Navigation – Plan du site
Dossier

La mobilité étudiante en Europe. Une lente institutionnalisation sans réelle démocratisation

Magali Ballatore
p. 79-86

Résumé

Considéré comme le fleuron des politiques européennes en matière d’éducation, le programme Erasmus fête ses trente ans en 2017. Si son bilan est présenté comme largement positif pour avoir augmenté les possibilités d’une mobilité estudiantine dans l’Union européenne, la finalité du programme suscite toujours des questions. Dans une « Europe de la connaissance » que l’Union appelle de ses vœux, cette mobilité d’étude n’est pas sans lien avec les marchés du travail et la mobilité professionnelle. Contrairement à l’image d’un étudiant bohème à la recherche de son « identité », les recherches sur la question montrent que l’étudiant Erasmus est souvent davantage un stratège.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Le voyage pour études : une mythologie européenne
L’institutionnalisation de la mobilité face aux déséquilibres migratoires
Stratégies transnationales et affinités sélectives entre établissements
L’expérience Erasmus : le développement personnel au service des études
Caractéristiques sociales des étudiants mobiles et effets sur les parcours
Des études à l’emploi : des inégalités de trajectoire et d’insertion professionnelle
Conclusion

Aperçu du début du texte

Depuis plusieurs années dans les titres de journaux fleurit l’idée qu’Erasmus (European Community Action Schema for the Mobility of University Students) aurait créé la « première génération 100 % européenne », « qu’un million de bébés » seraient nés, suite aux rencontres qui se font lors des échanges universitaires. Mais est-ce étonnant que des couples se forment lors des séjours Erasmus, alors que l’homogamie est patente dans un groupe social qui possède de sérieux atouts sociaux ? Nous allons voir qu’il est difficile de démêler ce qui tient de la morphologie sociale et scolaire de cette population et ce qui tient des attitudes et/ou des compétences nouvelles, réelles ou supposées, qui auraient été acquises durant le séjour, quand on s’interroge sur les effets de ce programme d’échanges.

La mobilité étudiante, spontanée comme institutionnalisée, a des motifs, des contours, des durées et des issues variables. Face aux nouvelles exigences de flexibilité, de labilité du monde du travai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Magali Ballatore, « La mobilité étudiante en Europe. Une lente institutionnalisation sans réelle démocratisation », Hommes & migrations, 1317-1318 | 2017, 79-86.

Référence électronique

Magali Ballatore, « La mobilité étudiante en Europe. Une lente institutionnalisation sans réelle démocratisation », Hommes & migrations [En ligne], 1317-1318 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2020, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3877 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3877

Haut de page

Auteur

Magali Ballatore

Maître de conférences en sociologie, LAMES, CNRS, Université Aix-Marseille.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals