Navigation – Plan du site
Dossier

Figures de l’exil dans les chansons et poésies communardes

Laure Godineau
p. 85-91

Résumé

Si les chansons et les poèmes ont chanté la Commune de Paris en 1871 et la geste des communards, ce chant ne s’est pas tari avec la fin de l’insurrection. Au contraire, il a suivi le chemin des anciens insurgés dispersés aux quatre coins du monde. Ce corpus de textes inspirés rend compte ainsi du partage de la souffrance, de l’absence et de l’éloignement de la terre natale entre exilés et déportés. À travers leurs mots, l’exilé se charge d’une nouvelle et paradoxale dimension : tout en restant l’absent, en vie parmi les morts, il est aussi le dernier témoin de l’histoire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Une poésie à géographie variable
Une souffrance partagée
Mourir en exil
Déportation et exil
Le « réfugié », un témoin héroïque

Aperçu du début du texte

Dernière révolution parisienne du XIXe siècle, mouvement insurrectionnel et populaire réprimé dans le sang, devenu très vite mythique, la Commune de Paris de 1871 a donné lieu à une profusion d’écrits. Dès le début de l’insurrection, les littératures anti-communarde et pro-communarde se sont opposées, prolongeant sur le papier les combats armés. À la suite de la répression, dans les années 1870, cette production s’est maintenue, avec bien sûr une différence quantitative nette, puisque la parole des insurgés ou de leurs partisans, en France, s’est en partie tarie avec les arrestations et les poursuites, les procès et les condamnations qui ont couru jusqu’au milieu de la décennie.

Au total, plus de 40 000 prisonniers ont été jugés, et plus de 10 000 condamnations ont été prononcées contradictoirement par les tribunaux militaires. La Nouvelle-Calédonie a été établie comme lieu de déportation en 1872 et un peu plus de 3 800 condamnés y ont été envoyés, condamnés soit à la déportation sim...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Godineau, « Figures de l’exil dans les chansons et poésies communardes », Hommes & migrations, 1321 | 2018, 85-91.

Référence électronique

Laure Godineau, « Figures de l’exil dans les chansons et poésies communardes », Hommes & migrations [En ligne], 1321 | 2018, mis en ligne le 01 avril 2020, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/4300 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.4300

Haut de page

Auteur

Laure Godineau

Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, université Paris-13

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals