Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1316ChroniquesMusiquesAli Amran

Chroniques
Musiques

Ali Amran

François Bensignor
p. 184-191

Texte intégral

1Leader reconnu de la nouvelle génération des chanteurs kabyles, Ali Amran est le créateur d’un style fortement teinté de rock. Né en 1969 à Igariden, un village de montagne, il aurait volontiers achevé sa thèse à l’université de Tizi-Ouzou, s’il n’avait été convaincu d’un avenir totalement bouché pour lui en Algérie. Son bagage en langue et littérature berbère aura au moins servi la beauté de ses textes chantés. Des foules de fans reprennent en chœur ces paroles sur sa terre natale comme dans les diasporas. Un succès confirmé lors du récent concert donné à Aubervilliers dans le cadre du festival Villes des Musiques du Monde. Une belle compilation, double CD réunissant les chansons phares de ses quatre albums publiés en autoproduction entre 2001 et 2013, est aujourd’hui disponible à l’international. Vingt-six titres qui permettent de comprendre pourquoi Ali Amran a été adoubé par ses aînés Idir et Lounis Aït Menguellet et suscite la ferveur des publics sur les scènes qu’il enflamme entre la Finlande, où il réside, la France et l’Algérie. Généreux, volubile, il se prête sans réserve au jeu de l’interview thématique.

Tizi-Ouzou

2Ali Amran : « J’ai passé mes années de lycéen et d’étudiant à Tizi-Ouzou, la capitale de la Kabylie, centre du mouvement culturel berbère. On peut dire que j’y ai commencé la musique. Même si je jouais un peu au village, c’est au lycée de Tizi-Ouzou que je suis passé de la manière de jouer traditionnelle sur un mandole au jeu de la guitare. J’ai découvert les accords, une musique qui se jouait différemment. Des amis m’ont montré les rudiments de la guitare. J’ai eu la chance d’avoir entre les mains un livre de partitions des Beatles, qu’un copain de lycée m’avait laissé photocopier. J’ai pu apprendre à jouer leurs chansons avec les bons accords. Ensuite, j’ai découvert des disques de Simon and Garfunkel, qui m’ont appris à faire du picking et des harmonies vocales. J’ai écouté Cat Stevens, mais aussi pas mal de chanteurs français classiques comme Jacques Brel. Je reprenais Moustaki à la guitare et aussi Graeme Allwright, qui m’a fait connaître Dylan par ses versions françaises.

3« J’ai quitté Tizi-Ouzou en 2000 pour m’installer en France. Et j’y suis retourné en 2005 en tant que chanteur. J’étais assez surpris de l’accueil qui m’a été réservé. Avant de partir, j’avais démarré un projet musical. Mais c’était difficile, parce qu’on vivait la fin de la “décennie noire”, les années 1990, et il n’y avait quasiment pas d’activités culturelles. J’avais monté un groupe, dans le but de faire des concerts, mais il n’y avait pas de lieu, pas d’infrastructure et surtout pas l’esprit nécessaire. On a quand même enregistré mon premier album, Amsebrid. À mon retour, me retrouver dans la grande salle de Tizi-Ouzou, bien accueilli par le public, j’étais content !… Depuis, j’y retourne régulièrement pour des concerts. »

Imaziren

4« C’est l’appellation que se donnent les Berbères. Chaque année, nous célébrons le Printemps berbère, qui a eu lieu le 20 avril 1980. À cette époque, j’étais encore à l’école primaire. C’était quelque chose d’extraordinaire : les gens sortaient de chez eux pour descendre en ville manifester. Gamins, nous en profitions aussi pour nous tailler de l’école (rires)… On ne peut pas encore parler de conscience politique, mais certainement de conscience identitaire. Dès l’école, on était confronté au problème identitaire. Au village où j’ai grandi, tout le monde parle kabyle. Mais, dès le premier jour de l’école, on nous parle strictement en arabe et il est interdit de parler notre langue. Aussitôt, c’est le dépaysement. On se trouve face à quelque chose qui nous est étranger. Et c’est un questionnement par rapport à notre identité.

5« Le mouvement qui est né de là a éveillé les consciences politiques et, plus tard, je me suis impliqué. À chaque anniversaire du 20 avril, quand nous étions gamins, nous faisions tout pour ne pas aller à l’école : il fallait faire de cette date un jour férié. Ensuite, à l’université, on se réunissait, on débattait, on revendiquait notre identité berbère. J’avais entamé un magistère en langue et littérature berbère à l’université de Tizi-Ouzou. Le berbère est à la fois ma langue maternelle et celle que je maîtrise le mieux. J’ai suivi cet enseignement pendant trois ans et rédigé un avant-projet de thèse, que j’ai abandonné pour faire de la musique.

6« La littérature berbère est principalement orale et l’une des grandes problématiques est de la faire passer à l’écrit. Il existe des recueils de poésies, de contes, quelques lexiques. La langue étant enseignée, les documents écrits commencent à se multiplier, notamment à travers les manuels scolaires. Beaucoup de militants de cette culture écrivent à présent des romans en kabyle. Mais il s’agit encore d’une sorte d’expérimentation, puisque la langue demeure orale. Les poésies de grands poètes du xixe siècle, voire même avant, sont encore véhiculées par la tradition. La transmission des contes était encore réelle quand j’étais enfant, même si elle a tendance à disparaître dans le contexte actuel. En revanche, les textes écrits de création sont rares dans le passé. »

La chanson kabyle

7« Dans la chanson kabyle, le patrimoine oral circule, mais aussi des idées qui viennent d’autres cultures. Ce sont celles que j’essaye de faire passer à travers mes chansons. J’ai étudié la littérature anglaise, j’ai écouté des chansons dans toutes les langues, notamment en français, et j’essaye d’adapter des façons de voir ou de penser dans cette langue kabyle qui n’a pas eu la possibilité de se développer hors du domaine familial et communautaire. C’est une façon de lui apporter un peu d’oxygène.

8« La génération des chanteurs comme Slimane Azem ou Cheikh Hasnaoui est celle qui a créé le format chanson dans la culture kabyle. Avant eux, les chansons s’apparentaient plutôt à de la poésie chantée. Elles faisaient partie du patrimoine, tout le monde pouvait les chanter. Il n’y avait pas d’enregistrement, de médiatisation, pas même l’idée d’auteur. J’imagine le travail accompli par ces pionniers de la chanson, qui ont instauré la forme couplet-refrain, l’accompagnement de musiciens, le choix des instruments.

9« Dans ma façon de travailler, il est intéressant de pouvoir analyser ce processus. La génération des années 1970 est celle du renouvellement avec des chanteurs comme Idir, Djamel Allam, les Abranis, etc. Jusqu’alors, la musique kabyle se déclinait sur le mode oriental, à l’unisson avec un développement horizontal. Les chanteurs des années 1970 ont amené l’harmonie à l’occidentale, où l’on joue plusieurs voix en même temps sur un plan vertical. C’était une vraie révolution dans la chanson nord-africaine. Cette chanson moderne des années 1970 marque aussi un renouvellement dans les thématiques abordées, notamment avec l’entrée de la revendication politique et culturelle, de la question identitaire. La génération d’avant chantait plutôt l’émigration, l’exil, la relation amoureuse.

10« Matoub Lounès est apparu sur la scène kabyle au moment du Printemps berbère. Le style de ses paroles tranchait avec celui de ses prédécesseurs. On n’avait pas l’habitude de son discours direct, qui nous a marqués. Pour notre génération, c’était une sorte de délivrance. À l’époque, je l’ai beaucoup écouté. En 2015, à la demande d’Africolor, j’ai repris des chansons de son répertoire dans un spectacle en hommage à Matoub Lounès. Alors qu’il jouait une musique traditionnelle à connotation chaâbi, j’ai créé de nouveaux arrangements à ma manière. »

Le routard

11« En 1991, j’ai eu l’opportunité de voyager en Europe : Allemagne, Hollande, Belgique, France, Espagne. Je suis parti avec un copain américain que j’avais rencontré sur un chantier de jeunesse. C’était une sorte de voyage initiatique. D’abord parce que j’étais en voyage, ensuite parce que je voyageais avec une personne d’une culture complètement différente de celle d’où je venais. C’était l’occasion d’échanger, mais aussi de se confronter, parce qu’en voyage on a des contraintes auxquelles il faut répondre. Chacun selon sa culture a sa propre vision, qui n’est pas forcément la même lorsqu’il s’agit de prendre une décision…

12« À la fin des années 1990, j’essayais de faire de la musique dans mon pays, mais tout était fermé : c’était impossible. Alors j’ai tout laissé tombé, j’ai lâché mes études et je suis parti, emportant ma guitare. J’avais besoin d’oxygène ! Aujourd’hui, je vis partiellement en Finlande, où j’ai fondé une famille. Le voyage continue. »

13Voici le texte de la chanson qui donne son titre au premier album d’Ali Amran, Amsebrid (Le routard) : « …Je suis comme un nuage poussé par le vent / Qui se laisse faire sans savoir où il va / Ce qui m’attend, je l’ignore / Je n’ai même pas de quoi manger à ma faim / Mais je n’ai pas d’inquiétude pour autant / J’ai pris la route peut-être à cause du destin / Mais je me demande si c’est pour le fuir ou le rattraper / Routard que je suis. » (Traductions Ali Amran et Rabbah Mezouane).

Les papiers

14Ali Amran : « Quand j’ai quitté Tizi-Ouzou, je me suis inscrit à l’Inalco à Paris, où j’ai suivi des cours pendant un an. Mais je me suis retrouvé dans une situation qui ne me permettait pas de concilier études et vie sociale. Comme je me suis marié, la question des papiers ne s’est jamais vraiment posée de façon cruciale.

15« La chanson “Travail au noir” m’a été inspirée par la situation que vivaient certains de mes amis. Et aussi un peu celle que j’ai vécue au début de mon séjour en France, où je n’avais pas de papiers. J’étais étudiant, avec un dossier de demande à la préfecture. Les paroles de la chanson me sont venues plus tard, en observant ce qui se passait autour de moi. J’ai choisi des mots simples, en français, alors que j’écris d’habitude en kabyle : “Travail au noir, mariage blanc, où va la vie en attendant…”

16« Je voulais exprimer le point de vue de celui qui se trouve sans papier. Parce que le discours que l’on entend en France est toujours celui des gens qui vivent sur place et se sentent perturbés par celui qui arrive. L’arrivant n’est jamais perçu dans son humanité, avec sa vie et son histoire. On le voit comme celui qui vient “prendre le pain des Français”, comme on dit… Alors que les gens qui arrivent dans cette situation n’en ont pas fait le choix. Le malaise est si fort dans la société d’origine, qu’ils en sont à mettre leur vie en jeu pour traverser la mer. Je pense qu’il est intéressant d’avoir le point de vue de cette personne qui en arrive à cet extrême. Elle mérite une certaine considération ne serait-ce qu’en tant qu’être humain.

17« J’évoque cette question dans une autre chanson, “Asif n lla Ssan” (La Seine). Elle m’a été inspirée par un événement tragique, qui a marqué l’itinéraire d’un jeune de mon village. Il voulait partir à l’étranger. Mais comme il n’a pas réussi à obtenir de visa, il a fait le voyage en se débrouillant. Dépourvu de papiers, il a parcouru le grand circuit qui passe par la Turquie, la Grèce, l’Italie, pour arriver en France, où il avait de la famille. Il y est resté pendant deux ou trois ans, sans pouvoir régulariser sa situation. Il commençait à se sentir mal dans sa peau. Les personnes de son entourage sont parties en vacances chacune de leur côté. À leur retour, elles ne l’ont pas retrouvé. Elles ont donc entamé des recherches pour apprendre que son corps avait été repêché dans la Seine…

18« Cette histoire m’a marqué, parce que c’est quelqu’un que je connaissais. Et en réfléchissant à son parcours, je me disais : tout ça pour ça ! Dans quel état se trouvait-il ? Pour supporter toutes les embûches du voyage, il a dû prendre un risque énorme. Et parvenu au but de son voyage, il a fini par se jeter à la Seine, parce qu’il ne supportait pas la situation à son arrivée… Pour moi, c’est une énorme tragédie… »

L’exil

19« Dans la chanson kabyle, le thème de l’exil est présent dès le départ. D’ailleurs la chanson kabyle s’est faite à Paris. Les premiers chanteurs comme El Hasnaoui ou Slimane Azem y ont fait leur musique. Mais leurs chansons se plaçaient du point de vue de l’exilé involontaire, obligé de quitter son pays pour aller chercher du travail afin de nourrir sa famille. Dans ce cas, l’exil est vécu comme une sorte de punition. Alors, on se plaint des conditions dans lesquelles on est contraint de vivre. On se plaint de l’éloignement par rapport à la famille, qui est restée là-bas. C’est le côté douloureux de l’exil qui est mis en avant. Ce thème de la séparation s’est alors imposé dans la chanson kabyle pour aborder l’exil. Mais les temps ont changé.

20« J’ai traité de la thématique de l’exil dans l’album Akk’i d Amur ! (Quel foutu bled !). Lorsque j’ai écrit cet album, on était plutôt content de partir, vu la façon dont la situation s’est détériorée en Kabylie. Une sorte de renversement de point de vue s’est opéré et il était difficile pour moi de trouver le bon angle pour parler de ce nouvel exil. On ne peut plus se plaindre à l’ancienne, puisque l’on est content si l’on peut partir. Mais les difficultés d’adaptation, la solitude, tous ces désagréments que charrie l’exil, demeurent. J’ai donc parlé de l’exil, de l’émigration et du voyage en général, avec un regard différent. Chaque chanson aborde une problématique particulière. »

21La chanson « Akk’i d Amur ! » évoque la difficulté de vivre dans la société d’origine, l’espoir de partir. « Alors que nous souffrons le martyre / que pouvons-nous faire mon cœur ? / Les enjeux nous dépassent / C’est ce pays où nous sommes nés / Qui nous prive de toute stabilité / Quel foutu bled ! » (Traduction d’Ali Amran et Rabbah Mezouane).

22Les textes de deux autres chansons méritent d’être cités.

23L’un est rempli d’espoir, « Tabalizt » (La valise). Premier couplet parlé : « Finie la galère / Cette fois, c’est la bonne / Ma chance a forcé le destin / Je vais partir enfin / J’ai tous les papiers / Pour embarquer / Pour débarquer, par contre / C’est pas gagné. » Refrain : « J’ai pris la valise / Envahi de perplexité / Mais gonflé d’enthousiasme / À en perdre la raison / J’ai de l’appréhension / J’connais pas ma destination / Mais je partirai, c’est sûr / Réjouis-toi mon cœur… » (Traduction d’Ali Amran et Rabbah Mezouane)

24L’autre est un cri de détresse, « Ssfina » (Le navire) : « …Me voici dans les eaux profondes / Dans un navire étouffant / On me jette dans une barque / Au milieu des poissons / Je suis ballotté par les vagues / Ô Maman, si tu savais… » (Traduction d’Ali Amran et Rabbah Mezouane).

La carrière

25Ali Amran : « L’industrie musicale est assez perturbée depuis le milieu des années 2000 et ça n’a jamais été très évident pour moi de mener ma carrière de chanteur. Mais, a posteriori, je me dis que rester à l’écart pour faire son travail a un côté positif. Le fait que je ne sois pas entré dans le circuit au tout début m’a permis d’aller jusqu’au bout de ce que je voulais faire en termes de sonorité. J’ai remarqué que les artistes de mon extraction sont généralement affectés à une case particulière. J’aurais été dans une maison de disques, j’aurais peut-être été poussé à aller dans le sens d’une musique qu’on attendait de moi, mais pas celle que je voulais faire. En revanche, la grande difficulté, c’est qu’il faut tout faire seul !

26« J’ai passé mes premières années à trouver la façon d’introduire le côté rock que je voulais donner à ma musique. C’est une démarche qui tranche un peu dans la chanson kabyle. Après mon arrivée en France, à partir de 2002, j’ai beaucoup travaillé avec des musiciens de Kabylie : le batteur Hakim Aït Youcef, le bassiste Fatah Lachemot et le guitariste Ryad Chehrit. Comme on n’avait pas un projet en particulier, on pouvait se permettre de chercher des choses. Ce travail a abouti à mon deuxième album, le premier que j’ai fait en France, Xali Sliman (2005), qui a été enregistré quasiment en live.

27« Ma rencontre avec Chris Birkett a été déterminante pour la suite. Elle s’est faite par l’intermédiaire d’un ami sur Facebook. À l’époque, Chris avait un studio à Issy-les-Moulineaux. Auparavant, il avait réalisé quelques grands albums à Londres (Sinéad O’Connor, Talking Heads, The Pogues, Bob Geldof, etc.) Au départ, quand je suis allé lui faire écouter ma maquette, il m’a proposé de faire un album acoustique avec des percussions. Je lui ai dit que je ne venais pas pour faire des percussions, mais que je voulais que ça sonne rock ! Il trouvait que ce n’était pas très habituel, que je prenais un risque en m’engageant dans cette direction. Mais c’est ce que je voulais faire et je l’ai convaincu. Il vient de cette culture, il est chanteur, guitariste, auteur, compositeur, et il m’a apporté cette dimension rock que je cherchais à atteindre. Avec Chris, j’ai fait deux albums de rock kabyle, Akk’i d Amur ! (2009) et Tizi n Leryah (2013), qui a été mixé à Toronto, Canada, où Chris est maintenant installé. C’est une belle collaboration et nous sommes restés amis. »

28Double CD : Tabalizt (MLP/Rue Stendhal, 2016)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bensignor, « Ali Amran »Hommes & migrations, 1316 | 2017, 184-191.

Référence électronique

François Bensignor, « Ali Amran »Hommes & migrations [En ligne], 1316 | 2017, mis en ligne le 04 juin 2017, consulté le 28 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3830 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.3830

Haut de page

Auteur

François Bensignor

Journaliste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search