Navigation – Plan du site
Dossier

Définir l’asile politique en Grande-Bretagne (1815-1870)

Thomas C. Jones
p. 13–21

Résumé

Par sa situation insulaire et sa tradition d’accueil d’exilés politiques en provenance de toute l’Europe, l’Angleterre s’est imposée au cours du XIXe siècle comme la terre d’asile par excellence. Cependant, cette hospitalité bien réelle du pouvoir à l’égard des dissidents français, espagnols, italiens ou polonais était davantage fondée sur un vide juridique quant à leur expulsion que sur une législation aboutie. Le traitement juridique du droit d’asile a ainsi nourri de nombreux débats au parlement britannique visant à maintenir ensemble la nécessité de l’accueil et ses nécessaires limites.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Grande-Bretagne
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les fondements de l’asile britannique
Asile et assistance publique
Les limites fixées à l’asile
Quand l’hospitalité nourrit le débat politique

Aperçu du début du texte

« L’Angleterre eut de tout temps l’honneur d’être la terre d’asile par excellence », Théodore Karcher.

Cette citation d’un réfugié républicain français à Londres en 1867 reprend un truisme politique largement répandu dans la Grande-Bretagne victorienne. Tout au long du XIXsiècle, des politiciens, des journalistes, des activistes, des spécialistes juridiques et constitutionnels et des commentateurs de tous types, y compris des exilés résidents, ont régulièrement qualifié la Grande-Bretagne de « terre d’asile ». C’était, en partie, reconnaître qu’au cours des siècles précédents, la Grande-Bretagne a accueilli un large éventail de réfugiés étrangers. Les luttes religieuses, les guerres et les répressions aux XVIe et XVIIe siècles avaient conduit les protestants français, flamands et allemands et les juifs ibériques en Angleterre. Les bouleversements politiques du XVIIIe siècle provoquèrent l’arrivée des philosophes des Lumières, de loyalistes américains et d’anciens esclaves et, plus ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas C. Jones, « Définir l’asile politique en Grande-Bretagne (1815-1870) », Hommes & migrations, 1321 | 2018, 13–21.

Référence électronique

Thomas C. Jones, « Définir l’asile politique en Grande-Bretagne (1815-1870) », Hommes & migrations [En ligne], 1321 | 2018, mis en ligne le 01 avril 2020, consulté le 18 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/4156 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.4156

Haut de page

Auteur

Thomas C. Jones

Maître de conférences en histoire, université de Buckingham.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals