Navigation – Plan du site
Dossier

L’inclusion par la consommation ?

Les salons de coiffure afro en Allemagne comme lieu de transformation socioculturelle
Caroline Schmitt
Traduction de Céline Corsini
p. 41-48

Résumé

Par manque de salons spécialisés et de professionnels formés, les femmes noires allemandes ont des difficultés pour se faire coiffer. En pointant une offre de coiffure souvent inadaptée, ces clientes noires dénoncent une discrimination qui pèse sur leur chevelure. Une enquête révèle que leurs expériences d’exclusion, de marginalisation et d’exotisation sont aussi partagées par les gérants de salons afros. Ces derniers entendent sortir de leur niche commerciale, en ne visant plus uniquement une clientèle issue de l’immigration africaine ou aux cheveux afro. Cependant, ils continuent d’affronter les préjugés racialisés au sein de la société allemande.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les salons de coiffure afro : au départ, une « niche » de marché
L’exclusion par la consommation, une forme d’exclusion sociale
Des coiffures exotisées au prisme de l’identité dominante
Sortir de la marginalisation : le pari des entrepreneurs
Salons pour « Blancs » ou « Noirs » : une séparation imaginaire
Faire tomber les barrières bureaucratiques
Développer sa capacité d’action en situation de précarité
Transformation des pratiques et modification des représentations

Aperçu du début du texte

Entre les années 1980 et 1990, des salons afro ont ouvert leurs portes en République fédérale d’Allemagne, à l’initiative de migrants entrepreneurs issus de pays africains. À partir des années 1990 et suite à la réunification du pays, ces salons se sont développés sur l’ensemble du territoire. Ils répondaient à l’époque et encore aujourd’hui aux attentes d’un marché que l’on pourrait qualifier de « niche ». Les prestations et produits de coiffage qu’ils proposent sont en effet prioritairement destinés à des femmes aux cheveux afro, qui ne sont toujours pas considérées comme des clientes à part entière dans les salons « classiques ». En Allemagne, les gérants de salons comme les coiffeurs professionnels ne maîtrisent pas les techniques nécessaires pour réaliser des tresses ou du tissage car ces savoir-faire ne font pas partie du parcours d’apprentissage professionnel.

Cet article offre un aperçu de la signification de ces salons de coiffure du point de vue des clientes et des gérants....

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Schmitt, « L’inclusion par la consommation ? », Hommes & migrations, 1320 | 2018, 41-48.

Référence électronique

Caroline Schmitt, « L’inclusion par la consommation ? », Hommes & migrations [En ligne], 1320 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/4046 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.4046

Haut de page

Auteur

Caroline Schmitt

Chercheure à l’Institut des sciences de l’éducation, université Johannes Gutenberg de Mayence.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals