Navigation – Plan du site
Dossier

Réduire l’étrangeté

Interactions entre installés arabes et migrants asiatiques sur un marché de Beyrouth
Loubna Dimachki et Nicolas Puig
p. 29-37

Résumé

Dans le marché de Sabra à Beyrouth, les interactions entre les migrants originaires du Bangladesh et la population locale entretiennent un jeu ténu mais déterminant de catégories d’appartenance. L’étude des transactions commerciales entre des clients palestiniens, syriens ou libanais et les commerçants bangladais met en relief la labilité de la distribution des rôles d’étrangers et de locaux dans une situation de communication interculturelle. Pour autant, s’il est possible de se mettre à la place de l’autre et, pour le migrant d’acquérir quelque reconnaissance en informant ses interlocuteurs, ces derniers peuvent à tout instant le renvoyer à la précarité de sa condition.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Les données d’un échange social
Le passage de la catégorie d’appartenance « local » à celle d’« étranger »
Les questions et les gestes sur le produit
Un étrange légume
Un rappel à l’ordre vers la catégorie « étranger »
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le marché de Sabra, attenant au camp de réfugiés palestiniens de Chatila à Beyrouth, regroupe tous les dimanches des installés « locaux » arabes composés en majorité de Palestiniens, de Libanais, de Syriens présents de longue date, et d’outsiders « étrangers » migrants du Bangladesh. Ces derniers introduisent leurs propres activités sociables et commerciales dans ce lieu saturé, matériellement et symboliquement, qui représente une centralité politique palestinienne en déclin. Les migrants vendent des produits asiatiques (légumes, poissons de rivières, épices, produits d’hygiène et de beauté, etc.) disposés sur des tables en plastiques ou à même le sol, dans les emballages en plastiques dans lesquels ils sont acheminés. Ils s’insèrent dans les intervalles du marché, voire en colonisent certaines parties, avec la bénédiction des placeurs et des marchands locaux qui en tirent quelques revenus, non sans provoquer une certaine irritation des autres vendeurs arabes.

Les nouveaux arrivants ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Loubna Dimachki et Nicolas Puig, « Réduire l’étrangeté », Hommes & migrations, 1319 | 2017, 29-37.

Référence électronique

Loubna Dimachki et Nicolas Puig, « Réduire l’étrangeté », Hommes & migrations [En ligne], 1319 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3961 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3961

Haut de page

Auteurs

Loubna Dimachki

Linguiste au CSLC (Centre des Sciences du Langage et de la Communication), Université libanaise, Beyrouth.

Nicolas Puig

Anthropologue à l’IRD, unité de recherche Migrations et Société (URMIS), universités Paris Diderot, Nice Sophie Antipolis, IRD et CNRS.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals