Navigation – Plan du site
Dossier

Lexiques et pratiques du destierro :

L’exil politique espagnol en péninsule et à l’Outre-mer, de 1814 aux années 1880
Romy Sánchez et Juan Luis Simal
p. 23-31

Résumé

Le développement des oppositions à la Couronne d’Espagne au début du XIXe siècle a favorisé la multiplication des procédures de bannissement, destierro, sous le règne de Ferdinand VII. À sa mort en 1833, la crise de succession opposant les partisans de sa fille Isabelle II à ceux de son oncle Don Carlos a entraîné de nombreuses expulsions vers les colonies espagnoles. Ces peines criminelles ont en retour servi à sanctionner les tentatives d’insurrection outre-Atlantique, à Cuba en particulier. Ainsi, à l’échelle des pays de la Couronne, le destierro permet d’éclairer l’histoire des migrations forcées entre l’Espagne et ses colonies.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Espagne
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Un ensemble de pratiques judiciaires
Un vocabulaire hétérogène
La répression absolutiste et libérale (1814-1848)
Le destierro, un instrument de pouvoir des militaires
Le « destierro » à Cuba
Conclusion

Aperçu du début du texte

Tout au long du XIXe siècle, l’Espagne est le théâtre de nombreuses migrations politiques, forcées ou non, qui concernent des populations très diverses et des espaces parfois très éloignés. En 1814, après la restauration de l’absolutisme, plusieurs milliers d’afrancesados – partisans du roi Joseph Bonaparte – quittent le pays, ainsi que des dizaines de partisans de la Constitution libérale de Cadix, brièvement promulguée en 1812. Dans les années 1823-1833, les libéraux espagnols quittent la péninsule en grand nombre pour échapper à la répression et se réfugier dans les pays européens voisins comme la France ou l’Angleterre, mais aussi en Amérique. Les carlistes — ces partisans de Don Carlos, considéré comme héritier légitime de la Couronne en lieu et place de sa nièce Isabelle II — sont eux aussi bannis de la péninsule à partir de 1833. Or, peu de temps après ces exils, l’Empire espagnol commence à bannir ses sujets coloniaux. En effet, dès la fin des années 1830, certains Cubains r...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romy Sánchez et Juan Luis Simal, « Lexiques et pratiques du destierro : », Hommes & migrations, 1321 | 2018, 23-31.

Référence électronique

Romy Sánchez et Juan Luis Simal, « Lexiques et pratiques du destierro : », Hommes & migrations [En ligne], 1321 | 2018, mis en ligne le 01 avril 2020, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/4178 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.4178

Haut de page

Auteurs

Romy Sánchez

ATER en histoire, université de Caen

Juan Luis Simal

Maître de conférences en histoire, université Autonome de Madrid (Espagne)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals