Navigation – Plan du site
Dossier

Les services de santé mentale pour les réfugiés syriens

Entre politiques de l’humanitaire et politiques du soin
Filippo Maria Marranconi et Hala Kerbage Hariri
p. 87-94

Résumé

L’épreuve anxiogène de l’exil, l’expérience de l’habitat informel, une survie qui dépend des organisations non gouvernementales : voici un contexte psychologique explosif auquel sont soumis les réfugiés syriens au Liban. Cette étude consacrée au point de vue des professionnels de santé libanais révèle la construction d’une image particulière de leurs patients syriens : celle de victimes ayant besoin de d’aide. Loin de permettre de traiter les pathologies mentales provoquées par cette situation délétère, cette attitude du corps médical à l’égard des patients syriens tend paradoxalement à nourrir une vision négative de soi.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Une étude sur la construction médicale et psychologique du réfugié
Le Syrien dérangeant : la consanguinité ou l’ignorance de la culture
Professionnels universels, Syriens particuliers
Le Syrien mensonger
Mensonge contre mensonge
Conclusion

Aperçu du début du texte

Dans le contexte de la crise syrienne au Liban, de multiples organisations non gouvernementales (ONG) locales et internationales, en coordination avec le ministère de la Santé publique et le ministère des Affaires sociales, proposent aux réfugiés syriens des services de santé mentale et de support psychosocial (Mental Health and Psychosocial support services, MHPSS), d’après les recommandations de l’InterAgency Standing Committee (IASC). En effet, l’expérience de la souffrance dans la population des réfugiés au Liban reste aujourd’hui principalement l’apanage d’une gestion médicale et humanitaire et, dans ce contexte, les « disciplines psy » occupent une place d’envergure dans la définition de cette expérience. Peu de travaux abordent ce sujet dans sa dimension sociale au delà du regard médical et il n’existe pas de données sur l’expérience des réfugiés syriens avec les services de santé mentale ou, de façon plus générale, sur les idiomes de la souffrance mobilisés par cette populat...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Filippo Maria Marranconi et Hala Kerbage Hariri, « Les services de santé mentale pour les réfugiés syriens », Hommes & migrations, 1319 | 2017, 87-94.

Référence électronique

Filippo Maria Marranconi et Hala Kerbage Hariri, « Les services de santé mentale pour les réfugiés syriens », Hommes & migrations [En ligne], 1319 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3977 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3977

Haut de page

Auteurs

Filippo Maria Marranconi

Anthropologue, doctorant en anthropologie, EHESS (Paris), IIAC/LAUM, doctorant associé à l’IFPO (Institut français du Proche-Orient) et Hala Kerbage Hariri, psychiatre, chargée de cours, département de psychiatrie, Faculté de médecine, université Saint-Joseph de Beyrouth.

Hala Kerbage Hariri

Chargée de cours, département de psychiatrie, Faculté de médecine, université Saint-Joseph de Beyrouth.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals