Navigation – Plan du site
Dossier

L’exil carliste espagnol dans le sud de la France des années 1870 :

Entre catégorisations du réfugié et protestations populaires
Alexandre Dupont
p. 93-100

Résumé

Dans les années 1870, marquées par d'importants mouvements migratoires de l’Espagne vers la France, la gestion des ressortissants espagnols devient une affaire épineuse pour l’État français. La France sert à la fois de refuge à de nombreux Espagnols mais aussi de base arrière à l’insurrection carliste qui tente de renverser le gouvernement de Madrid. À l’échelle de la frontière entre les deux pays se joue une situation complexe où les parcours individuels des Espagnols soulèvent un enjeu à la fois diplomatique et politique, entre gestion juridique des réfugiés et nécessité de préserver la paix des populations frontalières.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Identifier les carlistes
Principes et pratiques de l’internement
Les politiques étatiques à l’épreuve du terrain
Contestations populaires
Les fonctionnaires locaux, une interface entre l’État et le monde social
Conclusion

Aperçu du début du texte

À la mi-août 1870, l’émoi s’empare d’Urepel, un village français d’environ 900 habitants situé à la frontière avec la Navarre, dans la vallée des Aldudes. Les villages espagnols voisins menacent, en effet, d’incendier Urepel si les habitants s’obstinent à héberger sept exilés carlistes. Partisans d’un retour à la monarchie catholique traditionnelle, les carlistes espagnols tentent depuis la Révolution de septembre 1868 de reprendre le pouvoir. La France de la fin du Second Empire (1852-1870) leur sert de base arrière où ils peuvent aisément se réfugier. En 1872, lorsqu’ils déclenchent une guerre civile contre le gouvernement de Madrid, ce refuge français leur est d’une grande utilité, malgré la répression que la Troisième République installée en 1870 exerce contre eux.

Inquiets, les habitants d’Urepel en appellent aux autorités et, en particulier, au sous-préfet de Mauléon qui prend l’affaire en main et envoie sur place dès le 15 août la brigade de gendarmerie postée au village d’Iri...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Dupont, « L’exil carliste espagnol dans le sud de la France des années 1870 : », Hommes & migrations, 1321 | 2018, 93-100.

Référence électronique

Alexandre Dupont, « L’exil carliste espagnol dans le sud de la France des années 1870 : », Hommes & migrations [En ligne], 1321 | 2018, mis en ligne le 01 avril 2020, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/4335 ; DOI : 10.4000/hommesmigrations.4335

Haut de page

Auteur

Alexandre Dupont

Maître de conférences en histoire contemporaine, université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée national de l'histoire de l'immigration
  • OpenEdition Journals