de l’État. Ces tensions modèlent la représentation de l’immigré : il peut à la fois être l’exilé douloureux et devenir menace à l’ordre national.

2Ce sont les mêmes tensions contradictoires que l’on retrouve actuellement dans notre société, dans les propos et les représentations des immigrés et de leurs enfants. Dénommés de manière significative immigrés de « deuxième ou troisième génération », ces derniers portent en eux un processus identitaire paradoxal.

Les sifflements de la Marseille : déclic de polémiques

  • 3 Gérard Noiriel, « L’immigration : naissance d’un « problème (1881-1883) », in Revue Agone, n° 40, 2 (...)

3En 2001, lors du match de football France-Algérie, la Marseillaise a été sifflée par une partie du public, accusé dès lors d’être constitué d’enfants d’immigrés non intégrés à la nation française. En prenant cet événement comme point de départ, et en le replaçant dans l’histoire de la IIIe République, un travail de création artistique et d’enquête ethnographique a été réalisé. En écho et en collaboration avec la production de la pièce La Marseillaise, etc., l’enquête a interrogé des enfants d’immigrés de quartiers populaires de Marseille sur leur appréhension des sifflements pour reconstituer leur approche de l’identité – nationale – et leur positionnement relatif à cette question. L’enquête consistait en un questionnaire oral semi-directif et s’adressait volontairement à un public qui correspondait, par ses origines culturelles et sociales, au profil théorisé par les discours publics des siffleurs du stade. Le sifflement de la Marseillaise constitue un point de départ idéal pour la pièce et pour les entretiens : il rappelle l’Histoire. Les Vêpres marseillaises ont été déclenchées en 1881 par des sifflements italiens de la Marseillaise chantée par des soldats français revenus de Tunisie où ils disputaient le protectorat à l’Italie. En 1881 comme en 2001, se met en scène la même logique rhétorique d’un raisonnement d’exclusion bâti sur un cas particulier ; une manière de généraliser le comportement d’un petit nombre de personnes pour stigmatiser une communauté entière3.

4Les onze entretiens réalisés auprès de jeunes adolescents et d’adultes des quartiers nord et du centre-ville de Marseille réveillent ces contradictions, étouffées par l’histoire enseignée à l’école. Ils révèlent, tel un négatif, les tensions identitaires incorporées dans les représentations et les comportements des personnes interrogées sur leur place dans ce « nous » national et républicain. Ces entretiens s’engageaient à donner la parole à ces « siffleurs » potentiels et à nourrir l’écriture de la pièce La Marseillaise etc. En retour, l’œuvre fictionnelle, avec ses personnages aux origines italienne, russe, juive et allemande, s’offrait comme rappel historique de ces enfants d’immigrés dont on ne parle plus – d’autres vagues d’immigrations les ont supplantés – mais dont les origines ont aussi fait office de pions sur l’échiquier politique aux moments forts des crises économiques lors desquelles ils servaient de main-d’œuvre disponible.

« Être suspendu » : Français revendiqués, origines contrôlées

5Les sifflements de la Marseillaise en 2001, peu des personnes interviewées s’en souvenaient, certaines ne comprenaient pas leur ampleur et d’autres en déploraient la médiatisation. L’hymne national n’est guère évocateur pour mes interlocuteurs : « De pas avoir d’attaches à cet hymne, est-ce que c’est problématique pour construire sa vie et son identité ? Pour être français, est-ce qu’il faut connaître l’hymne ? Est-ce qu’il faut l’aimer ? » La question de fond est bien celle de l’identité, une identité française républicaine comme modèle contre les altérites personnelles et plurielles.

6Leur qualité de Français s’impose dans leurs récits : « Mais pourquoi veux-tu que je parle arabe à tout prix ! ? Je suis né ici, je suis français ! ». Ils ont des papiers, parlent français, sont nés en France, mais leurs origines se dérobent derrière cette subjectivité revendiquée, par honte, par rejet, par désir d’être simplement français. À part ceux qui ont de la famille dans leur pays d’origine, ils expriment peu d’intérêt pour la langue, pour la cuisine ou pour le pays de leurs parents : « Si j’avais des enfants, je ne leur transmettrais que le français et un peu le comorien, parce qu’en fait je peux le parler, mais je n’en ai pas envie. Ça me fait honte. » Comme Stan Grimaldi, dans la pièce, qui a oublié la langue de ces ancêtres et qui tient à se démarquer de ces Italiens qui n’ont pas assez aimé la France.

7Pourtant, cette affirmation identitaire se heurte à une multiplicité de contradictions. L’un d’eux affirme qu’il est noir de peau mais que son cœur est blanc, qu’il est fier d’être noir mais qu’il voudrait être blanc. Un autre distingue quatre niveaux de Français : « Pour moi, c’est facile de s’intégrer car mon père est marocain mais ma mère est vraiment française. » Il distingue le « vraiment français » des autres Français ; il fait passer directement l’origine devant la nationalité, son père n’est plus français d’origine marocaine mais il est marocain face à sa femme vraiment française. Et il se distingue de ses camarades dont aucun des parents n’est vraiment français. Nous avons donc quatre échelles de Français qui complexifient la qualité de Français telle qu’ils la revendiquent lorsqu’ils sont interrogés sur leurs origines. Un autre encore a francisé le prénom de sa fille pour lui assurer un avenir.

8Puis, il y a ces multiples « nous » : ils s’incluent tantôt dans un « nous les musulmans », tantôt dans un « nous les étrangers », tantôt dans le « nous les immigrés », tout en s’identifiant comme français. L’unicité de la nationalité française se noie dans la multitude des identifications. Mes interlocuteurs s’avouent parfois se sentir étrangers partout ou « être suspendus ». Dans le pays de leurs parents, ils sont considérés comme des étrangers ; en France, ils ne se sentent pas regardés comme de simples français. Ils sont comme une identité hésitante, incertaine.

La lutte républicaine ou le ciment français en question

9Il n’est pas nécessaire d’aimer l’hymne national pour être français ; mais la défense de la nation ne suffit pas pour être français. Protéger le drapeau français pendant la Seconde Guerre mondiale ne vaut pas qualité française. « C’est pour çà que j’ai du mal à comprendre la patrie. » Mais que faut-il alors pour être français ? Il semble que, pour mes interlocuteurs, cela passe par une identité territoriale, un emploi et une reconnaissance sociale. En effet, leurs préoccupations concernent moins la question des origines, de leur qualité de Français, que les discriminations sociales dont ils se sentent victimes : relatives au territoire où ils vivent, à l’emploi qu’ils veulent occuper et aux représentations médiatiques qui sont produites sur eux. « Je me suis sentie regardée différemment parce que venant d’une cité. Quand on le formule, on s’attend à une réaction. Ou parfois on te le demande même pas, ils savent. » Le territoire d’où l’on vient et où l’on vit, ici les quartiers populaires, pèse dans leurs paroles et dans leur quotidien. Et ce, d’autant plus lorsqu’on prend en compte le rapport des jeunes au marché du travail dans ces quartiers où l’ascenseur social républicain leur serait refusé. « Ils prennent pas les gens des quartiers, eux y voient les medias direct, çà fait un handicap pour le travail. »

10En réponse à ces obstacles à la reconnaissance d’une qualité de français, deux options se présentent à mes interlocuteurs : l’intégration, « se fondre », « ne pas se faire remarquer » – jusqu’à réussir, comme Françoise Grimaldi, dans la pièce, qui se croit Française « de souche » et ignore ses origines juives et allemandes.

11L’autre option est la lutte. Celle de la France révolutionnaire que ces enfants d’origines immigrées sont prêts à s’approprier comme fondement de la République française. Une interlocutrice affirme que l’échec de l’attachement à ce pays vient de ce qu’on demande à la population de ces quartiers d’être français et de se taire, de ne pas revendiquer les droits que pourtant la révolution puis la République ont créés. Elle identifie les habitants des quartiers aux petites gens qui ont porté ces luttes. Mais, conclut-elle, le problème est que pour « l’État français (…) tant que l’on reste une population à dominer, on ne pose pas de problème, le jour où l’on passe de l’autre coté avec tout ce que ça veut dire de droits, de luttes et que l’on revendique, cela devient problématique. »

12Ce qui ressort de leurs propos, c’est le paradoxe entre l’évidence de leur qualité de français et la complexité de l’être dans leur quotidien, dans leur accès aux principes républicains : égalité, liberté, fraternité ; et dans leurs représentations qu’ils ont d’eux-mêmes, ponctuées d’ambivalences (ils sont français ET étrangers) et de contradictions (ils sont fiers de leurs origines MAIS honteux en même temps).

Au-delà des ambivalences : unicité identitaire contre pratique républicaine

13Mais l’ambivalence fondamentale, être français et d’origine immigrée, est-elle tenable en pratique ? Quand des Français ne chantent pas la Marseillaise et que l’État considère cette attitude comme un problème d’intégration à la République, peut-on encore parler d’ambivalence ? Ces enfants d’immigrés ne sont-ils pas, en réalité et en pratique, condamnés à choisir une identité, comme si l’origine entrait en contradiction avec la nationalité ? Dans la République, une et indivisible, les symboles nationaux doivent représenter une union politique et identitaire mais ils peuvent également en refléter la rigidité. « Y a des Français Français qui ont grandi ici, qui sont nés ici et qui se délocalisent avec leur fortune. Ça veut dire quoi pour eux la patrie ? Pourquoi, pour moi, ça devrait évoquer forcément quelque chose et que, pour eux, on s’en fout si ça évoque quelque chose ou rien ? » Quel est le sens de demander à ces enfants d’immigrés de fournir la preuve de leur qualité de Français ? La République des droits de l’Homme, que les médias et les hommes politiques pensent bafouée quand la Marseillaise est sifflée, est pourtant bien assimilée par ces enfants d’immigrés. Tout en étant des enfants d’immigrés, ils considèrent la France comme le pays des valeurs républicaines. Mais la République semble leur opposer une fin de non recevoir : comme si, pour être français, il fallait oublier ses origines. Rigidité du modèle national contre la multiplicité des identités et au-delà des valeurs républicaines. Et c’est peut-être bien pour cela qu’ils sont révoltés pour certains, désabusés pour d’autres : ils ont intégré ces principes, ils les ont fait leurs mais ils ne les vivent pas. Comme le conteur de la pièce nous le rappelle : « la nation renaît les soirs de match » ; mais, à la lumière du jour, dans leur quotidien, ces personnes n’en voient pas la couleur. Au contraire, ils semblent s’adapter eux-mêmes aux failles de leur société. L’essentiel ne réside alors peut-être pas dans les symboles d’une nation mais dans l’actualisation de celle-ci, dans l’exercice quotidien de ses principes.

Haut de page

Notes

1 Gérard Noiriel, « Le “modèle français” d’immigration : intervention à l’Assemblée nationale », dans le cadre de l'audit parlementaire de la politique d'immigration, 2011.

2 Éric Fassin, Carine Fouteau, Serge Guichard, Aurélie Windels, Roms et riverains. Une politique municipale de la race, Paris, La Fabrique, 2014.

3 Gérard Noiriel, « L’immigration : naissance d’un « problème (1881-1883) », in Revue Agone, n° 40, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Beschon, « Le modèle national à la lumière de parcours individuels marseillais  »Hommes & migrations, 1314 | 2016, 137-140.

Référence électronique

Marie Beschon, « Le modèle national à la lumière de parcours individuels marseillais  »Hommes & migrations [En ligne], 1314 | 2016, mis en ligne le 19 septembre 2016, consulté le 03 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3654 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.3654

Haut de page

Auteur

Marie Beschon

Doctorante en anthropologie à l’EHESS Paris, rattachée au Laboratoire d’anthropologie urbaine (LAU) de l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain à Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search