Navigation – Plan du site
Chroniques
Livres

Shumona Sinha, Apatride

Paris, éd. de l’Olivier, 2016, 188 p., 17,50 €.
Mustapha Harzoune
p. 195-196
Référence(s) :

Shumona Sinha, Apatride, éd. de l’Olivier, 2016, 188 p., 17,50 €.

Texte intégral

1« Apatride », le mot claque et sa sécheresse dérange. À lui seul, il porte sa charge symbolique et son poids de préjugés. Mais, qu’est ce qui fait, aujourd’hui, l’apatride ? La croisée des chemins, des trajectoires entrelacées, des origines mêlées, des opinions rebelles ; ce qui relègue au « pas d’ici », à l’« étrangeté », l’« indocilité», l’« utopique ». Le « hors sol ». Apatrides ! L’étrangère confrontée à une administration suspicieuse, en butte aux idées reçues et hostiles. L’enfant adopté qui ignore tout de ses origines et de ses parents biologiques. L’indienne entrainée dans une lutte inégale contre des forces politiques et économiques alliées. Apatrides, dans ce monde d’hommes, ces femmes privées du droit d’exister et d’aimer. Nationalistes et communautaristes (hindouistes ou musulmans), égoïstes, racistes ou imbéciles, affameurs de pain et de liberté, machistes de tout poil, voilà réunis les ressorts d’une machine folle productrice en série d’apatrides. À l’image des trois femmes du roman.

2Esha, prof d’origine indienne, a déposé une demande de naturalisation. Elle constate et subit, angoissée, l’inculture, l’homophobie, le sexisme, l’antisémitisme, l’agressivité de ses élèves grimés d’une religiosité de bazar. Française d’origine indienne, Marie part en Inde en quête de ses parents biologiques et s’adonne à un trouble activisme politique. Mina, la jeune indienne embarquée dans une lutte de paysans contre le pouvoir local voue d’ailleurs à Marie une « vénération mêlée de méfiance ». Enceinte, la naïve Mina croit que Sam, l’enfant de bonne famille, va l’épouser et lui éviter le déshonneur. Marie et Esha se sont rencontrées, elles, sur les réseaux sociaux.

3Apatride désigne ces hommes et ces femmes brinquebalés par la marche chaotique d’un monde où plus une parcelle n’échappe aux mêmes peurs, bouleversements, injustices, incertitudes. Où les femmes subissent, partout, la surveillance et le regard « baveux » des hommes. Un monde où, sous l’action des « sources souterraines de la violence (…) le sol pouvait se fissurer et s’effondrer partout sur la terre ». Les mêmes violences, religieuses ou communautaires, frappant l’Inde comme l’Europe. Même en France, l’athéisme (re)devient « tabou » ! On y croise des gens « qui croyaient qu’au-delà des nuages il y avait un barbu, deux, trois barbus, son fils, la mère et la pute, les mille deux cents vierges, toute une clique, et qu’ils allaient bientôt rétablir le pouvoir du plus grand, qu’ils allaient provoquer un bain de sang au nom de sa clémence et de sa magnanimité. » 

4L’étranger doit endurer la suspicion de ceux, « désormais décomplexés, culottés, affranchis », qui transforment le monde en « une pyramide dans laquelle on montait de l’obscurité des bas-fonds vers la lumière, vers la blancheur, vers la race meilleure ». Rien pour séduire le vulgum pecus. Le doute d’ailleurs gagne Esha : cette naturalisation pourrait-elle devenir « un fardeau en plus, celui de devoir prouver la légitimité de ce qu’elle posséderait désormais et qui serait vu comme un privilège » ? Elle regrette aussi « l’indifférence de ses compatriotessuspendus dans le vide, entre deux pays, entre deux continents ». Indifférents « au bonheur et au malheur d’ici », « soucieux que de se cacher dans les trous de la ville, dans les creux du temps, et de survivre, comme les cafards ». Pire ! Certains de ceux qui « avaient franchi les frontières » ont fait de ce pays un « foutoir géant », « où il fallait côtoyer des tas de gens dont les actes et les codes sont sous l’emprise de la religion, où être une femme était un fardeau et s’exposer au monde des hommes un pêché, elle aurait préféré vivre ailleurs, dans un autre pays, une autre époque ».

5De l’Inde à la France, Shumona Shina dénonce, sans concessions, les fabriques modernes de l’apatride. La structure – alourdie d’épisodes entrés aux forceps – entremêle les sociétés. Et les destins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Harzoune, « Shumona Sinha, Apatride », Hommes & migrations, 1319 | 2017, 195-196.

Référence électronique

Mustapha Harzoune, « Shumona Sinha, Apatride », Hommes & migrations [En ligne], 1319 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/4029

Haut de page

Auteur

Mustapha Harzoune

Journaliste.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals