Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Ewa Tartakowsky, Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil

Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2016, 330 p., 18 €.
Alexis Nous
p. 191-192
Référence(s) :

Ewa Tartakowsky, Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, 2016, 330 p., 18 €.

Texte intégral

1Pour Ewa Tartakowsky, « l’appellation de “littérature d’exil“ renvoie à l’expérience socialisatrice et objective du déracinement » (p. 35), ici celui des communautés juives du Maghreb, la littérature, par ses « topoï exiliques », offrant un matériau privilégié pour en approcher le phénomène. Si l’exil est une expérience que la littérature peut traduire, le regard sociologique de l’auteure révèle qu’il est aussi un « sociotrope » avec lequel la littérature aura une relation plus complexe, lui étant soumis tout en agissant sur son façonnement.

2« Entre le fictionnel et l’existentiel », selon la belle expression de l’auteur (p. 15), la littérature d’exil demande que soient étudiés les liens nouant la vraisemblance à la réalité et la concrétude de l’expérience migratoire à sa « dimension multiréférentielle » (p. 24). Afin d’en rendre compte, l’auteure choisit le recours au « fait social total » de Mauss et distingue l’exil de la diaspora, ce qui lui permet de cerner les critères qui permettront de circonscrire une littérature d’exil, de même qu’elle analyse la légitimité d’une catégorie délimitant une littérature juive et le rattachement de son corpus à cette catégorie.

3L’ouvrage s’appuie sur l’analyse d’un solide corpus de 441 ouvrages dont les critères d’établissement ne manquent d’introduire un processus comparatif pertinent avec d’autres groupes sociaux, tels que les communautés juives maghrébines en Israël, en France, au Canada ou le milieu littéraire français. On voit s’esquisser des pistes de recherche possible qui, à partir de ce corpus et du travail de lecture fondateur d’Ewa Tartakowsky, questionneraient la nature de la sépharadité dans sa relation à l’identité judéo-maghrébine, les liens de celle-ci à l’orient(alisme), interrogerait l’articulation entre l’héritage religieux et les inscriptions socio-culturelles, scruterait les relations (tendues) entre représentations sépharades et ashkénazes.

4L’établissement du corpus de ces « écrivains d’exil » (p. 114) ne distingue pas entre production fictionnelle (prose, théâtre, poésie) et production autobiographique. Choix méthodologique totalement justifié dans la perspective sociologique de l’auteure : l’expérience exilique est un apprentissage de nouvelles postures identitaires dont l’enjeu est l’intégration, voire la survie, dans un nouveau cadre socioculturel et, à ce titre, elle comporte sa part d’impostures et de mensonges. Dans quelle langue dire « Je suis un exilé » ? Celle de l’origine ou celle de l’accueil ? Insatisfaction bilatérale car il faudrait le dire en même temps dans les deux langues. Indétermination, oscillation dans les représentations qui oblige à reconnaître une part de fiction dans le biographique, une mise en scène pour reprendre le terme judicieux du titre du chapitre 4.

5Le plan de l’ouvrage est extrêmement efficace, montrant que l’exil se joue toujours à trois : l’histoire, le sujet et la société, celle-ci abordée par le système de représentations qu’elle autorise ou dissimule. Le chapitre 2, « Conditions d’émergence d’une littérature d’exil », dresse le tableau des facteurs sociaux déterminants de cette production dans un cadre historique précis et par rapport aux enjeux d’une construction mémorielle et identitaire guidée par des questions liées à la judéité et à la colonisation. Le chapitre 3, « Des auteurs nés de l’exil », repère les situations sociales et les parcours des écrivains étudiés, cernant le rôle des origines sociales, du déracinement, du topos de l’exil et des règles du milieu littéraire. Le chapitre 4, « Mises en scènes et transfigurations littéraires », tente de « saisir le pouls de la structure sociale tout comme ses évolutions » (p. 133) en interrogeant le matériau sollicité par cette production, depuis le folklore jusqu’à la langue en passant par les relations avec les autres communautés dans les cadres historiques successifs de la colonisation, de l’indépendance et du départ, avec une section est consacrée à l’identité féminine.

6La littérature d’exil, dans la perspective de l’auteur, n’est pas réduite à une seule dynamique de représentation puisqu’elle vient répondre à des « fonctions objectives », des fonctions sociales manifestées par « la mise en relation des textes littéraires avec leur fonctionnement dans l’espace et le temps » (p. 217), au nombre de trois : mémorielle, historiographique et d’adaptation. La première articule le processus individuel et le processus collectif, noue les liens avec le passé perdu autant qu’elle éclaire le présent. La deuxième est cruciale dans la mesure où l’auteur montre comment la littérature, outre un travail de patrimonialisation, vient combler un déficit : « Dans ce contexte, c’est à la littérature non scientifique qu’échoit la responsabilité de mettre en récit l’histoire des communautés juives » (p. 243). La dernière est de l’ordre d’un cadrage normatif qui procède d’une « cristallisation d’une identité sociale » (p. 257) grâce aux facultés de négociation propres à la littérature.

7L’étude de l’exil appelle une approche multidisciplinaire qui s’applique pareillement aux champs d’étude qu’elle implique. Ainsi de la littérature de l’exil dont l’acceptation institutionnelle en tant que genre ou sous-genre est encore en construction. Similairement à une autre ayant suivi un parcours de reconnaissance comparable, la littérature dite de la Shoah ou des camps. Cette dernière, née après la guerre, désigne un corpus où se côtoient récits de témoignage et élaborations fictionnelles sans que les frontières entre les deux productions ne soient étanches, cette porosité structurelle et esthétique dressant justement la spécificité du genre. Dans les deux cas, littérature des camps et littérature de l’exil, au-delà des bouleversements recueillis par l’histoire, la rupture, bien plus profonde, est d’ordre anthropologique, voire ontologique, et demande une inscription symbolique dont la littérature offre un des plus puissants dispositifs. À ce titre, l’ouvrage d’Ewa Tartakowsky est indispensable parce qu’il participe à la constitution de ce champ d’étude et lui apporte une fondation majeure en s’ancrant dans l’approche sociologique tout en ouvrant le dialogue avec les autres approches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Nous, « Ewa Tartakowsky, Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil », Hommes & migrations, 1319 | 2017, 191-192.

Référence électronique

Alexis Nous, « Ewa Tartakowsky, Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil », Hommes & migrations [En ligne], 1319 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/4020

Haut de page

Auteur

Alexis Nous

Professeur de littérature générale et comparée, université d’Aix-Marseille, chaire « Exil et migrations » (Collège d’études mondiales, Paris).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals