Navigation – Plan du site
Dossier

Chauvinisme frontalier sur la « route des Balkans »

« Crise » migratoire et relations interétatiques depuis l’été 2015
Morgane Dujmovic et Pierre Sintès
p. 107-115

Résumé

Traversés de points de passage aléatoires et de frontières fermées et militarisées, les pays des Balkans se trouvent au cœur de la route que tentaient d’emprunter les réfugiés durant la crise migratoire de 2015. Les États balkaniques ont géré leur position géographique stratégique entre une adaptation aux règles de la coopération migratoire européenne et le repli sur des logiques nationalistes et exclusives. Résultat, l’espace de transit balkanique représente un nouveau limes, une frontière extérieure, lointaine et mouvante, désormais quasi infranchissable. Multipliant les murs, cette zone-tampon est devenue le repoussoir de l’Europe.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La « route des Balkans », entre coopération et tensions aux frontières
Du corridor aux verrous intra-européens
Chauvinisme et provocations militaires à la frontière gréco-turque
La migration au cœur des tensions entre la Grèce et ses voisins
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’instabilité politique et sociale qui touche le Proche et le Moyen-Orient, ainsi que d’autres pays d’Asie et d’Afrique, a alimenté depuis plusieurs décennies des flux d’individus migrant vers l’Europe. Ceux-ci ont été décuplés à partir de l’été 2015 en raison de la dramatisation des conflits dans certains de ces pays (notamment la Syrie, l’Irak et l’Afghanistan). Le renforcement du contrôle frontalier en Méditerranée occidentale et centrale a réorienté les parcours migratoires vers la péninsule balkanique où 500 000 migrants auraient transité au plus fort de la période dite de « crise » des migrants (septembre-décembre 2015). Cette sous-région est ainsi devenue la principale porte d’entrée vers l’espace Schengen, faisant de la question migratoire dans les Balkans un enjeu continental. Depuis la chute des régimes communistes, la position de cet ensemble comme zone pivot a justifié les discours et les politiques de l’Union européenne (UE), incitant les États balkaniques à s’impliquer...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Morgane Dujmovic et Pierre Sintès, « Chauvinisme frontalier sur la « route des Balkans » », Hommes & migrations, 1317-1318 | 2017, 107-115.

Référence électronique

Morgane Dujmovic et Pierre Sintès, « Chauvinisme frontalier sur la « route des Balkans » », Hommes & migrations [En ligne], 1317-1318 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2020, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3893 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3893

Haut de page

Auteurs

Morgane Dujmovic

Doctorante contractuelle, ATER en géographie, Telemme AMU-CNRS.

Pierre Sintès

Maître de conférences en géographie, Telemme AMU-CNRS.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals