Navigation – Plan du site
Dossier

Pratiques marchandes et négociations identitaires

Le commerce ethnique dans les quartiers de Sabra et Dora (Beyrouth)
Assaf Dahdah
p. 19-27

Résumé

Système de contractualisation permettant aux migrants d’entrer sur le marché du travail beyrouthin par l’intermédiaire d’un Libanais, la kafala contribue à cantonner ces travailleurs dans les secteurs les plus disqualifiés. Dans deux quartiers de Beyrouth, Dora et Sabra, les migrants parviennent néanmoins à contourner l’assignation sociale et statutaire générée par ce système et à négocier leur place sur la scène marchande. Dans les deux cas, les migrants originaires d’Afrique et d’Asie affinent un dispositif commercial ethnique dont l’étude locale permet de saisir le fonctionnement et le dynamisme propres.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Le dispositif commercial ethnique à Beyrouth
Dora, une centralité commerçante et migratoire
Sabra, l’internationalisation d’une marginalité urbaine
Deux décennies de transformation de l’économie ethnique
Nécessité de contourner la loi et besoin de légitimité 
Fragilités et verticalisation du dispositif
Prendre place à Sabra et s’y maintenir
Le rôle des placeurs dans un quartier dense et disputé
Conclusion

Aperçu du début du texte

À l’image des pays du Golfe, le Liban s’inscrit depuis les années 1970 dans le cadre de migrations dites Sud-Sud et dans un processus de « désarabisation » d’une partie de la main-d’œuvre étrangère. Ainsi, dans les années 2010, on estime les travailleurs non arabes à environ 300 000 personnes, originaires principalement d’Éthiopie, du monde indien – Bangladesh, Sri Lanka, Népal et Inde – et des Philippines, majoritairement des femmes employées comme domestique à demeure. Cette migration est organisée selon un système d’encadrement contractuel de la mobilité et du travail dénommé : « kafala ».

La kafala a pour objectif de maintenir les travailleurs recrutés dans une précarité statutaire et une immobilité sociale. Cela se traduit notamment par un cantonnement dans les secteurs les plus disqualifiés du marché du travail synonyme de faible rémunération voire d’exploitation, par un contrôle physique des migrants, en particulier des domestiques, et par une stigmatisation des personnes « al...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Assaf Dahdah, « Pratiques marchandes et négociations identitaires », Hommes & migrations, 1319 | 2017, 19-27.

Référence électronique

Assaf Dahdah, « Pratiques marchandes et négociations identitaires », Hommes & migrations [En ligne], 1319 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3959 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3959

Haut de page

Auteur

Assaf Dahdah

Géographe, chercheur associé au CNRS (UMR 7317 LEST et UMR 7303 TELEMMe).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals