Navigation – Plan du site
Dossier

Des routes migratoires aux rues marchandes

Vendeurs de rue syriens à Beyrouth
Emmanuelle Durand
p. 125-134

Résumé

Beyrouth constitue une ville refuge pour plusieurs centaines de milliers de réfugiés syriens fuyant la guerre dans leur pays. Cependant, depuis 2014, l’accès au travail et au logement leur est rendu difficile au Liban. La précarisation de leurs conditions de vie conduit les Syriens à résider dans les marges péri-urbaines et à se replier dans le secteur informel. Leurs trajectoires dans le tissu social et urbain beyrouthin sont liées à la pratique du commerce ambulant. L’observation de leurs stratégies spatiales, commerciales et sociales révèle des expériences de la ville qui alternent entre la visibilité nécessaire à leurs activités et la gestion prudente de leur vulnérabilité.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Expériences syriennes au Liban : de l’ouvrier au réfugié
Des marges au cœur : au-delà des frontières urbaines
Lire la ville et prendre place
Épouser les rythmes urbains : du rituel à l’inhabituel
Une « lutte des places » : la fabrique de l’urbanité au quotidien
Fabrique de l’altérité et formes de solidarité

Aperçu du début du texte

« Ils [les migrants] font tous l’expérience des multiples facettes de la ville, du langage des lieux. Certains de ces lieux sont visibles et lisibles ; il y a des proximités à éviter et vite repérées où l’on ne s’aventure que rarement et souvent par obligation, des lieux où l’on sent vite qu’ils n’ont rien d’accueillants ; d’autres se découvrent plus faciles d’accès, plus rassurants parce que propices à l’anonymat. »
Marie-Antoinette Hily.

Alors que Londres a les yeux rivés sur Calais et que Paris surveille Vintimille, Beyrouth accueille près de 30 % du million de Syriens ayant officiellement trouvé un abri au Liban. La capitale constitue, ainsi, le deuxième pôle d’accueil libanais, après la Bekaa. Si certains Syriens poursuivent leur route, d’autres font le choix de l’attente chez le voisin, souvent indéterminée, dans l’espoir du retour. Désormais, au Liban, une personne sur quatre est un réfugié syrien.

Il serait pourtant imprécis autant qu’inexact de réduire leur présence au Liban ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Durand, « Des routes migratoires aux rues marchandes », Hommes & migrations, 1319 | 2017, 125-134.

Référence électronique

Emmanuelle Durand, « Des routes migratoires aux rues marchandes », Hommes & migrations [En ligne], 1319 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3986 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.3986

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Durand

Doctorante en anthropologie, École des hautes études en sciences sociales (EHESS, Paris), Institut Interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain, laboratoire Anthropologie, urbanités et mondialisations (IIAC-LAUM).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals