Navigation – Plan du site
Dossier

La construction sociale de « l’en commun » par la consommation

Les sociétés réunionnaise et malaisienne
Laurence Tibère
p. 31-39

Résumé

Au sein de sociétés multiculturelles comme La Réunion ou la Malaisie, l’alimentation joue un rôle central dans la construction d’une identité collective fondée sur les migrations multiples. L’histoire de la cuisine créole réunionnaise, comme celle des repas entre communautés en Malaisie en sont deux exemples frappants. Le partage de mets, de plats, de recettes, la commensalité faisant de chacun un compagnon de tablée contribuent en effet, le temps d’un repas, au dialogue des cultures. Ainsi, la consommation alimentaire offre-t-elle un espace de construction de l’en commun tout en laissant s’exprimer les différences.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La cuisine créole : un modèle alimentaire construit avec les migrations 
Un espace de contribution
Et une preuve d’intégration
One Malaysia ! La société multiculturelle malaisienne
Un emblème de « l’unité dans la diversité »
La commensalité interethnique autour du Nasi Lemak
D’autres espaces populaires de commensalité
Conclusion

Aperçu du début du texte

La Réunion et la Malaisie sont deux sociétés multiculturelles issues des migrations. Elles constituent des terrains très riches pour étudier les processus sociaux ou politiques qui sous-tendent la construction et le maintien au sein des sociétés, d’espaces abstraits et/ou concrets de rencontre et de partage, entre les différentes composantes. C’est ce que j’appelle « l’en commun ». Il y a plusieurs années, j’ai étudié l’alimentation à La Réunion en cherchant à comprendre la façon dont la créolisation se manifestait concrètement dans la (les) cuisine(s) et plus largement, l’alimentation, mais aussi dans les imaginaires collectifs. J’ai pu y saisir le rôle des nourritures dans la construction à la fois des représentations collectives et des évènements sociaux concrets, qui sous-tendent l’élaboration des identités collectives. Par la suite, j’ai étudié une autre société structurée autour des migrations : la Malaisie. Je me suis intéressée là encore aux imaginaires sociaux sur certaines...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Tibère, « La construction sociale de « l’en commun » par la consommation », Hommes & migrations, 1320 | 2018, 31-39.

Référence électronique

Laurence Tibère, « La construction sociale de « l’en commun » par la consommation », Hommes & migrations [En ligne], 1320 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 26 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/4044 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.4044

Haut de page

Auteur

Laurence Tibère

Maître de conférences en sociologie, Certop-Cnrs, université de Toulouse-2 (France), Chair of Food Studies, Taylors University (Malaisie).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals