Navigation – Plan du site
Dossier

Générations de femmes franco-maghrébines

La consommation comme marqueur des dynamiques intergénérationnelles
Ranam Alkayyali et Virginie Silhouette-Dercourt
p. 21-28

Résumé

Au sein d’une famille, les choix en matière d’alimentation, d’habillement ou de loisirs représentent autant de vecteurs de transmission ou de contrôle, de jeux de pouvoir et d’émancipation. C’est le cas des pratiques de consommation des jeunes françaises d’origine maghrébine et de leurs mères, qui contribuent à redéfinir les relations familiales. Une enquête fait apparaître les points de rencontre et de tensions entre des imaginaires concurrents au sein de ces familles : celui de la culture des parents et celui de la société dominante. Ainsi, en consommant, les filles et les mères révèlent les échelles de valeurs attachées à leurs pratiques respectives.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La famille dans la migration
Les familles maghrébines : entre continuités et ruptures
La consommation comme marqueur des processus migratoires
Les écarts d’acculturation, porte d’entrée sur la consommation familiale
Un moyen de dialoguer entre générations
Un espace d’aménagement des écarts entre générations
Un moyen pour les mères de contrôler leurs filles
Un moyen pour les filles de prendre le contrôle
Conclusion

Aperçu du début du texte

Du fait de la longue histoire coloniale de la France, l’étude des familles d’origine maghrébine s’est peu à peu employée à saisir la façon dont s’organisent et évoluent les rapports entre les individus et l’institution familiale, entre la sphère publique et la sphère privée. Dans ces familles comme dans beaucoup d’autres, la migration transforme les relations dans le couple mais également entre les générations. L’enjeu est de réinventer des modèles de vivre-ensemble qui modifient les transmissions et les parcours individuels. Les mères deviennent, par exemple, des médiatrices entre les enfants et leur père, tandis que les jeunes filles cherchent à se frayer leur propre chemin entre discours émancipateurs, respect de la cohésion familiale et marges de liberté. Si ces familles ont fait l’objet d’une attention croissante, la place et le rôle de la consommation qui s’y déploie reste un angle mort, tandis qu’un certain nombre de pratiques qui leur sont justement attribuées font aujourd’h...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ranam Alkayyali et Virginie Silhouette-Dercourt, « Générations de femmes franco-maghrébines  », Hommes & migrations, 1320 | 2018, 21-28.

Référence électronique

Ranam Alkayyali et Virginie Silhouette-Dercourt, « Générations de femmes franco-maghrébines  », Hommes & migrations [En ligne], 1320 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/4042 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.4042

Haut de page

Auteurs

Ranam Alkayyali

Post-doctorante en sciences de gestion, UPEC.

Virginie Silhouette-Dercourt

Maître de conférences (HDR), université Sorbonne-Paris-Cité, CEPN, Centre Marc Bloch (Berlin).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals