Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1320DossierAubervilliers sur Wenzhou, ou la ...

Dossier

Aubervilliers sur Wenzhou, ou la transformation du Grand Paris par les entrepreneurs chinois

Ya - Han Chuang
p. 51-58

Résumé

Situé aux portes de Paris, le quartier de la Haie-Coq à Aubervilliers (93) est devenu en une vingtaine d’années une centre commercial international dédié au commerce de gros et de demi-gros, allant des habits aux chaussures, en passant par les petits accessoires comme les bijoux fantaisies. Créé par des Chinois de Wenzhou, ce véritable carrefour du textile en Europe, a permis de dresser des passerelles diplomatiques et économiques entre la Chine et la ville d’Aubervilliers. Le dialogue entre les associations de commerçants et la municipalité contribue à renouveler la vie au sein de ce quartier, tout en assurant sa position commerciale privilégiée à l’heure du Grand Paris.

Haut de page

Texte intégral

1En quittant Paris et en longeant l’avenue Victor Hugo depuis la porte d’Aubervilliers, on aperçoit de part et d’autre de l’avenue tout un quartier dédié au shopping et au commerce de gros. À l’ouest du centre commercial Le Millénaire, s’étend en effet une vaste zone d’entrepôts et de hangars de plus de 20 000 m2 connectée au commerce mondial de la mode. Sur la gauche de l’avenue Victor Hugo, une ruelle encombrée de cartons sépare deux bâtiments aux façades grise et couverte d’affiches de mode écrit en gros : « Vente en gros et demi-gros ». Si les noms des enseignes sont parfois visibles, ils ne donnent pas d’information sur le type de produits vendus : « U-Cel », « Cash », « SIMCO », « Attentif », etc. Mais le choix est parfois évocateur, à l’image du magasin Pétillante qui expose des lingeries séduisantes en vitrines... En poursuivant sur cette avenue, l’on découvre à deux cents mètres sur la droite, un immense bâtiment moderne de six étages équivalent de 4 pâtés de maison. Une grande pancarte à l’entrée indique son nom : « Fashion Center ». Une fois la grille d’entrée passée, se dévoile une série de boutiques en enfilades sur chacun des étages reliés par des escalators. Une musique électronique résonne comme dans n’importe quel centre commercial. Esquivant les allers-retours des livreurs poussant des diables, les acheteurs de diverses origines, âges et couleurs de peau, flânent. Si l’apparence de ce centre commercial ne le distingue guère des grands magasins, les noms de ses rues révèlent une ambition cosmopolite : « Rue de Chine », « Avenue de Londres », « Rue de Pékin. », etc. Et ce n’est qu’en se rapprochant des comptoirs, que nous remarquerions que les gérants, aux visages ennuyés ou enthousiastes, sont tous de type asiatique.

2En dix ans, Aubervilliers, ville de 80 000 habitants représentant plus de 200 nationalités située en bordure de Paris intra-muros, a connu des transformations remarquables. Jadis ville industrielle et zone d’entrepôts, elle est devenue le « Rungis de la fringue », avec plus de mille magasins de commerce de gros, dont la majorité sont gérés par des petits entrepreneurs originaires de Wenzhou, dans la province du Zhejiang au sud de la Chine. La montée en puissance économique de ces entrepreneurs s’est accompagnée de leur capacité à agir politiquement. L’une des plus probantes illustrations de cette visibilité croissante est leur participation à différentes mobilisations, comme celle des migrants chinois à Paris contre le racisme en septembre 2016.

  • 1 Cet article s’appuie sur une enquête qualitative menée principalement entre janvier 2011 et mai 201 (...)
  • 2 Harvey Molotch, « The city as a growth machine: Toward a political economy of place », in American (...)

3Cet article a pour objectif de documenter le processus d’intégration en Île-de-France d’une communauté immigrée – ici la communauté chinoise – par le développement du marché du gros d’Aubervilliers.1. Il s’agit de montrer que l’essor du marché, tant du point de vue de son extension géographique que de la diversification des secteurs d’activités, conduit à la formation d’une « coalition de croissance (growth alliance2) ». Cette coalition est ici entendue comme une alliance entre les commerçants, la municipalité et les autres acteurs privés pour promouvoir le développement urbain, ce qui dans le même temps permet l’intégration locale de grossistes chinois.

De Yiwu à Aubervilliers : la route commerciale des marchandises bas de gamme

4L’ancienne zone d’entrepôt d’Aubervilliers se transforme peu à peu en un marché de l’import-l’export à la fin des années 1990, quand la Chine entre dans l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Arrivés massivement à Paris dans les années 1980, les migrants de Wenzhou étaient déjà des acteurs importants dans le secteur du textile et de la maroquinerie. Nombre d’entre eux avaient, en effet, passés le début de leur carrière migratoire en tant qu’ouvrier dans les ateliers du quartier du Sentier ou de la rue Gravilliers, à Paris intra-muros.

  • 3 Chuang Ya-Han, « Émergence et régression d’une enclave urbaine : les grossistes chinois dans l’Est (...)
  • 4 Sur le développement historique du marché de Yiwu et son rôle dans la circulation internationale de (...)

5Or deux dynamiques changent la donne dans les années 1990 : d’un côté, le « Sentier Chinois », un marché du textile situé dans l’Est Parisien, se trouve confronté aux protestations des riverains qui rejetaient la « mono-activité3 ». De l’autre, l’entrée de la Chine dans l’OMC permet une nette réduction des coûts d’importation, et par là-même incite cette population à fort esprit d’entrepreneuriat à devenir grossiste. Chacun choisit différents produits et circuits qui eux-mêmes varient selon les secteurs, les réseaux et les moyens de chacun. Les montres, les bijoux fantaisies et les produits de bazar, par exemple, viennent en règle générale de Yiwu, ville chinoise surnommée « supermarché du monde » et spécialisée dans les petites marchandises4. Les chaussures sont le plus souvent fabriquées à Wenzhou (province du Zhejiang) ou à Huizhou (Guangdong). Les grossistes doivent ainsi voyager régulièrement en Chine pour s’approvisionner, mais peu d’entre eux réalisent eux-mêmes le design des produits.

6À l’inverse, dans le secteur de l’habillement, où la concurrence est plus forte, le circuit des produits est plus diversifié. Ceux qui possèdent plus de capitaux tendent à créer leur propre équipe de design en Chine ou en France, et font fabriquer leur produit en Chine afin de bénéficier des prix de main-d’œuvre et de tissu moins élevés. D’autres confient le design et la fabrication à l’usine chinoise où ils se rendent régulièrement. Il n’est pas rare non plus que des commerçants importent leur marchandise depuis l’Italie, l’Espagne, voire la Turquie où il existe encore une industrie textile. Les frais de transport sont alors moins onéreux.

7La ville d’Aubervilliers – et plus particulièrement son quartier de la Haie-Coq – est ainsi devenue un marché international de la mode qui se renouvelle sans cesse. C’est le constat que l’on peut faire en observant les produits présentés dans les vitrines : T-shirts à capuche, casquettes de style américain, chaussures à talons en cuir scintillant, ou encore robes de soirée pour une jeunesse festive. On retrouve, par ailleurs, une série de symboles propre à la mode bon marché se référant à la culture populaire : un simple T-shirt blanc affiche « I love XX » avec un grand cœur rouge ; des slogans tels que « I am a party girl », « Forever young», ou encore des représentations d’Hello Kitty, de Smileys et de personnages des bandes dessinées, etc. Tous ces produits sont caractérisés par une impression de déjà-vu. Ce sont en fait des éléments qui se répètent et qui se recyclent éternellement dans les imageries commerciales.

  • 5 Notes de terrain 10 mai 2016.
  • 6 Ibid.

8Ces icônes ne se contentent pas d’attirer les clientèles françaises. Les plaques d’immatriculation des voitures garées dans le quartier – Pays-Bas, Allemagne, Belgique, Italie, Pologne, etc. – en témoignent. Certains viennent changer le style de leurs marchandises : « Il ne faut pas toujours avoir les mêmes produits. » Tels sont les mots de ce couple de commerçants de détail venus d’Anvers (Belgique). Clients habitués du lieu depuis cinq ans, ils se rendent à Aubervilliers tous les deux mois pour renouveler leurs marchandises. « Cela devient un rituel. On prend la voiture le soir, on dort ici et ensuite on passe une journée entière pour faire des achats5. » La circulation des marchandises s’étend même jusqu’à l’Afrique. Comme ce groupe de six femmes du Cap-Vert qui sont en train d’ouvrir les emballages de chaussures pour les emporter dans des sacs dans la cour du Fashion Centre. Marchandes du marché à Praia, elles viennent en Europe quatre ou cinq fois par an pour leur approvisionnement. Leur itinéraire traverse Paris, le Portugal et l’Espagne. Elles transportent elles-mêmes toutes les marchandises, sans passer par le service livraison du magasin. « Hier on était à Voltaire (marché Sedaine-Popincourt, XIe arrondissement) pour acheter des habits. Aujourd’hui, ici, pour des sacs et des chaussures. Cela fait quelques années qu’on voyage comme ça. Mais maintenant, il y a de plus en plus de Chinois qui ouvrent des magasins au Cap-Vert, donc le business est moins profitable6. » La polyphonie des langues atteste le rôle central d’Aubervilliers dans le commerce international : dans la rue, on peut entendre le chinois mandarin, le dialecte Wenzhou, le kabyle, l’arabe, l’espagnol, etc. Le quartier est un bazar à ciel ouvert connecté au marché populaire aux quatre coins du monde.

La formation d’un espace marchand en trois temps

9Historiquement, ce marché de gros s’est formé en trois étapes qui correspondent à plusieurs opérations immobilières.

  • 7 Il s’agit d’un collectif de travailleurs sans-papiers, majoritairement d’origine chinoise, qui souh (...)
  • 8 Entretien réalisé le 30 mars 2012, à Aubervilliers, dans son magasin..

10La première étape a lieu avec l’achat par des commerçants individuels de fonds de commerce à des prix particulièrement attractifs. Cela fait suite au mouvement de sans-papiers du Troisième collectif7 qui a permis à plus de deux cents hommes et femmes de Wenzhou d’obtenir leur régularisation en 1997, mais qui n’avaient pas les moyens de s’installer dans le quartier Popincourt. Une information sur la disponibilité de locaux à Aubervilliers circule alors dans la communauté et une centaine de commerçants décident de s’y installer progressivement entre 1999 et 2004 en louant d’anciennes usines ou entrepôts. Voici à ce sujet le témoignage de l’un des commerçants ayant établi son commerce de gros rue de la Haie Coq en 2002 : « J’ai été régularisé en 1997, et nous avons créé l’Association Sino-Française Amitié et Entre-Aide (ASFAE) dans le XIe arrondissement avec l’aide de plusieurs militants du Troisième collectif pour défendre notre droit. À l’époque, le prix du foncier du XIe était déjà trop élevé pour moi. Ainsi, je continuais à travailler dans divers ateliers de confection et cherchais un fonds de commerce disponible. Petit à petit, plusieurs de mes connaissances du Troisième collectif sont arrivées à Aubervilliers attirées par les prix bon marché. J’ai donc trouvé mon magasin actuel avec leur aide8. » La voie d’approvisionnement de ces commerçants est largement individualisée. Certains contactent les usines en Chine à l’aide de leurs connaissances ; d’autres font la navette entre Paris et Yiwu plusieurs fois par an et transportent eux-mêmes les marchandises ; d’autres, enfin, qui ne possèdent pas de capitaux suffisants pour subvenir aux frais de transport depuis la Chine, s’approvisionnent directement en Italie ou en Espagne, où réside également une communauté de Wenzhou importante.

  • 9 Tous les noms d’acteurs dans ce texte ont été changés, à l’exception d’ancien maire d’Aubervilliers (...)
  • 10 En chinois, le chiffre « 8 » signifie « richesse ». Le nom « 888 » est donc considéré comme un sign (...)
  • 11 Opérateur immobilier détenu plus de 50 % par le CDC et par Groupama. Il possède 312 000 m2 de parc (...)

11La seconde étape consiste en une location plus systématique des anciens entrepôts par des promoteurs immobiliers chinois en lien avec les propriétaires non chinois. Pendant cette période, plusieurs commerçants d’origine Wenzhou arrivés très jeunes en France ont été repérés par les propriétaires des entrepôts à Aubervilliers en vue de leur confier la mission de trouver des locataires de ces anciens entrepôts rénovés. Comme le rappelle Dong9, l’un des promoteurs immobilier d’origine Wenzhou, sur la location de fonds de commerce du centre LEM88810 inauguré en 2004 : « Il [Le propriétaire] manquait de contact avec les ressortissants chinois et donc avait des difficultés à louer ses magasins. Ainsi, il m’a trouvé et, avec deux autres promoteurs de Wenzhou, nous avons promis de l’aider à louer ses locaux. Dans ce temps-là, les magasins sis au bord de la rue étaient tous pris, mais personne n’était intéressé par les magasins situés dans la cour du LEM888. Ainsi, j’ai expliqué les avantages aux Chinois : il y a un parking dans la cour. En prenant les magasins au fond, les clients auraient tout le temps de regarder ce qu’on y vend et n’iraient pas voir les magasins au bord de la rue. C’est tellement simple. » Son propos montre à quel point ses réseaux communautaires, sa connaissance du français et de la mentalité supposée des entrepreneurs chinois ont été importants pour obtenir le statut d’intermédiaire, contribuant ainsi à la généralisation d’une telle démarche. Par la suite, plusieurs autres propriétaires, y compris l’entreprise semi-publiques ICADE11, ont confié les anciens entrepôts à ces intermédiaires, qui transforment ces espaces de stockage en showrooms pour le commerce de gros.

  • 12 Le CIFA est construit par un propriétaire privé résidant à Hawaii, qui confie le recrutement des lo (...)

12Enfin, la dernière étape se traduit par la construction de centres commerciaux dédiés à l’installation de commerces de gros. Deux centres modernes en sont l’exemple : le Centre CIFA (Centre importation France-Asie), rue de la Haie Coq et le Fashion Centre, avenue Victor Hugo, investis par les élites chinoise et des propriétaires de terrain souvent auto-désignés ou perçus comme « juifs »12. Cette nouvelle étape issue de la collaboration intercommunautaire est également un résultat voulu par la municipalité qui souhaite modifier la présentation configuration spatiale de du commerce de gros afin d’embellir la façade de cette ancienne « banlieue rouge ».

Le dialogue entre les commerçants et la municipalité

  • 13 Notamment l’inauguration du métro Front Populaire qui arrive à la porte de la zone de commerce de g (...)
  • 14 Le terme « linéaire » se réfère ici aux commerces installés dans d’anciens entrepôts qui s’étendent (...)
  • 15 Souligné par l’auteure.

13Suite à l’extension du réseau du métro parisien et de la mise-en-place d’une série de projets de rénovation urbaine13, Aubervilliers a été incorporée au Grand Paris. Le processus de gentrification produit par cette évolution conduit une population plus jeune et plus aisée à y travailler, étudier et habiter. Par conséquent, bien que la présence des showrooms permette de remplir la friche industrielle, elle est perçue comme problématique d’un point de vue esthétique par la municipalité. Cette dernière souhaite à la fois améliorer l’apparence de la ville et déplacer le commerce de gros dans certains espaces caractérisés par des styles architecturaux plus modernes. Selon l’ancien maire, Jacques Salvator : « À Aubervilliers, nous voulons surtout une zone d’activité économique, réorganisée selon le principe d’une organisation verticale et non pas linéaire14. Nous sommes une ville, pas un showroom15. Donc, nous avons fait des propositions de délocalisation dans un showroom vertical. Nous voulons que l’Avenue Victor Hugo devienne un boulevard à lien humaine, avec des piétons. Mais c’est très difficile. » Ici, le « linéaire » se réfère à la première génération de showrooms logés dans les entrepôts abandonnés, alors que les showrooms verticaux désignent ceux qui sont abrités dans le centre commercial à étages. Selon le maire, la construction de ces centres à étages serait destinée à reloger les showrooms auparavant situés sur l’avenue Victor Hugo, afin de créer d’avantage d’espaces urbains et d’activités favorisant les liens entre les habitants de la ville. Ainsi, tandis que la première génération des showrooms ressemble à n’importe quelle boutique de banlieue, le CIFA, avec son organisation verticale, témoigne de l’intention de se débarrasser de l’image « bas de gamme » des marchandises « made-in-China ». L’inauguration de ces centres spécialisés dans le commerce de gros atteste désormais du changement d’échelle de cette ancienne « banlieue rouge » : jadis une ville ouvrière, elle est désormais intégrée au marché globalisé de la mode, devenant un point de relais entre la production en Chine et les consommateurs en Europe et en Afrique.

14De l’implantation non systématique de showrooms de petite taille à la construction de méga centrales d’achat et de négoce mondialisées, la transformation du quartier de la Haie-Coq d’Aubervilliers est ainsi marquée par la collaboration de plus en plus étroite entre des commerçants de Wenzhou et les autres acteurs de la ville, notamment la municipalité. Autrement dit, alors que la délocalisation industrielle suscite l’abandon des anciens entrepôts de charbon, l’afflux des marchandises made-in-China permet de remplir ce vide dans le tissu urbain et offre à la ville l’opportunité d’élargir son attractivité en devenant un point nodal des réseaux globalisé de la consommation. Si l’élargissement du marché de grossistes crée de nombreux problèmes dans l’espace public, ces problèmes offrent également une occasion de dialogue entre les commerçants et le pouvoir local favorisant l’intégration locale de ces entrepreneurs.

La création d’un sentiment d’appartenance par une campagne d’hygiène

  • 16 La campagne en chinois était nommée « wo ai wo jia », qui se traduit littéralement par « j’aime che (...)

15La première étape de l’intégration a été une campagne d’hygiène intitulée « Wo ai wo jia » (« J’aime ma ville16 »). Elle a été lancée par la municipalité et l’Association franco-chinoise des commerçants (AFCC), première association des commerçants du quartier fondé en 2001. Le problème de l’hygiène et des conditions de travail étaient par le passé à l’origine des contestations des habitants d’origine chinoise travaillant dans le marché de gros du XIe arrondissement. À Aubervilliers, le fait qu’il y ait peu d’habitants sur place tend à renforcer cette perception, comme le rappelle le responsable des relations internationales de la ville d’Aubervilliers : « Jusque-là, il y avait une vision un peu hostile et négative des habitants du quartier de la Haie-Coq, y compris des services publics par rapport au quartier commercial. Ils se plaignaient de la saleté et du nombre de cartons par terre. Les gens qui passaient dans le secteur sans être des professionnels nourrissaient la confusion : un quartier de commerce de gros n’est pas un quartier de détail. »

  • 17 Entretien réalisé le 8 novembre 2010 dans sa boutique à Aubervilliers.

16Avec l’élection de Xiao Yuanshan, premier commerçant de Wenzhou installé dans le quartier en 2007, comme président de l’association des commerçants du quartier (AFCC), ce problème de saleté a été réglé. Observant que le problème perdurait et que les amendes publiques s’accumulaient, il a décidé de lancer une campagne pour attirer l’attention des commerçants sur la propreté du quartier. La campagne a été appuyée par une action médiatique : des commerçants et membres de l’AFCC ont défilé aux côtés du maire d’Aubervilliers et du président de la Plaine Commune, chacun portant une écharpe sur l’épaule sur laquelle était inscrit « J’aime ma ville ». Parallèlement, l’AFCC a distribué des tracts pour convaincre les commerçants de collecter leurs propres déchets. Au recto de ce tract demandant à chaque magasin de s’équiper de poubelles, étaient indiqués les horaires de collectes des ordures horaires de passage du camion-benne. Au verso, trois arguments étaient mis en valeur pour inviter les commerçants à « protéger et rénover le quartier ». Selon Xiao Yuanshan, « c’est une campagne qui a beaucoup de sens ! En général, les Chinois n’aiment que leur propre maison, mais pas le quartier. Pour l’instant, notre identité n’est pas liée à notre lieu de travail. Si nous considérons Aubervilliers comme chez nous (jia), ce n’est plus possible que nous jetions les déchets n’importe où. Il faut que nous aimions notre ville. En retour, la ville pourra nous aimer. Sinon, si nous ne nous investissons pas dans ce quartier, il y aura un risque d’être exclu à l’avenir17. »

17En Chinois, le mot « jia » (家) signifie à la fois la maison physique (chez-soi), la famille et le clan. C’est autour des rôles de chacun et de chacune dans le clan que les relations sociales dans le village – que nous pouvons considérer comme la « cité » de ces migrants – sont organisées et que le code moral est défini. Désormais, l’appel à considérer la ville d’Aubervilliers comme le « jia » des commerçants est aussi une tentative d’inciter les migrants à s’investir dans le quartier, qui n’est plus simplement une communauté basée sur le rapport familial ou clanique, mais une communauté ayant des liens organiques avec la commune. Comme le souligne un fonctionnaire de la mairie, spécialisé dans la collaboration internationale, une telle campagne, avec la manifestation et la participation des représentants de l’ambassade de Chine et des élus locaux, « c’était quelque chose de jamais vu [ton amusé], des Chinois dans la rue ! ». En appelant les commerçants à élargir le champ de leurs préoccupations quotidiennes et à s’intéresser à l’hygiène publique du quartier, la campagne « J’aime mon quartier » permet de développer un sentiment d’appartenance au quartier. Par la suite, plusieurs projets culturels – le défilé du nouvel an chinois, la projection de films chinois dans le quartier, des expositions de photos, etc. – ont été initiés et ont davantage rapproché les habitants de la ville, la municipalité et la communauté de grossistes.

De Rue de la Haie-Coq à Shanghai

18La campagne « J’aime mon quartier » a réussi à faire naître une identité de quartier. Par la suite, le problème de la circulation dans le quartier a permis de motiver les commerçants chinois pour s’allier avec les acteurs français du public et du privé, jusqu’à établir des échanges avec les municipalités chinoises et présenter Aubervilliers comme une « vitrine d’échanges sino-français » en tissant des liens entre les villes françaises et chinoises.

19Cette fois, c’est Mme Cardinal, PDG française d’une entreprise dans le quartier, qui a initié le projet lors d’une réunion. Selon elle, les embouteillages de la Rue de la Haie-Coq sont le problème principal de ses employés depuis son arrivée en 2006. Les bouchons empirent avec la hausse du nombre de magasins de gros. Un jour, pendant qu’elle se promène dans le quartier, elle a croisé le responsable de la RATP et a pu organiser la première réunion autour de la question de la circulation. Le collectif s’est élargi petit à petit en incorporant la police municipale, la police nationale, la mairie, et enfin les acteurs chinois tels que Monsieur Wang et les présidents des associations. Au nom du « collectif Haie-Coq », des réunions mensuelles sont ainsi devenues l’endroit où faire circuler l’information et tisser progressivement des affinités entre les acteurs français et chinois qui partagent ce même territoire. En effet, ce n’est pas tant la discussion sur l’emplacement du quartier qui est significative, que le fait de se rencontrer entre voisins, de se serrer la main et d’échanger des cartes de visite. Le témoignage de Mme Cardinal illustre combien ces rencontres routinières ont permis de réduire la distance culturelle existante, distance qu’elle exprime ainsi : « Clairement, maintenant ça va un peu mieux. Mais, au début, quand je suis tombée là-dedans, je n’arrivais pas à différencier les personnes d’origine chinoise, à distinguer leurs traits… Après, quand nous avons commencé à travailler ensemble, quelque chose s’est créée spontanément. »

  • 18 Entretien réalisé le 9 mars 2011 à Aubervilliers.

20D’un autre côté, Jacques Salvator, élu maire en 2008, a resserré les liens avec les grossistes en nommant une médiatrice, Madame Lian. docteure de littérature française, elle est dotée d’un capital social et culturel bien plus élevé que les entrepreneurs originaires de la Chine rurale, ce qui lui a permis de devenir la médiatrice responsable de l’organisation des activités culturelles et des voyages officiels « Comme vous le savez, raconte-t-elle, auparavant, les associations étaient toutes dispersées. Chacune avait son chef et aucune n’avait envie de travailler avec les autres. Pour cela, nous avons organisé plusieurs occasions pour créer une dynamique locale, telles que la démonstration de Shaolin arts martiaux en 2009, un voyage en Chine en 2010 avec une délégation municipale, et les défilés du nouvel an Chinois depuis, pour réunir les associations ici18»

  • 19 Entretien réalisé le 13 avril 2011 à la mairie d’Aubervilliers.

21Ces activités valorisant les festivités chinoises illustrent une reconnaissance de la présence des commerçants à l’échelle locale. Elles s’inscrivent également dans une stratégie globale de la communauté chinoise d’Aubervilliers qui vise à tisser des relations internationales à travers les réseaux diasporiques. Durant mon enquête du terrain en 2010-2011, l’expression « tisser des liens et faire des ponts (qianxien daqiao ) » ne cesse d’ailleurs d’apparaitre dans la bouche des acteurs chinois. Ces efforts s’inscrivent en particulier dans le réseau diasporique chinois lié étroitement aux institutions politiques, telle l’ambassade chinoise en France. Ceci entraîne un discours très valorisant de la mairie sur le rôle d’Aubervilliers en tant que « terrain de l’intégration pour les Chinois en France » : « L’Ambassade considère qu’Aubervilliers pourrait être un territoire “modèle d’intégration” de la communauté chinoise en France. (…) Je ne suis pas dupe, je joue le jeu. Depuis 5-6 ans, l’ambassadeur est venu chaque année à nos festivités du Nouvel An Chinois19»

Une plateforme d’échanges entre l’Europe et la Chine

  • 20 L’association n’est plus en activité aujourd’hui, notamment en raison du déménagement de l’entrepri (...)
  • 21 Notamment l’AFCC, et les deux entreprises immobiliers qui gèrent les fonds de commerce des showroom (...)
  • 22 « Aubervilliers se prépare à Shanghai 2010 », in Le Parisien, 5 novembre 2010. Url: http://www.lepa (...)

22En novembre 2009, la mairie a lancé l’association Aubervilliers-Plaine Commune-Shanghai sous le parrainage de l’ambassade chinoise20. 9 associations de commerçants chinois et 2 entreprises21 ont participé à son financement. Face aux médias, elle a présenté le voyage pour participer à l’Expo Shanghai en 2010 comme une occasion d’échanges : « Nous avons loué ce stand (150 000 € la semaine), car nous voulons montrer le savoir-faire et le dynamisme de la Seine-Saint-Denis. Nous espérons attirer de nouvelles entreprises mais aussi décrocher des marchés pour nos entreprises », explique Gilbert Roger, premier vice-président du Parti socialiste du Conseil général en charge du développement économique. « La présence de la communauté chinoise est un atout pour Aubervilliers et Plaine Commune. Les liens entre la France et l’Asie ne cessent de croître. Nous avons une carte à jouer », martèle Jacques Salvator, qui entend bien vendre « la capacité d’accueil et d’intégration de sa commune22 ».

23L’initiative politique s’est doublée d’une alliance économique promouvant Mme Cardinal, organisatrice du collectif Haie-Coq, au poste de présidente de l’association Aubervilliers-Plaine Commune-Shanghai. Mme Cardinal a insisté sur la signification du voyage en 2010 pour le quartier auprès du journal Le Parisien : « Il est important que les grandes entreprises de ce territoire, chinoises et non chinoises, montrent qu’elles peuvent vivre ensemble. Notre présence à Shanghai me semble un levier important pour l’avenir23 ». Sur le site de web de cette association, Aubervilliers a été présentée comme une « plateforme d’échanges » : « Avec plus de 700 négoces tenus par des commerçants d’origine asiatique, Aubervilliers est devenue la première plateforme européenne d’import-export avec la Chine. 12 000 commerçants européens viennent y faire leurs achats quotidiennement. Principalement originaires de l’agglomération de Wenzhou, les négociants chinois d’Aubervilliers et de Plaine Commune forment une communauté dynamique qui contribue à l’essor économique du territoire. Avec leurs spécificités culturelles, ils participent de plus en plus à la vie sociale locale24

24En se positionnant comme une « plateforme d’échanges », la municipalité d’Aubervilliers est non seulement intégrée dans le réseau mondial de marchandises « made-in-China », mais s’est aussi rapprochée du service étatique chinois, notamment par la signature d’accords d’échanges avec deux municipalités : Yueqing et Ou’hai.

  • 25 Nina G. Schiller, Ayse Çağlar, « Towards a comparative theory of locality in migration studies: Mig (...)

25L’aboutissement du voyage de 2010 fait écho à la théorie contemporaine sur les rôles des migrants dans la construction des espaces transnationaux25. Plutôt que de s’insérer dans l’espace urbain, ils participent, en effet, à le recréer et même à créer des liens transnationaux entre les villes de départ et d’accueil. Dans un contexte d’augmentation de la concurrence internationale pour les villes en vue d’attirer les investissements étrangers, l’implantation de commerce de gros à Aubervilliers permet à la ville de se positionner comme une ville attractive dans l’arène internationale.

Conclusion

26L’entrée de la Chine à l’OMC a ouvert une nouvelle route commerciale et a permis l’émergence d’un espace marchand inséré dans un réseau commercial globalisé. Dans le cas d’Aubervilliers, c’est l’implantation de la communauté des grossistes chinois qui a conduit la municipalité d’Aubervilliers à rencontrer les institutions chinoises et ainsi à s’intégrer dans un réseau diplomatique mondial avec la Chine. Si cet espace marchand illustre le circuit de la « mondialisation par le bas », entendu ici comme des réseaux générés par la classe intermédiaire aux capitaux modestes échangeant de ses produits perçus encore comme « bas de gamme », il a également permis la formation d’un réseau « par le haut » reliant des élites du monde privé et public à l’échelle transnationale. Autrement dit, la mise en place de ce marché à la fois entretenu par et d’une certaine manière destiné aux immigrés est le moteur d’un élargissement d’échelle pour la municipalité. Le Grand Paris est ainsi intégré au système-monde de la consommation grâce à cette centralité commerciale immigrée qui était pourtant rejetée par les habitants de Paris intra-muros.

Haut de page

Notes

1 Cet article s’appuie sur une enquête qualitative menée principalement entre janvier 2011 et mai 2012. Les matériaux sont constitués d’entretiens avec les commerçants et les élus locaux, ainsi que d’observations durant les réunions du Collectif Haie Coq réunissant les entrepreneurs migrants d’origines chinois et les fonctionnaires ou les cadres d’entreprises françaises dans le quartier. Cette enquête est à l’origine d’une thèse de doctorat en sociologie intitulée « Les migrants chinois à Paris. Au-delà de l’intégration : la formation politique d’une minorité », soutenue à l’université Paris-IV Sorbonne en novembre 2015.

2 Harvey Molotch, « The city as a growth machine: Toward a political economy of place », in American Journal of Sociology, vol. 82, n° 2, 1976, pp. 309-332.

3 Chuang Ya-Han, « Émergence et régression d’une enclave urbaine : les grossistes chinois dans l’Est Parisien », in Migrations Société, vol. 5, n° 149, 2013, pp. 191-208.

4 Sur le développement historique du marché de Yiwu et son rôle dans la circulation internationale des produits bas de gamme, voir Olivier Pliez, « Toutes les routes de la soie mènent à Yiwu (Chine) », in L’Espace géographique, vol. 39, n° 2, 2010, pp. 132-145.

5 Notes de terrain 10 mai 2016.

6 Ibid.

7 Il s’agit d’un collectif de travailleurs sans-papiers, majoritairement d’origine chinoise, qui souhaitaient participer au mouvement à la suite de l’occupation de l’Église Saint-Bernard en 1996. Ces travailleurs se sont organisés à l’aide de la Ligue des Droits de l’Homme et revendiquent la régularisation des sans-papiers aux côtés de deux autre collectifs – le collectif Saint Bernard et le collectif de l’Église Saint Hyppolyte – d’où le nom de « Troisième collectif ». Voir Emmanuel Terray, « Le Troisième collectif. L’Internationale des sans-papiers ? », in Plein droit, vol. 4, n° 95, 2012, pp. 32-36.

8 Entretien réalisé le 30 mars 2012, à Aubervilliers, dans son magasin. .

9 Tous les noms d’acteurs dans ce texte ont été changés, à l’exception d’ancien maire d’Aubervilliers, Jacques Salvator, difficile à anonymiser.

10 En chinois, le chiffre « 8 » signifie « richesse ». Le nom « 888 » est donc considéré comme un signe de bonne chance et de réussite.

11 Opérateur immobilier détenu plus de 50 % par le CDC et par Groupama. Il possède 312 000 m2 de parc d’entrepôt situé entre la porte d’Aubervilliers et la porte de Paris.

12 Le CIFA est construit par un propriétaire privé résidant à Hawaii, qui confie le recrutement des locataires aux promoteurs de Wenzhou. Quant au Fashion Centre, le terrain appartient à une famille juive qui possèdent ce terrain depuis 1972. La famille a confié à une entreprise dirigée par cinq entrepreneurs chinois le soin de construire ce centre. Sur le terrain, les grossistes chinois soulignent souvent les origines ethniques de ses propriétaires. Ainsi, une des remarques que j’entends le plus souvent est « on travaille pour les juifs », remarque qui assimile le rapport entre locataires et propriétaire à celui de salariés à leur un employeur. Voir « Fashion Centre d’Aubervilliers : le success story des frères Bensoussan», in Le Parisien 03 avril 2015. Url: http://www.leparisien.fr/aubervilliers-93300/le-fashion-center-la-success-story-des-freres-bensoussan-03-04-2015-4663081.php.

13 Notamment l’inauguration du métro Front Populaire qui arrive à la porte de la zone de commerce de gros, la construction du campus Condorcet et de nouveaux projet d’immobilier qui attireront une population plus jeune et plus aisée.

14 Le terme « linéaire » se réfère ici aux commerces installés dans d’anciens entrepôts qui s’étendent dans la rue, au contraire des showrooms « verticales verticaux » dans le centre commercial spécialisés.

15 Souligné par l’auteure.

16 La campagne en chinois était nommée « wo ai wo jia », qui se traduit littéralement par « j’aime chez moi », ce qui n’est pas tout à fait identique au titre français : « j’aime ma ville ».

17 Entretien réalisé le 8 novembre 2010 dans sa boutique à Aubervilliers.

18 Entretien réalisé le 9 mars 2011 à Aubervilliers.

19 Entretien réalisé le 13 avril 2011 à la mairie d’Aubervilliers.

20 L’association n’est plus en activité aujourd’hui, notamment en raison du déménagement de l’entreprise dirigée par Mme Cardinal.

21 Notamment l’AFCC, et les deux entreprises immobiliers qui gèrent les fonds de commerce des showrooms à Aubervilliers.

22 « Aubervilliers se prépare à Shanghai 2010 », in Le Parisien, 5 novembre 2010. Url: http://www.leparisien.fr/aubervilliers-93300/aubervilliers-se-prepare-a-shanghai-2010-05-11-2009-699884.php.

23 « Aubervilliers à Shanghai, sans le Conseil général », in Le Parisien, 21 janvier 2010. Url: http://www.leparisien.fr/aubervilliers-93300/aubervilliers-a-shanghai-sans-le-conseil-general-21-01-2010-785566.php.

24 Voir le site de l’association. Url: http://shanghai2010.aubervilliers.fr/presentation-de-lassociation-aubervilliers-plaine-commune-shanghai-2010.

25 Nina G. Schiller, Ayse Çağlar, « Towards a comparative theory of locality in migration studies: Migrant incorporation and city scale », in Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 35, n° 2, 2009, pp. 177-202.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ya - Han Chuang, « Aubervilliers sur Wenzhou, ou la transformation du Grand Paris par les entrepreneurs chinois »Hommes & migrations, 1320 | 2018, 51-58.

Référence électronique

Ya - Han Chuang, « Aubervilliers sur Wenzhou, ou la transformation du Grand Paris par les entrepreneurs chinois »Hommes & migrations [En ligne], 1320 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/4050 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hommesmigrations.4050

Haut de page

Auteur

Ya - Han Chuang

Postdoctorante en sociologie, LISST, université Toulouse-Jean Jaurès.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search