Navigation – Plan du site
Dossier

Les réfugiés en France

Au prisme des circulaires du ministère de l’Intérieur (1830-1870) : Pour une étude conjointe des discours et pratiques de l’administration
Delphine Diaz
p. 33-40

Résumé

Entre 1830 et 1870, l’arrivée en France d’étrangers venus de toute l’Europe et de différents horizons idéologiques a conduit les autorités françaises à encadrer leur accueil. La littérature administrative de l’époque renseigne sur la construction de la catégorie de réfugié. L’analyse des mots et des pratiques qui leurs sont associées dans les circulaires relatives aux réfugiés, entre la monarchie de Juillet et la fin du Second Empire, permet de mettre au jour ce langage du contrôle mobilisé par l’État pour trier et classer les personnes qui bénéficient ou non de son hospitalité.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

L’émergence d’une nouvelle catégorie administrative : le réfugié
Le classement politique des origines migratoires
Le pouvoir discrétionnaire du langage à l’égard des réfugiés
Une circulation des mots et des pratiques administratives à l’échelle européenne
Conclusion

Aperçu du début du texte

En septembre 1834, Adolphe Thiers, alors ministre de l’Intérieur, diffusait auprès des préfets de départements une circulaire dans laquelle il mettait en avant la « générosité française », consistant à octroyer des secours à de nombreux réfugiés accueillis au milieu de circonstances « impérieuses », mais à ses yeux « nécessairement temporaires ». La reconnaissance du titre de réfugié, qui s’accompagnait alors de l’attribution de subsides à l’étranger ainsi qualifié, était présentée par Thiers comme une « concession, et non (…) un droit acquis ». Derrière le discours sur l’hospitalité française à l’égard d’étrangers persécutés, se déployait une volonté de contingenter l’accueil, selon une logique comptable et sans exclure une forme de méfiance vis-à-vis des motifs de ces émigrations.

Cet article se propose de mener une enquête sur les mots et les pratiques administratives adoptés face à l’accueil des « réfugiés », une catégorie d’étrangers en cours de définition dans la France du XIXe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Diaz, « Les réfugiés en France », Hommes & migrations, 1321 | 2018, 33-40.

Référence électronique

Delphine Diaz, « Les réfugiés en France », Hommes & migrations [En ligne], 1321 | 2018, mis en ligne le 01 avril 2020, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/4204 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.4204

Haut de page

Auteur

Delphine Diaz

Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, programme ANR AsileuropeXIX, université de Reims Champagne-Ardenne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals