Navigation – Plan du site
Dossier

« Lebanon is not my country »

Étrangers au Liban : un état des lieux
Liliane Kfoury et Nicolas Puig
p. 13-17

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Enamoul, originaire du Bangladesh, commentait par cette phrase définitive (prononcée en anglais) le jugement positif émis à son égard par son voisin palestinien, Ab Ahmad, sur le marché de Sabra à Beyrouth où tous deux vendent leurs produits. Ce dernier considérait, en effet, que le jeune bangladais ne « créait pas de problèmes » et Enamoul avait alors beau jeu d’insister sur la nécessaire retenue que lui imposait son statut d’étranger. En vérité, le Liban n’est pas vraiment le pays d’Ab Ahmad non plus. Car, après plus de soixante ans de présence au Liban, les réfugiés palestiniens sont toujours considérés comme des étrangers dans ce pays. Néanmoins, en vertu de son ancienneté sur le marché et de l’histoire de ce quartier de la ville attenant au camp de réfugiés palestinien de Chatila, Ab Ahmad a de bonnes raisons de s’y considérer comme plus légitime que Enamoul ou que le réfugié syrien accompagné de sa famille qui loue un appartement voisin dans le camp. Cette petite scène captée ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Liliane Kfoury et Nicolas Puig, « « Lebanon is not my country » », Hommes & migrations, 1319 | 2017, 13-17.

Référence électronique

Liliane Kfoury et Nicolas Puig, « « Lebanon is not my country » », Hommes & migrations [En ligne], 1319 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3956 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3956

Haut de page

Auteurs

Liliane Kfoury

Historienne, Unité de recherche interdisciplinaire sur la mémoire, Centre d'études du monde arabe moderne (CEMAM), université Saint-Joseph (Beyrouth.

Articles du même auteur

Nicolas Puig

Anthropologue à l’IRD, unité de recherche Migrations et Société (URMIS), universités Paris Diderot, Nice Sophie Antipolis, IRD et CNRS.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals