Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Marie-Claude Blanc-Chaléard, En finir avec les bidonvilles. Immigration et politique du logement dans la France des Trente Glorieuses

Paris, Publications de la Sorbonne, 2016, 396 p., 25 €.
Pierre-Jacques Derainne
p. 193-194
Référence(s) :

Marie-Claude Blanc-Chaléard, En finir avec les bidonvilles. Immigration et politique du logement dans la France des Trente Glorieuses, Paris, Publications de la Sorbonne, 2016, 396 p., 25 €.

Texte intégral

1Cet ouvrage appréhende les bidonvilles comme un élément de la politique du logement des travailleurs immigrés après 1945. La vision panoramique à l’échelle de la région parisienne s’accompagne de focus sur les sites les plus peuplés : Nanterre, Champigny, La Courneuve, Saint-Denis… Le corpus de sources dépouillées est vaste : fonds des archives nationales (versements des ministères de l’Intérieur, de l’Équipement), des archives départementales des Hauts-de-Seine et des archives municipales de Nanterre, des archives de la Sonacotra, de la Fasti… Il comprend également des rapports et des mémoires, des travaux universitaires, des sources orales constituées d’entretiens réalisés au cours de deux campagnes : 2005-2008 (témoignages d’anciens acteurs politiques et associatifs) et 2012-2013 (enquête collective sur la politique de résorption de l’habitat insalubre, 1970-1986).

2Les bidonvilles sont replacés dans l’histoire des logements insalubres (zone, lotissements…). Leur développement après 1945 s’explique par les flux croissants de main-d’œuvre étrangère, par l’insuffisance des logements précaires traditionnels pour immigrés que sont l’hôtel garni et les appartements vétustes des vieux quartiers à l’abandon, mais également par les logiques ségrégatives dans l’attribution des premiers logements HLM. Dans ce jeu de vases communicants, le bidonville voit progressivement s’accroître la part des familles.

3L’auteure met en lumière les stratégies des deux grands acteurs des politiques de résorption et de relogement que sont l’État et, dans une moindre mesure, les municipalités, communistes pour la plupart, qui accueillent les immigrés et qui participent à un certain « enlisement » local. Le rôle de l’État est analysé à travers les plans, dispositifs et législations qui se succèdent à partir de 1959 (plan de deux ans de 1959, loi Debré de 1964, loi Vivien de 1970 prolongée par la « résorption de l’habitat insalubre », nouveau plan de 1971 et 1972…). L’auteure souligne l’action d’organismes comme le Fonds d’action sociale (FAS), d’une administration de mission comme le Groupement interministériel permanent (GIP), créée en 1970, et met en relief des figures de hauts fonctionnaires tels Michel Massenet, Robert Lion ou Guy Houist… Un chapitre est consacré, en outre, au mouvement multiforme de soutien aux immigrés (chrétiens de gauche, maoïstes) qui se constitue dans les années 1960 et à la façon dont il vient appuyer les habitants des bidonvilles dans leurs revendications.

4La comparaison des deux sites de Nanterre et de Champigny permet de distinguer deux temps dans la politique de résorption : l’un marqué par l’enjeu colonial, l’autre s’inscrivant davantage dans la problématique du développement urbain. Les habitants des premiers bidonvilles, en majorité maghrébins, sont relogés principalement vers les foyers et les « cités de transit ». L’exemple du peuplement des HLM des Canibouts à Nanterre montre comment, dès 1960, la question des quotas est débattue au sein des pouvoirs publics sur fond d’idéologie « assimilationniste ». Globalement, les premiers logements HLM accueillent des familles de la classe moyenne, une partie des mal-logés locaux français, ainsi que des rapatriés d’Afrique du Nord. Le statut des HLM ainsi que leur image auprès des Français évoluent après 1970, l’État poussant, dans une nouvelle politique volontariste, à l’accueil de populations plus modestes, constituées pour une grande part d’immigrés. La résorption s’achève au cours des années 1970 en laissant toutefois ouverte la question globale du logement social dans les banlieues.

5Cette passionnante radiographie d’une politique d’État est enrichie de nombreuses données statistiques. Le lecteur bénéficie en fin d’ouvrage de deux index (noms de lieux et noms de personnes) et d’annexes constituées d’une chronologie et de neuf textes législatifs et réglementaires rédigés entre 1902 et 1974…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Jacques Derainne, « Marie-Claude Blanc-Chaléard, En finir avec les bidonvilles. Immigration et politique du logement dans la France des Trente Glorieuses », Hommes & migrations, 1317-1318 | 2017, 193-194.

Référence électronique

Pierre-Jacques Derainne, « Marie-Claude Blanc-Chaléard, En finir avec les bidonvilles. Immigration et politique du logement dans la France des Trente Glorieuses », Hommes & migrations [En ligne], 1317-1318 | 2017, mis en ligne le 01 avril 2017, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3932

Haut de page

Auteur

Pierre-Jacques Derainne

Historien.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals