Navigation – Plan du site
Chroniques
Musique

Senthil Paramalingam

François Bensignor
p. 180-186

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

La musique d’Inde du Sud, dite « musique carnatique », relève d’une tradition ancienne et prestigieuse dans la société des Tamouls du Sri Lanka. Elle se transmet au sein de familles de musiciens, de gourou à disciple et selon des écoles musicales déterminant un style particulier de jeu. Senthil Paramalingam, issu d’une famille de musiciens dont la réputation remonte à plusieurs générations, a été initié à la musique par ses parents dès son plus jeune âge, comme ses frères et sœurs. Cet enseignement commencé au Sri Lanka, où il est né, s’est poursuivi en France après l’exile forcé de sa famille. Il évoque son parcours, qui l’amène aujourd’hui à accompagner des artistes issus de l’immigration avec Yal, sa structure de production et de diffusion de spectacles basée à Hérouville-Saint-Clair dans l’agglomération de Caen.

François Bensignor : Peut-on parler de gharana concernant votre famille ?

Senthil Paramalingam : La gharana, c’est l’école musicale. Mon père, Sinnathamby Paramalingam, ét...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bensignor, « Senthil Paramalingam », Hommes & migrations, 1319 | 2017, 180-186.

Référence électronique

François Bensignor, « Senthil Paramalingam », Hommes & migrations [En ligne], 1319 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/4012

Haut de page

Auteur

François Bensignor

Journaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals