Navigation – Plan du site
Dossier

Campements, abris et squats

Des zones floues où vivent les réfugiés syriens au Liban
Are John Knudsen
Traduction de Catherine Guilyardi
p. 67-74

Résumé

Au Liban, une partie des réfugiés syriens qui se sont installés d’eux-mêmes vivent dans des conditions très difficiles, précaires et insalubres dans des campements, des abris ou des squats. La plupart ont une mobilité spatiale limitée, les femmes et les enfants ne quittant pas le foyer. La mobilité est ainsi circonscrite et délimitée pour éviter la stigmatisation sociale, d’être détecté et arrêté à cause d’un permis de séjour qui n’est plus valide. Il existe donc un lien entre le manque de droits et le caractère illégal du séjour dans ces zones urbaines au statut flou.

Haut de page

Notes de la rédaction

Une version antérieure de ce document a été présentée à l’atelier « Nouvelles formes de mobilité transfrontalière» organisé par l’Institut finlandais au Moyen-Orient (Finnish Institute in the Middle East) à Beyrouth, du 10 au 12 novembre 2016. Cette version a été préparée dans le cadre du projet BABELS réalisé par Michel Agier (EHESS) et coordonné par Nicolas Puig (IRD, URMIS) et Michel Tabet (LAS) pour le volet libanais. L’auteur conserve la responsabilité de ses écrits.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Le campement (Tyr)
Le piège de l’invisibilisation
L’abri (Sidon)
La perte du statut de refuge et ses conséquences
Un squat (Beyrouth) 
Une histoire verticale des réfugiés au Liban
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les familles de réfugiés subissent une immobilité résidentielle forcée, vivant dans des abris urbains de types variés. Cet article est une contribution à l’étude du déplacement dans trois hétérotopies urbaines – les campements palestiniens illégaux (à Tyr, les abris auto-organisés (à Sidon) et les bâtiments abandonnés (à Beyrouth) –, en se fondant sur les notions couplées de campement et de refuge. Le premier terme, tel que défini par Barbara Harrell-Bond, caractérise l’ensemble des formes urbaines du campement. Le deuxième, développé par Michel Agier, montre qu’en l’absence d’hospitalité les réfugiés doivent créer leur propre espace et refuge. En ce sens, le Liban est un pays refuge plutôt qu’un pays de réfugiés. Ceci est également lié à ce que Derrida appelait « l’hostipalité », l’envers de l’hospitalité, et qui concerne l’invité indésirable. Après avoir dépassé les limites, non seulement de leur visa temporaire, mais aussi de l’accueil initial, les réfugiés syriens subissent et s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Are John Knudsen, « Campements, abris et squats », Hommes & migrations, 1319 | 2017, 67-74.

Référence électronique

Are John Knudsen, « Campements, abris et squats », Hommes & migrations [En ligne], 1319 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3972 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3972

Haut de page

Auteur

Are John Knudsen

Directeur de recherche au CHR Michelsen Institut (CMI), Norvège.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals