Navigation – Plan du site
Dossier

Les mots de l’exil

Dans le droit international du XIXe siècle, entre Amérique Latine et Europe
Edward Blumenthal
p. 43-51

Résumé

Le droit d’asile se comprend à la fois du point de vue de l’individu qui cherche refuge et du point de vue de l’État qui examine sa demande. Le respect de ce droit renvoie ainsi à des enjeux politiques mettant en jeu la souveraineté nationale d’un État. L’histoire de la codification juridique de l’asile, élaborée entre le milieu du XIXe siècle et le début du XXe siècle, révèle une participation significative des juristes latino-américains. À une époque où l’Europe exclut tout asile diplomatique, les pays d’Amérique latine sont, en effet, les premiers à reconnaître les motifs politiques de l’asile.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Europe, Amérique latine
Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Une séparation progressive de l’asile et du droit commun
Asile et réfugiés dans le droit naturel et le droit des gens
Asile politique vs asile diplomatique
Un droit (latino)américain ?
La codification d’une pratique latino-américaine de l’asile

Aperçu du début du texte

Au XIXe siècle, moment où le droit international positif commence à se codifier, c’est le droit d’asile qui marque les discussions juridiques autour de l’exil. Un droit d’asile compris, à quelques exceptions près, non comme un droit individuel, mais plutôt comme un droit du souverain à accueillir (ou non) des réfugiés. Ces deux termes, « asile » et « réfugiés », récurrents dans les discussions internationales, s’y trouvent souvent confondus. Le mot « asile » tendait davantage à être utilisé pour se référer à des cas individuels, avec un sens politique, alors que les « réfugiés », entendu dans un sens collectif, renvoyaient à des personnes forcées d’émigrer, mais pas forcément pour des raisons politiques. Ce ne sont pas, néanmoins, les seuls termes employés. On parlait aussi communément de « bannis », expulsés par ordre de leur État d’origine, ou même de « proscrits », avec un sens similaire.

C’est en Amérique du Sud que les discussions internationales sur ces sujets et la codificati...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Edward Blumenthal, « Les mots de l’exil », Hommes & migrations, 1321 | 2018, 43-51.

Référence électronique

Edward Blumenthal, « Les mots de l’exil », Hommes & migrations [En ligne], 1321 | 2018, mis en ligne le 01 avril 2020, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/4223 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.4223

Haut de page

Auteur

Edward Blumenthal

Maître de conférences en histoire et civilisation de l’Amérique latine, université Paris-3 Sorbonne Nouvelle.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals