Navigation – Plan du site
Dossier

« Enterrer son mort c’est l’honorer »

Les réfugiés syriens au Liban à l’épreuve de la mort de leurs proches
Houda Kassatly
p. 105-113

Résumé

Les réfugiés syriens au Liban sont confrontés à une situation inextricable à l’égard de leurs morts : l’installation des sépultures de leurs proches y est plus que problématique dans certaines régions. En cause, le manque de place, l’exiguïté des cimetières et surtout l’hostilité grandissante de la population locale. Si, au début de leur arrivée dans le pays, les Syriens ont bénéficié de certaines initiatives de Libanais leur offrant jusqu’à l’hospitalité de leurs tombes familiales, la situation a évolué avec l’afflux des réfugiés. Les réfugiés sont donc contraints de parer au plus pressé, avec des moyens rudimentaires pour respecter leurs traditions mortuaires.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Des conditions drastiques de survie
Les lieux et les coûts de l’inhumation
Les couts financiers et les frais divers de l’inhumation
Des solutions fragmentaires et imparfaites
Les initiatives locales
Les solutions du désespoir
Les conséquences émotionnelles de rituels tronqués, absents et effacés
Conclusion

Aperçu du début du texte

« Issam. Alors comme ça tu veux l’enterrer ici ?
Ankia. Regarde ! Le cimetière est plein. Il n’y a plus aucune place !
Simone. Arrêtez ! Je ne peux pas croire qu’il n’y a pas un lieu,
au bout d’un champ, au milieu d’un terrain abandonné,
où on ne trouvera pas une place !
Isam. Elles sont réservées aux gens du village pas aux étrangers !
Simone. Ce n’est pas un étranger ! Il est né ici. Vous l’avez connu !
Issam. Il a fui le pays. Il n’avait qu’à se faire enterrer là où il a fui.
Simone. Vous n’avez pas le droit de refuser l’hospitalité aux morts. »
Wajdi Mouawad, Littoral.

Dès le début du conflit qui a ravagé leur pays, les Syriens sont venus grossir par vagues successives la cohorte de réfugiés – Palestiniens, Irakiens, Soudanais – qui les ont précédés au Liban. Dans l’exil, ces réfugiés doivent trouver des moyens de subsistance, un abri, des écoles pour scolariser leurs enfants… À ces préoccupations il faut en ajouter une autre qui ne semble pas recevoir le traitement adéquat et l’attention...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Houda Kassatly, « « Enterrer son mort c’est l’honorer » », Hommes & migrations, 1319 | 2017, 105-113.

Référence électronique

Houda Kassatly, « « Enterrer son mort c’est l’honorer » », Hommes & migrations [En ligne], 1319 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3982 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3982

Haut de page

Auteur

Houda Kassatly

Anthropologue, photographe, chercheuse associée à l’unité de recherche Mémoire, Cemam, université Saint-Joseph de Beyrouth, responsable du programme héritage culturel de l’association Arcenciel.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals