Navigation – Plan du site
Chroniques
Films

Des figues en Avril

Film français, 2017, de Nadir Dendoune
Anaïs Vincent
p. 159

Texte intégral

1Le journaliste et écrivain de triple nationalité, française, algérienne et australiennen, Nadir Dendoune dresse avec ce premier documentaire le portrait de sa mère Messaouda. L’histoire familiale est un thème récurrent dans son travail d’écriture. Dans des chroniques hebdomadaires parues dans Le Courrier de l’Atlas, il raconte l’histoire de ses proches. Ces récits sont le point de depart de ce documentaire présenté en avant première au Musée national de l’histoire de l’immigration.

2Entre les quatre murs de son HLM exigu de la cité Maurice-Thorez de l’Île-Saint-Denis, la vieille femme se prête avec douceur au jeu de l’interview. Elle répond avec une belle sincérité en kabyle aux questions posées en français par son fils. On entre dans leur intimité. Elle évoque par bribes son parcours d’immigrée kabyle arrivée en France il y a soixante ans. Sa vie quotidienne de mère de famille et d’épouse dévouée.

3La grand-mère commente des photos. Elle se souvient avec bonheur et étonnement des figues de barbarie qu’elle avait pu déguster en avril en Australie lors d’un voyage. Ce fruit symbole de la culture kabyle ne murit jamais avant juillet dans son pays. Et pouvoir en manger dans un autre pays et à une autre période lui avait paru tout à fait exceptionnel. Le film s’ouvre sur cette jolie anecdote et donne très vite le ton. Confidences intimistes d’une mère dévouée à son fils admiratif. Fière de sa culture, de sa langue d’abord, de ses traditions culinaires et vestimentaires. Chaque matin, elle porte une attention toute particulière à sa coiffure traditionnelle : de longues tresses coiffées en bandeau sur la tête, surmontées d’un foulard aux motifs traditionnels. Son fils la filme dans ses petites tâches routinières et prosaïques sur fond de musique traditionnelle. Tour à tour, on la voit cuisiner, regarder des jeux télévisés, faire la vaisselle, se coiffer.

4Nadir Dendoune saisit avec justesse de sublimes instants de grace dans cette simplicité de la vie quotidienne. Gros plans sur le regard ému de Messaouda. Nostalgique de sa Kabylie natale, elle souffre de ne pas avoir pu repartir s’installer comme ils l’avaient prévu avec son mari. Atteint de la maladie d’Alzheimer, ce dernier a dû quitter l’appartement familial pour se faire hospitaliser dans un centre spécialisé. Elle parle avec amertume de la corruption de son pays, de l’impossible retour au pays.

5Ce huis clos intimiste touchant par son dépouillement, sa simplicité stylistique et sa sincérité nous ouvre une fenêtre sur le destin d’une immigrée. L’histoire individuelle rejoint alors la grande Histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Vincent, « Des figues en Avril », Hommes & migrations, 1320 | 2018, 159.

Référence électronique

Anaïs Vincent, « Des figues en Avril », Hommes & migrations [En ligne], 1320 | 2018, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/4085

Haut de page

Auteur

Anaïs Vincent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals