Navigation – Plan du site
Chroniques
Films

L’Autre côté de l’espoir

Film finlandais, 2017, d’Aki Kaurismaki
Anaïs Vincent
p. 188

Texte intégral

1Récompensé par l’Ours d’argent du meilleur réalisateur au festival de Berlin en 2017, Aki Kaurismaki revient après plusieurs années d’absence avec une remarquable et émouvante fable humaniste. L’autre côté de l’espoir est sorti dans les salles parisiennes le 16 mars dernier. Il est actuellement disponible en DVD et VOD. Dans ce deuxième volet de sa trilogie sur la crise des réfugiés après Le Havre (2011), le réalisateur finlandais fait se croiser avec humour deux destins pour porter un regard tendre sur une question d’actualité brûlante et faire ainsi voler en éclats l’idéologie réductrice des partis xénophobes.

2Après avoir quitté sa femme alcoolique et remporté une jolie somme au poker, Wikhström, un détaillant en chemises, décide de racheter un restaurant miteux. Dans le port d’Helsinki, Khaled, un jeune réfugié syrien, débarque de la cale d’un cargo commercial, le visage couvert de charbon. Il se rend à la police mais sa demande d’asile est rejetée. Clandestin, il attend désespérément des nouvelles de sa sœur dont il a perdu la trace dans son exil. Le hasard fait se heurter les histoires de ces deux hommes. Wikhström embauche le jeune sans papier. De cette rencontre naît une tragi-comédie à la fois grave et enlevée.

3Peintre acerbe de la société et tout particulièrement des petites gens au destin modeste, Kaurismaki construit une étonnante galerie de personnages attachants avec son sens caractéristique de l’absurde. On retrouve, en effet, les marques de fabrique du réalisateur : économie des dialogues, lumières verdâtres des néons, décors dépouillés. Les anachronismes poétiques et surannés émaillent délicatement la fiction. Le policier tape son rapport sur une vieille machine à écrire. On voit à plusieurs reprises Wikhström au volant de sa voiture tout droit sortie d’un film des années 1950. Ces objets et accessoires désuets porteurs d’une délicate nostalgie brouillent notre perception du temps. Transportés par les accents rocailleux de la musique rock, le récit contemporain de la vie de ce jeune réfugié syrien devient une fable universelle sur l’humanité et le vivre ensemble. Joyeuse et intelligente ode à la tolérance, L’autre côté de l’espoir démonte les clichés et stéréotypes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Vincent, « L’Autre côté de l’espoir », Hommes & migrations, 1319 | 2017, 188.

Référence électronique

Anaïs Vincent, « L’Autre côté de l’espoir », Hommes & migrations [En ligne], 1319 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/4016

Haut de page

Auteur

Anaïs Vincent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals