Navigation – Plan du site
Dossier

Mutation du rôle de la femme rurale réfugiée en zone urbaine

Le cas des femmes chrétiennes irakiennes au Liban
Raphaël Paul Koupaly
p. 57-64

Résumé

Le nombre de familles chrétiennes originaires d’Irak et réfugiées au Liban a triplé depuis 2014 et la chute de la plaine de Ninive passée au main du groupe « État islamique ». Pour ces 6 500 familles d’origine rurale, installées majoritairement dans les régions côtières du Liban, la migration forcée a entraîné une recomposition des cellules familiales et une redistribution des rôles genrés. La tendance est à l’effritement de la famille patriarcale traditionnelle au profit de familles nucléaires où les femmes jouent un rôle social déterminant : face aux hommes au chômage et en situation illégale, c’est sur elles que repose désormais la survie du foyer.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est le fruit d’une étude sociologique effectuée auprès des réfugiés chrétiens irakiens entre mars et juillet 2016 par l’Évêché chaldéen de Beyrouth en collaboration avec le département de sociologie de l’université Saint-Joseph de Beyrouth.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La situation de la femme chez les chrétiens de la plaine de Ninive avant 2014
Les processus d’émancipation des chrétiennes d’Irak réfugiées au Liban
Vers une inversion des rôles genrés
Conclusion

Aperçu du début du texte

Depuis la création de l’État irakien en 1921, le Liban a reçu diverses vagues migratoires d’Irakiens fuyant les changements politiques, militaires et religieux qui secouent leur pays. Auparavant pays de refuge pour les différentes communautés originaires d’Irak, le Liban est devenu, surtout depuis les années 1970, leur principal pays de transit. Les années 1980 et 1990 ont connu une vague migratoire composée majoritairement de jeunes hommes fuyant la conscription obligatoire lors des guerres successives contre l’Iran (1980-1988), le Koweït (1990-1991), la coalition internationale (1991), puis lors de l’imposition de l’embargo international (1991-2003). Cependant, la migration contemporaine la plus importante qui a touché l’Irak commence en 2003, suite à la chute de Saddam Hussein et du parti Baath. Elle est de nature familiale et concerne toutes les communautés religieuses irakiennes, mais surtout les minorités : chrétiens orientaux, Yézidis et Sabéens. En effet, selon Cyril Roussel...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raphaël Paul Koupaly, « Mutation du rôle de la femme rurale réfugiée en zone urbaine », Hommes & migrations, 1319 | 2017, 57-64.

Référence électronique

Raphaël Paul Koupaly, « Mutation du rôle de la femme rurale réfugiée en zone urbaine », Hommes & migrations [En ligne], 1319 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3968 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3968

Haut de page

Auteur

Raphaël Paul Koupaly

Doctorant, anthropologue, chercheur au Centre d’études pour le monde arabe moderne (CEMAM), université Saint-Joseph de Beyrouth.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals