Navigation – Plan du site
Chroniques
Italianité

Les ramoneurs-mécènes lombards

Rapport du consul Cerruti (1862)
Silvia Ceccomori
p. 148-151

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

De ramoneurs à ramoneurs-marchands : le privilège de Louis XIII (1613)
Joailliers, fumistes et ramoneurs
Le bilan nostalgique du consul Cerruti
Influence et traces des émigrés à Paris et dans le Val Vigezzo

Aperçu du début du texte

Le métier de ramoneur est un souvenir toujours vivant au Val Vigezzo (vallée anciennement située en Lombardie, aujourd’hui piémontaise). Des milliers de ramoneurs venus du monde entier se réunissent, en effet, chaque année début septembre, à Santa Maria Maggiore où un musée raconte leur métier. En 1862, Costantino Nigra, le tout nouvel ambassadeur en France du jeune royaume d’Italie (1861), demande à Luigi Cerruti, consul général de Paris et de ses environs, en France depuis 1851, de faire une relation sur l’industrie et le commerce italiens de son district. Ce rapport, présenté en mars 1862, offre un panorama fiable de l’activité des Italiens dans le district. Les fumistes et les ramoneurs y occupent de loin la première place. Cependant, l’émigration des ramoneurs lombards en France est un phénomène beaucoup plus ancien qui remonte à plusieurs siècles.

Ces montagnards ambulants proviennent d’une vallée pauvre (le Val Vigezzo), lombarde à l’époque. La France riche les attirait à la s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Silvia Ceccomori, « Les ramoneurs-mécènes lombards », Hommes & migrations, 1319 | 2017, 148-151.

Référence électronique

Silvia Ceccomori, « Les ramoneurs-mécènes lombards », Hommes & migrations [En ligne], 1319 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3995

Haut de page

Auteur

Silvia Ceccomori

Docteure en études indiennes (université de Paris-III).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals