Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Katrina Kalda, Le pays où les arbres n’ont pas d’ombre

Paris, Gallimard, 2016, 352 p., 21 €.
Mustapha Harzoune
p. 193-194
Référence(s) :

Katrina Kalda, Le pays où les arbres n’ont pas d’ombre, Paris, Gallimard, 2016, 352 p., 21 €.

Texte intégral

1Dans L’Arithmétique des dieux, Katrina Kalda gratifia son lecteur de quelques scilles de Sibérie. Ici, les curieux de botanique voient éclore, grâce au génie d’une femme, un jardin entier – un feu d’artifices de fleurs, d’herbes, de fruits et de légumes. Une sorte de robinsonnade champêtre où l’art de survivre dans un monde hostile. Le pays où les arbres n’ont pas d’ombre tient aussi de la fable politique, rappelant le récent Boualem Sansal. Tous deux évoquent un monde en devenir. Car les germes sont là, se développent de moins en moins souterrainement. Envahissent les consciences et les corps. Les hommes et les sociétés. Littérature oblige, Katrina Kalda scrute l’alchimie de l’intime et du politique.

2Au centre de l’ordre social, il y a la Ville et ses élus, les fragiles bienheureux. Au-delà de la Zone, il y a la Plaine où sont retenus les « déplacés », ceux que la Ville rejette. Plus loin, par-delà la Périphérie, se trouve « la zone toxique » où sont relégués, derrière un grillage, les dangereux intellos, les anticonformistes, ceux qui pensent. Cet explosif manuel de sociologie offre de quoi déciller les yeux des plus candides et des moins craintifs. Katrina Kalda décrit les espaces et leur fonctionnement, l’animalisation des corps et l’assèchement du sens moral, la déresponsabilisation individuelle et les réseaux de surveillance, les logiques souterraines d’une organisation sociale et les fourberies idéologiques du Manuel du citoyen, le règne du chiffre-roi et de la compétition dans un monde devenu « quantifiable », borné, sans mémoire et où la connaissance se limite à « l’indispensable », à son utilité pratique. Un totalitarisme où « l’illusion de la liberté » tient lieu de liberté, où la peur et la fragmentation phagocytent les esprits et les volontés. Être « déplacé », c’est avoir failli. L’aliénation fait la victime coupable ou, se pensant innocente, « regarde comme des criminels les autres déplacés ». « Aucun ne se dit que ce n’est pas l’innocence ou la culpabilité qui comptent mais le nombre d’ouvriers dont la ville a besoin pour travailler au retraitement des déchets. » Chacun pense que la Plaine ne pourrait vivre sans la Ville quand « c’est la ville qui ne pourrait pas survivre sans nous, elle s’étoufferait sous ses déjections ».

3Trois femmes racontent : Sabine la grand-mère, Astrid, la mère et Marie, la fille. Pourquoi ont-elles été « déplacées » ? C’est l’un des ressorts du roman. Trois femmes pour trois récits ; trois sensibilités, trois expériences individuelles, intimes des espaces et d’une histoire partagée, familiale. Les voix se chevauchent, dessinent le rapport et l’implication de chacune au réel. Il y a la pragmatique, la sentimentale et rêveuse, et celle qui se tourne vers l’ailleurs. Chacune imprime sa temporalité : le présent pour Sabine, le passé et le conditionnel pour Astrid, le futur pour Marie.

4Laquelle sera la mieux armée pour survivre et échapper à la Plaine ? La pragmatique ou l’émotive ? La raison ne conduit-elle pas à une forme d’acceptation ? Le rêve et l’utopie ne pourraient-ils devenir insurrectionnels ? La quête d’un ailleurs ne permettrait-elle pas de passer obstacles et frontières ? L’une cultive son jardin, l’autre le souvenir d’un amant, la dernière un Eldorado.

5Ce roman, d’une riche densité thématique, scrute les grandeurs et les petitesses de la nature humaine, le devenir de la Nature et de l’humanité quand l’homme se veut démiurge et prétend « changer le développement des espèces ». Le récit, souvent bouleversant, est écrit sans pathos. Implacable. Presque froid ; en apparence du moins. Car la rareté des adjectifs et des adverbes renforce l’effet des descriptions, les dynamiques psychologiques, l’empathie et les émotions. Tout est dur mais pas sans espoir. Il faudra bien ne plus craindre « ce qui se cache dans la nuit du cœur humain ». Et aller vers ce « pays où les arbres n’ont pas d’ombre ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « Katrina Kalda, Le pays où les arbres n’ont pas d’ombre », Hommes & migrations, 1319 | 2017, 193-194.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « Katrina Kalda, Le pays où les arbres n’ont pas d’ombre », Hommes & migrations [En ligne], 1319 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/4024

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Journaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals